Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de provost : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Le Livre de l'Énigme, Tome 1 : Source des tempêtes Le Livre de l'Énigme, Tome 1 : Source des tempêtes
Nathalie Dau   
http://delivreenlivres.blogspot.fr/2016/04/le-livre-de-lenigme-tome-1-source-des.html

Prenez un thème phare de la fantasy : la lute entre la Loi (ou l'ordre) et le Chaos, repris dans une version inédite et innovante, ajoutez un personnage mal aimé et solitaire digne de Fitz de l'Assassin Royal, mélangez le tout et versez tout ça dans un monde dur ou certaines pratiques feraient rougir tous les personnages du Trône de Fer et vous obtenez Source des tempêtes.

Bien que le thème soit un des anciens classiques de la fantasy, ici l'ordre et le chaos s'unissent pour détruire l'équilibre, ce qui donne une façon de voir les choses très différentes de tout ce qui c'est déjà fait. Et j'ai aimé cette originalité, au final elle semble très logique vu qu'une fois que l'équilibre n'existe plus l'un ou l'autre peut essayer de prendre le dessus.

Le personnage principale de ce tome est Cerdric, un pauvre gamin rejeté quasiment de tous, avide de l'amour que ni son père ni sa mère ne peuvent lui donner, de par la haine présente entre eux. Il reporte son amour sur son frère instantanément, dés qu'il pose les yeux sur lui, un amour fou, il ferra tout pour le protéger, même de son penchant pour l'équilibre, jugé trop proche du chaos pour un fervent croyant en la Loi. Il s'y accroche à sa Loi, malgré le fait qu'elle le blesse et que ses partisans feraient tout pour le voir mourir, lui le fils détesté d'un mage bleu hérétique.
L'histoire de sa vie est vraiment triste, mais je dois avoue qu'il m'a énervé à certains moments, tellement sur d'être le seul à être dans le vrai, que la Loi soit le seul chemin envisageable. Il m'a aussi semblé mou aux pires moment, la ou moi je me serais révolté lui il se laisse faire, en lâche.
C'est donc un personnage dont on voit les limites, le coté Loi de la trilogie des personnages qui à mon avis vont faire ce livre, même si le troisième nous a juste été esquissé pour l'instant, et j'ai trouvé que ce personnage représente bien les croyances de ce coté la, j'ai hâte de voir d'un peu plus prés son penchant coté Chaos.
Je ne sais pas trop jusqu'ou aller dans mes explications dans la peur de vous spoiler, et c'est difficile de dire ce que j'en ai penser sans expliquer, je vais donc devoir faire un peu plus court que prévu.

Les petits points de reproche que j'ai sont le fait que sur certains points le livre n'est pas linéaire, l'auteur fait des retours brefs sur le passé de certains personnage comme ça au milieu, ce qui m'a donné l'impression que ces passages étaient rajouté à la fin, plus que des passages prévus au départ comme ça. Surtout qu'elle ne prévient pas, et ça m'est arrivé de lire un passage en étant persuadé que ça se passait au même moment que le présent de l'histoire pour m'apercevoir après que non, et ça fait un effet bizarre, on a l'impression d'avoir manqué une information et d'être perdu.

Pour les points positifs, j'ai trouvé l'écriture très bonne, bon elle n'est pas vraiment remarquable mais elle met vraiment dans l'ambiance, tout semble bien intégré. D'ailleurs sur ce point on ressent une ambiance vraiment très particulière dans ce livre, un mélange de mélancolie et de violence très particulier, très brut qui donne vraiment un coté particulier et unique à ce livre.
La lecture est par contre un peu exigeante, il faut un peu de temps pour se mettre dans l'histoire qui prend son temps à se développer, on a les informations au compte goûte et donc il n'y a pas vraiment de moment ou on se dit que l'histoire a enfin commencer, car tout les événements sont importants.

17/20

par lianne80
Les Archives de Roshar, Tome 3 : Le Livre des Radieux (I) Les Archives de Roshar, Tome 3 : Le Livre des Radieux (I)
Brandon Sanderson   
Deuxième tome lu un peu en avance par rapport à la majorité... car lu en anglais.

Donc ce petit fait mérite mon premier point: je ne recommande pas ce livre à des personnes dont l'anglais balbutie. Il faut un niveau solide, du moins si on veut pouvoir apprécier à sa juste valeur. Mais bon le bilinguisme parfait n'est pas non plus requis pour autant.

Ensuite... et bien en un mot comme en mille, je veux dévorer la suite.
D'abord parce que la fin du roman nous laisse... non pas au bord du précipice mais au milieu de la chute libre, sans savoir ce qu'il va y avoir en dessous.

Ensuite parce que de la fantasy de cette qualité forcément ça attise et l’appétit et la gourmandise. (ou devrais-je dire la gourmetise? )

Donc niveau ... personnage.
Si le premier tome suivait Kalodin, et nous plongeait dans les profondeurs de son passé pour comprendre l'Homme qu'il est devenu (avec un majuscule car on peut voir la complexité et l'humanité du personnage) ce second tome se penche sur Shallan. Shallan qui nous avait laissé sur cette stupéfiante déclaration à la fin du deuxième tome. [spoiler]"J'ai tué mon père"[/spoiler] On explore donc le pourquoi de cet acte, ainsi que son comment.. et on sera surpris bien au-delà de que l'on aurait pu imaginer.
Ce tome m'a grandement s´duite aussi pour la place accordée à ce personnage. Dont l'histoire est remarquablement cruelle. [spoiler]Surtout la vérité au sujet de la mort de sa mère, que non seulement elle ai tué son père - qui certe était en train de détruire sa famille- mais que de plus ce soit lui qui l'ai protégée de la vérité pendant toutes ces années et prit le blâme à son compte. Pour Shallant la culpabilité de son acte est d'autant pus lourde à porter... [/spoiler]

Et puis j'ai beaucoup apprécié aussi l'introduction de Pattern. Avec ses "delicious lies" et ses tentatives d'interpréter les formes d'humour et les "façons de parler".

Shallan est non seulement importante de part le retour dans son passé mais aussi par la "maturité" qu'elle gagne.

Kalodin va également évoluer au cours de ce tome, en terme d'acceptation de ce qu'il est réellement, mais c'est à mon sens Shallan qui va vraiment "changer", et se livrer à des jeux dangereux ou dans un futur proche elle pourrait bien se bruler les ailes. Le résumé parle de "trouver le mensonge qu'elle doit devenir". C'est en partie vrai... et en partie opposer de ce qui se passe réellement. Car elle est une "tisseuse de lumière " (Lightweaver) et les tisseurs de lumières ne prononcent pas d'idéal contrairement à d'autre ordre, mais affirme leur allégeance par l'acceptation de vérité à leur sujet. La première on s'en souviendra était assez énorme, la seconde... est dévastatrice. Pas étonnant qu'elle soit une âme brisée.

Car c'est un autre fait que l'on apprend, ou plutôt un des autres faits, au sujet des chevaliers, qui son tous des "âme brisées". Du moins c'est ce que laisse entendre et le résumé anglais, et Syl dans un de ses dialogues obscurs avec Kalodin. Pour Kalodin et Shallan, il n'y a plus de mystère... mais reste à découvrir pourquoi Dalinar est une âme brisée. (ce qui est si j'ai bien compris, prévu pour le tome 3)
On découvre aussi la vérité au sujet de la nature des "lames d'éclats?" (shards) vérité qui nous est d'abord suggérée à demi mot avant d'être véritablement établie. Et du rôle des sprens dans l'histoire. Là encore plusieurs vérités fracassantes... et inquiétantes.
Et toujours à ce niveau... et bien après deux éventuelles résurgences des anciens ordres (Kalodin comme Windrunner (chevaucheur de vent? ), Shallan comme Lightweaver) assez explicites dans le tome précédent, d'autres vont également faire leur apparition donc alerte... [spoiler] Dalinar... ça m'a surpris sans me surprendre. Disons que cela semblait logique... a postériori. Jasnah... et bien disons que là c'était clairement établi, mais son petit plongeon dans l'eau me l'avait fait considérée comme sortie de l'échiquier. Renarin par contre était une sacrée surprise, de même Szeth qui me semblait plutôt un antagoniste. Pour Lift évidement vu que le personnage sort de dessous les pierres nul n'aurait pu le prévoir :)[/spoiler]
Bref tout les ordres n'ont pas encore pointé leur nez... donc peut-être quelques surprises supplémentaires son à prévoir à ce niveau.
A noter que le résumé (en anglais) est tout de même un peu un spoiler sur certains points.

En plus du parcours de Shallan, on suit tout de même encore les autres personnages des tomes précédents.
Kalodin n'a pas non plus la belle vie. Et c'est assez intéressant de suivre ses hésitations entre honneur et vengeance... même si la majeure partie du temps j'avais envie de lui taper la tête contre un mur... il me faisait terriblement penser à ce passage ou Shallan essaye de convaincre un morceau de bois de prendre un feu et celui ci répète en boucle "i am a stick". Donc Kalodin est aussi têtu que ce fichu morceau de bois dans ses mauvaises décisions qu'il sait mauvaises... ce qui n'est pas à son avantage.

Et bien sûr Dalinar est bien présent, même si moins que dans le tome précédent, toujours à la poursuite de cet idéal qu'il n'est pas sûr de saisir.


Passons à un autre point interessant... la fin du tome précédent nous laissait sur le fait que les Parsh seraient les Voidbringer. Que le lecteur se rassure, cela n'est pas oublié dans ce tome. Et de manière toute auss interessante, un des "points de vue" importants du roman est celui d'Eshonai qui est un parsh. Ce qui nous permet de comprendre la positions des parshendi, ainsi que... la manipulation beaucoup plus complexe des événements par d'autres entités que l'on perçoit aussi du points de vue des Shallan etc. Bref quelqu'un manipule les pions et ses buts ne sont pas clairs.
En plus de la position on en apprend aussi beaucoup sur leur "mode de fonctionnement" et sur leurs origines.
Et leur point de vue sur les Alethis.

Car oui, tout nos personnages ne sont pas dans la tête des uns des autres... et donc les quiproquos sont de mises, les incompréhensions et les tensions en découlant.

Enfin un point qui me plait et la présence de Wit (Malicieux? ) dont j'avais crains la disparition. certes il demeure insaisissable et en bordure des événements... mais on sent son importance et on peut espérer qu'il aura son rôle à jouer aussi.



Donc pour synthétiser tout ça... un tome très très dense et riche, avec une qualité toujours au rendez-vous.
le seul reproche est le nombre de question que ledit tome soulèvent alors même qu'il en répond à d'autres.
Et la fringale terrible pour le tome suivant.

par Mondaye
De cauchemar et de feu De cauchemar et de feu
Nicolas Lebel   
https://lesciblesdunelectriceavisee.wordpress.com/2017/06/21/de-cauchemar-et-de-feu-nicolas-lebel/
Vous commencez à me connaitre et vous savez très bien qu’il y a des auteurs que je suis avec grand intérêt. Nicolas Lebel est de ceux-là. Ce nouveau roman, qui est le quatrième tome de sa série Mehrlicht, nous fait traverser la Manche.

Un homme d’une soixantaine d’années est retrouvé assassiné dans les toilettes d’un pub parisien. L’équipe de Mehrlicht se voit confier l’enquête. Lors de l’autopsie, on découvre un cadavre tatoué de messages et sigles d’appartenance avec l’IRA. Qu’est-ce que cet homme vient faire en France ?? Surtout qu’on est déjà en plan Vigipirate écarlate avec les attentats de Bruxelles !

– Ils sont pas les musulmans qui font les bombes. Ils sont les assassins, reprit-il.
– Je sais, Jebril.
– Ils pensent que c’est le Dieu qui dit de faire la bombe, mais c’est l’imam fou !
Jebril s’agitait, clairement révolté par les récentes attaques.
– Je sais…
– Mais pourquoi elle dit pas, elle ?
Il désigna la journaliste de la main.
– Parce qu’elle a des ordres, certainement, pour orienter son débat ou pour apaiser les foules. Ou parce que, comme tout le monde, elle est perdue, abattue par les événements ; elle voudrait être en sécurité, mais pressent que ce ne sera plus jamais possible. Parce qu’elle se dit qu’elle a peur mais refuse de l’admettre pour qu’ils gagnent jamais. Parce qu’elle y pense dès que son mari ou ses enfants sortent dans la rue, dès qu’elle entend un pétard ou un cri, parce qu’il faut vivre avec ça désormais, et que c’est inhumain…
A chaque nouveau roman de l’auteur, je me dis que le dernier est mieux que les précédents ! Mais celui-ci est vraiment un cran au-dessus ! Surement parce qu’il correspond à ce que j’aime ! Un roman de fiction basé sur des faits historiques. Le conflit Irlandais est l’essence de ce livre. On ressent une véritable implication de l’auteur dans ce sujet. J’ai le sentiment qu’il y a déposé une part de son âme. Nicolas Lebel a la particularité de dessiner le monde tel qu’il le voit dans ses romans ! Il n’y a jamais de neutralité, et j’aime particulièrement ça ! Je ne dirai pas que c’est un auteur engagé, mais avec humour, il nous passe quelques vérités !

En parlant d’humour, tiens ! Une des forces aussi de cet auteur ! Par contre, je trouve qu’elle s’appauvrit dans ce roman, il est bien plus noir (heu n’oubliez pas que Sans pitié, ni remords est, à mon gout, le plus violent ! ). Mais cela s’explique, car l’humour est incarné par le capitaine or dans cet opus, Mehrlicht et son équipe sont en second plan, d’ailleurs ils ne maîtrisent rien. Les personnages principaux sont bien des Irlandais qui vivent le conflit .

Vous l’aurez compris les chapitres passent de 2016 aux années 1970 …Une danse entre présent et passé. Un pas de deux sombre, révoltant. Qui donne un souffle, un rythme à ce roman que l’on ne souhaite pas refermer.

Je ne sais pas si l’auteur prend de l’aisance au fil de ses romans ou si ce style littéraire lui convient parfaitement, mais une chose est certaine j’attends avec une grande impatience le moment ou il se décidera à quitter Mehrlicht (non pas que je souhaite qu’on arrête cette série) pour un roman généraliste.

Pour conclure, j’ai adoré cette lecture et mes mots sont bien pâles par rapport à mon ressenti ! LISEZ CE LIVRE !

par stoufnie
La Bibliothèque de Mount Char La Bibliothèque de Mount Char
Scott Hawkins   
Eh bien, je me vois contrainte de vous avouer que je suis dans une impasse... En effet, je me sens bien incapable de dire si j'ai aimé ou non ce roman. Et même en ayant tourné la dernière page, même avec le recul, je ne parviens pas à me décider. Je crois que je n'y arriverai jamais. 

Sans doute ai-je été trop déroutée par cet OLNI... J'ai eu le sentiment de me perdre au creux de ces pages comme dans un labyrinthe sinueux et cauchemardesque, une sorte de labyrinthe de Pan complètement capillotracté. Certes, le voyage fut captivant, je me suis rapidement retrouvée happée par l'histoire, par les personnages et par l'univers décrits. Lire "La bibliothèque de Mount Char", c'est un peu comme voyager au-delà du cauchemar, dans des décors dignes de Tim Burton ; c'est aller jusqu'au grand fleuve Achéron pour y contempler les âmes damnées, en revenir, et constater que le monde, entre-temps, a changé ; c'est constater aussi que, sur le temps du trajet, on a soi-même changé. Peut-être ai-je eu subitement peur de trop perdre de moi-même et de mon humanité entre ces pages

Pourtant, l'écriture de Scott Hawkins est excellente. Pour un premier roman, c'est une grande réussite. Je pense que les éditions Denoël ont déniché là une petite perle de littérature fantastique américaine. Au fil des pages de ce roman, je me suis sentie un peu comme dans un bon vieux Clive Barker, à cela près que Hawkins se montre moins "crade", si je puis dire. Disons que, chez Hawkins, l'horreur se distille tout en finesse, par le biais de métaphores métaphysiques. 

Ce roman est donc très bon... mais déconcertant! Mais très bon... mais déconcertant! Bref, vous m'avez comprise!

http://chroniquesdacherontia.com/2017/11/23/chronique-fantastique-bibliotheque-mount-char-scott-hawkins