Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de pseudo-anonyme : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Quand la nuit sera couverte de jour, je sortirai de l'hôpital Quand la nuit sera couverte de jour, je sortirai de l'hôpital
Gaëlle De Malglaive   
Bouleversant.
Ce livre est à la fois magnifique et horrible. L'histoire est si bien racconté, autant dans la profondeur de la tristesse que dans l'horreur des traitements et parfois des situations(les salles de réveil par exemple)
J'ai pleurer et ris tout le long de ce récit, des[spoiler]blagues de Max au rechutes. [/spoiler]
Merci de m'avoir fait vivre cette expérience avec vous, au travers de ce livre.
Réparer les vivants Réparer les vivants
Maylis De Kerangal   
Je ressens cette impression de vouloir dire plein de choses tout en ne sachant pas comment les formuler. Ce roman m'a pris par surprise, il m'intriguait mais je n'en attendais rien. Je ne m'attendais pas à ce que son histoire me percute aussi violemment.

Lire les premières pages de Réparer les vivants, c'est accepter d'être pris dans l'engrenage, accepter de devenir spectateur, heure après heure, du chamboulement de nombreuses vies, du processus incroyablement complexe du don d'organes et de la transplantation cardiaque.

On vit l'histoire au côté de personnages avec lesquels l'empathie ne se fait pas attendre. Dès le début, on est pris dans la toile. On nous les présente tous, leur nom d'abord, puis leur vie, par des anecdotes, ces détails qui semblent insignifiants et, au contraire, ces autres détails qui font tout.
Et puis, on nous présente également le côté plus médicalisé de l'événement. Les formalités, les processus, les opérations. Le mécanisme alambiqué de reconstruction d'un corps par un autre. On en apprend beaucoup, mais - et c'est un aspect du roman que j'ai beaucoup apprécié - l'auteur veille à ne jamais faire un constat froid et médical de la situation. Il y a une facette très humaine dans cette histoire. C'est un drame pour certains, une lueur d'espoir pour d'autres, et tous restent humains et c'est avec profondément d'humanité que le sujet est traité.

Si l'écriture de Maylis de Kerangal me laissait songeuse au début par sa nature très dense (de longues phrases aux nombreuses propositions qui s'étirent inlassablement, pouvant même, parfois, faire la taille d'une page entière), ce style effréné nous entraîne sans relâche dans ces vingt-quatre heures décisives avec une poésie et un sens réflexif qui m'ont beaucoup impressionnés. L'écriture est consistante mais on s'y noie allègrement.

Réparer les vivants est de ces romans qui frappent, tant par leur sujet qui mérite d'être abordé que par la façon dont ceux-ci sont traités. Le réalisme qui se dégage de l'histoire est tel, que j'en ai souvent pleuré, heurté par la sincérité des mots que j'avais sous les yeux, par la violence et la douleur de la perte, la difficulté d'accepter un processus comme le don d'organes (que ce soit pour les proches du donneurs ou pour le receveur d'ailleurs).
Le livre m'a touché, m'a fait réfléchir et va me rester à l'esprit un moment.

http://desmotsenvrac.blogspot.fr/2015/09/reparer-les-vivants-de-maylis-de.html

par x-Key
Parce que je déteste la Corée Parce que je déteste la Corée
Kang-myoung Chang   
Kyena, 27 ans, ne se sent pas à sa place dans son pays. Sa vie, le système coréen ne lui correspond pas, elle décide de partir en Australie pour y acquérir la nationalité et y découvrir un autre mode de vie.

J'ai tout de suite accrochée avec l'héroïne Kyena, faut dire que tout comme elle j'ai eu des envies de partir ailleurs sauf que contrairement à elle je ne suis pas passée à l'acte. J'apprécie son caractère déterminé, malgré ce qu'elle peut vivre elle ne se laisse pas abattre, elle se donne les moyens de réussir. Ce que je trouve de très appréciable dans ce livre c'est la façon dont l'auteur montre la dureté de l'expatriation, l'histoire n'est pas enjolivée pour faire rêver les lecteurs.

Le style d'écriture apporte une fluidité à la lecture, c'est un livre qui se lit facilement et rapidement. C'est une histoire de vie intéressante qui parle de problèmes d'actualité et qui touchent tous les pays. En effet, on peut constater que l'envie d'expatriation touche énormément de monde de ce fait c'est un livre qui peut parler à un large public.

Bref, j'ai beaucoup aimé cette lecture, j'ai passé un moment agréable avec ce livre.

par Low90
Pavel, épisode 1 : Plus vivant que toutes les pornstars réunies Pavel, épisode 1 : Plus vivant que toutes les pornstars réunies
Matthieu Simard   
Malgré le titre qui m'as rebuté, mon amie me l'avais chaudement recommandé. Et au final, ce premier tome est court, et très mystérieux. C'est glauque, et assez réaliste dans l’ambiguïté. On ne peux s'empêcher de vouloir la suite. Et j'ai trouvé le style d'écriture vraiment beau. Certain pourrait le qualifier de désordonné, mais je trouve que ça fait le charme du récit. Ce sont les mots d'un ado aux profondes réflexions, et j'aime beaucoup.
Terre de Sendre, Livre I : Le Rite de Lumness Terre de Sendre, Livre I : Le Rite de Lumness
Matthieu Fichez   
Bien que le livre s’intitule Terre de Sendre, le roman ne va pas tourner exclusivement autour du personnage de Sendre. Chaque chapitre va être consacré à d’autres protagonistes : Hinriegh, Yothol et Mist. Ce choix de découpe ne laisse jamais de place à l’ennuis même si l’action vient parfois a manquée.

Le récit tourne autour de la magie et de conflits politiques assez importants entre plusieurs pays. Grâce aux personnages que l’on suit dans chaque chapitre il est assez difficile de prendre partis pour le Bien ou le Mal, car chacun a plus ou moins sa part de blanc et de noire.

J’ai trouvé la lecture de ce livre très agréable, qui est avant tout baser sur la réflexion. Je regrette quand même un peu que certains passages sur Sendre aient été mis de côté, [spoiler]notamment sa formation en tant que chevalier. C’est une partie du récit qui aurait pu être un peu plus approfondi plutôt que de nous dire qu’elle commence sa formation et qu’au chapitre suivant elle est déjà consacrée chevalier. Surtout que c’est un peu son prénom qu’il y a dans le titre…[/spoiler].

Ceci dit, tout ce qu’il ce passe avec les autres personnages est aussi très intéressant, j’ai surtout aimé suivre Hinriegh qui est plutôt du côté « magie noire ».

Dans l’ensemble ce fut un bon moment de lecture et une fois commencé j’ai eu très envie de découvrir ce qu’il allait ce passé. Le seul petit bémol à mes yeux : une ponctuation parfois mal adapté avec des points d’exclamation qui ne devrait même pas existé.

par 327e
Hideout Hideout
Masasumi Kakizaki   
Un manga qui mérite largement sa place de meilleur one shot 2011!!
Des dessins réalistes et une ambiance glauque, tout ce qu'il faut pour plaire!

par Duckiller
Secret, tome 1 Secret, tome 1
Yoshiki Tonogai   
Même si j’avais hâte de commencer cette nouvelle série, j’avais aussi un peu peur qu’elle soit répétitive par rapport aux séries qui l’avait précédée, Doubt et Judge, mais mes doutes se sont très vite envolés.

Comme les deux autres séries, la sauce prend tout de suite. Ici, un grave accident de bus, dans lequel 31 lycéens, leur professeur et leur chauffeur, sert de trame de fond, pour plonger les six lycéens rescapés dans l’enfer du doute et de la paranoïa. En effet, comment pourraient-ils réagir autrement en apprenant que trois d’entre eux sont des assassins?

Tonogai ne tard pas une seule seconde à plonger son lecteur dans l’ambiance puisque cette annonce est faite dès les premières pages du manga.

Ce premier tome semble nous dire que la série ne dérogera pas aux règles instaurées par son créateur dans ses œuvres précédentes. Les crimes et la psychologie sont donc omniprésents. Toutefois, elle se veut plus originale dans le fait que, cette fois-ci, il n’y a pas de huis clos dans un vieil entrepôt ou dans un tribunal désaffecté. Non, dans Secret le huis clos est ‘ouvert’, en tout cas sur un plan géographique, car il est toujours présent dans l’esprit des personnages qui ne peuvent se défaire du fait qu’ils ne savent plus à qui faire confiance.

Le design qu’il s’agisse de celui des personnages ou du décor, est toujours aussi excellent et offre un vrai confort de lecture. Mais la véritable force de ce premier tome se situe peut-être dans l’absence du huis clos, car on peut ressentir l’oppression ressentie par les personnages malgré la disparition des cloisons physiques.

Un premier tome débutant parfaitement cette nouvelle série qui semble prometteuse.


par choupie-s
Vivants, Tome 1 : Vivants Vivants, Tome 1 : Vivants
Isaac Marion   
L'histoire nous fait voir les zombies sont un angle nouveau. C'est une histoire d'amour passionante et vivante. Ce livre est très bien écrit, ce qui m'a fait "entrer" dans ce monde. C'est un super livre !

par fan_nie
Bride Stories, Tome 1 Bride Stories, Tome 1
Kaoru Mori   
Tant de simplicité et de beauté dans ce manga. Il change vraiment de ce que l'on a l'habitude de voir. On est vraiment transporté dans ce pays et tout est tellement détaillé sur leur façon de vivre. Il y a vraiment un ambiance qui est crée et qui rend le tout très réaliste. Les dessins sont magnifiques.

par Kaoru83
Les Chansons du Séraphin, Tome 1 : L'Heure de l'ange Les Chansons du Séraphin, Tome 1 : L'Heure de l'ange
Anne Rice   
Grande fan d'Anne Rice, il me fallait ce bouquin absolument mais rien à faire, le résumé ne m'attirait plus et je l'ai donc laissé de côté pendant un temps. Et hier, je l'ai ouvert et me suis plongée dans l'histoire. J'ai beaucoup apprécié le début, jusqu'à l'apparition de l'ange et la rétrospective de la vie de Toby (même si jusque là, il n'y a guère de fantastique) et puis, plus moyen. Je l'ai fini ce matin mais ça ne m'a plus emballée, la mission de sauver cette famille, de revenir au présent et surtout sa totale rédemption (logique avec des anges me direz-vous mais quand même, je n'adhère pas). C'est, pour le moment, le roman d'Anne Rice que j'ai le moins préféré et je ne suis pas sûre d'acheter le tome suivant.

par nasta