Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Potatoesgonnapotate : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Aimez-vous Brahms.. Aimez-vous Brahms..
Françoise Sagan   
De nouveau, un beau livre de Françoise Sagan.
Belle écriture ...comme j'aime ...
Le Rouge vif de la rhubarbe Le Rouge vif de la rhubarbe
Auður Ava Ólafsdóttir   
Ce livre a indéniablement des qualités, à commencer par son univers atypique et poétique. C'est un délice de croquer un bout de l'Islande, à travers les descriptions de son climat, de sa luminosité, de sa faune et de sa flore, et de ses paysages. Puis que dire de ce personnage principal totalement hors norme ; Agustina, cette petite fille rêveuse, drôle et feel-good malgré son handicap.

Mais j'ai malheureusement le sentiment d'être passé à côté de ce livre. Malgré ses qualités, je ne l'ai pas trouvé particulièrement marquant. Il est un peu trop court à mon gout. Il lui manque une véritable intrigue prenante ou des descriptions un peu plus fouillées qui auraient pu rendre l'ensemble plus touchant.

En somme, une belle découverte, mais à prendre pour ce que c'est : le premier livre d'une romancière, qui a très certainement proposée mieux par la suite.
Lourdes Lourdes
Émile Zola   
Le moins que je puisse dire c'est que ce roman n'est pas du tout comique. Cela débute avec le départ du train blanc (les trains en partance pour Lourdes sont désignés par une couleur, selon la gravité des différentes pathologies présentes dans le train. Le train blanc est le train des personnes les plus malades Etant cheminote, nous avons eu au départ de ma gare plusieurs trains pour Lourdes (des trains bleus et des trains verts notamment), et déjà je peux vous témoigner que c'est assez impressionnant de voir ces personnes diminuées voire très diminuées embarquer avec familles, médecins brancardiers et infirmiers, tout en ayant une foi et un optimisme très impressionnants. ) Bref, Zola nous embarque dans le train blanc, avec comme à son habitude moult détails pour bien décrire le décor, les protagonistes de l'histoire. C'est tellement "bien" décrit que j'ai eu l'impression de sentir les odeurs et d'en avoir des hauts le cœur...
Ce roman fait la part belle aux questionnement concernant la foi, les croyances religieuses, qui pourraient soulever des montagnes (dans ce cas ci guérir des pathologies graves)... ou pas.
Zola reste Zola dans son écriture pour appréhender, décortiquer, expliquer une situation sociale. Ayant lu les 20 tomes des Rougon-Macquart, je n'ai pas du tout été désarçonnée par ce premier tome de la série des 3 villes. Zola aime revendiquer pour mieux montrer les faces cachées de la société, ici, c'est la religion qui est sa cible et il ne manque pas de discernement tout en respectant les croyances (ou non-croyances ou encore grands questionnements existentiels et/ou scientifiques par rapport à ces croyances) que tout un chacun peut ou pourrait avoir.
Un roman dur, de part ses descriptions et surtout son sujet, mais qui donne à réfléchir quel que soit notre parcours spirituel.

par Jenta3
Le Complot contre l'Amérique Le Complot contre l'Amérique
Philip Roth   
Que se serait-il passé si Lindbergh était resté président des Etats-Unis d'Amérique, lui qui était pro-Hitler ?
C'est cette extrapolation que nous propose Philip Roth, un bon roman qui s'appuie sur des fait réels comme par exemple le discours antisémite prononcé en 1941 par Lindbergh.

par Lydie66
La Religieuse La Religieuse
Denis Diderot   
J'ai dû le lire pour l'université, et franchement, je l'ai trouvé époustouflant. Comme déjà dit précédemment, l'auteur a eu l'audace d'ouvrir les yeux de ses contemporains quant à la vie des couvents, à une époque où ils n'en étaient pas encore conscients puisque les institutions religieuses étaient si inhérentes à leur quotidien. Ceci dit, il ne faut pas tout prendre au premier degré. L'oeuvre est tout de même fortement romancée, les personnages assez invraisemblables surtout au niveau de leur psychologie.
Mille femmes blanches Mille femmes blanches
Jim Fergus   
Excellent livre, riche en émotions et original.
Immersion dans une tribu Indienne et en cours de lecture, on se rend bien compte que les " sauvages " ne sont pas forcément le peuple auquel on s'attend.
Histoire touchante.

par ccmars
Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur
Harper Lee   
A travers les yeux d'une petite fille, on montre la ségrégation aux Etats-Unis. Le style est léger et drôle, mais derrière se cache une histoire pesante. Je le conseille à tout le monde.

par myosotis
Poule D Poule D
Yamina Benahmed Daho   
Ma critique va paraître très dure, mais je n'ai pas DU TOUT apprécié ce livre, qui m'est apparu comme une perte de temps.
Cacher un manque évident de scénario sous une histoire féministe n'apporte pas tout. Et pourtant, ce même féminisme prôné par l'auteur ne m'a pas du tout bouleversé ou même fait réagir. Je me suis ennuyé, au fil des pages, essayant de trouver un fil rouge ou un intérêt quel qu'il soit aux personnages. Mais rien, c'est vide, l'écriture est vide, le livre une banale description.
Malgré quelques éléments culturels intéressants, ce livre m'est apparu comme une suite de phrases, vidées de sens et de continuité. Il n'est même pas très long, mais tellement lourd à lire.
Déçue qu'un thème aussi intéressant soit aussi mal exploité.

par lilas16
Bonjour tristesse Bonjour tristesse
Françoise Sagan   
C'est impressionnant de voir avec quelle connaissance psychologique Françoise Sagan analyse ses personnages à l'âge de seulement 17 ans. Elle est capable de décrire des relations humaines compliquées avec une langue simple et compréhensible, de créer une tension énorme pour le lecteur et de faire des portraits réalistes.
Le livre présente deux visions différentes de la vie. D'une part, nous avons Cécile et Raymond et leur légèreté de vivre, leur enthousiasme pour les fêtes, l'alcool, l'amusement. D'autre part, nous avons Anne et sa vie ordonnée, réglée et planifiée.
Dans un décor de rêve, une atmosphère tendue s'instaure peu à peu, pour atteindre un certain paroxysme...
Un style épuré mais raffiné, un très bon roman.
Les Fureurs invisibles du coeur Les Fureurs invisibles du coeur
John Boyne   
L'avis d'Esméralda :

Quand John Boyne parle de son Irlande, on ne peut que ressentir son attachement à ces terres. Rudes, intransigeantes, inhospitalières, violentes, malgré cela il en résulte un sentiment de bienveillance.


John Boyne que je découvre est un auteur extraordinaire. Il insuffle une dose de magie dans un univers, dans une Irlande rigoriste et dirigée d’une main de maître.


Alors que l’actualité irlandaise annonce la légalisation de l’avortement, John Boyne, lui, nous fait découvrir l’enfer d’un jeune homme orphelin, Cyril Avery, qui ne peut pas assumer sa véritable personnalité. Etre homosexuel est alors considéré (et peut être encore de nos jours) comme étant une maladie mentale. Les passages à tabac, les meurtres sont tout simplement impunis quant les agresseurs sont adulés et innocentés. Cyril Avery est élevé par une père et une mère qui n’assume pas tellement leur rôle de parent. Tel une sorte de trophée pour parachever l’image d’une famille normale. Cyril grandit et s’interroge. Ses pulsions deviennent incontrôlables le mènent sur des chemins dangereux. Il souffre de son incapacité à être normal, se morfond, s’isole, s’imagine même être une bête. Survivre dans une Irlande catholique où l’Eglise dirige tout, le pousse à s’afficher avec la gente féminine, notamment avec la sœur de Julian Woodbead qui subira de plein fouet les remords de Cyril. Julian incarne l’homme idéalisé. Cyril ne peut rien lui refuser et est prêt à tout pour garder au moins son amitié. Julian est un homme à femmes, trop de femmes et cela lui sera fatal. Caricature parfaite du bon vivant, Julian détonne par son caractère nonchalant et bienheureux.


Cyril est un homme d’une gentillesse extrême et innée, bienveillant, certes un peu perdu mais tout au long de l’histoire il va s’affirmer et assumer toutes ses erreurs.


LES FUREURS INVISIBLES DU COEUR est une pépite, de celle qui témoigne des difficultés dues à l’ignorance et à la différence. John Boyne avec tact, humour et honnêteté relate l’histoire d’un homme qui en aime d’autres, qui se cherche, se trouve et se perd. Un homme qui doit fuir, se reconstruire et aimer. La pureté de l’amour entre deux personnes est si belle. Un amour qui prend une dimension significative et sensible dans les différents voyages qui prennent alors la dimension de la quête initiatique, de soi, de l’autre. Un quête contre l’ignorance, les préjugés et contre la maladie. Celle qui foudroie, qui intrigue et qui subjugue. Une quête rédemptrice. Si John Boyne ne tombe pas dans le mélodramatique, il insuffle une dose d’optimisme et d’humour à bien de scènes. Les dialogues pimpants et ingénieux viennent contrecarrer les monologues déprimants. John Boyne confronte la haine et le pardon. Les murs sont si difficiles à abattre.


Après un début difficile car je suis sortie de ma zone de confort, la suite a été un véritable délice. Les aventures de Cyril sont à la fois émouvantes et déconcertantes. La vie et son sens de l’humour s’invitent dans un décor sinistre et violent. Comment ne pas succomber et apprécier à sa juste valeur le dernier roman de John Boyne ? Une pure merveille tout simplement à dévorer !