Livres
462 313
Membres
419 548

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par [email protected] 2013-02-03T16:28:03+01:00

« Je ne dirais pas que tu es belle, car ce chien l'a déjà fait. Et je ne dirais pas que tu es drôle, parce que tu m'a fait rire chaque jour depuis que je t'ai rencontré. Je pense que tu es le genre de personne qui trouve de la monnaie par terre, et se met en quatre pour savoir si quelqu'un en a perdu. Je pense que tu pleures devant des films qui ne sont même pas tristes parce que tu as un coeur doux, même si tu ne le montres pas. Je pense que tu fais des choses qui t'effraient, et ceci te rend plus courageuse que ces adrénalines junkies qui te donnent envie de sauter d'un pont, pendu à un élastique. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par [email protected] 2013-01-18T12:54:00+01:00

« Peu importe si je suis toujours amoureuse de lui, peu importe s'il n'a jamais été amoureux de moi, et peu importe qui il aime maintenant, Willem a changé ma vie. Il m'a montré comment me perdre, et puis je me suis prouvée que je pouvais me retrouver.»

Afficher en entier
Extrait ajouté par [email protected] 2013-01-18T12:59:16+01:00

« - Tu oublies, le temps n'existes plus. Tu me l'as donné. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par [email protected] 2013-01-18T12:51:41+01:00

« C'est courageux d'aller vers l'inconnu. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par [email protected] 2013-01-18T12:47:14+01:00

« Une autre part de moi pense différemment. Nous sommes nés en une journée. Nous mourrons en un journée. Nous pouvons changer en une journée. Tout peut arriver qu'en une seule journée. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par [email protected] 2013-03-17T10:49:24+01:00

« - Tu veux savoir de quoi tu as l'air ? D'un mec qui baise à droite et à gauche. Mais au moins, aie la franchise d'être toi-même. Ne te lance pas dans des distinctions foireuses entre tomber amoureux et être amoureux.»

Afficher en entier
Extrait ajouté par [email protected] 2013-01-18T12:49:51+01:00

« Parfois le meilleur moyen de trouver ce que nous sommes supposés faire est de faire les choses que nous ne sommes pas supposés faire. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lena22 2013-03-11T16:14:06+01:00

"Willem avait raison, après tout; la blessure n'a pas laissé de cicatrice. J'aimerais mieux, pourtant, car j'aurais au moins une preuve, une justification de cette permanence. Les taches sont encore pires quand on est seul à les voir."

Afficher en entier
Extrait ajouté par beelena 2013-02-14T20:30:00+01:00

« — Loulou, il y a une énorme différence entre tomber amoureux et être amoureux, poursuit-il.

Je sens mes joues devenir brûlantes, sans trop savoir pourquoi.

— L’un est pourtant la suite de l’autre, non ?

— Il faut tomber amoureux pour être amoureux, mais tomber amoureux n’est pas la même chose qu’être amoureux.

Il me regarde par en dessous avant de reprendre :

— Es-tu jamais tombée amoureuse, Loulou ?

Evan et moi avons rompu le jour où il a envoyé à l’université son acompte pour les frais de scolarité. Cela n’avait rien d’inattendu. Nous étions d’accord pour nous séparer en entrant à l’université si nous ne nous retrouvions pas dans la même zone géogra- phique. Or il allait faire ses études à Saint-Louis et moi à Boston, à 1 600 kilomètres de là. Ce que je n’avais pas prévu, c’était le moment. Evan avait décidé que ce serait moins douloureux de se séparer non pas en juin, à la remise des diplômes, ou en août, au départ pour nos facs respectives, mais dès le mois d’avril.

À vrai dire, si j’avais été un peu humiliée d’entendre dire ici et là que je m’étais fait larguer, je n’avais pas été vraiment triste de perdre Evan. La rupture avec mon premier petit ami avait été curieusement indolore. C’est comme s’il n’avait jamais existé. Il ne m’avait pas manqué et la présence de Melanie avait bien vite rempli les trous qu’il laissait dans mon emploi du temps.

— Non, dis-je en réponse à la question de Willem, je n’ai jamais été amoureuse.

À ce moment-là, la serveuse apporte nos crêpes et les dépose sur la table. La mienne est toute dorée et dégage un délicieux arôme de citron et de sucre. Avec concentration, j’en coupe un morceau et le mets dans ma bouche. Il fond sur ma langue tel un flocon tiède.

— Ce n’est pas ce que je t’ai demandé, corrige Willem. Je t’ai demandé si tu étais jamais tombée amoureuse.

Il y a de la taquinerie dans sa voix, et c’est un peu comme si quelque chose me démangeait sans que je puisse me gratter.

Je le regarde sans répondre. Joue-t-il toujours ainsi avec les mots ?

Il pose son couteau et sa fourchette.

— Ça, c’est tomber amoureux, dit-il. Glissant le pouce à l’intérieur de sa crêpe, il prend un peu de Nutella qu’il pose au creux de mon poignet. La pâte chaude commence à s’étaler sur ma peau, mais, avant qu’elle ne se mette à couler, Willem lèche son doigt, récupère le Nutella, puis le porte à sa bouche. Le geste est très rapide, comme un lézard qui gobe une mouche au vol.

— Ça,c’est être amoureux, poursuit-il en s’emparant de mon autre poignet, celui où j’ai ma montre.

Il déplace le bracelet jusqu’à ce qu’il trouve ce qu’il cherche. À nouveau, il lèche son pouce. Mais cette fois, il le frotte sur ma tache de naissance, de plus en plus fort, comme s’il cherchait à l’effacer.

Je retire mon bras et m’efforce de plaisanter.

— Être amoureux, c’est une tache de naissance ?

Mais ma voix tremble un peu et ma peau est brûlante à l’endroit où la trace humide de son pouce est en train de sécher.

— C’est quelque chose qui ne disparaît jamais, même si on fait tout pour.

— Tu compares l’amour à… une tache ?

Il s’appuie si fort au dossier de sa chaise que les pieds de celle-ci se soulèvent. Visiblement, il est content. Difficile de dire si c’est de lui, ou de sa crêpe.

— Exactement.

Je pense à la tache de café sur son jean. À la tache grossière à laquelle Céline l’a comparée. À Lady Mac- beth et son « Va-t’en, va-t’en, maudite tache », un autre passage que j’ai dû apprendre par cœur en classe.

— «Tache» n’est pas le plus joli mot pour décrire l’amour, dis-je.

Il hausse les épaules.

— Ça dépend des langues. En anglais, c’est stain. En néerlandais, vlek. En français, tache. Pas terrible non plus, ajoute-t-il en souriant.

— Dans combien de langues as-tu été « taché » ?

Un peu de Nutella est resté sur mon poignet. Il humecte de nouveau son pouce et, cette fois, il net- toie complètement la trace.

— Aucune. Ça s’efface toujours.

Puis il porte la dernière bouchée de crêpe à sa bouche, racle avec son couteau le reste de Nutella et nettoie le pourtour de l’assiette avec son doigt.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Melou78 2013-04-02T21:24:51+02:00

« — Tu veux me raconter ? demande-t-il.

Je fais signe que oui. Il y a des semaines que j’en ai envie et que ça m’étouffe.

Nous quittons les toilettes bras dessus, bras dessous, en croisant au passage deux filles qui nous jettent un regard soupçonneux.

— Alors voilà, dis-je, il y a eu ce garçon…

Il hoche la tête et fait un petit bruit de langue, comme une grand-mère qui gronderait affectueusement.

— Eh oui, constate-t-il, il y a toujours un garçon. »

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode