Livres
388 150
Comms
1 360 752
Membres
276 529

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Déclaration de la cour chapitre 1

Cooper avait été bon.

Très bon.

Plus bon que ce qu'il avait jamais été dans sa vie.

Il était resté loin de sa nouvelle ingénieur des systèmes de maintenance sexy pendant plus de six mois. Six mois! Il pouvait tout aussi bien s'agir d'une décennie, d'autant qu'il était concerné. Un changeling prédateur dominant masculin n'était pas patient quand il choisissait une femme, mais les circonstances l'avaient forcé a être patient, et cette patience avait porté sur l'humeur de son loup et l'avait rendu sauvage.

Avec son corps sinueux et les cheveux d'ébène douce qu'il voulait dans ses poing alors qu'il utiliserait sa bouche, ses dents, pour marquer sa peau crémeuse, elle parlait à tous ses instincts masculin. Le loup qui était son autre moitié était entièrement d'accord. Les deux parties de lui voulaient la revendiquer sienne jusqu'à ce que personne n'ait le moindre doute qu'elle lui appartenait.

Il avait serra les dents et avait combattu cette envie primale, toutefois conscient que, le lieutenant en charge de la tanière satellite de SnowDancer, situé sur la bordure nord des montagnes de San Gabriel, avait Grace sous sa protection. Son statut n'aurait pas mis un frein à sa cour si elle avait été une dominante assez forte, mais Grace était l'un des loups les plus dociles dans SnowDancer. Cooper savait sacrément bien qu'un soumis n'obéissaient pas automatiquement aux dominants, mais cette impulsion était viscéral.

Ajouté à cela, Grace avait été profondément vulnérable immédiatement après son arrivée dans une nouvelle tanière. Cooper savait qu'il ne pourrait pas lui courir après jusqu'à ce qu'elle ait formé de nouvelles amitiés, qu'elle ait créé un système de soutien qui lui donnerait la force de le rejeter si sa cour était importune.

Ses griffes piquèrent l'intérieur de sa peau à cette idée, mais l'homme et le loup savaient tous deux que, si elle disait non, il devrait faire machine arrière. À la fois, parce que, là où une femelle dominante pourrait courir pour inciter un homme à la poursuivre dans un défi qui venait du cœur sauvage de sa louve, une soumise ne s'adonnerait pas un jeu ouvert, elle essaierait de s'échapper.

"N'ait pas peur de moi, ma chérie", pensa-t- il en prenant des mesures finales pour elle. "Je mords juste un peu."

Pas tout à fait vrai, mais il avait l'intention de bien se comporter jusqu'à ce qu'elle lui fasse assez confiance pour lui montrer sa sensualité agressive, faisant partie intégrante de sa nature. «Grace».

Grace sentit son cœur battre contre ses côtes au son de cette voix masculine profonde et délicieuse car il était dangereux à ses sens.

"Reprends-toi, Grace. Tu es ridicule."

C'est ce qu'elle avait elle-même dit maintes et maintes fois depuis son premier jour dans la tanière de San Gabriel, lorsque Cooper l'avait accueilli dans la région. Grand, magnifique et mortelle, il n'était pas difficile de voir pourquoi il lui avait coupé le souffle dès le premier regard. L'homme était enivrant, un aphrodisiaque vivant et respirant. S'ils avaient été seuls, elle n'était pas sûre qu'elle aurait survécu à cette rencontre sans faire quelque chose de très stupide.

Comme tenter de réclamer les privilèges du contacte rapproché avec ce mâle. Elle faisait parti des personnes que l'on n'osait pas toucher sans leur autorisation explicite.

Pourtant, même dans son état stupéfaction, elle avait ressenti l'attrait d'une relation à l'impossibilité sauvage. Les dominants en couple ou liées à des soumis étaient assez fréquent pour qu'ils ne soient pas considéré comme inhabituel, mais l'écart de domination entre elle et Cooper était trop large. Ils étaient littéralement aux extrémités opposées de la hiérarchie - sa louve savait que Cooper pourrait la mâcher et la cracher sans s'en rendre compte.

Et pourtant, chaque fois qu'il s'approchait d'elle , son corps tout entier était tendu par l'attente.

"Salut, " dit-elle, sans lever les yeux de sa position à genoux dans un coin, à côté d'un conduit de chauffage qui avait besoin d'un réaménagement mineur.

Apparentée à la tanière dans les montagnes de San Rafael, où elle avait passé ses années d'adolescence, et sur ​​une échelle plus petite que la tanière central dans les montagnes de la Sierra Nevada, cet antre avait été littéralement sculpté dans et au-dessous une montagne, puis renforcée avec des murs de pierre . Les tunnels étaient larges et spacieux, les chambres généreuses, mais en dessous de la beauté naturelle brute de la pierre percée avec des fils de scintillements minéraux jetant un clin d'œil technologique très complexe, que Grace avait aidé à maintenir .

" Y a t-il eu un dysfonctionnement dans l'un des systèmes critiques ?" Demanda t-elle, supposant que Cooper avait pris le temps de suivre personnellement l'évolution de son travail. Avec le chef et le chef adjoint de son département et suite à différentes conférences tech, Grace était actuellement le seul responsable . " "Je peux regarder tout de suite, ce n'est pas urgent. "

«Non, tout va bien." Il s'accroupit à côté d'elle, en prenant immédiatement tout l'air disponible dans les environs.

"Concentres-toi sur le travail", s'ordonna-t-elle en essayant de se concentrer sur la clé numérique qu'elle utilisait pour enlever un tube plat... mais tout son corps était sensible à la respiration de Cooper, de ses muscles tendus et serrés.

" Que se passe-t-il dans cette section? " lui a-t-il demandé, sa voix aiguë à un niveau qu'elle reconnu comme « prudent ».

Elle combattit l'envie suicidaire de jeter un outil à son visage. Sa place dans la hiérarchie n'ayant pas a déterminer toute sa personnalité. Comme avec tous les autres niveaux de dominance, les soumis pourraient être timides ou exubérants, joyeux ou déprimés, sensuelles ou réservés. Grace pouvait être calme et un peu timide par rapport à la majorité de ses camarades de meute, mais elle pouvait très bien gérer des conflits -car elle avait grandi avec deux frères et sœurs adoptifs plus âgés, dominants qui avaient hérité d'un tempérament instable de leur père, elle avait entendu plus que sa part .

«Nous sommes à la moitié de la révision, " répondit-elle, en souhaitant qu'il avait oublié sa place dans la hiérarchie et qu'il la verrait simplement comme une femme... une femme qu'il désirerait.

Et s'il le faisait, que ferait-elle?

Probablement courir très vite dans l'autre sens.

Elle tordis sa clé sur une fraction trop dure et avait presque brisée le tube. "Merde. " Les joues brûlantes, elle fléchit les doigts et prit une profonde inspiration, puis termina l'extraction avec soin, tout en étant vivement consciente du regard vigilant de Cooper. «Là. Nous pouvons recycler les composants. "

" Enlevé sans une égratignure. Impressionnant. "

Il prit le tube brûlé. " As- tu reçus la nouvelle cargaison que tu attendais ? "

Elle détacha les yeux de ses mains, le visage encore chauffer à cause des images brutes qui s'étaient formés spontanément dans son esprit - ces grandes mains sur son corps, sur ses seins, sa peau délicieusement rugueuse contre la sienne. Jamais elle n'avait été réceptive à un homme d'une telle manière, et dont la seule présence mettait sa louve extrêmement mal à l'aise. Certes, le destin aimait rire aux dépens de Grace.

"Oui", parvint-elle à dire en réponse à sa question : «Je l'ai fait. Ils étaient de bonne qualité, comme promis." En entendant un clic doux, il reposait le tube sur le sol, elle posa la clé et alla chercher une autre.

"Grace." Ses doigts se refermèrent autour de son poignet.

Son pouls s'accéléra alors qu'elle regardait cette main forte, à la peau noire, si chaude et douce, les cals de sa main une abrasion sensuelle. Elle ne pouvait pas parler, la poussée de bruit à l'intérieur de sa tête était trop importante, noyant tout le reste.

Il repris plus doux cette fois " Grâce" dit-il câlin. "Regardez-moi."

Déglutissant, elle risqua un coup d’œil, sa louve à l'attention rigide. S'il avait commandé, elle aurait obéi à la fois, par sa nature qui la poussait à ne pas défier l'ordre d'un lieutenant qui la chamboulait à un niveau primaire. Le fait qu'elle était changeling plutôt qu'un loup sauvage signifiait qu'elle avait la capacité pour un tel défi, mais cela nécessiterait un désaccord profond entre les deux moité de son âme, assez pour que le côté humain de sa nature dépasse les puissants instincts de sa louve.

Mais Cooper n'avait pas commandé. Il avait demandé... d'une manière qui faisait que toutes les femelles en Grace en viennent a trembler d'attention. Maintenant, ses yeux rencontrèrent l'intense et presque noir de son regard.

Quand il ne fit rien d'autre qu'attendre, avec une patience qu'elle n'avait jamais attendu de lui, elle souleva à nouveau ses cils, son regard se verrouilla au sien.

Lui envoyant un frisson à travers sa louve. Soutenir le regard d'un lieutenant était un geste audacieux pour n'importe quel loup, mais pour une soumise, cela allait beaucoup plus loin. En toute autre circonstance, cela aurait pu être dangereux, tout comme elle avait ses instincts, les dominants avaient les leurs. Si l'on interprétait le contact visuel comme un défi, ce-ci pourrait mal finir. Le fait que dans la majorité des cas où une telle chose s'était passé, les deux parties avaient été en forme de loup, n'avait rien fait pour nier le danger de déclencher une réponse involontaire violente.

Parce qu'une soumise ne pourrait jamais en sortir vainqueur.

Le pouce de Cooper toujours posé sur le pouls affolé dans son poignet. " Nous y sommes. " Le faible murmure la toucha dans une caresse si intime, qu'elle eut l'impression d'être nue, exposée et vulnérable.

Inhalant un souffle saccadé, elle rompit le choquant contact visuel, tira doucement sur son poignet. Lorsque les doigts de Cooper la serrèrent un instant, son cœur bégaya. Il la relâcha avant le prochain battement de cœur. Incertaine, elle retourna à ce qu'elle connaissait, ramassa un autre de ses outils pour faire... quelque chose. Sauf que ses pensées étaient confuses, une chaleur brûlante et persistante autour de son poignet .

Elle commença à travailler sur une section non essentiel et aléatoire du conduit, où elle pourrait facilement corriger les erreurs plus tard.

A côté d'elle, Cooper déplaça une fraction avec son pouce et referma suffisamment l'espace entre eux pour que sa louve soit frémissante et alerte, d'anticipation, de désir et d'une bonne dose de panique tout mélangé.

" Vous n'aurez jamais à craindre quoi que ce soit de moi, Grace." C'était un murmure bruts, un animal de compagnie verbal pour ses sens. «Si vous voulez que je m'arrête, à tout moment, n'importe où, le seul mot que vous avez besoin d'utiliser est « Non » D'accord ?"

Elle étira sa tête vers le haut et vers le bas, sa gorge aussi sèche que le sable chatoyant du Mojave.

«Mais», poursuivi-t-il, " je n'ai pas l'intention de m'en aller jusqu'à ce que tu me dises de le faire. J'ai l'intention de te faire la cour".

L'outil tomba de ses doigts nerveux pour claquer sur le sol. Ce faisant, Cooper le ramassa, le remis dans sa boîte à outils. " Je vous laisse à votre travail... mais Grace ? Je te reverrai bientôt. " Avec cette promesse , il se leva et parti, son corps puissant se mouvant avec une force sauvage tenus par un contrôle féroce alors qu'il marchait dans le couloir d'accès relativement étroit et dans la tanière appropriée.

Son cœur s'écrasant contre ses côtes assez durement pour lui faire mal, son souffle déchiqueté dans sa gorge, Grace s'effondra contre la pierre lisse de la paroi. "Oh, mon Dieu. Oh, mon Dieu. Oh, mon Dieu." Sa poitrine montait et descendait dans un rythme rude, inégal alors qu'elle tentait de reprendre de l'air, dégageant sa tête.

La tentative échoua.

Atteignant aveuglément sa bouteille d'eau, elle bût.

Le liquide frais mouillant sa gorge, mais ne fit rien pour calmer la fièvre dans son sang.

" J'ai l'intention de vous faire la cour. "

Jamais dans ses rêves les plus fous elle avait pensé que Cooper prononcerait ces mots pour elle. Le plus loin qu'elle avait osé imaginer, avaient été des fantasmes érotiques improbables qui l'ont laissée trempé de sueur et une sensation douloureuse d'inachevés, des fantasmes dans lesquels ils se retrouvaient peau contre peau, ses lèvres sur son cou , ses mains agrippant ses hanches, comme il la coinçait sous lui en préparation pour sa possession. Dans la vraie vie, elle serait très certainement paniquer si elle se retrouvait dans cette position, sa louve saisit cette idée pour présenter une soumission incessante au prédateur au lit avec elle, mais la dure réalité de la hiérarchie n'avait pas d'importance à ses fantasmes.

Cooper l'avait invitée dans son lit, ces fantasmes lui avaient donné une sorte de fondation sur laquelle se terrer, mais ça aurait été éphémère. Toutefois, un mâle changeling comme Cooper n'avait pas a utilisé le mot «cour» quand il souhaitait partager son corps et son lit avec une femme, que ce soit pour la nuit ou plus. Non, il était sérieux.

Grand, dangereux, beau, Cooper voulait qu'elle soit sienne.

Afficher en entier
Extrait de Psi-Changeling, HS : Chants de Chasse ajouté par AMETHYST 2017-07-09T03:53:19+02:00

Extrait de Psi-changeling, tome 0.5: Tentation Charnelle (Tamsyn et Nathan)

Elle commença à débarrasser la table.

— Pose ces assiettes.

Elle ne l’écouta pas.

Il réduisit la distance entre eux et lui saisit le poignet d’une main. Elle lâcha doucement les assiettes sur la table, mais elle ne se tourna pas face à lui.

— Qu’est-ce que tu veux, Nate ?

— Je veux que tu me parles.

Soudain, il se pressa contre elle. Il lui suffit d’un geste pour l’encercler de ses bras et enfouir le visage dans son cou. Il était en manque de son odeur, du contact de sa peau.

— Allez, mon cœur.

Tamsyn frissonnait si violemment qu’il sentit sa peau bouger contre ses lèvres caressantes.

— Je ne peux plus continuer comme ça, dit-elle dans un murmure. S’il te plaît, laisse-moi partir.

Un grondement jaillit de la gorge de Nate.

— Pendant combien de temps ? Pourquoi me demandes-tu ça ?

Il n’aimait pas le tremblement dans sa voix.

— Tu n’as pas intérêt à pleurer, Tammy. Ce n’est pas juste.

— Je ne pleurerai pas. (Mais il y avait comme des larmes de douleur dans ses paroles.) Je sais que tu ne veux pas vraiment de moi. Je sais que c’est le félin qui te pousse à t’unir. Ce n’est pas grave. Si je m’éloigne assez, peut-être que tu…

— Hein ? (Il n’en revenait pas.) Tu crois vraiment ces foutaises ?

— Tu as été très clair.

Nate se figea tout entier, puis leva la tête et retourna Tamsyn dans ses bras. Elle garda la tête baissée… Elle refusait de le regarder. Un bras autour d’elle, car il n’était pas sûr qu’elle ne s’apprêtait pas à s’enfuir, il lui releva le menton des doigts de l’autre main. Elle avait les yeux brillants, mais elle soutint son regard sans ciller.

Seigneur, qu’elle était fière ! Fière, forte et butée. Et elle avait décidé qu’il ne voulait pas d’elle. Il comptait bien lui montrer qu’elle avait tort une bonne fois pour toutes. Sans lâcher son regard, il glissa la main le long de son cou, de son épaule puis de son bras, et la referma sur le dos de celle de Tamsyn. Ensuite, il prit sa main féminine et la plaça sur son érection. Le choc la fit sursauter. Lorsqu’elle crispa les doigts par réflexe, il faillit laisser échapper un cri.

— Est-ce que tu as l’impression que je ne veux pas de toi ? dit-il entre ses dents.

— C’est… (Elle marqua une pause, le souffle coupé.) C’est une conséquence de la danse nuptiale. Tu ne veux pas de moi, pas vraiment.

Elle dégagea la main, et la replia sur sa poitrine comme si elle lui faisait mal.

Oh, Seigneur ! Elle ne pouvait pas être en train de lui faire ça.

— Ou bien est-ce toi qui ne veux pas de moi ? interrogea-t-il tout bas. C’est ça, Tamsyn ? Je suis trop vieux pour toi ?

Elle releva vivement la tête.

— Ne rejette pas la faute sur moi ! (Pour la première fois, il y avait du feu dans le ton de sa voix.) Je t’ai supplié de concrétiser le lien, d’être vraiment mon compagnon. Mais tu as dit « non ». Tu dis toujours « non » ! Eh bien, devine quoi, j’en ai fini de supplier. J’en ai fini de ne pas être assez bien pour toi !

Ce fut comme si elle l’avait poignardé.

Afficher en entier
Extrait de Psi-Changeling, HS : Chants de Chasse ajouté par AMETHYST 2017-07-11T19:36:55+02:00

Extrait Psi-changeling, Tome 9.5 : Troublante Séduction (Cooper et Grace)

— Comment es-tu devenue aussi forte, Grace ?

Assez forte pour se moquer d’être jugée faible par ceux qui n’y entendaient rien, qui ne comprenaient pas la beauté de son tempérament.

Elle esquissa un lent sourire, rien que pour lui.

— Il le faut bien… J’ai l’intention de jouer à la vilaine fille avec un lieutenant.

Sous le charme, il glissa les doigts sous le tee-shirt de Grace, et toucha sa peau douce et soyeuse. Son contact mit du baume sur ses souvenirs douloureux.

— Un lieutenant en particulier ?

— Oh… Je me disais que Matthias est un sacré étal… Hiii !

Elle atterrit sur le dos avec Cooper appuyé au-dessus d’elle sur le lit, même s’il prit soin de ne pas trop peser sur elle.

— Retire ce que tu as dit.

Il savait qu’elle jouait avec lui pour tenter d’atténuer sa souffrance, et il ne l’en aimait que davantage.

Elle lui lança un regard impénitent.

— Oblige-moi.

— Grr…

Il lui mordilla le cou, se souvenant trop tard qu’il devait être prudent avec cette zone vulnérable… Mais elle gloussa, puis se plaqua une main sur la bouche.

Afficher en entier
Extrait de Psi-Changeling, HS : Chants de Chasse ajouté par AMETHYST 2017-07-11T19:31:09+02:00

Extrait Psi-changeling, Tome 9.5 : Troublante Séduction (Cooper et Grace)

Le besoin possessif qu’elle avait de Cooper n’avait rien de doux. Cet homme pouvait l’embraser d’un seul mot, d’un seul regard. Le corps de Grace était réceptif en permanence, et elle désirait ardemment qu’il la possède tout entière. Elle songea que sa louve n’allait plus tarder à faire le dernier pas vers une confiance absolue.

— Plus haut, réclama Cooper en grondant quand elle s’arrêta vers le haut de ses cuisses. Je veux voir.

La peau humide de transpiration, elle laissa la jupe où elle était.

— Qu’est-ce que j’ai en échange ?

Les yeux jaunes de Cooper brillèrent d’un éclat sauvage dans l’obscurité du véhicule, dont les vitres embuées les enveloppaient dans un cocon intime.

— Je te lécherai jusqu’à ce que tu jouisses. Maintenant, continue.

En gémissant, Grace obéit, et elle le vit relever vivement la tête pour vérifier qu’il s’agissait bien d’un soupir de passion. Satisfait, il reposa les yeux sur le minuscule triangle rouge qui la dissimulait à ses regards, et crispa la main sur la cuisse de Grace.

— Enlève-la.

Les jambes de Grace tremblèrent. Elle laissa retomber sa jupe et se renversa en arrière jusqu’à toucher le dossier du siège avant. Sa poitrine se soulevait tandis qu’elle s’efforçait d’inspirer assez d’air pour dissiper le brouillard dans son esprit.

En contractant ses cuisses musclées sous elle, Cooper referma les mains sur les genoux de Grace.

— Tu vas me faire attendre ?

Elle se lécha les lèvres et hocha la tête.

— Tu es puni, tu te souviens ?

— En ce cas, laisse-moi plaider ma cause.

Soutenant son regard, il étreignit son intimité.

Elle gémit à ce geste possessif, se sentant devenir de plus en plus humide à chaque seconde.

Quand il effleura du pouce le bourgeon tendu à l’intersection de ses cuisses, le plaisir la transperça de part en part. Elle s’arc-bouta à son contact, alors même qu’une sensation âcre qu’elle n’avait pas envie de ressentir commençait à rogner la vague somptueuse de la passion. La part sauvage de sa nature pressentait la profonde vulnérabilité à laquelle elle s’exposerait si la vague s’écrasait. Les dents serrées, elle essaya de passer outre, mais Cooper savait.

Il retira la main et attira Grace contre lui, une main posée derrière sa tête et l’autre au creux de ses reins. Elle passa les bras autour de son cou, et inspira son odeur ténébreuse d’ambre et de terre, tandis que sa louve se frottait doucement contre le loup de Cooper pour s’excuser en silence.

Il répondit par un grondement sourd.

— C’est ma faute, c’est parce que je t’ai acheté cette culotte.

Elle posa la tête sur son épaule et caressa son beau torse.

— Oui, acquiesça-t-elle, c’est ta faute.

Ce qui lui valut un grondement… Et :

— Quand est-ce que tu vas mettre le teddy ?

Afficher en entier
Extrait de Psi-Changeling, HS : Chants de Chasse ajouté par AMETHYST 2017-07-11T19:29:11+02:00

Extrait Psi-changeling, Tome 9.5 : Troublante Séduction (Cooper et Grace)

— Il faudrait que je sois vraiment de très, très, très bonne humeur pour mettre ce teddy, marmonna-t-elle plus tard ce soir-là, assise à califourchon sur Cooper sur la banquette arrière du 4x4 qu’il avait sorti du parking souterrain. On dirait presque qu’il est en papier.

Plutôt que taillé dans une dentelle rouge incroyablement délicate, qui allait enserrer ses seins et mouler son bas-ventre sans rien en cacher du tout.

Affalé sur la banquette, à moitié nu et magnifique, Cooper lui décocha un grand sourire.

— J’aime les agrafes.

— Oui, parce qu’elles sont dans le dos. (Autrement dit, c’était un vêtement qui n’était pas fait pour qu’une femme le mette ni l’enlève seule.) Et comment appelles-tu le dernier article ?

— Une culotte.

Il fit courir le dos de la main le long de la ligne dénudée qui allait de l’épaule de Grace jusqu’à son ventre, qu’elle avait exposée parce que l’homme séduisant sous elle avait su la convaincre de déboutonner son chemisier pour lui.

— C’est clairement une culotte, reprit-il.

Elle serra les cuisses.

— Et qu’est-ce que ce minuscule bout de tissu rouge est censé couvrir au juste ?

— Pas grand-chose, j’espère. (Il tira sur la ceinture de la jupe vaporeuse aux genoux qu’elle avait sciemment mise ce soir-là, et qui la faisait se sentir coquine de la plus adulte des façons.) Dis-moi que tu la portes.

Elle se liquéfia d’excitation, et ce fut comme si un miel épais au goût intense et succulent coulait dans ses veines.

— Non, dit-elle, joueuse. Je pense que je devrais te punir pour m’avoir tourmentée comme tu l’as fait.

Il saisit sa lèvre inférieure entre ses dents.

— Seigneur, j’adore quand tu es vilaine, Grace. (Il toucha le bas de sa jupe et posa une main chaude et caressante sur sa cuisse.) Je peux ?

Tandis que son cœur s’emballait dans sa gorge, elle secoua la tête… Et, avec une lenteur extrême, elle tendit la main et retroussa la jupe plus haut sur ses cuisses. Le souffle de Cooper résonnait dans l’habitacle du 4x4, et l’homme suivait de ses yeux jaune vif chaque centimètre de peau qu’elle dévoilait. C’était grisant. Le désir à l’état brut de Cooper donnait à Grace l’impression d’être une sirène séductrice, alors qu’elle avait toujours considéré sa sensualité comme une douce flamme.

Le besoin possessif qu’elle avait de Cooper n’avait rien de doux. Cet homme pouvait l’embraser d’un seul mot, d’un seul regard. Le corps de Grace était réceptif en permanence, et elle désirait ardemment qu’il la possède tout entière. Elle songea que sa louve n’allait plus tarder à faire le dernier pas vers une confiance absolue.

— Plus haut, réclama Cooper en grondant quand elle s’arrêta vers le haut de ses cuisses. Je veux voir.

La peau humide de transpiration, elle laissa la jupe où elle était.

— Qu’est-ce que j’ai en échange ?

Les yeux jaunes de Cooper brillèrent d’un éclat sauvage dans l’obscurité du véhicule, dont les vitres embuées les enveloppaient dans un cocon intime.

— Je te lécherai jusqu’à ce que tu jouisses. Maintenant, continue.

Afficher en entier
Extrait de Psi-Changeling, HS : Chants de Chasse ajouté par AMETHYST 2017-07-11T11:16:47+02:00

Extrait Psi-changeling, Tome 9.5 : Troublante Séduction (Cooper et Grace)

Frissonnant de plaisir lorsque Grace le goûta du bout de la langue, il laissa le loup gronder dans sa poitrine et sentit l’air s’imprégner de l’excitation de son amante.

— J’ai envie de te lécher de la tête aux pieds, dit-il en caressant la hanche de Grace des doigts de sa main libre. De t’écarter les cuisses et de te sucer, te mordre et te déguster jusqu’à ce que tu jouisses.

Le corps entier de Grace se mit à vibrer.

— Ça ne prendrait pas beaucoup de temps, déclara-t-elle dans un murmure intime qui fit à Cooper l’effet d’un poing qui se refermait sur son membre rigide.

La seconde suivante, elle lui érafla la gorge des dents.

— Grace. (Il resserra le poing dans ses cheveux.) Tu me dois deux faveurs, maintenant.

Il la sentit contracter les cuisses lorsqu’elle l’étreignit. L’espace d’un instant fulgurant, elle soutint son regard de ses yeux marron embrumés quand elle détacha la tête du cou de Cooper… Pour se renverser un peu en arrière en courbant la gorge – un acte de confiance délibéré qui émut Cooper. Avec un frisson, il fit courir un doigt le long de son cou gracile.

— Quelle jolie peau, qui marque si facilement. (Il la caressa de nouveau.) Est-ce que je devrais la sucer, Grace ? Laisser une trace dont le sens n’échappera à personne ?

Elle gémit, mais sans changer de position, et ce n’était pas un son de soumission empreint de peur.

— Je crois que l’idée te plaît. (Il se pencha et passa la langue sur le pouls de Grace, inspirant son odeur érotique et musquée dans ses poumons.) Et si j’en faisais autant avec cette belle poitrine, mmm ?

Il effleura un sein voluptueux du dos de la main.

— Ces marques-là ne seraient visibles que pour moi. Je lécherais chacune d’elles jusqu’à ce qu’elles s’estompent, puis j’en ferais de nouvelles.

Grace leva les bras pour en passer un autour de l’épaule de Cooper, et posa la main de l’autre derrière sa tête.

— Cesse de parler, ordonna-t-elle, le souffle court.

Il esquissa un sourire.

— Mais tu aimes ça. (L’excitation de Grace augmentait à chacun de ses mots.) Quand tu seras ouverte et mouillée sous moi, je mettrai un point d’honneur à te dire…

Elle referma la bouche sur la sienne. Avec un gémissement, il la maintint en place et lui dévora les lèvres, suçota sa langue et se noya dans son odeur jusqu’à ce qu’elle le repousse.

— De l’air, laissa-t-elle échapper.

Les mains plaquées sur le capot en métal froid et la tête baissée, Cooper tâcha de reprendre son souffle. Il avait envie d’un autre baiser, mais il n’était pas certain d’être capable de s’empêcher d’aller plus loin. Pas alors qu’elle était si douce et si émoustillée contre lui. Et il savait qu’elle n’était pas prête, qu’elle n’en était pas encore au stade où elle lui faisait confiance non seulement quand il était en face d’elle, mais aussi derrière. Il voulait tout ça avant de l’entraîner au lit, car il ne réussirait jamais à résister à l’envie de concrétiser son fantasme de la regarder bouger contre lui quand il la chevaucherait.

Elle posa ses doigts chauds sur sa nuque.

— Pourquoi est-ce que tu as rasé presque tous tes cheveux ?

— Ça ne te plaît pas ?

Son loup s’étira.

— Je n’ai pas dit ça. (Elle continua de le caresser.) Tu es beau quoi qu’il arrive.

Il n’était pas vaniteux, mais il aimait être flatté par Grace.

— C’est pratique.

— J’aime la sensation des poils drus.

Elle frotta la joue contre sa tempe.

— Est-ce que c’est vrai que tu as eu cette cicatrice (elle fit courir un doigt le long de sa joue) en te battant contre un ours enragé ?

— Oui, admit-il. J’étais jeune, un peu idiot.

Adolescent, il était tombé sur cet ours qui avait pris en chasse deux petits loups pétrifiés. Il avait lancé les louveteaux sur une branche en hauteur et avait affronté l’ours quand il était devenu clair que l’animal furieux ne le laisserait pas l’éloigner des enfants.

— J’ai réussi à éviter qu’il ne me morde, mais il m’a griffé. Pour une raison que j’ignore, cette blessure-là et celle que j’ai dans le dos ont laissé des cicatrices.

— Ça te rend encore plus sexy.

Il tendit le cou en signe d’invite, et eut le plaisir de sentir Grace sucer sa peau, assez fort pour y laisser une marque. Quelle louve possessive.

— Et il y avait des vies de louveteaux en jeu, ajouta-t-elle en léchant la marque qui le ravissait à tous les niveaux. (Elle le mordilla tandis qu’elle couvrait sa gorge de baisers et le caressait de son odeur sensuelle de pêche réchauffée par la chaleur de sa peau.) Tu recommencerais si nécessaire, n’est-ce pas ?

— Ouais, je suppose que je suis toujours un peu idiot. (Il tint le visage de Grace contre lui, et siffla entre ses dents quand elle le mordit au niveau du pouls.) Ça fait trois faveurs, vilaine fille.

Elle serra les cuisses… Et quand elle renversa la tête en arrière, cette fois, seule l’excitation lui arc-boutait la colonne vertébrale.

Ce fut à ce moment-là que Cooper le sentit. Le hurlement sauvage de son loup qui sonnait le début de la danse nuptiale.

Afficher en entier
Extrait de Psi-Changeling, HS : Chants de Chasse ajouté par AMETHYST 2017-07-11T11:12:07+02:00

Extrait Psi-changeling, Tome 9.5 : Troublante Séduction (Cooper et Grace)

Puis elle releva la tête pour réclamer un autre baiser. Il le lui accorda et lui donna plus encore, avant de faire courir les lèvres sur sa mâchoire et le long de sa gorge. Grace avait tellement l’habitude de ses baisers qu’elle en oublia qu’il ne s’était encore jamais approché de sa gorge. Elle fut choquée quand, tout à coup, une vague de frayeur la submergea. Sa louve lui disait de ne pas bouger, de ne pas provoquer le prédateur qui avait les dents si près de sa carotide et de sa jugulaire.

Cooper entendit son cœur palpiter et sentit sa panique naissante, car il leva aussitôt la tête.

— Je ne réclame pas ta soumission, gronda-t-il, irrité. Si jamais il m’arrive un jour de le faire, ce sera parce qu’on s’amuse au lit. C’est clair ?

La colère dans sa voix fit frémir la louve de Grace… Mais elle était aussi consciente qu’il continuait de la serrer dans ses bras protecteurs.

— Ça te plairait si un chef loup se jetait sur ta gorge ? lâcha-t-elle au lieu de céder du terrain.

Cooper se fendit lentement d’un grand sourire, car il n’y avait pas eu de peur dans les paroles de Grace, elles exprimaient juste l’indignation d’une femme. S’il fallait qu’il mette Grace en colère pour lui faire oublier l’écart de dominance entre eux, il la frustrerait, l’énerverait et l’agacerait autant que possible.

— Je dirais à Hawke qu’il n’est pas mon genre.

Elle laissa échapper un grondement féminin alors que la roue se mettait à tourner à pleine vitesse.

Ravi, Cooper lui releva le menton et lui mordilla le nez par jeu.

— Seigneur, j’espère que tu feras ce son quand on sera nus !

Elle le mordit à son tour. Fort.

— Aïe ! (Il se frotta le nez.) Ça, ce n’était pas gentil.

Afficher en entier
Extrait de Psi-Changeling, HS : Chants de Chasse ajouté par AMETHYST 2017-07-11T11:08:31+02:00

Extrait Psi-changeling, Tome 9.5 : Troublante Séduction (Cooper et Grace)

— J’aime quand tu n’es pas sage.

Il avança la main pour la faire courir sur sa cuisse, et les braises dans le ventre de Grace se ravivèrent dans un éclat rouge foncé.

— Tu ne peux pas savoir à quel point ça me plaît de te corrompre. (Il lui serra la cuisse.) Ça va me rendre fou de penser à toi allongée sur ces draps, avec ta peau crémeuse et tes courbes à croquer. Je vais devoir me caresser pour m’endormir, et ce sera un bien piètre substitut.

Il était si cru, si franc sur le plan sexuel, et bien plus sensuel qu’elle… Mais elle commençait à se croire capable de gérer cette situation. Ça l’émoustillait quand il lui parlait comme ça… Et il le savait.

— Je l’ai fait, murmura-t-elle, décidant de le tourmenter à son tour.

— Quoi donc ?

Elle reposa l’outil dont elle se servait et s’agenouilla, puis plaça une main sur l’épaule de Cooper et se pencha pour lui chuchoter à l’oreille :

— Me caresser.

Elle avait été en proie à un désir incontrôlable quand il l’avait raccompagnée chez elle la nuit précédente.

Le grondement de Cooper se répercuta contre les murs de pierre.

— Ensorceleuse.

