Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Prettyskye : Je n'ai pas apprécié

retour à l'index de la bibliothèque
The Sun Is Also a Star The Sun Is Also a Star
Nicola Yoon   
Nicola Yoon est une auteur que j’ai eu le plaisir de découvrir avec Everything Everything, une lecture aussi addictive que rafraichissante. Ouvrir un de ses livres, c’est la certitude de passer les prochaines heures alpagué à sa plume, complètement conquis par son univers le temps de quelques heures. Et avec ce deuxième titre, Nicola Yoon fait mouche. Encore ! J’ai passé un merveilleux moment avec The Sun is also a star.

Dans cette histoire, on suit deux personnages que tout oppose. D’abord Natasha, une adolescente d’origine jamaïcaine. Lorsqu’elle avait huit ans, elle est partie vivre aux États-Unis. Malheureusement, sa situation et celle de sa famille sont très précaires, et le couperet tombe : ils doivent quitter le territoire le soir-même. Pour Natasha dont toute la vie et les souvenirs se trouve aux États-Unis, la nouvelle est très dure à encaisser. De l’autre côté, on suit Daniel. Ses parents sont d’origine sud-coréenne et il est né sur le sol américain. Le jeune homme se prépare à un rendez-vous pour intégrer une prestigieuse université. Rien ne prédestinait Daniel et Natasha à se rencontrer ce jour-là. Et pourtant, le temps de 24h, ils vont vivre l’aventure la plus étourdissante de leur vie.

The sun is also a star a un petit quelque chose de magique. Un petit quelque chose qui le distingue des autres romans. Un petit quelque chose qui le rend unique en son genre. D’abord dans le choix des protagonistes principaux. Deux profils, deux caractères, deux éducations. Ils sont un peu comme les deux faces d’une même pièce. Natasha est le pragmatisme personnifié. Amère de la vie, révoltée et désespérée, elle ne croit plus en grand-chose et ne jure que par les faits. Pour Daniel, c’est bien le contraire. Si lui non plus n’a pas l’impression d’avoir le choix dans la vie, il se permet tout de même de rêver d’autre chose, de spéculer sur la vie en général et de croire. Et puis un jour, comme ça, par hasard, les vies de Daniel et Natasha se télescopent. Et ça fait de nombreuses étincelles !

On peut appréhender ce livre de multiples façons différentes. Sous des dehors simples et divertissant, il délivre beaucoup de messages et je suis certaine de ne pas en avoir fait le tour en une seule lecture. C'est un roman qui nous présente l'humain, tout simplement. L'humain sous son jour le plus avantageux, mais aussi le plus cruel ou le plus malheureux. C'est un livre qui nous parle de la vie, de la famille, du patrimoine, des petits moments de bonheur simple qu'il faut savourer, de l'importance de se souvenir et de pardonner, sur les rêves que l'on poursuit, les rêves dont on se nourrit et des murs que l'on place dans notre conscience par peur de souffrir. Il serait complètement insensé de définir The sun is also a star avec un seul mot. Parce que ce livre ne fait que parler de la vie dans sa plus pure essence.

On prend conscience de toutes ces choses au fur et à mesure de la lecture. Et c’est sûrement pour ça que ça n'a pas été un coup de cœur immédiat. Ça s'est fait petit à petit. Progressivement. Mais Nicola Yoon, aussi lentement qu’assurément, est parvenue à mettre dans le mille.

En plus de suivre Natasha et Daniel, on attrape ici et là quelques bribes d'histoires, des tranches de vie de personnes qui croisent leur route. Parfois tristes ou pleines d'espoir, ces tranches de vie ont fait vibrer la corde sensible en moi. Le plus surprenant, c’est qu’elles finissent par influencer le devenir du duo. Et pas toujours de la façon qu’on s’imagine.

The Sun is also a star, c’est aussi l'une des romances les plus douces que j'ai pu lire jusqu'à présent. Elle se laisse lire. On se surprend à baisser la garde devant les mots de Nicola Yoon. J’ai surtout apprécié de découvrir un couple mixte. Parce que là encore, ça soulève énormément de questions.

J'ai aimé découvrir et apprivoiser ces cultures qui tout à coup s'entrechoquent les unes aux autres. Ces cultures qui tentent de demeurer intacte dans une société qui a tendance à les brasser. On se rend vraiment compte à quel point l'immigration engendre des conflits intimes chez les gens. Ces immigrés qui sont malgré tout très attachés à leurs racines, qui font des enfants sur le sol américain et qui tentent de garder cette identité bien à eux, malgré les éléments extérieurs qui poussent leurs descendants à emprunter d'autres chemins. C'est un sujet qui m'a toujours passionnée, et le retrouver dans un roman aussi beau, ça n'a fait que confirmer mon coup de cœur. 

En définitive, les messages que cherchent à transmettre Nicola Yoon sont clairs. Il n'y a pas de bonne ou de mauvaise façon de penser. Chacun à sa propre histoire et sa manière de voir la vie et d'appréhender l'avenir. J'ai aimé qu’elle ne nous montre pas LE chemin à suivre, mais juste tous les petits ruisseaux qui tracent leurs sillons et cherchent à se faire une place, malgré les embûches et les imprévus qu'ils rencontrent sur leur route. 

Arrivée à la fin, je n’osais croire que ça puisse se terminer comme ça après l’ascenseur émotionnel que j’avais vécu auprès de Daniel et Natasha. J’étais subjuguée et suspendue à la plume de l'auteur pour connaître le fin mot de l'histoire. Et je n’ai pas été déçue ! Ça non !

En résumé, The sun is also a star est une histoire qui se termine sans bruit, mais qui a l’effet d’un coup de poing. Je suis tombée sous le charme de Daniel, le poète optimiste et rêveur, et de la pragmatique Natasha, qui ne jure que par les faits tangibles. Nicola Yoon est une merveilleuse auteur qui a de la magie au bout de la plume. Un très beau coup de cœur pour une très belle histoire.  

Ma chronique : https://april-the-seven.weebly.com/contemporaine/the-sun-is-also-a-star-nicola-yoon
Dôme, Tome 1 Dôme, Tome 1
Stephen King   
voilà enfin depuis longtemps un "très grand" stephen King!
on y retrouve ces sujets préférés,la religion,la politique et l'armée.Il nous sert avec ce roman une histoire terrifiante,il prends plaisir à nous faire peur avec cet isolement que subissent les habitants de cette ville,il nous oblige à jouer les médecins fous et voyeurs qui observeraient ce petit monde,au microscope,en train de se battre contre une dictature abjecte et soudaine,contre l'horreur de se retrouver en cage,prisonniers de ces instincts les plus vils et les plus laids.
je tiens à remercier ce grand auteur qui a su retrouver avec Dôme son talent de compteur de l'horreur.
Les Loriens, tome 1 : Numéro Quatre Les Loriens, tome 1 : Numéro Quatre
Pittacus Lore   
Ce livre est vraiment trop génial !
On devait choisir un livre pour l'ecole et je l'ai lu a peine en une journée ! Il y a beaucoup de suspens, un concepte orginial, des pouvoirs incroyables, une histoire d'amour malgré le fait qu'il puisse partir a tout moment, de la peur, du stress : tout ce qui fait un livre incroyable. Il y a toujours des rebondissements, j'étais prise par le livre des les dix premieres pages. L'idée est tres bien trouvée. J'ai hate de lire la suite ! Je vous le conseille sans hésiter, franchement achetez le.
Réseau(x) Réseau(x)
Vincent Villeminot   
C'est un livre étrange que Réseau(x) car à la fois profondément ancré dans la réalité (dans un futur très proche car tout est identique à aujourd'hui, mis à part l'existence du DKB et les manifestations étudiantes), mais aussi... Avec les prémonitions de Sixie, ne serait-il pas un peu fantastique sur le fond?

Ce que j'ai particulièrement apprécié dans ce roman, c'est qu'il soit à plusieurs voix. Au départ, je croyais que seule Sixtine mènerait l'histoire. Mais non.
Mes points de vue préférés ont de loin été ceux d'Alice Kowacks, la commissaire de police, et celui de Fanelli. Ces deux personnages ont des personnalités très attachantes, qui se démarquent de ce qu'on peut voir ailleurs, surtout Alice.
Cependant, le point de vue de Théo ou celui de César Diaz restent très intéressants.

Du côté de l'intrigue, j'ai aimé qu'elle ne soit pas unique, qu'on lui greffe à la fois: les Nadas, les rêves de Sixie et ses conséquences, les manifestations étudiantes, les attentats...
Cela donne une grande diversité au livre, on ne s'ennuie pas, même si il m'est arrivé d'être parfois un peu perdue.

Concernant l'écriture, rien de miraculeux. Fluide, sans fioritures, tout simple. Je crois que j'ai apprécié ^^

Au final, j'ai très envie de lire le prochain tome, ça change de ce que je lis d'ordinaire et je crois que ça m'a fait aimer les thrillers plus que je ne pensais.

par Jay117
The Circle, Chapitre 1 : Les Élues The Circle, Chapitre 1 : Les Élues
Mats Strandberg    Sarah B. Elfgren   
Livre agréable et facile à lire, le seul bémol qui m'a un peu dérangé c'est le trop grand nombre de personnages, on se sait pas toujours qui est le copain de qui ou laquelle est la copine de qui, mais l'histoire est vraiment sympa et et le suspens est au rendez-vous!

par Lusylila
Tortues à l'infini Tortues à l'infini
John Green   
Turtles All The Way Down (titre anglophone) est, pour moi, le second meilleur roman de John Green (après Nos Etoiles Contraires) à égalité avec Qui es-tu Alaska? J'ai adoré ce livre que j'ai dévoré en moins d'une semaine...

Le style d'écriture est toujours aussi excellent. Je dirais même parfait, selon moi. C'est du pur John Green. Des phrases à en faire pleurer les plus insensibles. Des tournures de phrases, des expressions qui m'ont profondément ému... C'était de la poésie en roman. J'ai eu d'avantage l'impression de l'entendre parler quand je lisais ce livre. Ce dernier m'a définitivement semblé plus personnel que les précédents. On sent l'attachement de l'auteur à traiter ce thème. On sent l'engagement de John Green dans cet ouvrage. Encore plus que pour les autres livres.

Alors, commençons par le scénario et thème de ce livre. Si l'ouvrage est vendu comme une enquête, un mystère à résoudre, le livre ne se focalise pas dessus; ce qui m'a plu. Je me souviens ne pas avoir adoré La face cachée de Margo pour cette raison. Le thème de l'enquête, du suspens, du mystère à résoudre, de la grande quête ne m'est pas particulièrement cher. Je pense que ce livre aurait pu s'en passer, mais il ne m'a pas déranger. Non, clairement, ce livre est portée sur la maladie mentale de Aza et sa façon de gérer sa maladie avec les gens qui l'entourent. Et en cela, cet ouvrage relève du génie.

Je me suis reconnu dans énormément de passages de ce livre. J'ai trouvé que la maladie était très bien traité, non pas comme quelque chose qui est guérissable grâce à l'amour ou l'amitié, mais comme une vraie bataille, qui peut parfois sembler impossible à gagner mais aussi comme un défi à relever au quotidien. Les derniers mots du livre m'ont arraché quelques larmes.

Ensuite les personnages... S'ils ne sont pas nombreux, ils ont l'avantage d'être bien développés à mon goûts. Sans être idéalisés. Aza en est un très bon exemple. L'auteur la dépeint comme une jeune fille sensible, anxieuse, malade... On se prend d'empathie pour elle. Toutefois, John Green n'hésite pas à faire ressortir son côté égocentrique, self-centered, focalisé sur sa maladie, etc. qui existe, et qui peut effectivement être difficile à gérer pour l'entourage de personnes avec des maladies mentales.

J'ai aimé que l'histoire d'amour soit présente mais pas centrale. Le seul reproche que je pouvais faire à TFIOS était qu'Hazel semblait "guérir" de sa depression, un peu magicalement, grâce à l'influence de Gus. Or, ici, on ne tombe pas dans le piège du "l'amour m'a sauvé". La relation entre Aza et Davis est importante, car ce fut le premier amour d'Aza, et car elle met en lumière les luttes du personnage pour agir comme une adolescente normale, ses craintes, ses difficultés à process comme un individu lambda, etc. Donc la présence de cette histoire est pertinente mais elle ne prend pas une trop grosse partie de l'histoire.

L'amitié entre Daisy et Aza, à défaut d'être l'amitiée légendaire, auquel on pourrait s'attendre, est plutôt vraie et réaliste. Les deux amies s'aiment clairement. On sent que Daisy constitue une aide permanente pour Aza. Mais sans que ça tombe dans le cliché de la BFF, histoire d'amitié parfaite. Daisy est un très bon personnage en cela. Elle réagit très bien à certains comportements de Aza : elle lui propose d'aller voir un film chez elle, alors que celle ci fait une crise de panique, etc. Mais parfois, étant humaine, elle a de mauvaises réactions et s'emporte contre son amie. Certains n'apprécieront probablement pas. Moi, j'ai trouvé que ça ajoutait une touche de réalisme aux personnages et à la relation amicale des deux jeunes filles. Car personne n'est parfait, et aucune relation n'est vraiment flawless.

Profond, puissant, touchant sans tomber dans les clichés, je l'ai surtout trouvé très vrai. C'est ce réalisme émouvant qui m'a transporté dans ma lecture, m'a fait vivre toutes les émotions in live, m'a emporté. Véritable voyage dans les pensées directs du personnage principal, ce livre touchera plus particulièrement les personnes qui se reconnaissent en Aza (ce fut mon cas). En écrivant une oeuvre plus sérieuse et "lourde" que ses autres livres, John Green prend un pari risqué auprès de ses fans, qui pour moi, paye à 100%0
Sombres étoiles Sombres étoiles
Malorie Blackman   
J'ai acheté ce livre car c'était du Malorie Blackman et non à cause du résumé, les histoires dans l'espace c'est pas trop mon truc. Au début quand j'ai lu les premières lignes je n'étais pas très emballé. Mais finalement quand j'ai avancé dans l'histoire j'ai adoré. C'est tellement bien écrit et tellement bien fait. Malorie Blackman a une plume magnifique qui me fait ressentir des émotions à chaque fois. Les personnages de cette histoire sont forts et attachant. Dans Nathan j'ai pu retrouver Calum et ça m'a beaucoup ému. L'intrigue de ce livre est géniale on cherche à comprendre mais on ne trouve pas tout de suite la solution et c'est cohérent.
[spoiler]Bien sur ce livre comme tous les livres de Malorie Blackman a carrément déchiré mon âme, j'ai pleuré de la mort d'Aidan à la fin. Et la fin mon Dieu la fin c'était horrible j'ai ressenti mon coeur se briser en même temps que celui de Vee. C'est dingue ce qu'elle arrive à faire juste avec des mots j'avais l'impression de revivre la fin d'entre chien et loup qui était un peu plus traumatisante .[/spoiler]
Je conseille ce livre qui est une perle si je devais lui donner une note ça serait 18/20.
Reckless, Tome 1 : Le Sortilège de Pierre Reckless, Tome 1 : Le Sortilège de Pierre
Cornelia Funke   
Jacob Reckless et son frère cadet, Will, ont perdus leur père. Leur mère est mourante. C'est tard la nuit, qu'un jour, Jacob revient dans le bureau de son père, John. Le jeune garçon n'avait jamais fait attention à ce miroir auparavant. À travers celui-ci se trouve un monde merveilleux, mais surtout quelque peu dangereux.
Fréquemment, Jacob parcoure ce monde de l’autre côté du miroir, à la recherche de trésors. Les affaires se présentent relativement bien pour lui. Mais il y a Will, son frère, qui, un jour, le suit dans cet autre univers. Un maléfice lui est jeté, Jacob est le seul à croire pouvoir l’en délivrer, mais à quel prix ?
Tout d’abord, je n’ai jamais lu la trilogie « Cœur d’Encre » de Cornelia Funke, je ne pourrais donc faire aucune comparaison entre celle-là et Reckless (dont seul le premier tome est ‘sorti’, de toutes façons.)
Reckless signifie dans la langue de Shakespeare : insouciant, téméraire. Et en toute probité, c'est un nom que Jacob porte superbement : c'est lui, le frère ainé, le plus « aventurier » disons. Pour Will, c'est un peu l'opposé, j'ai eu une impression de calme émanant de lui.
Le monde de l'autre côté du miroir reprend quelques créatures du domaine de la fantasy (nains, fées, dragons...), mais mixe cela avec des innovations (les trésors tous très bien pensés, des monstres à la peau de pierre nommés les ‘Goyls’).
Ce roman se lit très vite, les chapitres sont courts (parfois trois pages seulement), les illustrations des premières pages de ceux-ci sont bien maîtrisées, il n'y a quasiment jamais de lourdeurs. Les personnages sont presque tous attachants - à leur manière. Presque. Malgré le fait que l'auteur, a, semble-t-il, essayé de faire de Clara (la petite amie de Will), une fille séduisante et intelligente, je n'ai fait que la haïr et ai eu beaucoup de mal à compatir avec elle (l'épisode de l'eau d'alouette n'y est certainement pas pour rien). Mon personnage préféré est Fox, l'acolyte hybride de Jacob. Elle est rusée comme un renard - remarquez la subtilité de mes propos - et elle est rousse. J'aime les rousses, enfin, ce n'est pas le sujet...
C’est le roman type d’aventure, mais mené avec une main magistrale. Subjectivement, j’ai trouvé la fin assez inattendue, elle donne envie de lire la suite au plus vite. Ma chronique pourrait donc se résumer à un : vivement le tome 2 !
Durant ma lecture, j’ai écouté en boucle la chanson « Reckless » de Papa Roach, voilà, c’était le petit conseil playlist pour ce livre.

par Happy
Black Widow: Forever Red Black Widow: Forever Red
Margaret Stohl   
fan de marvel et des avengers j'étais obligée de me le procurer et de le lire ! et je ne suis pas décue ! on retrouve bien le caractère de notre agents féminine préferéé , l'histoire est bien formée , toujours une pointe d'humour ! que du bonheur !
U4 : Jules U4 : Jules
Carole Trébor   
Ce livre est ultra addictif, impossible de le lâcher ! L’histoire est captivante et je me suis très vite attachée au personnage principal, Jules.
Jules est un garçon de 15 ans qui est extrêmement touchant. On progresse tout au cours de l’histoire à travers ses yeux et ses sentiments qui sont parfois si enfantins qu’il n’en est que plus attachant. Sa gentillesse et son innocence ne peuvent nous laisser indifférent. Les autres personnages sont tout aussi captivants (avec une préférence personnelle pour Vincent !). Je n’ai pu retenir mes larmes au passage de certaines scènes.
J’ai beaucoup aimé l’écriture de cet auteur. Elle a su nous transporter dans le cœur de Jules et pourtant je suis une adulte ++, très loin de mes 15 ans et pas du tout adepte des jeux mais j’ai vraiment accroché cet univers d’adolescent.
Je conseille vivement ce livre !

par letides
  • aller en page :
  • 1
  • 2