Livres
554 226
Membres
599 133

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Project Viper, Tome 1 : Rising



Description ajoutée par Bluenn 2017-02-10T17:57:46+01:00

Résumé

Le temps est venu pour un nouvel ordre mondial. Les conflits armés font le bonheur des marchands de mort, membres de l’organisme qui chuchote à l’oreille des grands de ce monde. On crache sur son nom : Conglomérat, tout comme on s’incline face à son gigantisme.

De cendres des États-Unis est née la Fédération, amalgame de quatorze District gouvernés par la despotique et non moins sulfureuse Présidente Erika Lawson. Face à la rébellion qui fait rage, celle-ci doit prendre des mesures drastiques.

Le Conglomérat se rencontre à l’occasion d’un nouveau sommet. Il décide de lui fournir l’avenir. Cyborgs de guerre ou machines douées d’une âme humaine, le nom de ces créatures reste incertain. Une chose est certaine : ce sont des Vipers.

Car tous sont membres du Projet Black Viper.

Afficher en entier

Classement en biblio - 17 lecteurs

extrait

— Le matos. Dans la réserve.

— Ha. Oui, j’y vais.

Elle s’en alla d’une démarche décidée mais, au bout de quelques mètres, commença à divaguer. Cet état d’urgence l’intriguait malgré son côté angoissant. Si un prisonnier évadé lui tombait dessus, rien ne l’empêcherait de la tuer. Réparer des machines ennemies faisait d’elle une ennemie, justement, et ce même si elle ne le faisait pas de gaieté de cœur. Annabelle jeta des regards curieux aux environs, mais ne vit rien sinon des soldats en maraude dont la seule allure faisait fuir tout le monde. Une bonne beuglante du commandant remit ce « tout le monde » au travail. Dehors, un gigantesque hovercraft de ravitaillement était arrivé et il n’allait pas manœuvrer tout seul.

Annabelle gagna enfin la réserve. Comme un cariste faisait trimballer un train d’atterrissage à sa machine, elle entra par la voie royale. La porte se referma derrière elle dans un concert de bipbip et ensuite, le silence. Ici, tout était soigneusement rangé : combinaisons accrochées au mur, matériel d’entretien dans les armoires, outillages sur les étagères et au centre, classées par numéros, les pièces détachées de grosse envergure. Annabelle se dirigea vers le fond de la salle, où devait se trouver le fameux « matos » nécessaire à Jack.

Elle chercha un moment, en vain. Croyant avoir été devancée, elle s’apprêta à faire demi-tour pour s’en assurer. À cet instant, la caisse convoitée se renversa à ses pieds.

— C’est ça que tu cherches ?

Afficher en entier

Commentaire video

Vidéo ajoutée par Ravenheart 2018-02-27T00:37:28+01:00

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Pas apprécié

L'univers semblait intéressant mais pas assez exploité. Peu d'intérêt pour les personnages, souvent très caricaturaux.

Afficher en entier
Argent

Bel univers à la confluence de plusieurs grands mouvements / inspirations, j’y ai retrouvé du 1984, du Blade Runner ou du Robot Cop. C’est agréable à lire, j’ai malgré tout ressenti quelques longueurs, trouvé quelques coquilles et un peu de fil blanc. Je pense tout de même poursuivre un peu plus loin, l’impression globale est bonne.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Aryia 2019-07-29T17:17:19+02:00
Argent

S’il y a un sous-genre de la science-fiction que je n’ai que très peu exploré encore, c’est bien le cyberpunk … Pourtant, les thématiques abordées ont de quoi m’attirer : humanité plongée dans le chaos social suite à un progrès technologique et/ou politico-économique néfaste, intelligences artificielles, androïde, cyborg, société violente et décadente, multinationales ... Mais jusqu’à présent, je n’avais pas osé passer outre la mention « âmes sensibles s’abstenir » qui accompagne généralement les ouvrages de cyberpunk … En tant qu’hypersensible, je n’étais pas vraiment certaine d’être parée à plonger dans ce genre d’univers ultrasombre et violent. Mais finalement, après avoir survécu sans trop de séquelles psychologiques aux ouvrages d’Aurélie Wellenstein, je me suis dit qu’un peu de cyberpunk ne me ferait ni chaud ni froid, et j’ai allégrement accepté la proposition d’Ellen Raven Martin. Et j’ai vraiment drôlement bien fait : loin de me traumatiser, ce premier tome a su me divertir et me faire passer un bon moment de lecture !

Le Conglomérat. Une association de diverses industries essentielles au bon fonctionnement de la Fédération. Une association largement dominée par Pinxit Industries. Aryan Turner, PDG de cette multinationale fabriquant les meilleures augmentations cybernétiques du monde, propose à ses collaborateurs un projet qui, officiellement, leur assurera le soutien inconditionnelle de la Présidente, grande actionnaire du Conglomérat, et qui, officieusement, fera de lui un des hommes les plus craints et respecté du pays. Il s’agit du Projet Black Viper : créer des surhommes. Non pas de simples cyborgs augmentés, non pas de simples droïdes mus par une intelligence artificielle. Non. Les Vipers seront un mélange parfait entre l’homme et la machine, des agents plus efficaces que le plus efficaces des robots, capables de prendre des initiatives … mais totalement dévoués à leur créateur, incapables de trahir …

Entre auteurs, on dit souvent que « le personnage principal, c’est celui qui souffre le plus ». Autant vous dire qu’Ellen Raven Martin a appliqué ce dicton à la lettre : ceux que nous pouvons considérer comme les protagonistes centraux de cette histoire – à savoir, Blayne et Skylar – sont indéniablement ceux qui souffrent le plus. D’ailleurs, leur souffrance elle-même – physique pour le premier, psychologique pour le second – fait partie intégrante de l’intrigue : elle est au cœur-même du processus consistant à faire d’eux des Vipers. On ne va pas se mentir : certains passages sont tout simplement insoutenables. Briser. Soumettre. Renaitre. Telles sont les trois étapes que vont traverser nos deux « héros » – si l’on peut dire, car il n’y a pas une once d’héroïsme dans ce roman, rien que les plus sombres facettes de l’âme humaine. Petit à petit, on les voit renoncer à leur propre identité, à leur propre humanité. Blayne et Skylar deviennent progressivement le Centurion et l’Ombre. Au gré des tortures et des manipulations, au fil des expérimentations, des greffes et des formatages mémoriels, on est témoin de leur déchéance, de leur déshumanisation.

D’un côté, c’est un processus terrible : on souffre pour ces deux hommes, qui ne sont certes pas des saints, mais qui ne méritent clairement pas un tel traitement. Car les scientifiques chargés de « mettre au point » les agents Vipers sont de véritables monstres, qui aiment observer et produire la souffrance chez autrui. Ils n’épargneront rien à nos deux protagonistes : tortures physiques et psychologiques sont le lot quotidien de ces deux cobayes qui n’avaient rien demandé. C’est parfois à la limite de l’insoutenable … Et pourtant, deux choses viennent « atténuer » l’horreur de ces monstrueuses expérimentations humaines : l’insertion des rapports des scientifiques, factuels et détachés, qui créent une sorte de « distance » dérangeante (les sujets d’expérimentation ne sont plus que des matricules) mais bienvenue sur le plan émotionnel … et la personnalité de Zeera, la médecin que nous suivons le plus. Zeera est folle à lier, sadique à point, et elle a un sale caractère. Elle est détestable … mais je dois avouer avoir une once d’affection pour elle. Car sur bien des points, Zeera me rappelle la mère d’un de mes personnages de jeux de rôle textuel (personnage que j’ai tant aimé incarner que je compte lui donner une nouvelle vie dans un roman). De plus, sa folie a quelque chose d’assez … sympathique chez un personnage de roman, car on sait pertinemment qu’elle ne va pas sortir du livre pour nous disséquer, donc on peut se permettre de sourire à chacune de ses interventions.

Avec ce premier tome, Ellen Raven Martin nous invite donc finalement à faire la « connaissance » de ces deux individus qui vont devenir les deux premiers agents Vipers. Il s’agit indéniablement d’un tome introductif destiné à nous faire comprendre la genèse de ce projet dément et inhumain : transformer un être humain en machine. Il ne se passe finalement rien d’autre que la transformation physique et psychique de ces deux hommes en véritables « chiens de garde », agents implacables car dénoués de toute volonté autre que celle d’obéir aveuglément à leur « Père », Aryan Turner. Quelques intrigues secondaires sont mises en place, mais j’avoue qu’elles ne m’ont pas passionnées : j’avais le sentiment qu’elles n’étaient là que pour « pimenter » artificiellement la situation, et non pas de préparer le terrain pour les tomes à venir. Adeptes des rebondissements à répétition, sachez que ce premier tome est un peu « maigre » de ce point de vue-là … mais on sent que le meilleur reste à venir et que l’action est prête à débuter dans le tome suivant !

En bref, vous l’aurez bien compris, bien que ce ne soit pas un coup de coeur, j’ai vraiment apprécié ma lecture. Il y a quelque chose d’assez fascinant dans ce processus de déshumanisation programmée, de déchéance planifiée, de deux hommes au fort caractère qui se transforment bien malgré eux en bras armés d’un homme dont on ne sait finalement rien. Derrière cette sombre histoire se cachent finalement la décadence de l’humanité, dont les nouvelles divinités s’appellent « argent » et « pouvoir ». Ellen Raven Martin nous plonge au cœur d’un univers où les hommes ne sont plus uniquement de chair, mais également de métal : prothèses de toutes sortes, implants cérébraux de traduction. Mais un homme est-il encore un homme si tout son corps n’est plus que technologie ? A vouloir « transcender » la nature humaine en créant un homme « parfait », sans la moindre infirmité ou faiblesse physique ou psychique, ne risque-t-on pas au contraire de tuer tout ce qui fait qu’un homme est un homme ? Une chose est sûre : les deux Vipers que nous présente ce livre n’ont plus rien à voir avec les hommes qu’ils étaient au début de l’histoire … Et il ne fait aucun doute que nous n’avons encore rien vu : heureusement que j’ai le second tome sous la main !

http://lesmotsetaientlivres.blogspot.com/2019/06/project-viper-tome-1-rising-ellen-raven.html

Afficher en entier
Or

C'est un très bon roman que j'ai énormément apprécié ! Je ne connaissais pas cet univers de cyberpunck mais j'ai adoré. Il est sombre presque malveillant, ce qu'il s'y passe m'a laissé de marbre et a su me charmer énormément !

Les personnages sont très réalistes surtout avec les réactions de ce qu'ils ont subi...C'est bien dosé ! J'ai vraiment adoré ma lecture je recommande !

Afficher en entier
Lu aussi

L'auteure m'a contacté afin d'avoir mon avis sur ce premier tome. Tout d'abord, j'ai trouvé le résumé très intrigant. On sentait une bonne dystopie comme je les aime. Malheureusement, je n'ai pas été totalement convaincu. Je n'ai pas eu me temps de m'attacher à un personnage en particulier... Les actions s'enchaînent en avançant dans les chapitres... Il me manquait de l'émotion, avoir les ressentis (autre que la souffrance que certains personnages peuvent subir suite aux manipulations).

Néanmoins, je félicite l'auteure pour l'imagination et la création d'un monde complet. Elle utilise des termes qui ne sont propres qu'à son univers.

J'ai également pris ce roman pour une critique contre la chirurgie esthétique. Ce monde est sans cesse en besoin d'améliorations physiques pour être plus beau, plus fort, plus puissant.

Je reste donc dubitatif sur ce premier tome. Le second pourrait peut être plus me convaincre... à voir.

Afficher en entier
Diamant

L’intrigue…

Une histoire assez complexe au premier abord mais qui se simplifie au fil de la lecture. On va suivre deux scientifiques qui ont pour mission de créer une nouvelle « espèces » de guerriers. Des êtres augmentés mais gardant leur esprit humain. Une tâche ardue mais que ces deux scientifiques réussiront haut la main. Ces Vipers deviennent les jouets du PDG de l’entreprise qui les a conçu. Ce premier tome nous livre une introduction, il pose les bases à une suite, je l’espère, explosive. Nous apprenons à connaître les personnages que nous allons suivre tout au long de la série et nous nous familiarisons avec le vocabulaire, auquel je vais revenir après. Manipulation, complot, assassinat, tout est là pour un moment de pur bonheur ! Une ambiance sombre, dans un univers de SF, à la mode cyberpunk, un régal !

Le vocabulaire…

Dans tout univers de SF, on a très souvent un vocabulaire propre à l’intrigue. C’est donc ici le cas également. Le début de l’ouvrage s’ouvre d’ailleurs sur un lexique expliquant les termes utilisés, avant que nous les ayons rencontré. Une façon de nous préparer du mieux possible. En fait, ce lexique n’était pas forcément nécessaire car avec la plume de l’auteur, tout le vocabulaire est compris sans qu’aucune explication ne soit nécessaire. J’ai retrouvé certains mots qui m’ont fait penser à Hunger Games, peut-être l’auteur est-elle fan de cette saga ? Cela ne m’a pas dérangé du tout, bien au contraire, je l’ai pris comme un clin d’œil bien agréable. D’autant que l’intrigue est en tout point différente de Hunger Games. Je vous mets un petit exemple « Nous sommes dans le district un, leur expliqua Cutlaw. Le Capitole est juste là. »

La suite ?

Il est très clair que j’attends la suite avec impatience. J’ai beaucoup aimé ce premier opus mais il laisse comme un goût d’inachevé. Parce que j’ai été complètement immergée dans l’histoire, et les descriptions de l’auteur n’y sont pas pour rien. Elle a une façon de décrire les combats qui m’ont bluffé. Je veux dire… j’y étais ! J’étais là, à les regarder se battre dans le ring. Vraiment, un vrai régal ! Je disais, quand on prend un peu de hauteur, on remarque qu’il ne se passe pas grand chose dans ce premier tome. On pose les bases, on appréhende les personnages, leur passé, les liens qu’ils ont entre eux et surtout on prend goût à l’ambiance. L’ambiance qui est assez noir, conflictuelle. Le monde est comme sur le point de craquer. Cet aspect d’ailleurs est également évoqué et j’espère qu’il sera plus développé dans la suite : le contexte politique. Je me suis posée plein de questions quand au passé de ce monde dans lequel les personnages évolue. Une histoire prenante qui tient la route, mieux encore, qui nous capture !

Afficher en entier
Or

Un roman bluffant.

Alors que la rébellion menace les instances en place , un étrange projet voit le jour , celui de créer des machines de guerre dotées d'une âme humaine. Un projet fou certes mais réalisable pour certains scientifiques.

Jusqu'où sont-ils près à aller pour mener à bien leur projet ?

Ce livre me tentait depuis plusieurs mois , depuis que j'avais découvert son résumé sur la page Facebook de son auteure , Ellen Raven Martin.

Et je savais qu'en commencer la lecture c'était accepter de mettre tout de côté le temps de quelques heures . En effet il ne fait pas partie de ceux que l'on peut reposait facilement dès lors que l'on est immergé dedans.

Il va sans doute m'être assez difficile de résumer ce livre mais je vais essayer.

Ce que nous connaissons de la Terre n'existe plus vraiment , les vrais pouvoirs sont détenus par de puissants groupes industriels .

Face à la menace que représente la rébellion qui gronde ils décident de créer une armée d'un genre nouveau , une armée de cyborgs à âme humaine , les Vipers.

Vous vous direz sans doute que c'est impossible , mais rien n'est impossible pour ceux qui ont déjà réussi à rendre les humains "augmentés" grâce à des améliorations cybernétiques.

Dès lors des expérimentations vont être menés sur plusieurs personnages.

Dans ce premier tome on fait donc la connaissance avec deux futurs Vipers , Skylar et Blayne.

Skylar faisait partie des rebelles .

C'est un homme fort , au caractère bien trempé.

Lorsqu'il va se retrouver capturé , il va subir un traitement atroce qui va détruire ce qu'il était et le transformer en machine de guerre.

Blayne va lui aussi être transformé par des scientifiques pour devenir un Viper. Contrairement à Skylar , on ne sait que peu de choses sur lui, j'ai d'ailleurs été frustrée de ne pas en savoir plus sur lui car c'est un personnage que je trouve fascinant .

Ensemble ils vont former un duo de choc et même si on est encore qu'aux prémices de leur histoire , on sent déjà qu'ils n'ont pas fini de nous faire vibrer.

Ils sont complémentaires l'un de l'autre, ils sont tels les deux faces d'une même pièce ,tels le Yin et le Yang ( il n'y a qu'à regarder la couverture pour comprendre cette allusion ;) ).

Ces deux personnages m'ont beaucoup plu , ils sont le cœur du roman, sa force motrice.

Et ils sont servis par une histoire et un univers percutant et passionnant.

Ellen Raven Martin a créé un univers cyberpunk assez bluffant et très intéressant.

Son histoire qui pourrait sembler n'être juste qu'une simple dystopie comme il y en a tant cache en fait une vraie profondeur et pose aux lecteurs beaucoup de questions.

Il ne faut pas trop creuser pour se rendre compte qu'à travers cette histoire des thématiques fortes sont abordés et questionnés ( la science et ces étonnantes évolutions et révolutions, l'appartenance du pouvoir, la quête du pouvoir à tout prix , le pouvoir du cerveau humain ,de l'âme et de sa puissance , les manipulations physiques et psychologiques...).

Pour ma part j'ai adoré ce subtil mélange de divertissement et de questionnements.

J'aime les romans qui continuent d'habiter mon esprit bien après que je les ai lus et je peux dire sans hésitation que celui-ci en fait partie.

Ce premier tome est une entrée en matière déjà très réussie et passionnante .

On est pas encore au cœur de l'action mais déjà on sent à quel point ce qui va suivre va être fort et intense.

Et je peux dire que j'ai hâte de connaître la suite de cette histoire qui semble bien partie pour grandement nous passionner.

Un univers où il fait bon plonger avec délice.

Afficher en entier
Or

Super livre. Le décor est digne d'un film. Les personnages se développent lentement mais sûrement ; ils en deviennent presque réels.

Plusieurs histoires se déroulent en parallèle pour se rejoindre vers la fin du roman. Elles nous orientent vers un deuxième tome plein de surprises. Je l'attends avec impatience !

Afficher en entier
Or

J'ai beaucoup aimé ce livre. J'y ai trouvé des personnages intéressants, crédibles (et ça c'est pas si souvent!) et développés. J'ai une petite préférence pour Zeera, qui est un personnage féminin fort et indépendant, ainsi que pour Aryan Turner, le "grand méchant" qui m'intrigue énormément. Je ne m'attendais pas à l'apprécier et je le dois à l'écriture de l'auteure, qui est d'une grande justesse malgré le fait qu'elle soit une débutante.

Au niveau de l'écriture, justement ! Si on trouve dans ce roman des maladresses dans les tournures typiques des premiers ouvrages (croyez moi, il y en avait autant si pas plus dans la chienne de l'ombre) on sent qu'Ellen a du talent, sans aucun doute né de ses nombreuses années à pratiquer le rpg sur forum. Les descriptions sont présentes, juste assez pour nous plonger dans l'univers sans trop nous y perdre ou nous ennuyer. Les personnages autant que l'intrigue prennent vie sous nos doigts et si certains moments sont prévisibles ou trop rapides, il reste que cette histoire se lit toute seule. Elle est compréhensible, accessible, malgré son univers unique. On se retrouve « addict », comme on dit, très rapidement.

Je ne peux que vous conseiller de découvrir cet univers de SF à la française, car il est très riche et immersif. Certains vont forcément tiquer devant l'utilisation des termes « capitole » ou « district » en pensant qu'Ellen a tout copier d'Hunger Game, mais ce serait une grave erreur ! Premièrement, les noms communs appartiennent à tout le monde (et ça m'agace d'avance ce genre de remarques xD) et deuxièmement, Project Viper est très loin de ce qu'a créé Suzanne Collins. C'est même impossible à comparer, ce serait comme comparer la chienne de l'ombre au seigneur des anneaux, vous me suivez? Même genre littéraire, mais ça s'arrête là.

En bref, si ce n'était pas clair, je vous conseille chaudement ce premier roman d'une jeune auteure française qui mérite d'avoir sa chance dans le milieu. C'est assez rare de trouver de bons auteurs SF francophones pour que ce soit souligné.

Afficher en entier
Bronze

Project Viper: Rising commence doucement. Le décor se plante petit à petit, jusqu'à ce qu'on découvre les deux protagonistes. Puis, à chaque page tournée, l'intrigue monte crescendo, les pièces du puzzle s'emboîtent peu à peu.

Les personnages aussi sont dosés juste comme il le faut. Ils sont bien travaillés, très bien travaillés même. Ils sont tous humains à leur manière, allant du plus altruiste au plus cruel et manipulateur. J'ai particulièrement aimé la façon dont l'auteure s'est appliquée à malmener et à modifier les deux protagonistes, Blayne et Skylar. On assiste à une déchéance et à une ascension. C'est très intéressant de voir de quelle manière ces deux Vipers ont été traités pour les mener là où ils arrivent à la fin du roman.

Je dois saluer également le personnage de Zeera, qui est comme un petit bonbon, un plaisir coupable, délicieusement dérangée.

Je finirais en disant que Project Viper: Rising fut une agréable lecture qui séduira sans mal les adeptes de science-fiction/anticipation et de cyberpunk. Ellen Raven Martin est une jeune auteure prometteuse dont je vais suivre les nouveaux romans avec attention =] En attendant la suite, foncez, Project Viper: Rising sort le 18 février !

Chronique complète : http://bertieandellie.weebly.com/bertie--books/project-viper-rising

Afficher en entier

Activité récente

Tatou00 l'ajoute dans sa biblio or
2019-01-17T07:15:18+01:00
Alan-8 l'ajoute dans sa biblio or
2018-02-27T21:29:04+01:00

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 17
Commentaires 10
extraits 2
Evaluations 13
Note globale 6.77 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode