Livres
565 142
Membres
618 067

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Cissou33 2020-04-17T03:41:05+02:00

Les mots suivants sont assurés, mais son langage corporel ne l’est pas.

— Je ne peux pas le faire pour moi.

— Parce que tu n’as pas envie de moi.

Ma réponse est aussi ferme que la sienne et je remercie mon père pour ça. Pour être capable de ne rien laisser paraître alors que j’ai l’impression que quelque chose vient de se briser à l’intérieur de ma poitrine.

Afficher en entier

“- Tu n’auras plus jamais à faire quelque chose que tu ne veux pas. Si tu veux de moi… je serai là. Mais c’est… ta voie, ta décision.”

Afficher en entier
Extrait ajouté par alice-gray 2020-04-11T18:06:12+02:00

— Donc il est out, donc il compte pas.

Je secoue la tête.

— Faux. Il y a trois types de personnes qui comptent : ceux qui sont au sommet, ceux qui les maintiennent au sommet et ceux qui sont out. Les autres, c’est des moutons, ils se contenteront de suivre le plus fort. Une fois que tu as pigé où se situe tout le monde, tu peux jouer sur les alliances, faire fléchir les loyautés. Un outsider n’est loyal envers personne, ça veut dire qu’il peut le devenir envers toi si tu as le bon levier.

— Comment je sais quel est le bon levier ?

J’acquiesce, content de voir qu’il commence à poser des questions intelligentes. Livio ne s’est jamais intéressé au fonctionnement du gang. Du moins… pas depuis qu’il aurait eu l’âge de s’y impliquer vraiment. Trop occupé à traîner avec ses soi-disant potes et à se défoncer. J’ai jamais réussi à savoir ce qu’il essayait de fuir. Moi ? Son père ? Le clan dans son ensemble ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Freyja13 2020-03-18T21:25:10+01:00

Ses yeux croisent les miens, arrogants, puis descendent le long de mon corps avec une lenteur calculée. Ses lèvres se tordent dans une moue vaguement appréciative. Ce connard est en train de me reluquer comme si j’étais un morceau de barbaque. Et, attitude ou pas, si je ne sentais pas le surveillant dans mon dos, je ferais demi-tour tellement ça me retourne les tripes. Puis le gars revient à ma gueule, se décolle du mur avec grâce et avance d’un pas… lascif. Même si ça fait roman de gare. Et il écarte les bras pour tourner sur lui-même comme un putain de mannequin.

— Alors, tu aimes la vue ? Toi, t’es plutôt pas mal. Un peu tatoué. Mais bon, on va faire avec. C’est quoi ton nom, beau gosse ?

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode