Livres
472 340
Membres
444 635

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Pointes, piques et répliques



Description ajoutée par sjodocy77 2014-07-05T22:10:51+02:00

Résumé

"Vouloir définir l'humour, c'est prendre le risque d'en manquer", dit Guy Bedos qui, dans la plus pure tradition des moralistes, a toujours cultivé l'art de la formule, le sens de l'aphorisme et le goût de la réplique cinglante. Dans ce livre sont rassemblées les pointes les plus drôles, les plus féroces, les plus piquantes qu'il a essaimées durant toute sa carrière sur scène, à travers ses sketches et dans les médias.

Que ce soit lui-même, ses contemporains, dont il dresse dans un dictionnaire acide quelques portraits au couteau, notre société, la politique ou quelques grands thèmes philosophiques, comme l'amour ou la mort, rien ni personne n'est ici épargné.

Si, comme il l'écrit, "l'inverse de l'humour, ce n'est pas le sérieux, c'est la soumission", c'est l'autoportrait de l'un de nos plus grands insoumis que trace cet ouvrage.

Afficher en entier

Classement en biblio - 3 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par dibenet 2013-04-12T12:38:39+02:00

Un duo? Pour quoi faire? Je suis très bien tout seul. On ne change pas une équipe qui gagne.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par PERCE_NEIGE 2017-12-04T00:26:18+01:00
Lu aussi

Livre composé de citations courtes & aphorismes, tirés, des spectacles, émissions télé, interviews, et même livres précédents (vive la redite), tout ça mélangé, voulu comme une sorte de florilège de tout ce qu'a été dit ou écrit par Bedos, jusqu'au jour de la publication du livre.

Tous styles confondus, un peu trop mélangés, ou mal, car, du coup, on ne distingue pas son personnage médiatique, prétentieux à la Dubosc, qu'il utilise pour ses spectacles, et le moi réel qu'il veut montrer, au travers de ses fragments de souvenirs.

Les citations où il revient toujours à son enfance malheureuse sont ennuyeuses au possible, ça tourne en boucle, l'Algérie, ma mère un peu trop autoritaire (le pauvre), l'Algérie.... mais certains aphorismes sont bien formulés, pas désagréables à lire, la plupart du temps, les meilleures morceaux d'un spectacle, etc...

J'ai horreur des gens qui parlent pendant que je les interromps.

...................

La Bourse? Je m'en fous, j'ai choisi la vie.

ça tourne très peu autour de la politique (et même pas du tout) ou d'une critique sociale finalement. C'est éloigné d'un Desproges (qui ramène tout à lui comme un miroir de la société) ou d'un Coluche. Bedos nous explique beaucoup son besoin de se poser en opposant pour exister, pour le plaisir de n'être pas d'accord, mais on ne nous présente pas les sujets de ses indignations, j'en conclue qu'ils sont moins importants que l'indignation en tant que telle, les seules présentées, sont l'injustice de sa propre enfance. À part le thème, oui je suis bourré de fric, et je suis de gauche, et je vous emmerde, j'ai rien vu...

Gagner de l'argent et voter à gauche, ça ne vous gêne pas?

- Pas plus qu'un Blanc d'Afrique du Sud qui lutte contre l'Apartheid.

....

à 17 ans, je quitte le domaine familial, une belle maison de

Rueil-Malmaison (...) je me retrouve 35 ans plus tard et quelques kilomètres plus loin, dans une très belle demeure bourgeoise à

Vaucresson. Toujours les Hauts-de-Seine. (...) Vous me voyez m'installer à Sarcelles? Ça va pas, non? Être prêt à mourir pour le peuple, ça signifie pas qu'on est prêt à vivre avec!

J'ai rarement lu quelque chose d'aussi méprisant à l'égard de la populace...

Le peuple, c'est bien de loin, parce que de trop près, ça pue, tu comprends...

Il faut être de gauche pour pouvoir se permettre de dire de telles horreurs... S'il se disait à droite, ça ne passerait pas. Comme quoi, en France, vous pouvez être très riche, mépriser les sans-dents qui puent sous les aisselles, faites exactement la même chose qu'un mec de droite avec votre fric, gagné exactement dans les mêmes conditions que lui, mais seul ce que vous appellerez à voter, fera la différence ou non... Peu importe les actes, seules les paroles comptent...

-- Oui mais si un riche veut que les gens votent à gauche, c'est qu'il veut qu'on lui prélève de gros impôts! Il est donc hyper sympa!

-- Monsieur le Sans-Dents, il ne vous manque pas que l'argent pour vous payer de bonnes ratiches, du jugement également... Plus on est riche, plus on a la possibilité d'échapper, par des moyens plus ou moins détournés, à l'impôt. Tu peux pas comprendre, toi du peuple, ce genre de subtilités... Et même si ce n'était, et que les différents gouvernements prélevaient d'une façon équitable des impôts, il fait tourner sa boutique, avec ses convictions affichées (mais pas vécues), il se rembourse largement, qui c'est-y que tu crois qui vient à ses spectacles? Et s'il tient à donner son argent, il peut ne pas attendre l'impôts, et se garder du superflu, mettre en pratique, au lieu d'écumer les cocktails, c'est possible aussi!

Et quant à "mourir" (non sans rire) pour le peuple (qu'on ne saurait approcher), c'est de loin l'affront le plus grave. Y a des gens qui se prennent pour Don Quichotte dans la salle?

Quand on est véridique, on ne le dit surtout pas, on le fait. C'est comme en amour.

On est tous de grands opposants de cabaret au régime, par la parole (surtout quand on est invité dans les médias, qui disent tout comme nous). Mais dans les faits, tu as des gens en armes qui font des descentes chez toi? Quel foutage de gueule et belle hypocrisie, non?

Si les trucs qui font sourire, n'étaient pas entrecoupés de citations sur sa personne, où il se décrit au premier degré (interviews télé ou magazines)...

Heureusement, y a des trucs lucides, mais ça me rend pas vraiment le bonhomme sympathique:

Il m'arrive de manquer d'humour en effet, je supporte mal qu'on se moque de moi. Comme un cuisinier déteste qu'on lui pique ses spécialités.

Une autre dans le genre "le peuple pue du cul, éloignons-nous"?

Aussi agaçante et chichiteuse que puisse être la gauche caviar, je la préfère tout de même à la droite choucroute!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par dibenet 2013-04-12T09:07:50+02:00
Lu aussi

Florilège de piques et répliques extraites des livres, sketches, spectacles et interviews de Guy Bedos : une revue d’histoire contemporaine drôle et féroce, doublée d’un autoportrait brillamment mégalo !

Afficher en entier

Date de sortie

Pointes, piques et répliques

  • France : 1998-05-05 - Poche (Français)

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 3
Commentaires 2
Extraits 1
Evaluations 2
Note globale 5 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode