Livres
481 669
Membres
467 837

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par marine811 2015-04-27T10:38:25+02:00

Elle se pencha pour embrasser sa mère une dernière fois avant de partir.

— Dors bien, dit-elle doucement. Rêve de ce que tu feras lors de ton premier jour de liberté, dans ta nouvelle vie. Tu pourras enfin rire sans redouter d’attirer son attention… Tu pourras te remettre à la peinture, et les gens se battront pour acheter tes toiles, exactement comme autrefois.

— Oh ! je n’ai pas touché un pinceau depuis des années, observa sa mère. Je n’en ressens plus le désir.

— C’est parce que tu ne t’autorises plus à éprouver quoi que ce soit. Ce sera très différent quand tu ne seras plus sous son influence. Maman, tu vas récupérer ta vie !

— Et si ton père rentre de Crète plus tôt que prévu ? s’inquiéta sa mère, ses grands yeux anxieux posés sur elle. Et s’il découvre que tu n’es plus là ? Y as-tu pensé ?

Oui, elle y avait pensé. C’était un risque contre lequel elle ne pouvait se prémunir. Alors mieux valait l’ignorer. Sinon, tout était fichu.

— Il ne rentrera pas plus tôt que prévu, assura-t-elle en souriant. Il ne l’a jamais fait, n’est-ce pas ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ellea 2019-09-14T00:00:03+02:00

- Je peux te protéger, dit-il. Tu n’as plus rien à redouter de ton père si tu es auprès de moi.

Mais c’était de lui qu’elle avait peur… Ou plutôt des sentiments qu’il lui inspirait. D’un geste brusque, elle se dégagea de son étreinte.

- Pourquoi en reviens-tu toujours à ta rivalité avec mon père ?

À ces mots, il sembla se tendre davantage et lui décocha un regard dur.

- Tu crois vraiment que mes sentiments pour ton père sont liés à des affaires économiques ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ellea 2019-09-13T23:10:23+02:00

- Oh ! oui, répondit, tout sourires, l’une des dames du groupe. Donnez-moi cet homme si séduisant, qui se tient à la table un peu derrière vous, s’il vous plaît, mademoiselle. Et dites-moi s’ils ressemblent tous à celui-ci ! Parce que si c’est le cas, je m’installe à Athènes immédiatement.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ellea 2019-09-13T23:07:23+02:00

Elle était partie… et c’était sa faute. Au lieu de l’écouter et de lui prouver qu’il pouvait être digne de sa confiance, il s’était mis en colère. Et s’il y avait une chose que Selene avait assez endurée pour une vie entière, c’était bien la colère masculine ! Rien d’étonnant à ce qu’elle se soit enfuie…

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ellea 2019-09-13T22:57:32+02:00

Une princesse gâtée… La culpabilité lui serra le cœur. C’était ce qu’il avait cru lui aussi. Oui, il avait commis la même erreur que tout le monde. Il s’était laissé berner par l’image construite de toutes pièces par le vieux renard. Une épouse choyée, une fille surprotégée et couverte de cadeaux, dont il parlait comme de la prunelle de ses yeux à chaque interview…

Comme il avait été naïf, stupide, en fait !

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ellea 2019-09-13T22:57:03+02:00

Toujours agenouillée sur le sol, elle était plus consciente que jamais de son impuissance. Elle avait mal partout. C’était sans espoir. La seule fois où elle avait osé donner l’alerte, la police ne l’avait même pas crue… Pourquoi cela changerait-il ? En société, son père était un homme charmant. Exquis, même : généreux, plein d’humour, attentionné. Et, surtout, il était puissant. Il frayait avec les grands banquiers, des hommes d’affaires étrangers, des politiciens… Oui, Stavros Antaxos était intouchable.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ellea 2019-09-13T22:55:15+02:00

Le coup partit, inattendu. Parce qu’elle ne s’y était pas préparée, elle fut propulsée contre le mur et se cogna violemment la tête.

Une douleur aiguë lui irradia le crâne.

Étourdie, elle se redressa lentement. Un goût de sang envahit sa bouche. Malgré ses tentatives pour se maîtriser, ses membres étaient secoués de tremblements convulsifs.

- Ta mère devait savoir tout cela, poursuivit-il, d’une voix égale. Dès que j’en aurai fini avec toi, j’irai la voir et elle me dira la vérité.

À ces mots, Selene sentit ses forces lui revenir. Comme souvent dans ces circonstances, la haine la galvanisait. Folle de rage, elle fixa sur lui un regard assassin.

- Non ! Je t’interdis de t’approcher d’elle ! Si tu oses encore lever la main sur elle, je jure que… J’appellerai la police.

- Bonne idée, s’esclaffa-t-il. Nous savons tous quel résultat tu as obtenu la dernière fois que tu t’es offert cette fantaisie.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ellea 2019-09-13T22:49:58+02:00

- Mon Dieu. Je me souviens de ce qu’elle a dit… Cette réflexion étrange sur le fait qu’elle te considère comme un « génie du machiavélisme ». Je n’ai pas compris ce qu’elle voulait dire, mais… Toi, si ! Tu l’as fait exprès ! Uniquement pour mettre mon père en rage !

- Non. Je t’ai invitée à cette soirée parce que j’avais besoin d’une cavalière, et qu’en te voyant si vulnérable et si sexy j’ai pensé avoir trouvé la solution idéale.

- Et parce que tu savais que cela rendrait mon père ivre de rage !

Le regard de Stefan était froid. Dur.

- Oui, je savais que cela déplairait à ton père. Mais tu étais censée le savoir aussi. D’ailleurs, s’il approuvait ce que tu fais, tu ne serais pas venue me trouver, moi.

- Peut-être, mais je ne voulais absolument pas qu’il découvre tout cela si vite. Il était crucial qu’il ne sache rien. Pourquoi crois-tu que j’aie pris la peine de me déguiser ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ellea 2019-09-13T22:46:54+02:00

- Pourquoi y retourner, alors ? Reste avec moi. Ici.

L’invitation était tentante, mais…

- Je regrette, je ne peux pas. J’ai besoin de récupérer certaines choses à Antaxos… Des choses vraiment importantes. En revanche, je n’ai pas l’intention de m’y attarder. De toute façon, j’aurai quitté les lieux avant son retour.

- Parce que tu as peur qu’il veuille te convaincre de rester ? Voyons, Selene… Tiens-lui tête ! Montre-lui que tu es une adulte de vingt-trois ans, et qu’il doit renoncer à voir en toi une petite fille.

Bien sûr, il ne comprenait pas… Comment l’aurait-il pu ? Avec l’horrible sensation d’être piégée, elle s’assit sur le lit et secoua la tête.

- Tu ne comprends pas. Tu ne connais pas mon père.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ellea 2019-09-13T22:44:48+02:00

- Je suis désormais officiellement drogué à ton corps.

Elle sourit.

- Il est fort possible que j’aie contracté la même maladie avec le tien.

- Parfait. Car dans ce cas, je vais rompre l’une de mes si chères règles d’or et te garder ici pour une deuxième nuit.

Il avait prononcé ces mots d’une voix enjôleuse, tout en la serrant contre lui… Tout était parfait, et pourtant elle n’aurait pas pu recevoir de rappel plus brutal à la réalité.

Car même si elle l’avait momentanément oublié, sa nouvelle vie ne pouvait pas encore commencer. Elle avait une dernière chose à faire.

- Je… Je ne peux pas, balbutia-t-elle. Je dois rentrer chez moi.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode