Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Primaveramy : Liste de bronze

retour à l'index de la bibliothèque
Les Colombes du Roi-Soleil, Tome 5 : Le Rêve d'Isabeau Les Colombes du Roi-Soleil, Tome 5 : Le Rêve d'Isabeau
Anne-Marie Desplat-Duc   
Je me rappelle qu’étant petite, ce tome-ci était mon préféré. Je l’ai d’ailleurs fait dédicacer au Salon du livre de Beaugency.

Isabeau est la plus sage de toutes les Colombes. Elle n’aspire qu’à deux choses : que sa sœur Victoire la rejoigne à St-Cyr & devenir maitresse au sein de cette école. Quand elle voit son premier rêve devenir réalité, elle n’a plus qu’un seul objectif en tête.

Malgré sa sagesse, Isabeau se montre déterminée & prouve qu’elle est animée d’une grande volonté. Quand elle est mêlée à cette affaire d’empoisonnement, elle demeure fidèle à ses principes, à savoir la loyauté envers ses amies tout particulièrement. Je trouve que cette Colombe enseigne beaucoup à ses lectrices, plus encore que les autres.
Rhinocéros Rhinocéros
Eugène Ionesco   
Cette pièce est difficile à suivre et semble folle car elle appartient au genre de l'absurde. Mais je pense qu'il y a une interprétation à donner à cela, beaucoup y voit une dénonciation du nazisme sous l'occupation, je pense que c'est possible mais qu'on peut aller plus loin encore, et c'est cela qui est vraiment génial avec les œuvres de Ionesco, nous sommes libre de comprendre (ou pas) ce que nous voulons.
Les Colombes du Roi-Soleil, Tome 3 : Charlotte, la rebelle Les Colombes du Roi-Soleil, Tome 3 : Charlotte, la rebelle
Anne-Marie Desplat-Duc   
Ce n'est pas ma préférée mais j'ai beaucoup aimé son histoire, surtout la partie de voyage. J'ai quitté ma maison, et je me retrouvais à côté d'elle dans les indes !

par Altanais
La Cantatrice chauve La Cantatrice chauve
Eugène Ionesco   
Je dirait c'est une critique du fait que l'on parle pour parler, c'est triste (je precise Ionesco se revendiquait de l'avant-garde et non de l'absurde). Un de mes scene prefere et qui m'a beaucoup touché est celle où Mr et Mm Martin se voient et ne se reconnaissent pas, je dirait que ça pourrait faire penser à des couple desquelle on entend parler ils vivent au meme endoit la meme piece, mais ne se connaissent pas vivent chacun leurs vie sans jamais se connaitre.

par Nero
Les Colombes du Roi-Soleil, Tome 1 : Les Comédiennes de monsieur Racine Les Colombes du Roi-Soleil, Tome 1 : Les Comédiennes de monsieur Racine
Anne-Marie Desplat-Duc   
Une série que j'ai assez appréciée, notamment en raison du contexte historique intéressant. Les personnages sont également sympathiques.
Un roi sans divertissement Un roi sans divertissement
Jean Giono   
Que dire de ce livre... Qu'il est rempli de richesses, de philosophie, qu'il est subtil, tout est implicite... Giono nous embarque dans une histoire atypique, assez simpliste au premier abord mais en fait tellement plus compliquée que ce qu'elle laisse paraître. Il faut l'aimer ce livre, se laisser enivrer et se laisser glisser par l'écriture si singulière de Giono, ses descriptions détaillées, son amour de la finesse et de la manière dont il faut lire entre les lignes...même si - je l'avoue bien volontiers - c'est assez difficile d'accrocher avec ce livre dès le départ. Mais dès qu'on s'y laisse porter, il en devient très intéressant. Il fait beaucoup méditer, marque les esprits et la fin nous laisse sans voix. "Un roi sans divertissement" est bouquin que je recommande vivement malgré son "addictivité" peu entrainante, et sa lecture difficile parfois.

par Mélie
Nos étoiles contraires Nos étoiles contraires
John Green   
http://wandering-world.skyrock.com/3080070673-The-Fault-In-Our-Stars.html

Il y a des livres qui vous plaisent, qui vous embarquent avec eux dans un univers fascinant et qui vous permettent de vraiment vous évader. Et puis, il y a des livres comme The Fault In Our Stars. Ceux qui vous font rire et pleurer, qui vous bouleversent jusqu'au point à penser à eux au lycée, lorsqu'on est avec des amis, qui nous dévastent et vous consument jusqu'à la dernière page. C'est définitivement le cas de ce magnifique ouvrage. Rien qu'en repensant à sa fabuleuse histoire, j'ai des papillons dans le ventre.
En lisant le résumé, on se doute que l'intrigue va nous toucher. Vous commencez à me connaître, j'ai des tendances un peu étranges, comme celle d'aimer les histoires atrocement tristes. Alors quand Marie m'a conseillé The Fault In Our Stars, j'ai vite compris que j'allais être bouleversé. Et mon sentiment s'est révélé exact. Ce roman m'a ébranlé au plus haut point. On passe du rire aux larmes en un claquement de doigt, on a sans cesse envie de rassure les héros, et on prend une énorme gifle à la fin du livre. Tout ce que j'aime.
Nous rencontrons deux protagonistes extraordinaires : Hazel et Augustus, tous deux atteints d'un cancer. J'ai envie de dire "Évidemment, ils vont se rencontrer. Évidemment, ils vont s'attacher l'un à l'autre. Évidemment, ils vont tomber amoureux. Et évidemment, il va leur arriver la chose la plus horrible du monde.", mais ce serait rendre affreusement justice au livre. Car oui, l'intrigue est exactement ça, mais également tellement plus. Tellement, tellement plus.
Tout d'abord, et peut-être que cela va paraître vraiment étrange, j'ai énormément ri pendant ma lecture. Hazel et Augustus possèdent un sens de l'humour franchement décalé, et une auto-dérision sur eux-mêmes et leurs maladies à toute épreuve. Leurs répliques sont sensationnelles et drôles, et on ne peut, grâce à celles-ci, que s'attacher à eux. Ils ne veulent sous aucun prétexte que leurs cancers ne prennent possession d'eux. Ils ne veulent pas qu'ils leurs dictent leurs vies. Ils veulent se battre. Toujours et encore. Pour vivre. Exister. Ne pas être oubliés.
Les personnages secondaires sont également marquants et hautement touchants. Les parents d'Hazel et Isaac, par exemple, sont aussi bien décris que les deux adolescents. Ils sont profonds, bruts, réels. On sent que l'auteur a vraiment travaillé son chef-d'œuvre. Tout y est parfait. D'ailleurs, John Green est vraiment un romancier exceptionnel. Sa plume est saisissante, haletante, prenante. On se perd dans chaque phrase, chaque tournure, chaque mot, chaque expression. Il parvient à nous faire sourire et à nous écrire des moments coup de poing quelques passages après. On passe par toutes les émotions possibles. Et qu'est-ce que c'est beau. J'en veux encore !
On s'amuse et on a les larmes aux yeux pendant premières deux cents pages, où tout se met en place. On apprend à découvrir pleinement Hazel et Augustus. Leurs failles, leurs faiblesses, leurs points forts, leur détermination à survivre malgré tout. Absolument tout. Et lorsqu'ils tombent amoureux, que la romance peut vraiment s'épanouir, c'est à ce moment précis que l'auteur décide de nous achever. Le coup de grâce est enfin donné.
Les cents dernières pages sont atroces. Aussi bien fascinantes qu'émouvantes. Notre moral connait alors une chute libre. C'est par la répétition de phrases frappantes et littéralement ravageuses que John Green rend son histoire encore plus renversante qu'elle ne l'était déjà. J'ai pleuré. Beaucoup. J'ai eu les yeux gonflés pendant de longues minutes. Cette horrible centaine de pages nous dévore et nous coupe le souffle. Ce n'est pas plus compliqué. Pourtant, je savais que j'allai avoir mal, que j'allai souffrir. Mais la peur n'évite pas le danger. J'ai donc plongé avec Hazel et Augustus dans un ouragan de sentiments annihilants. Ouaw. Juste ouaw.
Concernant la romance en elle-même, elle fait partie d'une des plus belles que j'ai jamais découvert. Nos deux fantastiques héros représentent tout l'un pour l'autre. Ils s'accrochent car ils savent pertinemment que la vie va horriblement les séparer. Alors ils profitent de chaque moment. Chaque seconde qui s'égraine est un pas de plus vers la conclusion de leurs existences. Ils décident d'écrire le dernier chapitre de leurs vies ensemble. Oh god. Comment ne pas succomber à cette histoire, sincèrement ?
En refermant The Fault In Our Stars, j'étais dans un état second. J'ai dû attendre un petit moment avant de pouvoir repenser normalement. J'avais le coeur qui battait à cent à l'heure, les idées confuses, l'esprit embué. Ce livre nous offre une très, très belle leçon de vie. On réalise qu'il y a des cas pires que les nôtres. Que la vie vaut la peine d'être vécue, malgré ses hauts et ses bas. Qu'il faut profiter de tout, à tout moment. Car d'un instant à l'autre, tout peut violemment basculer. Hazel et Augustus sont deux personnages qui resterons très certainement gravés dans ma mémoire pendant très longtemps, tout comme leur passionnante et frappante histoire. Merci à John Green pour avoir écrit un tel livre. Merci, merci, merci. Et, évidemment, merci à Marie pour me l'avoir conseillé. Je serais passé à côté d'un vrai trésor.

par Jordan
Je voulais juste vivre Je voulais juste vivre
Yeonmi Park   
Immersion dans le dernier pays au régime stalinien du 21 siècle où le régime et son peuple vivent comme à l'époque de la guerre froide.
Un témoignage bouleversant et révoltant. Yeonmi Park a fui la Corée du Nord où elle vivait dans la misère, et a enduré avec sa mère les pires horreurs avant de gagner la Corée du Sud. Vendue et violée par les passeurs le chemin a été très rude vers la liberté. A lire de toute urgence!

Je trouve qu'il ressemble par certain côté au livre Corée du Nord : 9 ans pour fuir l'enfer!

Il n'y a pas beaucoup de gens qui s'intéresse à des sujets comme ça et certain ne savent même pas où ça se situe! La culture se perd de nos jours!

Vivre en Corée du Nord c'est l'Enfer!

par NAAMASTE
Journal Journal
Anne Frank   
C'est un livre boulversant et poignardant. Certains passages sont horriblement tristes. Mais il retranscrit bien l'ambiance et la situation de l'époque. Ce n'est pas le genre de livre qu'on lit pour se distraire mais pour apprendre, s'instruire. Je dois avouer qu'à la fin de l'histoire j'ai bien pleuré.

par myra44
Le Premier Homme Le Premier Homme
Albert Camus   
J'ai beaucoup apprécié ce roman autobiographique d'Albert Camus, qui raconte l'histoire d'un homme à la recherche de l'identité d'un père qu'il n'a jamais connu. Un roman émouvant, touchant, qu'on lit avec plaisir.
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3