Livres
595 722
Membres
674 108

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

1997

Dernière connexion : Il y a moins d'une semaine


Fantasy
Membre de l'univers Fantasy

Spécialisations

Maître en Aventure Compagnon en fantastique Maître en Manga Initié en Polar Compagnon en Romance

Insignes

500 jours ou plus de présence Membre depuis 2013 Auteur d'au moins 180 commentaires de plus de dix mots Au moins 20 extraits de plus de dix mots ajoutés A ajouté au moins 20 couvertures de livres

Qui suis-je ?

Bonjours ! (Bonsoir ?)

Alors, j'ai 25 ans, je suis AE dans un collège et j'aime la lecture ! (Naaan ? Tu déconnes !)

J'aime qu'une histoire me fasse voyager, qu'elle m'emporte, me fasse rire, pleurer, avoir peur, stresser, enfin bref qu'elle me fasse vivre avec elle.
J'aime les grandes tirades philosophiques et les longs et tortueux dilemmes des personnages.
Les personnages torturés sont toujours les plus intéressants (Sadique :twisted:) !
Cependant, même avec ce point de vu, j'aime les fins heureuses, un peu comme tout le monde. Oh, bien sûr, cela ne m'empêche pas d'aimer les bons vieux drames, mais un peu de bonheur dans ce monde de fou, ça ne fait de mal à personne ! Si ?

Tout ce qui touche aux légendes me fascine, et c'est un euphémisme ! J'aime tout ce qui touche à la théologie (à Satan, mais pas que), toutes formes de mythologie comprises. Je n'en suis pas une experte, mais je ne demande qu'à l'être.

Je ne suis pas contre la pub, je pense que grâce à ça je pourrais découvrir des perles. Ce n'est pas pour autant qu'il faut me bombarder, hein, cela va de soit.


Je vous laisse sur quelques une de mes citations préférées, de celles qui me font vibrer comme tant d'autres encore. Et c'est après ce genre de choses que je cours lorsque je lis.
Le frisson.

Les déferlantes, Claudie Gallay :

"- Quand je te vois comme ça, avec tes yeux, je me dis qu'il faudrait que je te sculpte. On dirait que tu es arrivée ici à la nage !
- En radeau, j'ai précisé, avec deux rames. J'avais les cervicales qui me brûlaient.
- Les rames, ça fait la différence, surtout si tu en a deux, j'ai dis en me passant la main sur la nuque.
- Il se passe quoi si tu en as qu'une ?
- Tu tournes en rond, Raph, tu tournes en rond.

- Je pourrais venir compter les oiseaux, un jour, avec vous ?
- Pourquoi, vous ne partez plus ?
Il a dit que si, il allait partir, bientôt, mais qu'entre bientôt et maintenant, il y avait un peu d'espace. Et qu'il aimerait se servir de cet espace pour aller voir les oiseaux.

J'veux qu'on baise sur ma tombe, Damien Saez :

J'aurais aimé t'aimer comme on aime le soleil, te dire que le monde est beau, que c'est beau d'aimer. J'aurais aimé t'écrire le plus beau des poèmes et construire un empire juste pour ton sourire. Devenir le soleil pour sécher tes sanglots, et faire battre le ciel pour un futur plus beau ; mais c'est plus fort que moi, tu vois, je n'y peux rien, ce monde n'est pas pour moi, ce monde n'est pas le mien..

D'un monde à l'autre, Pierre Bottero :

- Tu n'as pas d'autre idée ?
- Non, mais comme a dit le gendre de ma grand-mère en pinçant le nez du requin blanc qui était en train de le bouffer, il vaut mieux une idée bizarre que pas d'idée du tout !

Le Nom du Vent, Patrick Rothfuss :

L'auberge de la pierre levée lui appartenait, tout autant que ce troisième silence. Et c'était approprié, car c'était le plus vaste silence des trois, celui qui enveloppait tous les autres. Il était profond et ample, comme une soirée au début de l'automne. Il était lourd comme une grosse pierre polie par la rivière. Comme l'écho résigné d'une fleur coupée, d'un homme qui attend la mort.

- Je t'ai apporté des tomates et des haricots mais aussi quelque chose de très spécial...
Je lui ai montré le sachet pour lequel j'avais dépensé presque tout mon argent, deux jours plus tôt, avant que tous mes ennuis commencent.
- Du sel de mer.
Auri l'a pris et a regardé à l'intérieur du petit sac en cuir.
- Mais c'est merveilleux, Kvothe! Qui est-ce qui vit dans le sel?
Des traces de minéraux, me suis-je dit. Chrome, bassal, malium, iode... tout ce dont ton corps a besoin mais que les pommes, le pain et les restes que tu parviens à grappiller ne peuvent lui procurer.
- Les rêves des poissons, ai-je répondu. Et les chants de marins.

Ce qu'il avait fait après était différent. Il avait appelé le vent et le vent était venu. C'était magique. De la vraie magie. Le genre de magie dont j'avais entendu parler dans les histoires de Taborlin le Grand. Le genre de magie auquel j'avais cessé de croire à l'âge de six ans. Et maintenant, je ne savais que croire.
Alors, je l'ai invité à rejoindre notre troupe, espérant trouver réponse à mes questions. Bien que je l'ai ignoré à l'époque, ce que je cherchais, c'était le nom du vent.

Âmes de Verre, Anthelme Hauchecorne :

Toutes les connaissances des Onze Piliers résident entre ces lignes. Hé, bas les pattes! C'est l'édition originale. On touche avec les yeux! Il y a du sang et des larmes sur ces pages.
Il y a des lectures qui vous changent à jamais, il paraît. Mais ce bouquin-là, il vous avale, il vous mâchouille et il fait des bulles avec votre cerveau.
Le CODEX METROPOLIS n'est pas exactement un livre, mais plutôt un capharnaüm de papiers divers, variés et avariés ; une pagaille de textes raturés, liés les uns aux autres par un égal mépris de l'orthographe, de la grammaire et par plusieurs kilos de colle industrielle. Un monstre de Frankenstein littéraire, cousu et recousu, aux pages tranchantes et à l'encre qui vous poisse les doigts.
Malheureusement, c'est encore la meilleure source d'informations pour qui espère survivre aux horreurs qui hantent les rues.

- Quel danger une musique pourrait-elle présenter? murmure-t-elle.
- L'art sauve. L'art tue. L'art est une porte sur d'autres mondes, rauque le Craqueuhle. L'art reste la seule magie à portée des Hommes. En cette matière, votre race compte des virtuoses que vous envient les autres peuples...

No Futur, Punk's not dead, Anthelme Hauchecorne :

La fin du monde n'est pas telle que je me l'imaginais. Je me l'étais pourtant figurée un paquet de fois, la cervelle disjonctée, à téter un joint. Pour un keupon habitué à vivre chaque jour comme le dernier, la Fin des temps n'est, au fond, que la consécration d'un patient entraînement. No futur, mec. Sur le créneau de la déglingue, mes potos punk-rockers et moi étions précurseurs. Le chemin de la déliquescence, nous l'avons embrassé voilà des lustres.
L'Humanité n'a fait que nous piquer l'idée. Que voulez-vous. C'est la malédiction des génies du rock que d'être copiés par les médiocres. Je hais les reprises.

Les Annales du Disque-Monde, tome 5 : Sourcellerie de Terry Pratchett

"-LE POIDS N'A RIEN A VOIR LA-DEDANS. MON DESTRIER A PORTE DES ARMÉES ENTIÈRES. MON DESTRIER A PORTE DES VILLES. OUI, IL A TOUT PORTE QUAND IL LE FALLAIT, dit la Mort. MAIS VOUS TROIS, IL NE VOUS PORTERA PAS.
-Pourquoi donc?
-C'EST UNE QUESTION D'IMAGE.
-Parce que tu crois que c'est une bonne image, ça : le cavalier et les trois piétons de l'Apocralypse?"

Satan était un ange, Karine Giebel :

Oui, il envie ce jeune homme apparemment en pleine santé, à la peau cuivrée... Un peu maigre, mais parfaitement proportionné. Fin, élancé, à la musculature sèche, puissante. Qui a l'avenir devant lui.
La vie devant lui.
Son front tombe entre ses mains. Son crâne pèse un bon quintal.
C'est si lourd que ça, une tumeur ?

Blast Tome 1, Grasse Carcasse, Manu Larcenet :

Je pèse lourd. Des tonnes. Alliage écrasant de lard et d'espoirs défaits, je bute sur chaque pierre du chemin. Je tombe et me relève, et tombe encore. Je pèse lourd, ancré au sol, écrasé de pesanteur. Atlas aberrant, je traîne le monde derrière moi. Je pèse lourd. Pire qu'un cheval de trait. Pire qu'un char d'assaut. Je pèse lourd et pourtant, parfois, je vole.

La légitimité du dégoût face à la difformité est un principe universel. Quand j'étais enfant, il paraissait acquis que c'était là une loi naturelle à laquelle il était juste de se plier... alors peu à peu, l'anomalie n'est plus une simple fraction d'une personnalité plus complexe, plus riche... l'anomalie est votre identité.

Barbe bleue, Amélie Nothomb :

Récemment, un best-seller mondial a prétendu qu’il y avait des vampires gentils et innocents. Les gens ne sont jamais aussi contents, désormais, que quand on leur affirme que le mal n’existe pas. Mais non, les méchants ne sont pas de vrais méchants, le bien les séduit, eux aussi.

- Non, je ne vais pas vous épouser. On n’épouse pas pour un gâteau.
- Le motif serait joli.

Laisse-moi entrer, John Ajvide Lindqvist :

« Larry frissonna ; il n’avait jamais rien entendu de semblable. On ne pleure pas comme ça. On n’a pas le droit de pleurer comme ça. On meurt si on pleure comme ça. »

A comme Association, Tome 4, Pierre Bottero :

- Tu quoi ? D’accord, ma route a croisé la tienne deux nuits d’affilée, d’accord nous avons pris un certain plaisir à coucher ensemble. Tu ne croyais pas que j’allais m’effondrer parce que tu possèdes un odorat ultrasensible et que nos routes divergent ce soir ? Si c’est le cas, tu te fourres le doigt dans l’œil, Načelnik. Je ne m’effondre pas. Je suis incassable.
— Attends, Ombe, je…
— Mais j’attends, Načelnik. J’attends que tu te casses. Et pour être franche, je commence à m’impatienter.
Il me regarde un long moment sans ciller.
Ses yeux me parlent, me caressent, me supplient… Je ne bouge pas.
Je suis un désert. Les déserts ne bougent pas.

« La vie mérite d'être vécue.
Toujours. »

Déferlante, Lily Haime :

« Elle lisait dans mes pensées aussi facilement que je lisais dans les siennes. Sans doute parce qu’elle avait cette partie de moi que je lui avais confiée. Elle y veillait quotidiennement. Et si un jour il m’arrivait quelque chose, si je perdais tout, Calliope me rendrait cette part et je pourrais me reconstruire.
C’était une drôle de pensée. Pourtant, je l’avais souvent. »

Wild Heart, Lily Haime :

« - Il en tient une bonne.
On pouvait voir les choses de cette façon, effectivement.
Moi, j'aurais plutôt dis que je l'avais mauvaise. Parce que le lendemain, quand un orchestre philharmonique aurait décidé de jouer "La Chevauchée des Walkyries" dans mes foutues oreilles toute la foutue journée, il n'y aurait rien de "bon". Je maudirais Richard Wagner - parce qu'il fallait bien en vouloir à quelqu'un. »

A propos des livres

Que dire d'autre...
Ah oui, je suis une acheteuse compulsive. J'achète, j'achète et j'achète encore des livres, tellement que j'ai une pile à lire énorme. Vraiment.
Et le pire, c'est que je préfère lire un livre fraîchement acheté . Si ça fait trop longtemps que je l'ai, je me dis que j'ai le temps, et j'en achète un autre.
Du coup, je lis sans arrêt des truc qui ne sont même pas dans mes prévisions.
Et en plus, je ne me sépare que très rarement d'un livre que j'ai lu. Je pars du principe que si j'ai aimé, je le garde. Et généralement, j'aime les livres que je lis. Sinon, je ne les lis pas.
Bref, Ma bibliothèque grandit de plus en plus, et je n'aurais bientôt plus de place.
Que faire ?
En acheter d'autres, pardi !

Dernières lectures

Lu 2022-05-06
Lu 2022-04-16
Lu 2022-04-16
Lu 2022-04-15
Lu 2022-04-15
Lu 2022-04-15
Lu 2022-04-14
Lu 2022-04-14
Lu 2022-04-14
Lu 2022-04-14
Lu 2022-04-10
Lu 2022-04-09
Lu 2022-04-05
Lu 2022-04-02
Lu 2022-04-02
Lu 2022-04-02
Lu 2022-04-01
Lu 2022-04-01
Lu 2022-03-31
Lu 2022-03-22
Lu 2022-03-22
Lu 2022-03-19
Lu 2022-03-16
Lu 2022-03-12

Livres préférés

Chronique du tueur de Roi - Première Journée : Le Nom du vent
Des fleurs pour Algernon
Ensemble, on aboie en silence
Nevernight, Tome 2 : Les Grands Jeux
Traditions d'Olympus, Tome 1
A Comme Association, Tome 8 : Le Regard Brûlant des Étoiles
Chainsaw Man, Tome 11
Les Aventuriers de la mer, Tome 4 : Brumes et tempêtes
The Sandman
Yona, princesse de l'aube, Tome 27
Jujutsu Kaisen, Tome 5 : Le Tournoi
Solo Leveling, Tome 6
Âmes de verre
Blast, Tome 4 : Pourvu que les bouddhistes se trompent
Jusqu'à ce que la mort nous unisse
D.Gray-Man, Tome 15 : L'Attaque du QG
Bride Stories, Tome 13
Fils-des-Brumes, Tome 1 : L'Empire ultime
La Conjuration primitive
Wild Heart
Millénium, Tome 2 : La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette
XxX Holic, Tome 19
Le bleu est une couleur chaude
Nana, Tome 15

Activité récente

Booknautes favoris

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode