Livres
478 022
Membres
459 248

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Didie6 2014-11-07T12:08:06+01:00

(...) chaque fois que mon nom apparait dans un article du Times ils bombardent chacun de nos parents vivants d'une copie de la coupure de presse. La moitié de la retraite de mon père s'envole en frais d'affranchissement et ma mère reste au téléphone des journées entières d'affilée et il faut l'alimenter par intra-veineuse tant son début est vertigineux pour parler de son Alex.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-07T12:07:30+01:00

Je crois avoir déjà parlé de cette tranche de foie que j'avais achetée dans une boucherie puis tronchée derrière un panneau d'affichage en me rendant à une leçon de bar-mitsvah. Eh bien, Votre Sainteté, je désire à ce sujet passer des aveux complets. Qu'elle - que ce n'était pas mon premier morceau. Mon premier morceau, je me l'étais farci dans l'intimité de ma propre maison, enroulé autour de ma bite dans la salle de bains à trois heures et demie - et je me l'étais farci à nouveau au bout d'une fourchette à cinq heures et demie en compagnie des autres membres de cette pauvre et innocente famille qu'est la mienne.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-07T12:07:16+01:00

Elle était si profondément ancrée dans ma conscience que, durant ma première année d’école, je crois bien m’être imaginé que chacun de mes professeurs était ma mère déguisée.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-07T12:07:05+01:00

Vous comprenez ce que je suis en train de dire ? J’ai été élevé par des Hottentots et des Zoulous ! Je ne pouvais même pas envisager de boire un verre de lait avec mon sandwich au salami sans faire une grave offense au Seigneur tout-puissant. Imaginez alors ce que pouvait me faire subir ma conscience pour tout ce foutre déchargé ! La culpabilité, les angoisses –la terreur qu’on m’avait inculquée jusqu’à l’os !

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-07T12:06:44+01:00

Oh Seigneur, oh Seii-gnieur-euh, si tu es là-haut à nous inonder de ta lumière, pourquoi ne pas nous épargner à partir de maintenant la diction des rabbins ? Pourquoi ne pas nous épargner les rabbins eux-mêmes ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-07T12:06:30+01:00

Oui, les seuls êtres au monde dont, me semble-t-il, les Juifs n’ont pas peur sont les Chinois parce que, un, la façon dont ils parlent l’anglais fait de mon père l’égal de lord Chesterfield ; deux, ils n’ont de toute façon à l’intérieur du crâne qu’une poignée de riz bouilli ; et trois, pour eux nous ne sommes pas des Juifs mais des Blancs –et peut-être même des Anglo-Saxons.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-07T12:06:16+01:00

Qu’y avait-il dans leur monde qui ne fût chargé de risques, débordant de microbes, truffé de périls ? Oh, où était le dynamisme, où étaient la hardiesse et le courage ? Qui emplissait les auteurs de mes jours d’une telle crainte devant l’existence ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-07T12:05:59+01:00

[…] je ruminai mon mystère, me demandant souvent […] si mon testicule n’avait pas reflué au fond de mes tripes et n’avait pas commencé là à se muer en une sorte d’œuf que j’avais vu ma mère arracher sous forme de magma humide et jaune des sombres intérieurs d’un poulet dont elle vidait les intestins dans la poubelle. Et si des seins commençaient à me pousser, en plus ? Et si mon pénis devenait sec et friable, se cassait un jour dans ma main pendant que j’urinais ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-07T12:05:44+01:00

[…] ce qui me terrifiait le plus à propos de mon père, ce n’était pas la violence que je m’attendais à le voir déchaîner passagèrement contre moi, mais la violence que je souhaitais chaque soir au cours du dîner exercer aux dépens de sa carcasse de barbare ignorant. Comme j’avais envie de l’expédier, hurlant, ad patres, quand il mangeait en se servant dans le plat avec sa fourchette, ou lapait la soupe dans sa cuiller au lieu d’attendre poliment qu’elle refroidisse, ou tenter, à Dieu ne plaise, d’exprimer une opinion sur un sujet quel qu’il fût… Et ce qu’il y avait de particulièrement terrifiant dans mes vœux meurtriers tenait à ceci : si j’essayais de les réaliser, il était probable que je réussirais, il était probable qu’il m’y aiderait ! Je n’aurais qu’à bondir par-dessus la table servie, les doigts tendus vers sa trachée artère, pour qu’il s’effondre instantanément sur la table avec la langue pendante.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-07T12:05:30+01:00

NE TE PRECIPITE PAS TETE BAISSEE SUR UNE BLONDE, JE T’EN PRIE ! PARCE QU’AVEC TA VALEUR ELLE TE METTRA LE GRAPPIN DESSUS ET ENSUITE ELLE T’ABANDONNERA SAIGNE A BLANC DANS LE RUISSEAU ! UN PETIT INNOCENT COMME TOI, SI BRILLANT, ELLE TE MANGERA VIVANT !

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode