Livres
493 612
Membres
490 851

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Précieux secrets, Tome 1 : Un secret espagnol



Description ajoutée par gandhigwen 2012-07-04T22:09:47+02:00

Résumé

Alejandro, à Charlbury St Helens ? Incapable de faire le moindre geste devant la silhouette imposante de son mari, qu'elle n'a pas revu depuis deux ans, Jemima a l'impression que le ciel vient de lui tomber sur la tête. Jamais elle n'aurait pensé qu'Alejandro se lancerait un jour à sa recherche, et qu'il ferait ainsi irruption dans la nouvelle vie qu'elle s'est construite. Mais presque aussitôt, sa stupeur se change en panique. Comment Alejandro réagira-t-il lorsqu'il apprendra qu'elle élève seule un petit garçon, un enfant dont il est le père ?

Afficher en entier

Classement en biblio - 55 lecteurs

Extrait

** Extrait offert par Lynne Graham **

1.

Après avoir arrêté son superbe étalon noir à l’ombre d’un oranger, Alejandro Navarro Vasquez, comte Olivares, contempla la vallée inondée de soleil.

En ce beau matin de printemps, sous un ciel bleu et transparent, les terres fertiles et les bois s’étalaient à l’infini. Ils appartenaient à sa famille depuis plus de cinq cents ans, et pourtant Alejandro regardait ce magnifique domaine d’un air sombre.

Depuis l’échec de son mariage, survenu presque deux ans et demi plus tôt, tout avait changé.

Ce mariage inconsidéré avait divisé sa famille, et pour un Espagnol fier et puissant comme lui, cela représentait un drame irréparable. Ayant écouté son cœur et non sa raison, il avait commis une erreur colossale dont il payait encore le prix.

Depuis, son demi-frère Marco avait accepté un poste aux Etats-Unis, coupant tous les ponts avec lui, sa mère et sa sœur…

Après la mort prématurée de leur père, Alejandro avait été très présent pour son jeune frère. Mais si celui-ci était apparu devant lui à cet instant, aurait-il pu sincèrement lui pardonner ? L’aurait-il accueilli avec chaleur au château familial ?

En revanche, en ce qui concernait Jemima, non seulement il n’y avait aucune place pour le pardon dans son cœur, mais il frémissait encore d’indignation au souvenir de la bassesse de sa conduite.

Sa femme et son frère avaient trahi sa confiance et son amour.

Et depuis que Jemima l’avait quitté de façon scandaleuse, avant de disparaître totalement, Alejandro avait soif de venger son honneur.

Lorsque son mobile se mit à vibrer dans sa poche, il s’en saisit avec impatience. Ne pouvait-on pas le laisser tranquille, alors qu’il goûtait l’un de ses rares moments de solitude ?

Mais quand il apprit que l’enquêteur privé, engagé pour retrouver Jemima, était arrivé et désirait le voir, il retourna rapidement au château.

Alonso Ortega avait-il enfin réussi à localiser son épouse infidèle ? se demanda-t-il en éperonnant son cheval.

* * *

— Je vous prie de m’excuser d’être venu sans avoir sollicité de rendez-vous, Votre Excellence, dit l’enquêteur en s’inclinant avec respect. Mais je désirais vous communiquer cette information le plus rapidement possible : j’ai retrouvé la comtesse.

— En Angleterre ? demanda Alejandro.

Ortega opina du chef, puis relata en détail les résultats de son enquête. Mais au cours de son récit la mère d’Alejandro, la comtesse douairière, entra malheureusement dans la pièce. Dardant ses yeux noirs et perçants sur l’enquêteur, elle lui demanda s’il avait réussi dans sa mission. Après qu’il lui eut répondu par l’affirmative avec déférence, un léger sourire approbateur éclaira le visage altier et sombre de doña Hortencia.

— Je dois encore ajouter quelque chose, reprit Ortega avec une réticence manifeste. La comtesse a un enfant : un petit garçon d’environ deux ans.

Alejandro sentit le sang se figer dans ses veines tandis qu’un silence lourd accueillait ses paroles. Il durait toujours lorsque la porte s’ouvrit soudain sur Beatriz, sa sœur aînée. Embarrassée, la jeune femme s’arrêta sur le seuil.

— Cette sale aventurière d’Anglaise a donné naissance à un bâtard, dit alors leur mère d’un ton glacial.

Alonso Ortega comprit aussitôt que sa présence n’était plus nécessaire ni désirée. Après avoir tendu un fin dossier à Alejandro, il s’excusa et quitta le bureau.

— Un enfant ? murmura Beatriz dès que la porte se fut refermée sur l’enquêteur.

Elle regarda son frère avec un mélange de consternation et de stupeur.

— Mais… de qui ?

Pour toute réponse, Alejandro se contenta de hausser les épaules.

Sa femme avait porté et mis au monde l’enfant d’un autre !

— Si tu m’avais écouté, Alejandro, commença alors doña Hortencia d’un ton sentencieux, ce ne serait pas arrivé. Dès le moment où j’ai fait la connaissance de cette créature, j’ai compris qu’elle n’était pas pour toi. Tu étais l’un des hommes les plus…

— J’ai épousé Jemima, l’interrompit-il d’une voix tranchante.

Il n’était pas d’humeur à supporter le mélodrame constant dans lequel vivait sa mère.

— Oui, poursuivit-elle néanmoins. Parce que cette femme dépravée t’a envoûté. A cause d’elle, mon pauvre Marco vit à l’autre bout du monde. Et le fait qu’elle ait pu donner le jour à un enfant illégitime, alors qu’elle portait encore notre nom, est l’acte le plus répugnant que j’aie…

— Assez ! Ce genre de récrimination ne sert plus à rien à présent, tonna-t-il.

Le visage empreint d’un mélange de colère et de méchanceté, doña Hortencia décocha un regard accusateur à son fils.

— Il reste néanmoins une chose essentielle à faire, que je sache ! Tu n’as pas encore commencé la procédure de divorce, n’est-ce pas ?

— Je me rendrai en Angleterre pour rencontrer Jemima dès que j’aurai pris les dispositions nécessaires, répliqua sèchement Alejandro.

— Tu n’as pas besoin d’y aller personnellement, protesta sa mère. Envoie notre avocat !

— Non, riposta-t-il. Jemima est encore mon épouse. Et je n’ai besoin ni de ta permission ni de ton approbation.

Puis il annonça qu’il désirait rester seul.

Beatriz se dirigea aussitôt vers la porte du bureau, tandis que sa mère adressait un dernier regard indigné à Alejandro avant de la suivre en redressant la tête.

Un enfant. Jemima avait un enfant, se répéta-t-il en se versant un cognac. Cette nouvelle était pour lui plus choquante encore parce que, peu de temps avant de le quitter, sa femme avait fait une fausse couche.

Par conséquent, il était absolument certain que celui-là ne pouvait être le sien. Alors, était-ce celui de Marco ? Ou d’un autre homme ? Ces questions étaient tellement sordides…, songea-t-il en tressaillant de dégoût.

Revenant vers son bureau, il ouvrit le dossier et le feuilleta, sans y trouver grand-chose. Jemima vivait maintenant dans un village du Dorset, où elle tenait une boutique de fleurs. L’espace d’un instant, des souvenirs de la femme qui l’avait lâchement trahi déferlèrent en lui, menaçant de le submerger. Il les repoussa aussitôt violemment, grâce à l’autodiscipline de fer qui était devenue pour lui une seconde nature.

Où était passée celle-ci, lorsqu’il avait rencontré Jemima Grey ?

Face à elle, il s’était montré incapable de résister au désir. Il lui avait paru vital de posséder son corps sensuel à la peau de porcelaine. Et cette faiblesse s’était avérée fatale.

Heureusement, ce désir brûlant était maintenant complètement éteint.

Mais tant que le divorce ne serait pas prononcé, la loi considérerait l’enfant qu’elle attendait comme le sien.

Alejandro serra les dents. Il devait aller en Angleterre.

* * *

Au moment où Jemima achevait d’envelopper un bouquet dans du papier transparent, Alfie apparut au coin du comptoir, ses grands yeux bruns pétillant de malice.

— Bonjour, dit-il gaiement à la cliente.

— Bonjour, répliqua celle-ci en lui souriant. Dis donc, tu es un beau garçon !

