Livres
392 713
Comms
1 377 869
Membres
284 935

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

— Ça ne marche pas, Nate.

Le changement rapide de sujet le déconcerta. Il posa la nourriture, prenant conscience un peu tard des poches sous ses yeux, du manque de lumière sur son visage.

— Ça passera.

— Pas en vivant si près. Elle secoua la tête. L’un de nous doit partir.

Il avait pensé à ce qu’elle soit libre d’errer, mais maintenant qu’ils en venaient à ça, il pensa qu’il ne pouvait pas la laisser partir.

— Ne prends pas de décisions impulsives. Cela s’apaisera.

— Non, ça ne le fera pas. Ne me mens pas. Elle renifla, pliant ses bras. On est en train de vivre les étapes finales de la danse nuptiale et cela va continuer à empirer, spécialement si nos bêtes sentent continuellement la présence l’une de l’autre. Je pensais que je pourrais aller à…

— Juste attends. Il prit ses mains pour continuer de la toucher. Je parlerai à quelques autres membres liés. Peut-être qu’il y a quelque chose que nous pouvons faire pour minimiser l’impact.

— Je croyais que tu voulais que j’aille explorer le monde ? Sa voix était douce, sa peau rouge de besoin. Ce n’est pas ce pourquoi tu continues de me repousser ?

— Reste.

Ce simple mot tendit son cœur.

Afficher en entier

Chapitre 1

Tamsyn regarda, à travers le cercle que formait la meute, les hommes et les femmes qui étudiaient de l’autre côté. Lachlan, leur Alpha, ses cheveux blanchissant devant la sagesse et l’âge, était en train de dire quelque chose à Lucas, qui avait à peine quinze ans mais qui portait l’odeur d’un futur alpha. Le passé et le futur côte à côte. Un jour prochain, Lucas les dirigeraient. Tout le monde savait ça. Le garçon avait trempé dans le sang, ses parents assassinés devant ses yeux. Et même s’il attendait une dizaine d’années, il serait encore bien trop jeune pour les diriger.

Exactement comme Tamsyn était trop jeune à dix-neuf ans pour être la guérisseuse en chef de la meute de léopards DarkRiver. Son mentor avait été la mère de Lucas, Shayla. L’attaque de la famille de Lucas leur avait non seulement volé leur guérisseuse, mais avait aussi laissé DarkRiver en état l’alerte constante. Cela ne voulait pas dire qu’ils avaient abandonné. Non, ils étaient tranquillement en train de constituer leurs forces pour le jour où ils pourraient détruire les ShadowWalkers – la meute qui avait assassiné les leurs.

— Je suis seulement arrivée il y a une heure.

Même maintenant, elle ne croyait pas vraiment qu’elle était chez elle, les six mois qu’elle avait passé à l’hôpital universitaire de New York avaient été les plus durs de sa vie.

— Donc les cours sont finis ?

— Oui, une partie du moins.

Elle pouvait finir le reste de son cursus médical dans les environs de San Francisco.

La plupart des guérisseurs changelings comptaient sur leurs dons innés, mais Tamsyn avait pris la décision d’étudier la médecine conventionnelle en plus. C’était un moyen supplémentaire de compenser son inexpérience, les dons de guérison qui n’étaient pas encore arrivés à maturité en elle. Elle refusait de laisser sa jeunesse désavantager sa meute.

— Rien de grave pendant que j’étais partie ?

Elle avait détesté laisser DarkRiver entre les mains de quelqu'un d’autre, bien qu’elle ait une entière confiance en la guérisseuse qui était intervenue pour tenir le fort en son absence.

— Maria ?

— Elle est partie ce matin. Rentrer chez elle la démangeait, exactement comme toi. Lysa sourit.

— C’était gentil de la part de la meute de Maria de nous la prêter et elle était super, mais mince, je suis contente que tu sois revenue Tamsyn rendit l’étreinte féroce de son amie.

— Je suis contente que tu sois là.

Lysa la relâcha.

— Vas-y, je sais que tu attends de rattraper le temps perdu avec Nate.

— Non. Elle jeta un coup d’œil derrière son épaule. Il est occupé avec Lachlan.

— Cet homme est ton compagnon, Tammy. Tu ne peux pas l’éloigner de force.

Compagnon. Le mot fit sursauter son cœur, comme il l’avait fait le jour de ses quinze ans. C’était quand l’instinct de couple s’était réveillé, elle était née dans la même meute que son compagnon, l’avait connu depuis l’enfance.

— Ce n’est pas encore officiel.

Afficher en entier

— Tammy ! (Il tambourina à la porte.) Tammy !

Un jeune homme lui ouvrit.

— Bon…

Il s’étrangla quand Nate l’empoigna par le cou et le souleva du sol.

— Qu’est-ce que tu lui as fait ?

Il essaya d’occulter le fait que l’homme ne portait qu’un pantalon de pyjama et avait les cheveux ébouriffés.

« J’en ai assez de m’endormir en me caressant. »

Non, elle ne lui aurait pas fait ça. La douleur atroce qu’il ressentit à l’idée de sa Tammy avec quelqu’un d’autre, avec cet avorton qui plus est, suffit à ramener la bête à la surface. Il prit les yeux du félin. Avec le sang qui lui battait aux tempes, il n’entendait rien et se retrouva à deux doigts de tuer.

S’il s’en abstint, ce fut uniquement parce que son léopard se mit soudain à paniquer pour aller chercher Tammy. Il éjecta l’intrus et déboula dans la maison en se préparant à ce qu’il allait y trouver. Si elle était au lit… Quelque chose se déchira au fond de lui.

Il ne lui ferait pas de mal. Il ne pourrait jamais lui faire de mal.

Mais ce garçon allait subir une mort lente et cruelle.

Il poussa la porte de la chambre… Et aperçut le lit fait, sans aucun signe d’occupation récente.

— J’ai dormi sur le canapé, dit une voix rauque du seuil de la porte. (Nate se tourna et vit l’inconnu qui s’appuyait contre un mur en se frottant la gorge d’une main.) Ça ne me paraissait pas correct de dormir dans le lit de Tam.

« Tam » ? Le léopard émit un grondement agressif.

— Qui es-tu et qu’est-ce que tu fabriques chez ma compagne ?

L’homme écarquilla les yeux.

— Compagne ? Elle n’a jamais… (Il leva aussitôt les mains, paumes vers l’extérieur, quand Nathan commença à s’avancer vers lui.) Je suis un guérisseur. Je m’appelle Finn.

Nate s’arrêta net. Même quand il s’agissait d’ennemis, les guérisseurs bénéficiaient automatiquement d’une protection. Seules les meutes assoiffées de sang comme les ShadowWalker enfreignaient cette règle.

— On a déjà une guérisseuse.

Des griffes lui lacéraient les tripes et lui mettaient le feu au corps.

— Elle m’a demandé de prendre un avion et de la remplacer un petit moment. (Finn toussa à plusieurs reprises.) Elle a ajouté que ça serait peut-être permanent. Comme notre meute a un guérisseur en chef et un autre apprenti, les miens n’ont vu aucun inconvénient à me laisser partir.

— J’ai dit qu’on a déjà une guérisseuse.

Nate le fusilla du regard.

Finn ne se démonta pas.

— Plus maintenant, non. Elle est partie.

La bête eut envie d’attaquer, de déchiqueter et de laisser des cicatrices.

Afficher en entier

— Je ne peux plus continuer comme ça, dit-elle dans un murmure. S’il te plaît, laisse-moi partir.

Un grondement jaillit de la gorge de Nate.

— Pendant combien de temps ? Pourquoi me demandes-tu ça ?

Il n’aimait pas le tremblement dans sa voix.

— Tu n’as pas intérêt à pleurer, Tammy. Ce n’est pas juste.

— Je ne pleurerai pas. (Mais il y avait comme des larmes de douleur dans ses paroles.) Je sais que tu ne veux pas vraiment de moi. Je sais que c’est le félin qui te pousse à t’unir. Ce n’est pas grave. Si je m’éloigne assez, peut-être que tu…

— Hein ? (Il n’en revenait pas.) Tu crois vraiment ces foutaises ?

— Tu as été très clair.

Nate se figea tout entier, puis leva la tête et retourna Tamsyn dans ses bras. Elle garda la tête baissée… Elle refusait de le regarder. Un bras autour d’elle, car il n’était pas sûr qu’elle ne s’apprêtait pas à s’enfuir, il lui releva le menton des doigts de l’autre main. Elle avait les yeux brillants, mais elle soutint son regard sans ciller.

Seigneur, qu’elle était fière ! Fière, forte et butée. Et elle avait décidé qu’il ne voulait pas d’elle. Il comptait bien lui montrer qu’elle avait tort une bonne fois pour toutes. Sans lâcher son regard, il glissa la main le long de son cou, de son épaule puis de son bras, et la referma sur le dos de celle de Tamsyn. Ensuite, il prit sa main féminine et la plaça sur son érection. Le choc la fit sursauter. Lorsqu’elle crispa les doigts par réflexe, il faillit laisser échapper un cri.

— Est-ce que tu as l’impression que je ne veux pas de toi ? dit-il entre ses dents.

— C’est… (Elle marqua une pause, le souffle coupé.) C’est une conséquence de la danse nuptiale. Tu ne veux pas de moi, pas vraiment.

Elle dégagea la main, et la replia sur sa poitrine comme si elle lui faisait mal.

Oh, Seigneur ! Elle ne pouvait pas être en train de lui faire ça.

— Ou bien est-ce toi qui ne veux pas de moi ? interrogea-t-il tout bas. C’est ça, Tamsyn ? Je suis trop vieux pour toi ?

Elle releva vivement la tête.

— Ne rejette pas la faute sur moi ! (Pour la première fois, il y avait du feu dans le ton de sa voix.) Je t’ai supplié de concrétiser le lien, d’être vraiment mon compagnon. Mais tu as dit « non ». Tu dis toujours « non » ! Eh bien, devine quoi, j’en ai fini de supplier. J’en ai fini de ne pas être assez bien pour toi !

Ce fut comme si elle l’avait poignardé.

Afficher en entier

Elle commença à débarrasser la table.

— Pose ces assiettes.

Elle ne l’écouta pas.

Il réduisit la distance entre eux et lui saisit le poignet d’une main. Elle lâcha doucement les assiettes sur la table, mais elle ne se tourna pas face à lui.

— Qu’est-ce que tu veux, Nate ?

— Je veux que tu me parles.

Soudain, il se pressa contre elle. Il lui suffit d’un geste pour l’encercler de ses bras et enfouir le visage dans son cou. Il était en manque de son odeur, du contact de sa peau.

— Allez, mon cœur.

Tamsyn frissonnait si violemment qu’il sentit sa peau bouger contre ses lèvres caressantes.

— Je ne peux plus continuer comme ça, dit-elle dans un murmure. S’il te plaît, laisse-moi partir.

Afficher en entier

— Tammy !

Il martela la porte.

— Tammy !

La porte pivota sur ses gonds pour révéler un jeune mâle.

— Put…

Sa voix fut coupée quand Nate l’attrapa par le cou et le souleva du sol.

— Qu’est ce que tu lui as fait ?

Il essaya d’ignorer le fait que le mâle était habillé seulement d’un bas de pyjama, ses cheveux en bataille.

J’en ai marre de me caresser jusqu’à m’endormir.

Non, elle ne pouvait pas lui faire ça.

Afficher en entier

Tamsyn s’immobilisa.

— Comment QUOI, Nate ? Elle se força à rester calme.

— Écoute, Juanita tapota son genou avec un doigt, c’est un gars super et on s’est bien amusés ensemble.

Tamsyn ferma son sac et se prépara à se relever. Juanita l’arrêta en la retenant par le bras.

— Mais c’est tout ce que c’était. Amusant. On était amis alors et on est amis aujourd’hui. Rien de plus.

— Okay, je dois partir. Elle avait tellement faim du contact de Nate que même l’idée de lui avec une autre femme la blessait brutalement.

Juanita ne la relâcha pas.

— Tu n’écoutes pas, Tammy. Je te dis que cet homme ne m’a jamais vue avec ce genre de chaleur sauvage avec laquelle il te regarde. Il n’a jamais eu besoin de moi, pas comme il a besoin de toi.

Tamsyn fixa l’autre femme.

— Il m’a quittée, se surprit-elle à dire, je me suis offerte à lui sur un plateau d’argent et il m’a laissée. Il n’a pas envie de moi.

Juanita éclata de rire.

— Ce mec te veut tellement qu’il rend les jeunes dingues. Tu sais comme ils sont sensibles à la faim, et actuellement, Nate n’est que deux mètres de besoin animal pur. Et personne ne l’intéresse sauf toi.

— Mais…

— Mais rien. Juanita se releva et attendit que Tamsyn soit à sa hauteur pour continuer. Ne le prends pas mal mais tu es jeune.

Comment pouvait-elle le prendre ?

— Je suis plus mature que bien d’autres qui sont plus âgés.

— Oui, tu l’es. Je n’hésiterais pas à venir te voir pour me conseiller dans des milliers de choses. Les mots de Juanita firent se gonfler l’ego de Tamsyn.

Mais il y a un domaine dans lequel tu es un bébé dans les bois.

— Les hommes, chuchota Tamsyn, une flamme d’embarras lui montant aux joues.

— Yep. Tu es une chanceuse, tu as trouvé ton compagnon tôt, mais cela vient aussi avec un prix.

Juanita n’avait pas besoin de lui rappeler.

— Donc fais-moi confiance quand je te dis qu’il meurt d’envie de te goûter.

Tamsyn avait du mal à la croire.

— Il est très bon pour le cacher.

— Bien sur qu’il l’est. Il est têtu et dominant. Il veut tout faire à sa façon. C’est à toi de le faire changer d’avis. S’il te plaît, fais-le avant qu’il ne rende tout le monde dingue.

Afficher en entier

Chapter One

Tamsyn looked across the Pack Circle to the men and women who stood on the other side. Lachlan, their alpha, his hair going the white of wisdom and age, was saying something to Lucas, who was barely fifteen but carried the scent of a future alpha. The past and the future side by side. One day soon, Lucas would lead them. Everyone knew that. The boy had been drenched in blood, his parents murdered in front of his eyes. But he would lead. It didn't matter that even if they waited a decade, he'd still be far too young.

Just like Tamsyn was too young at nineteen to be the senior healer for the DarkRiver leopard pack. Her mentor had been Lucas's mother, Shayla. The attack on Lucas's family had not only stolen their healer, it had left DarkRiver in a state of constant alert. That didn't mean they had given up. No, they were quietly building their strength until the day they could destroy the ShadowWalkers--the pack that had murdered their own.

She knew Nate would be one of those who went after the rogue pack when the time came. He stood tall and strong beside Lachlan, his concentration on whatever it was they were discussing. At twenty-nine years of age, he was one of the pack's top soldiers and would soon be a sentinel, assuming Cian's position when the older man retired from active duty. The sentinels were the pack's first line of defense. They were the strongest, most intelligent, and most dangerous predators of them all.

"Tammy, you're back!"

Startled, she looked away from Nate and into Lysa's bright green eyes. "I only got in an hour ago." Even now, she didn't quite believe she was home--the six months she'd spent at the teaching hospital in New York had been the hardest of her life.

"So the course is over?"

"Yes. That part of it anyway." She could finish the rest of her medical training in nearby San Francisco. Most changeling healers relied on their inborn gifts, but Tamsyn had made the decision to study conventional medicine as well. It was one more way to compensate for her inexperience, for the healing gifts that hadn't yet matured to full strength. She refused to allow her youth to disadvantage her pack.

"Nothing went wrong while I was away?" She'd hated leaving DarkRiver under someone else's care, though she fully trusted the healer who'd stepped in to hold the fort during her absence. "Maria?"

"She left this morning. Itching to get back home exactly like you." Lysa smiled. "It was nice of Maria's pack to lend her to us and she was great, but damn I'm glad to have you back."

Tamsyn returned her friend's fierce hug. "I'm glad to be back."

Lysa set her free. "Go on. I know you're wanting to catch up with Nate."

"No." She glanced over her shoulder. "He's busy with Lachlan."

"The man's your mate, girl. You can drag him away."

Mate. The word made her heart skip as it had since the day she'd turned fifteen. That was when the mating instinct had awakened, when she'd realized she was one of the lucky ones--she'd been born into the same pack as her mate, had known him since childhood. "It's not official yet."

Lysa rolled her eyes. "As if that matters. Everyone knows you two are meant for each other."

Maybe, but they were nowhere near to consummating the relationship. Nate was determined she get the chance to explore her freedom before settling down. What she had never been able to make him see was that he was her freedom. She didn't want to be apart from him. But Nate was stronger than her. And at ten years her senior, he was used to giving orders and having them followed.

"I should freshen up," she said, dragging her eyes away from him a second time. "I just dropped off my bags before coming here." Searching for him.

"All right. I'll see you after you've settled in." Lysa smiled. "I have to go talk to Lachlan about something."

Nodding good-bye, Tamsyn began to move away from the large clearing ringed by trees that was the pack's outdoor meeting place.

Nate had seen Tammy arrive, waited for her to come to him. And now she was walking away. "Excuse me," he said to Lachlan, no longer caring about the discussion at hand. Some Psy named Solias King was apparently making what he thought were discreet inquiries about DarkRiver's territorial reach and ability to defend itself. Lachlan was fairly certain the man wanted to steal their land.

"This is important--oh." The DarkRiver alpha looked up and followed the path of Nate's gaze. His frown turned into a grin. "No wonder you're distracted. Guess we won't be seeing you for a while. We'll have to track this idiot down ourselves."

Good-natured laughter followed Nate out of the Pack Circle as he tracked his mate's scent through the trees. He caught her in under a minute. The second his palm clasped the back of her neck, she froze. "Nathan."

Her skin was delicate under his hand and he was very aware of how easily he could damage her. With her hair swept up into a long tail, her neck appeared even more vulnerable. He rubbed his thumb over the softness of her. "When did you get back?"

"Around four."

It was now five thirty and winter-dark. "Where have you been?" The leopard who was his other half didn't like that she hadn't come to him first.

She turned her head, eyes narrowed. "It's not like you left a note as to your whereabouts."

His beast calmed. She'd gone looking for him. Gentling his hold, he slid his hand to the side of her neck and pulled her to him. She came but her body was stiff against his. "What's the matter?"

"Juanita was very happy to tell me where you were."

He heard the jealousy. "She's a friend and a fellow soldier."

"She was also your lover."

The beast wanted to growl. "Who told you that?"

"I'm a decade younger than you," she retorted. "Of course you've had women. I don't need anyone to paint me a sign."

The jagged edge of anger turned his next words razor-sharp. "I haven't taken a lover since your fifteenth birthday." He was a healthy leopard male in his prime. Sexual hunger did not sit well with him. But neither did cheating on his mate. "And if someone's telling you different, I'll tear out their throat."

She blinked. "No one's telling me different." Her voice was husky. "But I don't like knowing you've had other women in your bed, that they've touched you, pleasured you."

Her bluntness shocked him. Tamsyn did not talk to him like that. "What exactly did you do in New York?" The possessive fury that hit him was close to feral, a harsh thing with claws and teeth.

Her mouth dropped open. "I don't believe this!" Breaking his hold with a quick move of her head--a move he'd taught her--she faced him, hands on her hips. "You think I would--" She gave a little scream. "You know what, if I had, whose fault would that be?"

He folded his arms to keep them from hauling her back against his chest and proving to his beast that she still belonged to him. "Tamsyn."

"No. I've had it up to here!" She jerked the edge of her hand to below her chin. "All the other females my age are taking lovers left, right, and center, and the only thing I get is frustration!"

Her raw need was simple truth. Newly mature females were very sexual, their scent intoxicating to the young males. Then there was the fact that the mating heat had shifted Tammy's natural hunger into higher gear. He could taste the woman musk of her, the lush ripeness just waiting to be bitten into--it was an exhilarating blend, and one he alone had the right to crave. Even the idea of any other male lusting after her pushed his temperature into explosive range. "If I take you," he said quietly, "it'll be for life."

"I know that! And I accept it. I need to belong to you--in every way."

His cock wanted to take her up on it. But she was nineteen . She didn't understand what it was she was committing to. He wasn't some kitten who'd follow her around with his tongue hanging out like the young males did with the females. He'd take her and he'd keep her. Sexually, he was far more mature than she was, and a leopard-changeling's sexual needs only grew more intense with time. "You don't know what you're asking."

"Dammit Nate, I'm sick of needing you so much I can't sleep." Her hands fisted by her sides, caramel-colored eyes rich with heat. "I'm sick of stroking myself to sleep."

Jesus. The images that hit him were hot and erotic and so detailed they threatened his beast to madness. "We've had this discussion before," he reminded her. "You're carrying too much responsibility as it is." Shayla's murder had forced Tammy to step into the older woman's position--as DarkRiver's healer--at seventeen years of age. She'd never had a chance to be a juvenile, to mess about, to play and roam. "I've seen exactly how wrong things can go if leopards bond before they're ready."

"We are not your parents," she spit back.

He went silent. "I told you to never bring up my parents again."

"Why not?" She was trembling. "They're the reason you're being so stupid. Just because your mother was miserable after deciding to take a permanent partner at age eighteen doesn't mean I will be."

His mother had been more than miserable. "She committed suicide." If not in truth, then in effect. Her drinking had escalated to such an extent that even her tough changeling physiology hadn't been able to repair the damage.

"We are not your parents!" Tamsyn repeated, her voice breaking on the last word. "You're my mate . And I'm yours. Your mother and father didn't have that connection."

No, his parents had fallen in love the old-fashioned way, without being driven by the mating instincts of the leopard. It happened like that sometimes. Though mating wasn't uncommon, not every changeling found his or her true mate, the one with whom they could bond on a level that was almost psychic. "Mating will demand more from you than a non bond relationship ever would," he told her, cognizant of the terrifying animal fury of his hunger for her. "I don't want you walking into that before you're ready."

"And you're the one who decides if and when I'm ready?"

"I'm older and more experienced." She had years to go before she caught up.

She seemed to be gritting her teeth. "Fine! Enjoy yourself in your perfect little world where everything goes according to your plans. Don't blame me if I get sick of waiting for you!" She turned and began to stalk through the trees.

"Tamsyn." He used the tone of voice that made even the rowdiest juvenile stop and pay attention.

She kept walking.

"What the hell?" Striding after her, he caught up just in time to see her clothes disintegrate off her body as she shifted into leopard form.

He froze, stunned as always by the beauty of her. Her pelt was glossy, the dark rosettes defined luxuriantly against the gold. Suddenly, she looked over her shoulder and gave him a look that could only be described as haughty. Her eyes were green-gold, not caramel, in this form, but they were very definitely all female.

He growled at the implied challenge. She snapped her teeth in response and took off. He almost went after her--his claws were already out by the time he brought himself back under control. If he ran her down in his current state...well, she wouldn't be complaining about stroking herself to sleep again.

Oh, hell.

Now his mind was so full of images of soft feminine flesh and long stroking fingers that he was in danger of bursting out of his pants. "Shit." Turning in the opposite direction from her, he ran toward a nearby waterfall. An ice cold bath was exactly what he needed to knock some sense into his head.

He wondered if she moaned when she brought herself to orgasm traduction de Google traduction

Chapter One

Tamsyn regardé à travers le pack Cercle pour les hommes et les femmes qui se trouvaient de l'autre côté . Lachlan , leur alpha, ses cheveux allant du blanc de la sagesse et de l'âge , disait quelque chose à Lucas, qui avait à peine quinze ans , mais a porté le parfum d'une future alpha . Le passé et le futur côté par côté. Un jour, bientôt , Lucas les conduirait . Tout le monde le savait. Le garçon avait été trempée dans le sang, ses parents assassinés devant ses yeux. Mais il mènerait . Il n'avait pas d'importance que même si ils ont attendu une décennie, il serait encore trop jeune .

Tout comme Tamsyn était trop jeune à dix-neuf pour être le soigneur principal pour le léopard paquet DarkRiver . Son mentor était la mère de Lucas, Shayla . L'attaque contre la famille de Lucas n'avait pas seulement volé leur guérisseur , il avait quitté DarkRiver dans un état ​​d'alerte constant. Cela ne signifie pas qu'ils avaient abandonné. Non, ils étaient tranquillement en train de construire leur force jusqu'à ce que le jour où ils pourraient détruire les ShadowWalkers - le pack qui avait assassiné leur propre .

Elle savait Nate serait un de ceux qui est allé après le pack voyous , le moment venu . Il était grand et fort à côté de Lachlan , sa concentration sur ce que c'était qu'ils discutaient . A vingt- neuf ans , il était l'un des meilleurs soldats de l' emballage et serait bientôt une sentinelle , en supposant que la position de Cian lorsque le vieil homme retiré du service actif . Les sentinelles étaient la première ligne du pack de défense. Ils étaient les prédateurs plus fort, plus intelligent et le plus dangereux de tous.

" Tammy , tu es de retour! "

Surprise, elle détourna les yeux de Nate et les yeux verts brillants de Lysa . «J'ai seulement eu à il ya une heure . " Même maintenant , elle n'a pas tout à fait croire qu'elle était à la maison - les six mois, elle avait passé à l' hôpital universitaire de New York avait été la plus dure de sa vie.

«Ainsi, le cours est terminé ? "

«Oui . C'est une partie de toute façon. " Elle pourrait finir le reste de sa formation médicale dans les environs de San Francisco. La plupart des guérisseurs Changeling comptaient sur leurs dons innés , mais Tamsyn avaient pris la décision d' étudier la médecine conventionnelle ainsi . C'était une façon de plus pour compenser son inexpérience , pour les dons de guérison qui n'avait pas encore échus à la pleine force . Elle a refusé de permettre à sa jeunesse de désavantager son sac .

"Rien ne s'est passé pendant mon absence ? " Elle avait détesté quitter DarkRiver sous la garde de quelqu'un d'autre , même si elle se fiait entièrement le guérisseur qui avait intervenu pour tenir le fort pendant son absence. " Maria? "

" Elle a quitté ce matin. Démangeaisons rentrer à la maison exactement comme vous. " Lysa sourit. " C'était agréable de la meute de Maria de lui prêter pour nous et elle était géniale , mais putain je suis content de vous revoir . "

Tamsyn retourné étreinte féroce de son amie. "Je suis heureux d'être de retour . "

Lysa la libérer . " Vas-y . Je sais que vous êtes désireux de se rattraper avec Nate . "

"Non " Elle regarda par-dessus son épaule. " Il est occupé avec Lachlan . "

" Cet homme est votre compagnon , ma fille. Vous pouvez faire glisser l'enlever . "

Contrainte. Le mot a fait son coeur sauter comme il l'avait depuis le jour où elle avait tourné quinze ans. C'est alors que l'instinct d'accouplement s'était réveillée , quand elle avait réalisé qu'elle était l'une des plus chanceux - she'd nés dans le même paquet que son compagnon , l'avait connu depuis l'enfance. «Ce n'est pas encore officiel . "

Lysa roula des yeux . " Comme si ce qui compte. Tout le monde sait que vous êtes censé deux pour l'autre. "

Peut-être, mais ils étaient loin de consommer la relation. Nate a été déterminé qu'elle eu la chance d'explorer sa liberté avant de s'installer . Ce qu'elle n'avait jamais pu lui faire voir , c'est qu'il était sa liberté. Elle ne voulait pas être séparée de lui . Mais Nate était plus fort que lui . Et dans dix ans son aîné , il a été utilisé pour donner des ordres et de les avoir suivis .

«Je dois rafraîchir », dit-elle, faisant glisser ses yeux de lui une seconde fois. "Je viens de déposer mes valises avant de venir ici . " Recherche pour lui.

" Très bien. Je vous verrai après que vous avez installés po" Lysa sourit. «Je dois aller parler à Lachlan quelque chose. "

Hochant la tête au revoir , Tamsyn a commencé à s'éloigner de la grande clairière entourée d'arbres qui était le lieu de plein air de la meute.

Nate avait vu arriver Tammy , attendu qu'elle vienne à lui. Et maintenant, elle s'éloignait . «Excusez- moi», dit-il à Lachlan , ne plus se soucier de la discussion à la main. Certains Psy nommé Solias Roi a apparemment fait ce qu'il pensait être une enquête discrète sur la portée et la capacité de se défendre territoriale de DarkRiver . Lachlan était assez certain l'homme voulait voler leurs terres.

" Ceci est important - oh. " Le DarkRiver alpha leva et suivit le chemin du regard de Nate . Son froncement de sourcils transformé en un sourire. " Pas étonnant que vous êtes distrait . Devinez nous ne serons pas vous assistons pendant un certain temps . Nous allons devoir suivre cet idiot bas nous-mêmes. "

Rire débonnaire suivi Nate sur le Pack cercle comme il suivi l'odeur de son compagnon à travers les arbres . Il l'a attrapée en moins d'une minute. La deuxième paume de sa main serra le dos de son cou, elle se figea . " Nathan ".

Sa peau était délicate sous sa main et il était très conscient de la facilité avec laquelle il pouvait l' endommager . Avec ses cheveux balayés en une longue queue, son cou est apparu encore plus vulnérables. Il frotta son pouce sur la douceur de son . «Quand avez- vous revenir ? "

" Environ quatre . "

Il était cinq heures et demie et l'hiver sombre. " Où étiez-vous ? " Le léopard qui était son autre moitié n'aimait pas qu'elle n'était pas venu pour lui d'abord .

Elle tourna la tête , les yeux plissés . " Ce n'est pas comme vous l'avez laissé une note indiquant votre localisation . "

Sa bête calmé . Elle était allée à sa recherche. Gentling son emprise , il a glissé sa main sur le côté de son cou et l'attira à lui . Elle est venue mais son corps était raide contre le sien. " Quel est le problème ? "

" Juanita était très heureux de me dire où vous étiez. "

Il entendit la jalousie . «Elle est un ami et un compagnon d'armes . "

"Elle était également votre amant. "

La bête voulait grogner. «Qui vous a dit ça? "

«Je suis une décennie plus jeune que vous , " répondit-elle . " Bien sûr, vous avez eu des femmes . Je n'ai besoin de personne pour me peindre un signe. "

Le bord dentelé de la colère a tourné ses prochains mots rasoir. «Je n'ai pas pris un amant depuis votre quinzième anniversaire . " Il était un léopard mâle en bonne santé dans sa perfection . La faim sexuelle n'a pas très bien avec lui. Mais ni ne trompe son compagnon . " Et si quelqu'un vous dit différent , je vais déchirer sur leur gorge. "

Elle cligna des yeux . «Personne ne me dit de différent . " Sa voix était rauque . «Mais je n'aime pas savoir que vous avez eu d'autres femmes dans votre lit, qu'ils ont vous a touché , vous pleasured . "

Son franc-parler l'a choqué . Tamsyn ne lui parle pas comme ça . " Qu'est-ce que tu as fait à New York? " La fureur possessive qui l'a frappé était proche de sauvage, une chose dure avec des griffes et des dents.

Sa bouche bée . «Je ne crois pas! " Briser son emprise avec un mouvement rapide de sa tête - un mouvement qu'il lui avait enseigné - elle lui fit face , les mains sur ses hanches. " Tu crois que je le ferais -" Elle eut un petit cri. " Vous savez, si j'avais , à qui la faute serait-elle? "

Il croisa les bras pour les empêcher de transporter son dos contre sa poitrine et prouver à sa bête qu'elle appartenait encore à lui. " Tamsyn . "

«Non, je l'ai eu jusqu'à ici! " Elle tira le bord de sa main au-dessous de son menton. «Tous les autres femmes de mon âge prennent des amants gauche , droite et centre , et la seule chose que je reçois est frustration ! "

Sa première nécessité était simple vérité . Femelles nouvellement matures étaient très sexuelle, leur parfum enivrant pour les jeunes hommes. Puis il ya eu le fait que la chaleur de l' accouplement avait changé faim naturel Tammy à la vitesse supérieure . Il pouvait goûter la femme de son musc , la maturité luxuriante ne demande qu'à être croqué - c'était un mélange grisant, et l'un lui seul avait le droit d' envie . Même l'idée de toute autre convoitise du mâle après la poussa sa température en gamme explosive. «Si je vous prends, " dit-il calmement , « ce sera pour la vie. "

" Je le sais et je l'accepte j'ai besoin de vous appartenir - . . Dans tous les sens "

Sa queue a voulu prendre sa place sur elle. Mais elle avait dix-neuf . Elle ne comprenait pas ce que c'était elle s'engage à . Il n'était pas un chaton qui avait la suivre avec sa langue pendante comme les jeunes hommes ont fait avec les femmes. Il prenait son et il avait la garder . Sexuellement, il était beaucoup plus mature que son âge et les besoins sexuels d'un léopard Changeling seulement augmenté plus intense avec le temps. " Vous ne savez pas ce que vous demandez . "

" Merde Nate , je suis malade de vous ayez besoin tellement que je ne peux pas dormir . " Ses mains poings à ses côtés , les yeux couleur caramel riches avec chaleur . " J'en ai marre de me caresser pour dormir. "

Jésus. Les images qui ont frappé lui était chaude et érotique et si détaillées qu'elles menaçaient sa bête à la folie. «Nous avons eu cette discussion », lui a rappelé . «Vous portez trop de responsabilités comme il est. " Le assassiner de Shayla avait forcé Tammy à entrer dans la position de la femme plus âgée - en tant que guérisseur de DarkRiver - à dix-sept ans. Elle n'avait jamais eu la chance d'être un mineur , à déconner , à jouer et à se déplacer. «J'ai vu exactement comment les choses peuvent aller mal si léopards lien avant qu'ils soient prêts . "

" Nous ne sommes pas vos parents », elle recracher .

Il se tut . " Je vous ai dit de ne jamais élever mes parents . "

" Pourquoi pas ? " Elle tremblait . «Ils sont la raison pour laquelle tu es tellement stupide . Tout simplement parce que votre mère était malheureux après avoir décidé de prendre un partenaire permanent à dix-huit ans ne signifie pas que je serai . "

Sa mère avait été plus que misérable. " Elle s'est suicidée . " Si ce n'est pas dans la vérité , alors en vigueur. Sa consommation d'alcool avait dégénéré à un point tel que même sa physiologie changeling difficile n'avait pas été en mesure de réparer les dégâts.

" Nous ne sommes pas vos parents! " Tamsyn répété , sa voix se briser sur le dernier mot. " Tu es mon compagnon. Et je suis à toi . Votre mère et le père n'ont pas eu cet égard . "

Non, ses parents étaient tombés amoureux l' ancienne manière , sans être conduit par l'instinct d'accouplement du léopard. C'est arrivé comme ça parfois . Bien que l'accouplement n'est pas rare , tous les changeling trouvé sa véritable compagne , celle avec qui ils pourraient obligataire à un niveau qui était presque psychique. "Mariage exigera davantage de vous que d'une relation non obligataire aurait jamais », lui dit-il , conscient de la fureur animale terrifiante de sa faim pour elle. " Je ne veux pas vous marcher dans qu'avant vous êtes prêt. "

" Et vous êtes celui qui décide si et quand je suis prêt ? "

«Je suis plus vieux et plus expérimentés . " Elle avait des années à parcourir avant elle rattrapé .

Elle semblait serrant les dents . " Très bien! Amuse-toi dans ton petit monde parfait où tout se passe selon vos plans. Ne me blâmez pas si je tombe malade d'attendre pour vous! " Elle se retourna et commença à traquer à travers les arbres .

" Tamsyn . " Il a utilisé le ton de la voix qui fait même l'arrêt des mineurs rowdiest et attention .

Elle a continué à marcher .

«Qu'est-ce ? " Franchir après elle, il a rattrapé juste à temps pour voir ses vêtements se désintègrent de son corps comme elle s'est déplacée en forme de léopard.

Il se figea , comme toujours stupéfait par la beauté de son . Sa peau était brillante, les rosettes noires définies luxuriante contre l'or. Soudain, elle regarda par-dessus son épaule et lui lança un regard qui ne peut être décrit comme hautaine. Ses yeux étaient vert - or, pas caramel, sous cette forme, mais ils étaient très certainement toutes des femmes .

Il grogna le défi implicite . Elle fit claquer ses dents en réponse et a décollé . Il a failli après elle - ses griffes étaient déjà par le temps lui-même ramené sous contrôle. S'il lui coulait dans son état ​​actuel ... eh bien, elle ne serait pas plaint de se caresser rendormir.

Oh, l'enfer.

Maintenant, son esprit était si plein d'images de chair féminine douce et de longs doigts caressant qu'il était en danger d'éclatement de son pantalon . «Merde ». Tournant dans le sens contraire de sa part, il a couru vers une chute d'eau à proximité. Un bain froid de la glace était exactement ce qu'il fallait frapper un certain sens dans sa tête.

Il se demanda si elle gémit quand elle a à l'orgasme

Afficher en entier