Afficher en entier
Extrait de Psi-Changeling, HS : Chants de Chasse ajouté par AMETHYST 2017-07-11T11:05:44+02:00

Extrait Psi-changeling, Tome 9.5 : Troublante Séduction (Cooper et Grace)

En grommelant, il se leva et décida de tourmenter un autre que lui. Le tableau de communication était son arme de prédilection.

— Qui que tu sois, gronda la voix rauque d’un homme tiré d’un profond sommeil, je vais te retrouver, t’arracher la rate et la manger sautée avec des champignons.

— Original, dit-il à Riaz.

Les cheveux ébouriffés de l’autre lieutenant apparurent à l’écran, suivis du reste de son visage, comme s’il s’appuyait sur le coude dans son lit.

— Coop ? C’est une urgence ?

— Oui. Ma queue est sur le point de se casser en deux.

— Si c’était n’importe qui d’autre que toi…

Riaz disparut de l’écran, puis revint la figure encadrée par des mèches de cheveux humides. Ses yeux couleur d’or sombre n’étaient plus voilés par le sommeil.

— Bon, dis-moi ce qui se passe.

Cooper s’exécuta. Il n’était pas du genre très bavard, surtout quand ça touchait à un sujet aussi important, mais Riaz et lui étaient amis d’enfance et se connaissaient par cœur. Son compagnon comprendrait de quoi il retournait.

— Tu en pinces vraiment pour elle, murmura Riaz quand il marqua une pause. Est-ce qu’elle est ta compagne ?

— Ouais.

La danse nuptiale n’avait pas commencé, mais en ce qui concernait Cooper, c’était un détail mineur… Dès que la louve de Grace serait prête, elle débuterait.

— Sauf qu’elle ne le sait pas encore, ajouta Cooper.

— Mmm.

— Je crois que j’ai envie de te donner un coup de poing. (Il avait besoin d’une bonne bagarre, mais vu son humeur, il aurait été capable de massacrer n’importe qui à l’exception d’un des lieutenants ou du chef.) Tu ne sais pas la chance que tu as de te trouver presque à l’autre bout de l’État.

Riaz se fendit d’un sourire impénitent.

— Tu rirais aussi si c’était moi qui étais gaga d’une femme.

Cooper frotta ses cheveux ras d’une main, et se demanda distraitement s’il ne devrait pas juste tout raser comme quelques-uns des autres hommes. D’un autre côté, certaines de leurs femmes n’avaient pas vraiment été emballées par le résultat. Il faudrait donc peut-être qu’il voie ça avec Grace d’abord. Et si ça faisait de lui un homme mené à la baguette par son amante, il s’en fichait éperdument. Il voulait qu’elle se soucie de ce qu’il faisait de son corps, qu’elle considère que tout ce qui avait trait à lui la regardait.

— J’ai besoin d’aide, Riaz, avoua-t-il à celui qui avait été le premier avec lequel il avait élaboré des stratagèmes pour attirer l’attention des femmes. (Ils avaient été des adolescents maladroits, à l’époque.) Comment dois-je m’y prendre pour la courtiser ?

— Tu ne disais pas que tu étais avec elle cette nuit ?

— Si.

Il n’avait pas donné de détails précis, se contentant de parler de la frustration qui en avait résulté.

— Eh bien, ça fait moins d’une semaine… Et si ta subordonnée te laisse t’approcher d’assez près pour que tu te retrouves avec les couilles prêtes à exploser, j’aurais tendance à dire que tu t’y prends déjà bien. Tu sais aussi bien que moi que tu es un peu difficile à gérer, même pour certaines femelles dominantes.

Cooper grimaça, car Riaz avait raison. Il était exigeant, au lit et ailleurs. Même quand il essayait d’arrondir les angles, ça ne durait qu’un temps.

— Grace est capable de me gérer.

Il le fallait… Parce qu’il l’avait attendue toute sa vie.

Afficher en entier
Extrait de Psi-Changeling, HS : Chants de Chasse ajouté par AMETHYST 2017-07-11T11:00:24+02:00

Extrait Psi-changeling, Tome 9.5 : Troublante Séduction (Cooper et Grace)

L’étau glacé de la peur lui serra le cœur, et elle s’écarta.

— Remets ton tee-shirt.

Afin qu’elle puisse se concentrer, réfléchir.

Cooper gronda.

Elle sursauta et baissa la tête.

— S’il te plaît.

— Mince, Grace. (Impatient et furieux, il enfila le tee-shirt avec des mouvements brusques.) Je ne grondais pas parce que tu m’as donné un ordre. Je grondais parce que je n’avais pas fini de jouer avec toi.

Pour une raison qu’elle ignorait, elle se détendit à cette réaction maussade et se hasarda à lui jeter un coup d’œil.

— La frustration sexuelle te rend-elle toujours d’aussi mauvais poil ?

Il émit un autre grondement qui poussa sa louve à la griffer pour qu’elle se taise.

— Continue, dit-il tout bas, sur un ton de défi. Continue de chercher le loup affamé, et tu verras si tu ne finis pas nue.

Afficher en entier