Les gens faisaient souvent ce compliment à son fils, songea Jemima en rangeant l’argent dans la caisse. Alfie avait en effet hérité des sublimes yeux sombres de son père, de sa peau mate et de ses épais cheveux noirs et soyeux. De sa mère, il n’avait que les boucles indisciplinées…

Pas seulement, se corrigea-t-elle en son for intérieur, car il possédait également sa chaleur naturelle et sa nature optimiste. Plus rarement, il révélait un tempérament ombrageux et passionné, semblable à celui de son père.

Jemima repoussa cette pensée et baissa les yeux sur son fils. Tout en se parlant à lui-même, Alfie jouait avec ses petites voitures à côté d’elle, à même le sol. Heureusement qu’il était un enfant facile, se dit-elle en se remettant à la préparation d’un arrangement floral commandé par un client.

C’était par pur hasard qu’elle avait échoué à Charlbury St Helens, au moment où elle traversait une des périodes les plus difficiles de sa vie. Et, depuis, elle n’avait jamais regretté d’y être restée et d’y avoir posé les fondations de sa nouvelle existence.

Etant alors enceinte, le seul travail qu’elle avait pu trouver avait été un poste de vendeuse, dans cette boutique. Et à sa grande surprise, elle s’était découvert un réel intérêt pour l’art floral. Si bien que, non seulement elle avait trouvé un travail sur lequel se concentrer, mais elle s’était rapidement inscrite à des cours du soir pour acquérir une qualification professionnelle.

Quelque temps plus tard, lorsque sa patronne avait décidé de prendre une retraite anticipée, pour raisons de santé, Jemima avait eu l’audace de saisir l’opportunité et de reprendre la boutique. Ensuite, elle avait élargi ses activités en se lançant dans des projets ponctuels, comme la décoration florale pour des mariages ou des manifestations locales.

A présent, elle était très fière de son entreprise même si, parfois, elle avait du mal à croire à sa réussite. En effet, venant d’un milieu très humble, rien ne l’avait prédestinée à ce succès.

Non seulement son père avait été un homme violent et brutal, ne travaillant presque jamais — sauf quand il y était vraiment acculé —, mais il dominait impitoyablement sa femme, ne répugnant pas à recourir à la brutalité.

Le cœur serré, Jemima repensa à sa mère alcoolique, morte dans un accident de voiture, alors que son mari était au volant.

Adolescente, elle n’avait jamais osé nourrir la moindre aspiration : dans sa famille, personne n’avait jamais essayé de grimper un seul degré de l’échelle sociale.

« Ce n’est pas pour des gens comme nous. Jemima doit travailler. » C’est ce qu’avait dit sa mère à l’enseignante qui tentait de la persuader que sa fille aurait dû poursuivre sa scolarité jusqu’au baccalauréat.

« Tu n’es qu’une idiote, comme ta mère. Une bonne à rien ! » Son père lui avait asséné ces mots si souvent qu’elle en était restée marquée pendant des années…

Jemima secoua la tête. Elle ne voulait pas penser à tout ça.

Après avoir déjeuné avec Alfie, elle le conduisit à la garderie municipale. Dès qu’il aperçut ses amis, le petit garçon se précipita vers eux en poussant des cris de joie. En effet, même si elle lui avait installé un coin jeu dans l’arrière-boutique, cela ne suffisait pas à contenir longtemps l’énergie débordante de son fils.

Aidée par Flora, une assistante maternelle qui était aussi son amie, Jemima avait réussi à garder Alfie avec elle au magasin. Mais à présent, il était assez grand pour passer ses après-midi à la garderie. Cet arrangement était parfait, car Flora était de plus en plus occupée par ses chambres d’hôte.

Une heure plus tard, Jemima, ravie, vit entrer la jeune femme dans sa boutique.

— Tu as le temps de boire un café ? lui demanda-t-elle aussitôt.

Une fois dans la kitchenette, Jemima regarda son amie aux cheveux flamboyants et aux superbes yeux verts. Visiblement, Flora était embarrassée.

— Qu’est-ce qu’il y a ? demanda-t-elle en fronçant les sourcils.

— Ce n’est probablement rien. J’avais l’intention de venir t’en parler samedi, mais une famille a réservé à la dernière minute pour le week-end, et j’ai été débordée.

Flora soupira brièvement avant de poursuivre.

— Apparemment, un type venu dans une voiture de location a traîné dans le village, mardi dernier. Et quelqu’un l’a vu prendre ta boutique en photo. Il a aussi posé des questions sur toi à la poste.

Un frisson glacé parcourut le dos de Jemima.

— Quel genre de questions ? demanda-t-elle d’une voix tendue.

— Il a demandé si tu vivais bien ici, et quel âge avait Alfie. Le type était jeune et pas mal. A la poste, Maurice a cru qu’il…

— Etait-il espagnol ? l’interrompit Jemima.

— Non, c’était un Anglais, de Londres, répondit son amie en secouant la tête. Il tentait probablement juste sa chance avec toi…

— Je n’ai aucun souvenir d’avoir vu un jeune Londonien dans ma boutique la semaine dernière.

Flora haussa les épaules.

— Ecoute, je n’en sais pas plus. Et, si j’avais pensé que cela te tracasserait comme ça, je ne t’en aurais pas parlé. Pourquoi n’appelles-tu pas… Comment s’appelle-t-il, déjà, ton mari ?

— Alejandro, répondit Jemima, le ventre affreusement noué. Pourquoi l’appellerais-je ?

— Pour lui dire que tu veux divorcer.

— Personne ne dit à Alejandro ce qu’il doit faire. C’est lui qui décide de tout. Et puis ce ne serait pas aussi simple, une fois qu’il découvrirait l’existence d’Alfie.

— Alors, va voir un avocat et raconte-lui ce que t’a fait ce salaud.

— Il ne m’a rien fait, protesta Jemima. Il ne buvait pas, ne me battait pas…

— Sans aller jusque-là ! répliqua vivement Flora. On peut avoir d’autres motifs pour divorcer : les mauvais traitements psychologiques, par exemple. Ou l’indifférence systématique. Sans compter la façon dont il t’a laissée à la merci de son horrible famille !

— C’était sa mère qui était horrible, pas son frère ni sa sœur, lui fit remarquer Jemima. Et ce n’est pas juste de dire que j’ai subi de mauvais traitements psychologiques.

Flora, dont le tempérament était aussi vif que la couleur de ses cheveux, la regarda avec désapprobation.

— Alejandro critiquait tout ce que tu faisais, il te laissait seule tout le temps. Et il t’a mise enceinte alors que tu n’étais pas encore prête à l’être.

Jemima rougit jusqu’à la racine de ses cheveux. Au tout début de leur amitié, elle s’était confiée à Flora, lui racontant des secrets qu’elle regrettait parfois d’avoir partagés. Mais, à ce moment-là, elle s’était trouvée dans un tel état de détresse qu’elle avait eu désespérément besoin de parler à quelqu’un.

— Je n’étais pas assez bien pour lui, c’est tout…

Durant son enfance et son adolescence, elle avait toujours eu le sentiment de n’être pas assez bien pour ses parents. D’où sans doute sa tendance à prendre tous les torts pour elle-même… Un jour, alors qu’elle était toute jeune, sa mère l’avait inscrite à un concours de beauté. Mais elle était si timide qu’elle n’avait pu sourire au photographe, et personne ne l’avait remarquée.

Plus tard, devenue une adolescente rêveuse, elle avait échoué tout aussi lamentablement à suivre des cours de secrétariat, décevant une fois de plus sa mère. Celle-ci nourrissait en effet l’espoir de la voir devenir l’assistante d’un millionnaire — qui, immanquablement, serait un jour tombé amoureux fou de sa fille…

La pauvre femme vivait dans un monde de fantasmes, entretenu par la consommation excessive d’alcool. C’était hélas le seul recours qu’elle avait trouvé pour échapper à son quotidien sordide, et à son mariage catastrophique.

Quant au père de Jemima, dont la seule ambition était de gagner des tonnes d’argent sans bouger de son canapé, il aurait voulu que sa fille devienne mannequin. Mais elle n’était pas assez grande pour cela. Et, un mois après la mort de sa femme, il avait poussé Jemima à devenir danseuse dans une boîte louche, dirigée par un de ses amis.

Lorsqu’elle avait refusé de s’affubler d’une robe affreusement vulgaire et indécente, son père l’avait battue, avant de la flanquer à la porte. Jemima ne l’avait revu que des années plus tard, dans des circonstances qu’elle préférait oublier.

En tout cas, elle avait appris, dès son plus jeune âge, qu’elle n’était pas à la hauteur. Et, malheureusement, son bref mariage n’avait fait que confirmer ce douloureux constat.

Pourtant, quand elle avait rencontré Alejandro, elle avait bien cru avoir trouvé le héros de ses rêves. Mais à présent cette pensée lui semblait risible. A l’époque, l’amour l’avait emportée comme un ouragan, lui faisant croire à l’impossible, avant que tout ne bascule, la plongeant dans un nouvel enfer. Comment avait-elle pu penser que ce mariage pourrait fonctionner ? Avec cet homme riche, cultivé, appartenant à une très ancienne lignée aristocratique ?

Le fossé qui les séparait s’était vite révélé infranchissable, vouant leur union à l’échec. Mais sa plus grave erreur avait été de nouer des liens trop étroits avec son beau-frère, Marco. Toutefois, se disait-elle parfois rétrospectivement, si son mari avait été plus présent, s’il avait fait un peu plus d’efforts pour l’aider à s’accoutumer à sa nouvelle vie, elle ne se serait pas sentie aussi esseulée.

Et puis elle avait adoré son beau-frère, songea-t-elle avec tristesse. Mais, après l’échec de son mariage, il n’avait fait aucune tentative pour reprendre contact avec elle…

La voix passionnée de Flora la ramena brusquement au présent.

— Au contraire, tu étais trop bien pour ton mari, affirma son amie d’un ton péremptoire. Mais maintenant je crois que tu devrais vraiment lui parler d’Alfie, au lieu de persister à te cacher comme si tu avais fait quelque chose de mal.

Jemima détourna la tête pour dissimuler son embarras. Son amie ne savait pas tout… Mais lui avouer l’entière vérité ne ferait sans doute que détruire leur belle amitié, se dit-elle en sentant son cœur se serrer.

— Je crois que si Alejandro apprenait l’existence d’Alfie, il ne renoncerait à rien pour obtenir sa garde. Il prend très à cœur ses responsabilités et ses devoirs envers sa famille.

— D’accord, si tu penses qu’il y a un risque qu’Alfie te soit enlevé par son père, tu as raison de lui dissimuler son existence.

Cependant, une lueur de doute se lisait toujours au fond de son regard, remarqua Jemima.

— Tu ne pourras pas le laisser indéfiniment dans l’ignorance, ajouta Flora.

— Non, tu as raison. Mais pour l’instant, c’est la meilleure solution, répliqua-t-elle en posant sa tasse sur la table.

Puis elle se leva en entendant un client entrer.

* * *

Jemima quitta la boutique pour livrer une composition florale destinée à une soirée qui serait donnée dans l’une des grandes propriétés situées à l’extérieur du village. Une fois sa livraison effectuée, elle alla chercher Alfie, qu’elle trouva épuisé après avoir joué comme un fou avec ses petits camarades.

En bordure du village, le cottage qu’elle louait comportait un jardin, où elle avait installé une balançoire et un bac à sable. Elle était très fière de sa maison, même si elle était minuscule, peinte à la va-vite et décorée avec des meubles bon marché. Pour la première fois de sa vie, elle se sentait chez elle.

Par moments, son mariage avec Alejandro lui semblait appartenir à un conte de fées incroyable. Dire qu’elle avait même vécu dans un château…

Construit pour les ancêtres guerriers d’Alejandro, le Castillo del Halcón — le Château du Faucon — offrait un somptueux mélange de style mauresque et européen. Chargée d’histoire, la vieille bâtisse regorgeait d’innombrables œuvres d’art d’une valeur inestimable. Déplacer le moindre meuble ou tableau y était formellement interdit, et toute tentative de modification de la décoration inenvisageable. De toute façon, doña Hortencia, la comtesse douairière, ne pouvait tolérer l’ingérence d’une autre personne dans ce qu’elle considérait comme sa demeure.

Durant sa brève vie au château, Jemima avait souvent eu l’impression d’être une invitée non désirée. D’autre part, elle n’avait jamais pu s’habituer au style de vie guindé qui régnait là-bas, notamment l’obligation de s’habiller pour le dîner, ainsi que le fait d’avoir affaire à des serviteurs ou de recevoir des hôtes importants.

