Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Pomme_damoour : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Le Sang des Dieux et des Rois, tome 1 Le Sang des Dieux et des Rois, tome 1
Eleanor Herman   
Aimant particulièrement la mythologie, les histoires de légendes dieux créatures et autres se rapportant à ça, je me suis dit que ce livre ne me décevrait pas, et pourtant il n'a été qu'une lecture banale, sans plus.

Au tout début du roman, j'avais un peu de mal à me plonger dans l'histoire, mais c'est vite passé.
On suit différents personnage, notamment Alexandre le Grand (âgé alors de 16ans il me semble), son bras droit Héphestion, sa demi soeur Cynané etc..
Je n'apprécie pas particulièrement ce type de narration, sans pour autant la détester non plus, mais je trouve qu'on n'en apprend pas assez sur les personnages, je n'ai donc pas apprécié un personnage plus qu'un autre, voir un personnage tout court au final ..
(petite remarque personnelle: Jacob apparaît sur la 4ème de couverture, mais il n'est pas beaucoup présent dans le roman, je n'ai pas trop compris l'intérêt de le mettre dans le résumé, passons..)

L'histoire se déroule donc dans la Grèce antique, entre guerres, complots et quêtes personnelles.. et l'amour? Pas vraiment présent, et j'ai trouvé cela dommage.
Tout comme le côté mythologique, que je n'ai pas assez retrouvé à mon goût.
Le récit est bien mené certes, l'auteure s'est bien documentée, les faits et détails sont réalistes, mais voilà je m'attendais à quelque chose qui sorte de ce cadre un peu trop historique et guerrier.

Le tome 1 m'a suffit, je découvre l'auteure par ce livre, et c'est dommage, mais je l'ai trouvé un peu trop historique à mon goût (je ne sais pas pourquoi, j'avais en tête le film "Alexandre" avec Colin Farrell et Jared Leto..), pas assez tourné vers les dieux et mythes justement, malgré le titre.
L'École du Bien et du Mal, Tome 1 L'École du Bien et du Mal, Tome 1
Soman Chainani   
En lisant le résumé, L’ÉCOLE DU BIEN ET DU MAL avait l'air d'un livre très sympathique, adressé aux enfants mais tout de même sympathique. A la lecture pourtant j'ai enchainé les déceptions et j'ai finis ma lecture avec un avis très négatif sur le roman.

Pour commencer je n'ai pas aimé les personnages; Sophie est superficielle, idiote par moment et tout simplement cruelle avec les autres. Agatha de son côté n'est pas mieux, elle se dévalorise sans cesse, est naïve au plus haut point et bien trop gentille (ce qui, excusez mon avis, peut-être embêtant dans la vie). Pour ce qui est des personnages secondaires le bilan est similaires, au final tous les protagonistes partagent une même opinion manichéenne sur la société (du moins dans les 3/4 du roman). Cerise sur le gâteau, les adultes sont tout aussi mauvais d'après moi: ils dévalorisent volontairement leurs élèves et sont parfois plus idiot et insipide que ces derniers.

Concernant l'histoire, j'ai trouvé le concept de base très intéressant, et je m'attendais à un livre montrant aux enfants (étant la cible éditoriale ici) que la vie ce n'est pas les méchants d'un côté et les bons de l'autre. Au contraire, l'impression qu'il me reste après la lecture est que la laideur est mauvaise et la beauté pleine de bonté. Me dira-t-on, "Et la fin du livre alors?", certes elle coupe un peu avec cet avis général, mais ce ne sont que quelques pages sur plus de 400. Je ne dis pas que le roman prône ces idées, mais je les ai ressentie bien trop présentes lors de ma lecture personnelle.

Un autre point important d'après moi est l'utilisation des stéréotypes, qui est ici massive, et à double tranchant. D'un côté l'auteur les utilisent pour tourner en ridicule les contes et leur schéma prédéfinie, ce qui est un point intéressant du roman; mais d'un autre côté, ces stéréotypes ont conduit à BEAUCOUP de propos sexistes. Les garçon devait cultiver leur force physique tandis que les filles apprenaient à sourire pour charmer un homme. De plus, pour les professeurs de cette école, hors de question pour une princesse de ne pas avoir un prince, cela étant considéré comme un échec et un motif de renvoie de l'école... Merci mais les femmes n'ont pas besoin d'un homme pour être heureuse, et ne sont d'ailleurs pas toutes attirés par ces derniers.

Au final c'est une lecture très décevante pour moi, j'avais envie de secouer les personnages et de leur parler d'un concept qui leur semble inconnue: l'égalité. Évidemment il n'y a pas que des points négatifs dans ce roman, mais malheureusement ce sont ceux-ci qui m'ont marqués.
Les Maudits, Tome 1 : Résurrection Les Maudits, Tome 1 : Résurrection
Édith Kabuya   
Déroutant. Bouleversant. Beau.
Voilà trois mots qui décrivent bien ce livre. Je croyais que j'allais lire un livre débile mais depuis que je l'ai ouvert, je ne l'ai pas lâché une seule fois, je l'ai commencé au premier cours de la journée et l'ai finit à la cloche du dernier.
franchement, ce livre est époustouflant, à la fois merveilleux et violant, il vous laisse un atroce sentiment d'irréalisme et une phrase qui se répète tout le temps dans votre tête "je le crois pas! je le crois pas!". Ce livre est tellement plein de surprises que vous vous retrouverez toujours surpris même si vous vous êtes attendus à la surprise.
j'attends impatient la sortie du 2 tome, d'ici là, je vous recommande de lire Maudits car il peut vous apprendre beaucoup de choses sur ce que doit être un vrai livre.

par sar199
Les Cœurs brisés, tome 1 Les Cœurs brisés, tome 1
Amelia Kahaney   
Tout commence quand Anthem rencontre ce garçon Gavin. Ils tombent rapidement amoureux quand un soir Gavin se fait kidnapper par une bande de mafieux du quartier Sud, le plus pauvre de Bedlam. Anthem est donc obligé de ramener de l'argent sinon Gavin se fera tuer. Mais les parents d'Anthem refusent, elle est donc obligé de sans chargé elle-même aidé par son chauffeur. Elle va alors tout faire pour le sauver...


Au début je trouvais ça dommage qu'ils tombent amoureux si vite! Mais quand tu avances dans la lecture tu comprends mieux. [spoiler]Bien avant le milieu du livre je m'étais poser la question si Gavin n'était pas avec les mafieux. Bien sûr j'ai eu la confirmation donc ça ne m'a pas forcément choquée bien que j'espérer que je me sois trompé car il l'a quand même bien manipulé.[/spoiler]

Les parents d'Anthem sont assez indifférents à elle. La mère prend des médicaments pour ne pas penser à Régina, sa première fille morte 17 ans plus tôt et retrouvé dans un lac. Et le père lui se plonge dans le travail.

Concernant Régina la grande soeur d'Anthem, je sais un peu pourquoi elle est décédée. [spoiler]Un moment dans le livre ont voie les initiales "RF+LE".
*RF* fait référence à Régina Fleet, et *LE* fait référence à l'Espoir. Ce qui veut dire qu'elle sortait avec L'espoir. Celui qui combattait contre les gangs, la corruption etc... Je pense que les parents d'Anthem le savent.[/spoiler]

Concernant le personnage de Ford j'ai hâte de voir l'évolution de sa relation avec Anthem!
Donc en gros j'ai beaucoup aimé, j'ai hâte de lire le second tome qui sortira en Septembre 2015!

http://love-and-passion-of-book.skyrock.com/3245718478-Amelia-Kahaney-Les-Coeurs-Brises-Tome-1.html
Multiversum, Tome 1 : Multiversum Multiversum, Tome 1 : Multiversum
Leonardo Patrignani   
Multiversum se pose comme une incroyable aventure romanesque sur fond de science-fiction. L'auteur, Leonardo Patrignani, propose un voyage à travers les dimensions parallèles, l'espace, le temps.
Les rebondissements se succèdent et surprennent.
Une histoire vraiment complexe et un excellent scénario avec plein de rebondissement ! Je le conseille vivement !

"Si vous espéreriez un jour que quelqu'un vous aime quelque part, si cette personne existait, vous laissait des messages furtifs comme une bouteille sur le flots de vos pensées et vous appelait à la retrouver au bout du monde.
Le feriez-vous?"

Elia, la passeuse d'âmes, Tome 1 Elia, la passeuse d'âmes, Tome 1
Marie Vareille   
Elia, la passseuse d'âmes me tentait déjà un certain temps et puis on m'a bien tenté avec ce premier tome (avec des arguments infaillibles), pour que finalement je me le commande dans la foulée.

Elia, la passeuse d'âmes mêle plusieurs genres, un mélange intéressant entre Hunger Games et Divergente avec un univers complexe et tellement intriguant qu'on veut absolument en savoir plus. Elia est une passeuse d'âme. Concrètement, elle exécute ceux qui n'ont plus d'utilité dans la société ou encore ceux qui sont contre le système. Cette tâche ne devrait pas lui poser de problème seulement Elia, elle, ressent, elle éprouve des émotions qu'elle cache du mieux qu'elle peut, tout comme la couleur de ses cheveux. Un jour, Elia va remettre en cause tout ce qu'elle connait pour sauver la vie de ce garçon, ce nosoba (la caste la plus inférieure). Ce petit écart va la mettre dans une situation impossible et elle va être obligée de fuir. Dans sa fuite, elle va faire de nombreuses rencontres et va découvrir l'envers du décor. Bien loin du confort et des "libertés", elle va devoir se faire discrète, travailler dure pour survivre dans la Dédale.

L'univers dans lequel nous plonge Marie Vareille est assez incroyable. On est très rapidement mis dans l'ambiance et ce dès les premières lignes. Il faut dire que les chapitres qui commencent par un évènement plus loin on le don pour nous tenir en haleine jusqu'au bout. Et ça à complètement marché avec moi.

Côté personnages, je me suis beaucoup attachée à Elia. Elle est très courageuse, loyale et prête à tout pour aider sa famille et ses amis. La pauvre va en voir de toutes les couleurs. Mais jamais elle ne se laisse abattre, bien au contraire, elle redouble d'énergie et de courage pour s'en sortir. Côté masculin, il ne m'a pas fallu longtemps pour apprécier, adorer le personnage de Sol, qui reste très mystérieux. Là où ça pêche, c'est l'ombre de ce triangle amoureux qui menace le tableau déjà tout tracé que je m'étais fait. Seul la suite pourra le confirmer !

En tout cas, cette lecture ne m'aura pas fait long feu. Les pages se tournent vraiment toutes seules et quand on arrive aux dernières lignes on se dit que c'était vraiment trop court. En conclusion, j'ai beaucoup aimé ce premier tome et j'ai hâte de connaître la suite !

par Carole94P
Les Fragmentés, Tome 1 : Les Fragmentés Les Fragmentés, Tome 1 : Les Fragmentés
Neal Shusterman   
voila un livre coup de cœur absolu. C’est un roman où l’on suit alternativement les 3 personnages. Connor le rebelle, Risa la méfiante et Lev le conditionné. C’est intéressant comme chacun a un vécu et une psychologie différente cela permet de donner trois éclairages différents au sujet de la fragmentation, Lev, par exemple, considère comme un honneur suprême le fait d’être décimé car c’est dans cette idée qu’il a été éduqué ce qui n’est pas le cas des autres.
Le rythme est soutenu, la construction du récit est remarquable, et au fur et à mesure des péripéties, on rencontre une riche galerie de personnages secondaires qui montrent différents visages du monde adulte, (traqueurs, pasteur, sauveur, camionneur greffé du bras…).
Ce roman parle de la quête de soi et de la liberté et, en abordant des sujets tels que le don d’organe et le progrès médical, donne des pistes de réflexion intéressantes. Il est difficile voire impossible de lâcher ce roman avant la fin.
Deux points positifs encore : premièrement c’est un roman en un seul tome, deuxièmement la fin même si elle n’est pas « rose » est très satisfaisante.


par lol89
Le Secret de l'inventeur, Tome 1 : Rébellion Le Secret de l'inventeur, Tome 1 : Rébellion
Andrea Cremer   
Avec ce roman les éditions Lumen nous prouvent une nouvelle fois qu’elles ont le nez pour les pépites et nous donnent encore plus envie de découvrir leurs prochaines sorties. Car jusqu’à présent je n’ai encore jamais été déçue par leur choix de titres ou de design.

Un beau livre-Objet

Pour commencer et pour tout vous dire j’avoue avoir été attirée dans un premier temps par la couverture, ce cœur mécanique laisse fonctionner l’imagination et m’a interpellée de façon à vouloir lire ce livre à tout prix.
De plus, j’ai aussi trouvé très bien fait les premières pages de chapitres avec ce fond Steampunk grisé. Cela met une touche supplémentaire de modernisme dans cette édition et m’a fait particulièrement apprécié de le tenir dans les mains. C’est un livre qui de par sa couverture, sa tranche et son intérieur, aura une belle place dans votre bibliothèque.

Des personnages bien menés et intéressants

Charlotte a 16 ans, elle vit dans un monde souterrain, les Catacombes pour fuir les Britanniques de l’Empire. Ils sont nombreux ainsi à vivre cachés et à sortir de temps en temps pour se tenir informés. C’est au cours d’une de ces sorties que Charlotte ramène un jeune homme avec elle. Celui-ci était poursuivi par les cueilleurs, des machines articulées pilotées appartenant à l’Empire.
Les Catacombes, lieu de vie des enfants de résistants avant leur 18 ans, âge auquel ils peuvent prétendre rejoindre leurs parents dans la lutte contre l’Empire. De nombreuses grottes sous la terre, aménagées de façon à ne pas se faire remarquer et à vivre en sécurité loin des Britanniques.

Ashley, le chef des Catacombes, est le frère de Charlotte. Il est proche de ses 18 ans et donc de son départ à l’extérieur pour continuer la lutte de façon active. C’est un jeune homme sérieux et plein de charisme qui tient les enfants des Catacombes en sécurité par son côté froid et sévère de prime abord. Il est cependant attentionné pour sa sœur et les autres et surtout empreint d’inquiétude à leur sujet.
Charlotte est tout son contraire. Elle est impétueuse, pleine de verve et d’ironie, surtout envers Jack, téméraire et casse-cou. Elle se veut adulte mais reste aussi impulsive et parfois irréfléchie comme la fois où elle ramène Grave avec elle.

Jack, dès le départ m’a plu. Il est arrogant, plein de morgue, il adore taquiner Charlotte au maximum, mais en même temps il est sérieux et très utile dans leur sortie pour récupérer du matériel. Et puis la suite va le rendre encore plus utile et attirant. Il a un petit côté espion qui me fait frétiller les neurones, même si les secrets qu’il cache vont le faire un peu baisser dans mon estime, il reste cependant un personnage que j’aime beaucoup. Meg, la bonne amie de Charlotte, leur guérisseuse et confidente est douce et compatissante pourtant la suite va nous la montrer aussi pleine de secrets. Et enfin Grave, notre malheureuse victime poursuivie par les Cueilleurs. Amnésique, pâle, empreint d’une inquiétude grandissante sans savoir d’où lui vient cette impression… Tout ce qui se rapporte à lui est mystérieux. La suite de nos découvertes ne va pas nous faire changer d’avis non plus sur lui et l’énigme qu’il représente. Lorsque la réponse nous apparaîtra enfin, ce ne sera que le début de nouvelles questions plus importantes les unes que les autres.

Un récit aussi palpitant que captivant !

Néanmoins, c’est lorsque les événements commenceront à se bousculer et à amener nos jeunes amis dans un monde inconnu d’eux et plein de danger que l’aventure, déjà bien omniprésente, deviendra alors un véritable périple.

Que de chamboulements cela va-t-il amener dans leur vie ?!

Toujours est-il que nous allons alors être plongés avec eux dans la politique, la bataille des adultes et les dangers inhérents à cette situation nouvelle et complexe. Pourront-ils et sauront-ils faire face à tout cela ?

Voilà les questions qui vont nous tenir en haleine, car même si le rythme n’est pas particulièrement soutenu, l’auteur nous campe le décor de façon plus qu’intéressante et captivante. L’ambiance, les détails décoratifs ou costumiers, les nouveaux personnages mais aussi les changements qui s’opèrent chez nos héros, tout cela nous imprègne un peu plus dans ce style Steampunk qui me plait énormément, il faut avouer.

Les personnages se dévoilent au fur et à mesure et ça complexifie le récit.

Tous ne sont pas ce qu’ils semblent être et nous allons de découvertes en découvertes, de surprises en secrets dévoilés. Ils sont savamment distillés dans le récit et nous tiennent captifs.

Mais ce n’est pas tout. Les petites merveilles technologiques que nous découvrons tout au long de l’histoire m’ont émerveillée par leurs descriptions et leur utilité. L’imagination de l’auteur sur ce point est magique. Qu’ils s’agissent des petites souris mécaniques, du canon à double polarité ou de la libellule, les imaginer m’a fait rêver et voyager dans le Steampunk de façon irremplaçable. Ce sont pour ces inventions surprenantes, ces anachronismes voulus entre le XIXe et ce modernisme que j’ai commencé à apprécier ce style de roman. Andrea Crémer sait nous plonger dedans avec style et une facilité déconcertante.
Sa plume nous entraîne avec elle au point de dévorer son roman et d’en redemander encore. Les derniers chapitres vont nous laisser dans l’expectative sur de nombreux points et en même temps nous attacher encore plus aux personnages qui vont développer devant nous une grande maturité et une conscience de leur mission digne du meilleur des adultes.

C’est donc un coup de cœur pour moi que ce roman du genre Steampunk, que ce soit l’objet en lui-même que le récit, j’ai tout aimé.

J’ai hâte de suivre à nouveau les aventures de nos jeunes héros et particulièrement de Charlotte qui a su mûrir contre vents et marées et nous donne un aperçu magnifique de la jeune femme qu’elle va devenir. Alors, maintenant à quand la suite ?



par Aelynah
Library Jumpers, Tome 1 : La Voleuse de secrets Library Jumpers, Tome 1 : La Voleuse de secrets
Brenda Drake   
Une couverture, un titre et un résumé prometteur et aguichant... et pourtant, je suis un peu déçue.
En soi l'histoire est originale et sympathique, et les personnages appréciables.
Et pourtant, le plus gros défaut pour moi, c'est l'écriture : en effet, la narration se focalise beaucoup sur l'action et manque de détails sur les pensées/émotions/ressentis des personnages. De plus, les péripéties se multiplient très vite sans nous laisser le temps de respirer, d'analyser et comprendre bien tout ce qu'on a lu et de s'attacher aux personnages.
Du coup, toute l'histoire défile très rapidement et certains passages manquent de profondeur.

L'héroïne, Gia (entre autres), semble tout accepter très vite, les révélations la touche 5min et puis elle s'en est remise, elle apprend très vite à contrôler ses pouvoirs, tombe très vite amoureuse... et ce n'est pas la seule dans ce cas.

Les dialogues sont sympa mais sans plus, ils me semblent encore une fois pas assez poussés. Des questions sortent quand on ne les attends pas, des discussions trainent alors que la situation n'y est pas favorable, tous semblent tout comprendre très vite pour poser pile les bonnes questions et faire les bonnes déductions.

Au final, cette lecture ma laissé un sentiment de trop rapide, et d'un peu baclée.
Et pour du young adult, je trouve que ce livre ressemble plus à du jeunesse dans sa simplicité d'écriture.
Un + pour l'univers et les idées, mais un gros - sur l'écriture et les personnages.

Donc déçue, mais je pense quand même lire la suite.


par Kalenn
L'Odieux Connard – Qu'il est bon d'être mauvais L'Odieux Connard – Qu'il est bon d'être mauvais
Odieux Connard   
Un avis complet sur http://lestentatrices.net/2015/07/07/lodieux-connard-quil-est-bon-detre-mauvais/

Selon Google, un connard est une insulte désignant quelqu’un qui se comporte de façon déplaisante ou déplacée, par manque d’intelligence, de savoir-vivre ou de scrupules… Mouai, je pense qu’une bonne discutions avec Larry Page concernant cette définition est envisageable.

Son roman est une version minimaliste de son blog, où l’auteur passe par de nombreux sujets, tout est abordé, le cinéma, les hommes, les femmes, l’éducation et j’en passe…

Son sens critique est bourré d’humour, en effet Monsieur et Madame tout le monde ne seront pas forcément d’accord, mais ça n’en reste pas moins excellents, ça en décoincerai plus d’un, pourquoi tout dramatiser, rester sérieux??

Tout est tourné à la dérision pour notre plus grand plaisir, une lecture sympathique à lire avant d’aller se tuer à la tache au boulot, d’affronter sa collègue dépressive, son patron que l’on a envie d’envoyer bouler.

Alors oui j’assume, j’ai ris dans le métro devant les têtes d’ahuris des autres voyageurs, ma voisine de siège lorgnais ma lecture, son regard avide me suppliait de lui donner un petit aperçu, j’ai donc céder et son sourire en disant long…

Sa plume est acerbe, graveleuse, le 7ème art en prend pour son grade et il n’a pas forcément tord, mais comment lui en vouloir quand il arrive à nous faire rire autant…

Ô Roi des Connards, je m’en vais de ce pas ériger une statue, mon adoration pour votre personne suinte par tous les pores de mon corps, je me prosterne devant un vrai Connard et pas les pâles imitations…

Épousez-moi, faites moi plein de bébé cynique, égocentrique, misanthrope, on formera un société secrète…Je déconne bien entendu…ou pas allez savoir…