Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Pripriemmaauteure : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Plein gaz Plein gaz
Joe Hill    Stephen King   
Alors Plein gaz est un hommage de Stephen King et Joe Hill à la nouvelle « Duel » de Richard Matheson (paru pour la première fois en 1971 dans le magazine Playboy) elle-même adapté au cinéma par monsieur Steven Spielberg. Résumons juste en disant que cette histoire a fait couler beaucoup d’encre. Cette nouvelle marque d’ailleurs la première collaboration entre le père et le fils avec plus ou moins de succès.

L’histoire est assez simple : un groupe de motards, un camion qui les pourchasse pour les tuer un par un. Mais il y a une petite subtilité derrière ça. Le groupe de motards est dirigé par Vince et compte parmi ses bikers son fils Race. Ce dernier est en constant conflit avec son père et surtout vient de tuer quelqu’un à coup de machette. Voilà pour les bases. Il s'agit d'une nouvelle remplie d'une multitude de personnages. À l'échelle d'un roman, c'est très peu, mais pour une nouvelle on peut facilement se perdre dans les noms des motards. J'ai eu d'ailleurs du mal à me souvenir du nom du père et de celui du fils. Ça a un peu contrarié ma lecture. J'ai eu vraiment du mal à me plonger dedans. Certains personnages étaient juste des noms. Pas le temps de s'attacher à eux, de les connaître. Quand on lit "untel est mort" on se dit "ben dommage pour toi, mais je ne sais pas qui tu es". C'est la spécialité de King de créer des personnages pour les tuer trois pages après, mais au moins il leur créer un arrière-plan histoire qu'on s'attache à eux et soit triste de les voir mourir. C'est uniquement quand le camion est arrivé que les choses sont devenues plus intéressantes. L'un des gros points forts de l'histoire c'est sa fin. Elle est bien faite, émouvante dans un sens et bien écrite.

Mais au délà de cette histoire de course poursuite, il y a surtout un rapport de force entre le père et le fils comme on peut le voir dans la citation plus haut. Je ne sais pas si cet aspect était présent dans la nouvelle de Richard Matheson ou dans le film de Steven Spielberg, mais en tout cas c'est assez symbolique ici. Un père et son fils, auteurs de grand talent, écrivent une histoire sur un père qui n'aime pas son fils et un fils qui est constamment dans la haine de son père. C'est cet aspect-là que j'ai aimé. Quand j'ai lu cette nouvelle pour la première fois, c'était la semaine de sa sortie. À ce moment-là, je n'avais lu que Le costume du mort. Je connaissais très mal Joe Hill. Il était difficile d'appréhender cet aspect, ce rapport entre père et fils. Il faut avoir ça en tête en lisant cette nouvelle.

L'écriture par contre n'est pas transcendante. J'ai l'impression que les meilleurs réunis ça donne pas l'excellence. Un peu comme si chacun annulait le talent de l'autre. Écrire à quatre moins doit être très difficile et le résultat est assez confus. C'est vraiment dommage, car c'est vraiment ça qui a gâché ma lecture.

par Liliaza
Rédemption d'un Ange Déchu, Tome 3 : Paradis Éphémères Rédemption d'un Ange Déchu, Tome 3 : Paradis Éphémères
Blanche Monah   
je l'attendais depuis tellement longtemps et j'ai ADORE
l'auteur a su doser la lente évolution de ce couple atypique
nous y voyons un Ariel qui progresse tout doucement tout en gardant son caractère et un Blandine fidèle à elle même
je ne peux rien dire d'autre sans tout dévoiler mais n'hésitez pas c'est beau ,c'est bon, c'est délicieux un peu dérangeant un peu tordu mais tellement addictif
bravo Blanche

par litana
Charlie Charlie
Stephen King   
Stepehn King a ce talent remarquable d'évoquer les phénomènes les plus surnaturels et les fondre dans un réalisme... naturel. Ce talent lui permet d'entraîner ses lecteurs dans son monde, qui n'est autre que le nôtre, avec ses contraintes, ses lois, et les personnes qui le peuplent - de gens comme nous - et leurs réactions face à l'inattendu, l'insoupçonnable qui se présente à leurs portes.
Ainsi, "Charlie" ne raconte pas seulement l'histoire d'une petite fille douée de "pyrokinésie", mais également l'histoire d'une fuite d'une petite fille de sept ans et de son père, l'histoire d'un couple dont la destinée est bouleversée par un passé qui le rattrape, l'histoire d'hommes chargés de la protection d'un pays, et l'histoire de personnes se trouvant par hasard sur le chemin de cette course-poursuite et qui laissent une partie de leur vie se dévoiler sous la plume de l'auteur. Par moment vous aurez peur pour eux, ou bien vous les haïrez.
Quoiqu'il en soit ce livre vit, comme vous le vivrez.