Soudain, le visage sublime d’Alejandro resurgit dans son esprit malgré elle. Son fabuleux mari lui avait d’abord paru être un merveilleux cadeau offert par la vie, mais Jemima n’avait jamais pu se débarrasser du sentiment qu’elle ne le méritait pas. Et que lui méritait mieux qu’elle.

Cependant, le destin lui avait octroyé des cadeaux merveilleux, elle ne pouvait le nier. Par exemple la conception non prévue d’Alfie, la découverte de Charlbury St Helens après sa fuite d’Espagne. Et même sa première rencontre avec Alejandro…

Ce jour-là, la luxueuse voiture d’Alejandro, conduite par un chauffeur, avait percuté la bicyclette de Jemima. Travaillant comme réceptionniste dans un hôtel, elle circulait le plus souvent ainsi : dans cette région reculée, les bus étaient quasiment inexistants.

La Mercedes s’était aussitôt arrêtée, puis Alejandro et son chauffeur en étaient sortis à la hâte. Jemima, elle, s’efforçait de refouler ses larmes, dues à la douleur qu’elle ressentait à la hanche et aux genoux.

Avant qu’elle n’ait eu le temps de recouvrer ses esprits, sa bicyclette avait été embarquée dans le coffre, et elle-même installée sur la confortable banquette en cuir. Puis elle s’était vue emportée dans la luxueuse Mercedes, à destination des urgences de l’hôpital le plus proche — par l’homme le plus somptueux qu’elle eut jamais rencontré de sa vie.

Sourd à toutes ses protestations — elle était sûre de ne pas avoir besoin de voir un médecin —, il avait attendu qu’elle passe une radio, puis que ses légères blessures soient soignées. A ce moment-là, Jemima avait déjà succombé au charme ravageur d’Alejandro.

Etait-ce cela, le coup de foudre ? s’était-elle interrogée avec réticence, en se tournant et se retournant cette nuit-là dans son lit. Jusqu’alors, elle n’avait jamais cru à ce phénomène. Au contraire, elle s’était toujours juré de ne jamais laisser aucun homme exercer sur elle le pouvoir que son père avait exercé sur sa mère.

Mais en dépit de toutes ses résolutions, Jemima était tombée amoureuse d’Alejandro Navarro Vasquez.

Et même avant qu’il ne lui demande de l’épouser, il lui avait fait vivre un véritable enfer : ne téléphonant pas alors qu’il avait promis de le faire, annulant des rendez-vous à la dernière minute, sortant avec d’autres femmes et se faisant photographier avec elles…

Tout d’abord, elle avait excusé son comportement. Après tout, il était comte, alors qu’elle travaillait pour un salaire de misère, dans un petit hôtel qui devait paraître minable aux yeux d’Alejandro.

Jemima avait toujours su qu’elle n’était pas son égale, dans aucun domaine, et que cette différence le gênait. Néanmoins, six mois après leur première rencontre, il avait semblé ne plus s’inquiéter de rien.

— Sol y sombra… Le soleil et l’ombre, mi querida.

Il lui avait murmuré ces mots en comparant la peau claire de son bras à la sienne, vibrante et halée.

— Ils sont indissociables, avait-il ajouté d’une voix rauque. Nous sommes faits l’un pour l’autre.

Mais la suite avait prouvé le contraire, songea douloureusement Jemima, avant de coucher son fils.

* * *

Les doigts gourds à cause de la fraîcheur de ce début de printemps, Jemima se frotta les mains sur son jean en réprimant un frisson. De toute façon, été comme hiver, la boutique était toujours froide. Il s’agissait en effet d’une vieille construction à l’isolation médiocre ; et la chaleur aurait nui à ses fragiles marchandises.

Après être allée dans l’arrière-boutique pour prendre sa grosse veste en laine noire suspendue au portemanteau, elle l’enfila en regardant Alfie. Insensible au froid et à l’heure matinale, il jouait dehors, trônant sur son tricycle dans la petite cour de derrière, en faisant toutes sortes de bruits de moteur.

— Jemima…

Elle sursauta brutalement. Jamais, elle n’avait espéré entendre de nouveau cette voix : riche, mélodieuse, grave et profonde, imprégnée d’une sensualité virile qui la faisait frissonner violemment au plus intime de son être.

Serrant fortement les paupières et refusant de se retourner, Jemima se répéta qu’elle était victime d’une hallucination auditive…

Mais lorsqu’elle se résolut enfin à faire volte-face, il était bien là : Alejandro Navarro Vasquez, son mari. L’homme qu’elle avait aimé, dont elle avait eu besoin, avant qu’elle ne subisse la torture du manque.

En proie à un choc atroce, Jemima écarquillait les yeux sans pouvoir rien dire.

Elle contempla ses épais cheveux noirs aux reflets bleutés coiffés en arrière, son front haut, son beau visage aristocratique, au nez droit et arrogant, sa bouche au dessin viril et parfait, tellement sensuelle… Somptueusement vêtu comme toujours, Alejandro portait ce matin-là un costume classique gris anthracite coupé sur mesure.

Soudain, une véritable panique déferla en elle.

— Que fais-tu ici ? demanda-t-elle dans un souffle.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Diamant

Très belle romance.

Afficher en entier
Lu aussi

Histoire sympa sans prise de tête dommage que certaines chose sont simplement effleuré et que les personnages ne soient pas plus détaillée mais cela reste un bon moment de lecture

Afficher en entier
Or

Une bonne lecture assez rapide et sympa.

Afficher en entier
Bronze

C'était un bon moment de lecture, même si Jemima est parfois trop réservée et pas assez directe. J'avais envie qu'elle dise une bonne fois pour toutes ses quatre vérités à Alejandro mais non.

Malgré ça, c'est une lecture facile, assez rapide et sans grande prise de tête.

Afficher en entier
Argent

Tres belle petite histoire, sympatique et facile à lire... J'ai passer un agréable moment à lire... L'histoire rappel facilement que les non dit sont dangereux!!! Et que l'amour est plus fort!!

Afficher en entier
Diamant

C'est le premier harlequin que je lie c'était vraiment bon pour un début de collection

Afficher en entier
Diamant

Si je le compare à ce à quoi m'a habituée Lynne, il n'était pas parfait. Mais il était quand même magnifique.

Jemima n'a pas eu une enfance facile et s'est mariée bien jeune à un nabab espagnol. Les problèmes ont évidemment commencés quand elle a rencontré la famille de celui-ci, à tel point qu'elle s'est enfuie. Mais il l'a retrouvée et ne compte rien lui pardonné, surtout pas de l'avoir tenu loin de son fils!

Afficher en entier

Dates de sortie

Précieux secrets, Tome 1 : Un secret espagnol

  • France : 2012-07-01 - Poche (Français)
  • USA : 2011-02-22 - Poche (English)

Activité récente

Mogo26 le place en liste or
2019-02-15T13:05:17+01:00

Titres alternatifs

  • Jemima's Secret (Secretly Pregnant… Conveniently Wed #1) - Anglais
  • Naive Bride, Defiant Wife - Anglais
  • Naive Bride, Defiant Wife (Secretly Pregnant...Conveniently Wed #1) - Anglais
  • Jemima's Secret - Anglais
  • A inocência de uma esposa - Portugais
  • A inocência de uma esposa (Filhos da paixão #1) - Portugais
  • Coração Rebelde - Portugais
  • Coração Rebelde (Gravidez secreta #1) - Portugais
  • La passione in un bacio - Italien
  • La passione in un bacio (Un giorno da sogno #1) - Italien
  • Im Schloss des spanischen Grafen - Allemand
  • La inocencia de una esposa - Espagnol
  • La inocencia de una esposa (Hijos de la pasión #1) - Espagnol
  • La inocencia de una esposa - Espagnol
  • La inocencia de una esposa (Hijos de la pasión #1) - Espagnol
  • Spaanse wraak - Hollandais
  • Spaanse wraak (Perfecte minnaar, perfecte papa? #1) - Hollandais
  • Spaanse wraak - Hollandais
  • Spaanse wraak (Perfecte minnaar, perfecte papa? #1) - Hollandais
  • Han skulle bara veta... - Suédois
  • Han skulle bara veta... (I väntans tider #1) - Suédois
  • Han skulle bare ha visst ... - Norvegien

Évaluations

Les chiffres

Lecteurs 55
Commentaires 7
Extraits 3
Evaluations 12
Note globale 7.25 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode