Livres
473 027
Membres
446 397

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Pot-Bouille



Description ajoutée par Hillja 2017-10-16T13:23:05+02:00

Résumé

L'histoire d'un immeuble dans le Paris embelli, policé, moralisé, rentabilisé par la révolution haussmannienne. Le propriétaire, les locataires, le terrible concierge, des employés «résignés comme des chevaux de manège», un architecte qui trompe sa femme, deux ou trois femmes hystériques, des gamines vicieuses, des « troupeaux de demoiselles à marier », des thés musicaux : pas de drame mais la ménagerie sociale d'une époque au grand complet, « la pourriture d'une maison bourgeoise, des caves au grenier ». Et, derrière le décor « Beaux-Arts » de la façade, le trou infect de la cour où la « rancune de la domesticité » vomit « les ordures cachées des familles ». « Toutes les baraques se ressemblent, conclut l'une des bonnes. C'est cochon et compagnie. »

Afficher en entier

Classement en biblio - 302 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par magdave 2010-10-08T23:18:25+02:00

" Ils restaient, la main dans la main, face à face, sans pouvoir détourner les yeux ; et leurs mains se glaçaient, et leurs yeux s'avouaient l'ordure de leur liaison, l'infirmité des maîtres étalée dans la haine de la domesticité. C'était ça leurs amours, cette fornication sous une pluie battante de viande gâtée et de légumes aigres! "

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Or

Ce n'est pas un secret, j'aime Emile Zola et la façon dont il sait dépeindre avec une grande réalité les sentiments les plus viciés de ses personnages et Pot Bouille n'échappe pas à la règle...

Ce roman, le dixième des Rougon-Macquart, est une belle critique de la vie bourgeoise parisienne. On y découvre plusieurs familles où les faux-semblants sont de mise et notamment Octave Mouret avant qu'il ne devienne le propriétaire du magasin "Au Bonheur des Dames".

J'ai également apprécié le fait qu'il n'y est pas autant de descriptions que dans le "Ventre de Paris" par exemple qui selon moi traînaient beaucoup trop en longueur parfois.

Néanmoins dans ce roman, celle de Mme Josserand, cette mère harpie qui n'élève ses filles que dans l'unique but de se trouver un bon parti, m'a énormément plu !

Pour résumer, Pot Bouille est un régal. Aussi je le recommande à tous les amoureux d'Emile Zola.

Afficher en entier
Diamant

une satire de la bourgeoisie. dans ce tome Emile Zola se moque ouvertement de la petite bourgeoisie de son époque et j'ai adoré. aujourd'hui ce livre est toujours d'actualité. un des meilleur des Rougons Macquart...

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par lag123 2019-05-07T09:11:56+02:00
Bronze

Les hommes de la bourgeoisie de cette époque ne pensaient vraiment qu'aux femmes. Les relations entre les personnages sont hypocrites et j'attendais les différentes révélations. C'était un des bon romans de la série, et l'on retrouve Octave dans le roman suivant.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Pendergast 2019-05-01T15:23:32+02:00
Or

Un excellent Zola, qui se lit très facilement. L'auteur s'en donne à cœur joie pour dénoncer l'hypocrisie de la petite bourgeoisie. Celle-ci se complait à donner des leçons de moral à la populace,selon elle, pleine de vices et se vautrant dans les immondices, mais ces fameux bourgeois, une fois leur belle porte close, n'hésitent pas à se vautrer dans l'adultère et les tromperies diverses...Selon Zola, c'est l'éducation des jeunes filles qui en est partiellement la cause, celles-ci étant maintenues dans la plus complète ignorance jusqu'à leur mariage, rêvant naïvement au prince charmant, et une fois face à la réalité, leurs beaux rêves s'effondrent .... Féroce et par moment drôle, un excellent roman!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par boby62210 2019-03-30T14:30:27+01:00
Or

Un bon foutage de gueule de la bourgeoisie de l'époque,. Dans ce roman monsieur Zola n'hésite pas à montrer les dessous sales de la bourgeoisie qui n'accorde d'importance qu'à l'apparence. Avec ce livre, comme dans tous ceux qui ont pour cadre Paris, je n'ai pas eu le temps de m'ennuyer une seconde. Se lit facilement

Afficher en entier
Commentaire ajouté par CecileM 2019-01-14T18:28:47+01:00
Or

J'ai grandement apprécié ce dixième tome de la série des Rougon-Macquart, même s'il ne fait pas partie des plus connus. Zola y fait une satire féroce de la moyenne bourgeoisie, hypocrite qui cache tous ses vices derière une façade d'honnêteté et de vertu. On peut le lire aussi comme une critique du mariage comme institution bourgeoise, avec la recherche de dot, les filles que les mères trimbalent dans les bals leur faisant auparavant un "cours de prostitution décente et permise", l'adultère étant une pratique généralisée sous ce régime et le pendant bourgeois à la prostitution. Hypocrisie de cette belle facade de la maison, rue de Choisel : "C'était une paix morte de salon bourgeois, soigneusement clos..Derrière les belles portes d'acajou luisant, il y avait comme des abîmes d'honnêteté". Mais, dans la cour, se déversent, en parallèle, les flots d'ordures, les propos des bonnes qui se vengent de leur position de domestiques en rapportant tous les vices de leurs patrons et patronnes. Aucun de ces bourgeois ou bourgeoises ne valent mieux l'une que l'autre. Ils sont pathétiques mais aussi souvent comiques. Je pense d'ailleurs qu'on ne parle pas assez des passages comiques chez Zola (ici, par exemple, le chapître où Auguste, qui a surpris sa femme et Octave en flagrant délit, voulant au départ un duel pour venger son honneur, commande un fiacre à la recherche d'un témoin, puis au bout d'une de traversée de tout Paris qui aura quand même duré sept heures, dans un fiacre qui se traîne, de multiples étapes et rencontres, perdant au fur et à mesure de sa volonté belliqueuse, revient chez lui trop lâche et fatigué, prêt pour une réconciliation). A ces passages comiques s'oppose la description de l'accouchement d'Adèle, seule la nuit dans sa misérable chambre de bonne.

A la fin, tous ces bourgeois se raccommodent : "quand ils se sont craché à la figure, ils se débarbouillent avec, pour faire croire qu'ils sont propres."

Afficher en entier
Commentaire ajouté par hugotisdent 2018-12-17T23:34:42+01:00
Diamant

Superbe roman comme tous les autres . On we demande comment un auteur peut créer en lui cette multitude de personnages ,leur caractères, ces descriptions , ces rebondissements ...Un univers ! Un immeuble parisien sert ici de vitrine à Zola pour étaler les vices et les abominables secrets d'une bourgeoisie hypocrite obsédée par la sauvegarde des apparences. On ressort vidé d'avoir assisté à tant de mesquineries, de mensonges, de tromperies, mais c'est tellement bien écrit! Dans ce portrait sans complaisance d'une catégorie de la société du XIX, Zola signe une oeuvre inventive et riche, et se montre sans doute plus dynamique que de coutume.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Isallya 2018-03-31T12:31:37+02:00
Or

Un bon roman, qui présente une critique acerbe de la bourgeoisie sous des dehors de caricature. Une fois encore, Zola ne me déçoit pas.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Kiriu 2018-03-24T21:44:55+01:00
Argent

Je me suis lancée à la découverte des Rougon-Macquart de Zola ! Et quelle surprise, je ne m'attendais pas à m'amuser autant !

Le héro du roman est Octave Mouret, un jeune homme séducteur, qui est venu à Paris dans l'idée d'y faire fortune, il est logé par la famille Campardon, dans un grand immeuble parisien, habitées par de nombreuses "honorables" familles, que l'on découvre chacune sous toutes les coutures.

On peut dire que je me suis régalée de cette "pot-bouille", cette popote des ménages. J'ai beaucoup ri de cette madame Josserand qui cherche par tous les moyens à marier ses filles.

Zola se fait un malin plaisir de nous dévoiler ce qu'il se passe une fois les portes closes, chez ses familles si distinguées. Les comportements sont en effet bien crasseux, on ne s'ennuie pas, entre adultère, médisance et hypocrisie... Une chose est sure : on n'en mangerait pas de leur tambouille !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Roxye 2017-07-29T21:44:12+02:00
Or

Encore une fois, je reste bouche bée devant la plume d'Emile Zola. C'est le 9e roman que je lis de lui et je suis toujours aussi séduite par son sens de l'observation, son sens critique et la manière dont il parvient à mélanger documentaire et divertissement !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Rime-Citron 2017-05-25T23:51:58+02:00
Argent

C'est également une lecture que j'ai effectuée pour le lycée et il faut dire que ce livre m'a étonnement surprise. Je l'ai trouvée très bien

.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Laurien 2017-04-02T09:31:10+02:00
Argent

Un très bon tome, qui dévoile les secrets des familles bourgeoises dans leur intimité. Tout n'est qu'apparence, la richesse comme la respectabilité et la morale. J'ai été particulièrement marqué par l'accouchement de la servante, violée et obligée de cacher sa grossesse avant d'abandonner son bébé. Une plongée crue dans un monde.

Afficher en entier

Date de sortie

Pot-Bouille

  • France : 1993-01-07 - Poche (Français)

Activité récente

Gysmos l'ajoute dans sa biblio or
2019-02-17T20:57:01+01:00
Letizia l'ajoute dans sa biblio or
2019-02-17T19:07:28+01:00

Distinctions de ce livre

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Quiz terminés récemment

Les chiffres

Lecteurs 302
Commentaires 30
Extraits 7
Evaluations 61
Note globale 7.47 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode