Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par Pompon

Extraits de livres par Pompon

Commentaires de livres appréciés par Pompon

Extraits de livres appréciés par Pompon

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
date : 14-09-2015
Les deux acteurs continuèrent à jouer merveilleusement bien. La fin s'approchait. Les spectateurs suivaient en retenant leur souffle le destin de la malheureuse jeune fille, abandonnée par son bien-aimé et sur le point de mettre fin à sa vie.
"Je ne peux continuer à vivre", déclama Evelyne. "Je préfère choisir la mort aux jours creux privés de son amour!". Elle prit alors le poignard, et se le planta dans le coeur. Du sang jaillit de sa poitrine et la jeune fille s'écroula sur scène.
"David...", murmura-t-elle, et rendit son dernier souffle.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 24-08-2015
Nous vivions dans un monde où enfants comme adultes se blessaient souvent: de ces blessures le sang jaillissait, la suppuration survenait, et parfois on en mourait. Une des deux filles de Mme Assunta, la marchande de fruits et de légumes, s'était blessée avec un clou et était mort du tétanos. Le petit dernier de Mme Spagnuolo était mort du croup. Un de mes cousins, qui avait alors vingt ans, alla pelleter les décombres un matin: le soir il était mort, écrasé, le sang lui sortant par les oreilles et par la bouche. Le père de ma mère avait été tué alors qu'il construisait un immeuble et en était tombé. Le père de M. Peluso avait perdu un bras: c'est sa toupie de menuisier qui lui avait traîtreusement coupé. La soeur de Giuseppina, la femme de M. Peluso, était morte de tuberculose à vingt-deux ans.
L'aîné des enfants de Don Achille -je ne l'avais jamais vu et pourtant j'avais l'impression de m'en souvenir- avait fait la guerre et il était mort deux fois, d'abord noyé dans l'océan Pacifique et puis mangé par les requins.
Avez vous apprécié cet extrait ? +4
date : 21-04-2015
- Mikhaïl, ta mère a été arrêtée, parvint-il à dire avant de s'effondrer, en larmes.
Assomé par le nouvelle, il se sentit impuissant à la vue de son père en pleurs et se tint immobile à ses côtés. C'était la première fois qu'il voyait son père pleurer.
- Laisse-moi te préparer un peu de café, papa, murmura-t-il.
Misha saisit la chaise la plus proche et s'assit, attendant que son père retrouve son calme. Portant d'une main tremblante la tasse de café à ses lèvres, celui-ci prit la parole quelques secondes plus tard.
- J'ai été convoqué par le colonel Volodin à cinq heures ce matin. Maman a été arrêtée par le NKVD. Elle a été déclarée ennemie du peuple.
Ils apprirent au cours de la semaine qu'elle avait été expédiée dans un camp à l'est, pour dix ans avec interdiction de correspondre avec sa famille. Misha était désespéré. Il ne supporta pas l'idée de retourner en classe et manqua les cours plusieurs jours. Les mêmes questions le hantaient: de qui l'ordre venait-il? Qu'est-ce qui pouvait justifier l'exil de sa mère?
Un mois plus tard, alors que Misha insistait auprès de son père pour qu'il aille trouver le colonel Volodin et plaider leur cause, Yegor Petrov lui annonça que le colonel avait disparu à son tour. D'une voix mal assurée, il avoua craindre que le colonel n'ait été supprimé. Il ajouta qu'il ne devaient plus jamais parler d'Anna.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 02-01-2015
Malgré un manque de fonds chronique et des origines douteuses, Holly Golightly parvenait à être envoûtante. Elle aurait fait parti de la haute société et aurait été mannequin, nous aurions peut-être été moins impressionnés par ses choix vestimentaires, mais parce qu'elle s'était sortie de la misère à la force du poignet (et que c'était une fille, par-dessus le marché), parce qu'elle mettait le style à profit pour dépasser les restrictions imposées par la classe dont elle était issue, la Holly incarnée par Audrey prouvait que le glamour était à portée de tous, quelques soient les âges, ses préférences sexuelles ou son standing. Grace Kelly ne prenait aucun risque en matière de style, celui de Doris Day n'éveillait le désir de personne et celui d'Elizabeth Taylor, à moins d'avoir ce genre de silhouette, semblait inaccessible; mais dans "Diamants sur Canapé" Audrey avait une allure démocratique.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
En face du complexe des pyramides se trouvaient le Giza Hut. C'est ainsi que tout le monde appelait le Pizza Hut local. Au cours de leur premier voyage au Caire, Mimi et Oliver y avait déjeuné, et Oliver avait pris une photo du logo moderne et criard du restaurant à côté d'un fenêtre donnant sur les tombes. Il n'y avait nul besoin d'être un sang-bleu pour apprécier l'ironie délicieuse de ce contraste, ni la pizza brûlante, d'ailleurs.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 02-12-2012
Le chien dit: je suis honnête responsable et loyal en amitié.
Le cochon dit: je suis ambitieux, travailleur et tout me réussit!
Le chat lance des "tssss" de dédain...

Tout dans l'univers a sa raison d'être.
Ne te compare jamais à quiconque.
Ne te sous-estime pas.
Ne te surestime pas.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 03-11-2012
- Qu'avez-vous penser en voyant votre locataire assassiné?
- J'ai dit à qui a voulu l'entendre : c'est son neveu , le brigand, qui a fait le coup pour hériter.
- D'où vous vient cette certitude?... car, enfin, accuser un homme d'un si grand crime, c'est le pousser à l'échafaud...
- Eh! monsieur, qui donc serait-ce?... Monsieur Monistrol est venu voir son oncle hier soir, et quand il est sorti il était près de minuit... même, lui qui me parle toujours, il ne m'a rien dit ni en arrivant ni en s'en allant... Et de puis ce moment, jusqu'à celui où j'ai tout découvert, personne, j'en suis sûre, n'est monté chez monsieur Anténor...
[...]
" Ainsi, madame, insista-t-il, vous êtes certaine que monsieur Monistrol est venu hier soir?
- Certaine.
- Vous l'avez bien vu, bien reconnu?
- Ah! permettez... je ne l'ai pas dévisagé. Il a passé très vite en tâchant de se cacher, comme un brigand qu'il est, et le corridor est mal éclairé..."
Je bondis, à cette réponse d'une incalculable portée, et m'avançant ver la concierge:
" S'il en est ainsi, m'écriai-je, comment osez-vous affirmez que vous avez reconnu monsieur Monistrol?"
Elle me toisa, et avec un sourire ironique:
" Si je n'ai pas vu la figure du maître, répondit-elle, j'ai vu le museau du chien..." [...]
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Le détective la regarda gravir les marches sans comprendre. Arrivée sur le seuil, l'aînée des Wilcox hésita une seconde, puis rebroussa chemin.
Elle frappa à la porte de sa sœur.
- C'est moi.
Un froissement se fit entendre. Luna vint ouvrir, vêtue d'une chemise de nuit. Elle était pâle comme un linge.
- J'ai quelque chose de très important à te dire, commença Amber.
- Moi aussi.
Luna se tourna vers le chaton. Il avait les yeux grand ouverts. L'aînée des Wilcox en demeura figée.
- Il...?
- Il est revenu à lui,oui.
Elles s'assirent ensemble sur le rebord du lit.
- Mais ce n'est pas tout, fit la cadette avec un tremblement dans la voix.
- Quoi?
Luna gratta le crâne du petit animal.
- Hé, murmura-t-elle c'est Amber, ma sœur Amber, tu te souviens?
- Am-ber, répéta le chaton avec application.
L'aînée des Wilcox se leva d'un bond. " Je suis folle, se dit-elle. Je viens de sombrer dans la folie."
Avez vous apprécié cet extrait ? +3
Le jeune lieutenant regarda à travers les fenêtres de la maison. Elle paraissait vide et étrangement sombre. Il sursauta en entendant la porte claquer-le bruit résonna comme un coup de tonnerre. Une terrible angoisse s'empara de Cœur de Feu.
" Qu'y -t-il? lui demanda sa camarade, nerveuse, quand il sauta sur la clôture, la queue hérissée.
- Il se passe quelque chose d'étrange. Le nid est vide. Reste-là. Je vais jeter un coup d’œil.
Il traversa le jardin le plus discrètement possible. Dès qu'il fut devant la porte, il entendit des pas derrière lui. Tempête de Sable l'avait suivi, les muscles tendus à craquer mais l'air déterminé. Il hocha la tête, se tourna de nouveau vers le battant.
A cet instant, le vrombissement d'un monstre se fit entendre. Le chat roux se glissa dans un passage qui longeait la maison. La peur lui tordait le ventre, mais il continua jusqu'au bout du sentier. Dissimulé par l'ombre du mur, il vit sous la lumière aveuglante du soleil un labyrinthe d'allées et de nid de Bipèdes.
A ses côtés, la chatte haletait, étourdie par ce spectacle.
" Regarde!" souffla-t-il.
Une créature gigantesque, presque aussi grande qu'une maison, était immobile sur le chemin du Tonnerre. Le vacarme assourdissant provenait de ses entrailles.
Il sursautèrent quand une autre porte claqua sur leur droite. Un Bipède s'avança vers le monstre, un étrange objet à la main. On aurait une petite tanière tissée avec des tiges rigides. A l'une de ses extrémités était tapis une boule de fourrure blanche. Le chasseur plissa les yeux pour mieux voir. Son cœur bondit dans sa poitrine quand il reconnut le visage aux yeux écarquillés de terreur pressés contre les barreaux.
C'était Nuage de Neige!
Avez vous apprécié cet extrait ? +2
date : 01-09-2012
Avant d'avoir compris ce qui m'arrivait, je me retrouve dans dans une cabine avec quatre pantalon et trois pull. Maman m'attend dehors pour éventuellement chercher d'autres tailles. Je pose mes béquilles sur la cloison et enlève ma polaire. Ensuite je dois m'asseoir pour ôter mes baskets. C'est vraiment intelligent de la part d' Ed, de m'avoir fait un pied gauche assorti au droit. En chaussettes, on ne voit même pas la différence. je m'extirpe de mon bas de jogging, me lève et prends le premier pantalon accroché à la patère.
Et là, je reste pétrifiée d'horreur: les trois miroirs de la cabine m'offrent une vue complète de mon corps. je vois ainsi une fille dotée d'un affreux moignon attaché par des lanières à une prothèse de jambe. Une fille qui a perdu sa silhouette athlétique et ses larges épaules, qui a plusieurs kilos en trop, le ventre mou et un grand besoin de s'épiler. Sans oublier les petits seins qui ont l'air d'appartenir à quelqu'un d'autre, sous son sweat à côté, et un énorme popotin.
Cette fille, c'est moi.
J'ai vraiment du mal à me reconnaître.
Avez vous apprécié cet extrait ? +4
date : 01-09-2012
En maths, la vie n'était pas plus belle. première phrase du prof " La semaine prochaine, vous aurez une interro de maths."
Réaction de Margot: le hoquet. Elle se mit à émettre des hoquets monstrueux et gigantesques comme si chaque hoquet avait ses haut-parleurs individuels en stéréophonie. La classe était secouée par des rires qui se multipliaient à chaque nouveau hoquet. Margot aurait aimé que le carrelage s'ouvre et se referme sur elle, pour disparaître de la surface de la terre et qu'on n'entende plus parler de maths, du hoquet, ni d'elle pendant cent génération au moins.
Chacun offrit un conseil. Le prof envoya Camille chercher de l'eau.
" Bois... sans respirer." Aucun effet.
" Tiens le vers à l'envers, bouche ton nez avec le pouce et l'index et bois" Rien!
" Respire très fort" Néant.
"Saute!" Nul.
"Hurle!" Non.
Pendant qu'elle faisait le clown devant ces spectateurs captivés, quelqu'un cria : " Faites-lui peur!" Annick vint la gifler très fort sur les deux joues. Margot, sous le choc, fondit en larmes... mais le hoquet persistait. Le prof s'efforça de reprendre son cours au rythme du tic sans tac des hoquets de Margot. Elle voulait mourir tranquillement sur place et elle se voyait gentiment enterrée, lorsque la cloche sonna à réveiller les morts et à étouffer le moindre écho du hoquet.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 01-09-2012
Madame Luron fit un discours émouvant sur la liberté, la fraternité et l'égalité: "Aujourd'hui, nous allons procéder à l'élection des deux délégués de classe. Ils seront vos porte-parole. Chacun de vous peut poser sa candidature. Il faut une fille et un garçon. cet acte est riche d'enseignement car il permet l'apprentissage de la démocratie. Nous aiderons les délégués à exercer convenablement leurs responsabilités.
" Que fait le délégué?" demanda Jacques.
" Une fois par trimestre, il assiste au Conseil de classe. Il transmet à l'administration les propositions des élèves. Il défend surtout ses camarades au Conseil et leur rend compte des délibérations. Et il est responsable du cahier de texte et du cahier d'appel. Qui veut poser sa candidature? Honneur aux filles!"
Personne ne bougea. Un silence tendu tomba sur la classe et envahit l'espace comme une armée invisible. Madame Luron attendait, otage de la paralysie générale.
Margot réfléchit rapidement. " Elle mérite mieux que ça. Il faut que quelqu'un se dévoue quand même, et puis, assister au Conseil de classe n'est peut-être pas si mal."
Avez vous apprécié cet extrait ? 0