par JulBarrow
Coeurs Perdus en Atlantide Coeurs Perdus en Atlantide
Stephen King   
Un livre de Stephen King un peu différent de ceux habituels. J'ai beaucoup aimé le début, comme toujours l'auteur nous embarque dans son histoire à toute vitesse, sans qu'on puisse avoir le temps de s'ennuyer. Mais malheureusement, le roman change du tout au tout au fil des pages et j'ai eu beaucoup de mal à le terminer. J'ai trouvé que le rythme ralentissait trop et que l'histoire perdait de l'intérêt, jusqu'à la dernière partie qui, elle, en a eu selon moi.
C'est tout de même un excellent roman, comme tous ceux de Stephen King !
Sale gosse Sale gosse
Stephen King   
Excellente nouvelle que nous livre Stephen King, et rien que pour nous en plus.
Un condamné à mort pour le meurtre d'un enfant peu ordinaire se confesse à son avocat. On assiste alors à tous les événements rencontrés par George Hallas au cours de sa vie. Et il n'y à pas à dire, on a bien envie de lui foutre une bonne raclée à ce sale mioche.
Une histoire courte mais terriblement efficace. On retrouve avec plaisir le style du grand Stephen King et c'est un régal.

par elynias
Coeurs insoumis - Intégrale Coeurs insoumis - Intégrale
Emma M. Green   
Je remercie la Maison d’Édition Addictives de m'avoir envoyé ce roman même si malheureusement, je ne l'ai pas apprécié et je l'ai abandonné à la moitié.

C'était le premier livre que je découvrais de Emma M. Green après avoir entendu tant de bien sur ces deux auteures et ce fut une déception. Peut-être n'ai-je pas commencé avec le bon livre ? Peut-être n'est-il pas leur meilleur ? Pourtant, les avis sont très élogieux sur ce livre !

Le début commençais très bien : un road-trip aux Etats-Unis avec des références sympathiques au film Shining, quelques termes de mécanique pour bien se plonger dans l'ambiance ... Malheureusement, ce fut de courte durée puisque j'ai vite déchanté quand est arrivé le cliché ambulant du milliardaire mystérieux et sombre.

Le plus gros problème que j'ai eu avec ce livre est le manque de cohérence. Le protagoniste masculin, Dante Salinger, est un milliardaire, son père est très connu dans le milieu des affaires et il habite dans une villa avec piscine. Pourquoi alors va-t-il s'embêter à faire du covoiturage avec une inconnue qui possède une voiture qui tombe en panne tous les kilomètres ?

Même en essayant de passer outre ça et en se disant que ce n'est pas parce qu'il est riche qu'il n'a pas le droit de faire du covoiturage, cela ne fonctionne pas quand même. Pendant tout le début du roman, il n'adresse pas la parole à Solveig dans la voiture parce qu'il est mystérieux et pleins de secrets voyez-vous. Pourquoi alors s'embêter à faire du covoiturage encore une fois si c'est pour ne même pas ouvrir la bouche et ne pas s'intéresser à la personne qui l'accueille dans sa propre voiture ?

En fait, j'ai eu la sensation amère que les auteures voulaient absolument que le personnage masculin soit milliardaire parce que c'est ce qu'on voit partout dans le New Adult mais malheureusement, ça ne collait pas du tout avec l'histoire de base. L'histoire aurait pu être tellement plus belle si Dante Salinger n'avait été qu'un homme modeste, qui ne roule pas forcément sur l'or et donc entreprend de faire un covoiturage. Malheureusement, les auteures sont tombées dans les plus gros clichés du genre et je n'ai pas du tout apprécié.

Évidemment, on apprend par la suite que Dante Salinger a vécu toutes les pires atrocités du monde dans son enfance (un peu à la manière de Christian Grey). Que serait un bon cliché ambulant sans son passé torturé ?

Enfin, la raison pour laquelle le protagoniste se rend au même endroit que Solveig est tellement prévisible ... Quand on sait où se rend Solveig et que comme par hasard, le brun mystérieux et réservé se rend dans la même ville sans vouloir lui expliquer la raison, pas besoin d'être devin pour deviner qu'il y a anguille sous roche.

J'ai essayé tant bien que mal de persévérer dans ma lecture mais malheureusement, tous les clichés et incohérences ont eu raison de moi. J'ai arrêté ce roman en pleine scène érotique. Là encore, au bout de quatre pages ils n'étaient toujours pas passés à l'acte ! Pour vous dire la longueur et l'ennui dans ce livre ... Il fait tout de même 500 pages ! C'est fou toutes les scènes inutiles et les longueurs qu'il y avait !

En conclusion, je ressors avec une énorme déception après tous les éloges que j'avais entendus sur Emma M. Green.
La nuit déchirée La nuit déchirée
Stephen King   
Adaptation du film déjà scénarisé par King et réalisé par son ami de toujours, Mick Garris, Sleepwalkers reprend le mythe du loup-garou, lui tord le coup et délivre une histoire amusante, très humoristique, fortement teintée d'une noirceur amusante !

par LaetiDR
Bliss, le faux journal d'une vraie romantique - L'intégrale Bliss, le faux journal d'une vraie romantique - L'intégrale
Emma M. Green   
https://sweetyhoneyaddictions.blogspot.com/2017/09/bliss-emma-green.html

C'est un peu dingue, mais en fait je n'ai pas besoin de connaître la fin du roman pour vous donner mon avis. Oui, non mais parce que clairement je ne l'ai pas encore terminé. Qui lit 1000 pages en moins de 2 jours ? Pas moi, la lente lectrice que je suis.

On parle tout de même d'un (double) roman de Emma Green. De la plume de ces deux auteures qui nous envoute, nous excite, nous transporte, nous fait rire, nous fait pleurer. J'aime tout dans leurs romans (même si je n'ai pas tout lu), et dans Bliss, j'aime la douceur, la passion, l'intensité, la complexité du couple et du récit, tant d'autres choses encore.

Le personnage d'Emma Green est naturelle, authentique, empathique, sensible, généreuse, passionnée et passionnante. Quand à son prince charmant, en dehors du fait qu'il est sexy, il est aussi droit, exigeant, intriguant, indépendant, imprévisible et fascinant. La liste des qualités de chacun est immense, donc je vais m'arrêter là.

Je pourrais vous résumer l'histoire mais quel intérêt il y a trop de choses à en dire. Ce qu'il faut retenir, c'est : la passion dévorante de ce couple, les liens forts quasi indestructibles du quatuor (et je parle des deux BFF et du frère d'Emma), la différence entre la vie de l'héroïne et de celle du héros. Les rebondissements surviennent au bon moment sans alourdir le récit. On se prend au jeu, on suit les deux amoureux dans les hauts comme dans les mauvais moments. Et finalement on ne se rend pas compte qu'on lit un pavé parce qu'Emma Green nous passionne (tant le personnage que les auteures).

Alors lancez-vous, vous ne le regrettez pas. De toute façon, il vous faut cette superbe couverture dans votre bibliothèque.
Le Noël magique de SEE Le Noël magique de SEE
Ludivine Delaune    Caroline Gaynes    Selena Dubh    Coralie Chamand    Alessia Jourdain    Karine Anselme    Vivi Zéphyr    Christelle Dumarchat    Mélanie Baranger   
Génial
J’ai adoré ce recueil sur le thème de Noël
J’ai eu des coups de cœur sur plusieurs histoires
Je vous le conseille à tous afin de passer un bon moment

par Labelise
Cellulaire Cellulaire
Stephen King   
En fait, ça m'a fait pensé à du Roméro stéphenkingisé. Bien que ça parle de sortes de zombies (au début), on glisse rapidement vers une intrigue typique de SK ; un truc énorme et plus profond et important qu'une simple résurrection. Cette construction petit à petit de l'entité unique par mise en commun d'éléments reprogrammés... Je trouve l'idée originale en tout cas. Bien sur, ce n'est pas, et de loin, le meilleur SK que j'ai lu, et la fin me laisse un peu sur ma... faim. Mais j'ai néanmoins apprécié ; on retrouve le style et la narration de l'auteur comme ailleurs. C'est un plaisir, sans être une révélation.