Livres
384 830
Comms
1 349 660
Membres
271 622

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

"Sa compagne ne pouvait pas mourir... Cependant son beau regard se ternissait.

- Désolée...

- Non! Non! Le lien, bon sang! Connecte-toi!

Elle lui posa une main sur le coeur.

- Je t'aime.

Une seule larme coula de ses yeux qui viraient au gris.

- Tammy, fais quelque chose!

Les joues humides, la guérisseuse tremblait.

- Je ne peux pas, Lucas. Elle doit...

- Allez Sascha ! lui ordonna-t-il en l'écrasant contre lui. Ne le laisse pas tomber.

Dans un soupir, elle crispa les doigts. Néanmoins, elle ne rejoignit pas son esprit, n'effectua pas le geste qui achèverait la danse nuptiale.

- Sinon, menaça-t-il, je m'en prendrai directement aux Conseillers. Ils me pourchasseront et finiront par me tuer.

Mais sa compagne ne l'entendait déjà plus, les paupières closes, l'expression presque apaisée.

- Non ! hurla-t-il de rage. Je ne te laisserai pas mourir ! Tu m'appartiens et je ne te laisserai pas me quitter. Tu es à moi ! A moi!

Le léopard émergea en rugissant."

Afficher en entier

"- Parfois je me rappelle que je ne peux pas protéger ceux que j'aime.

Sous ses doigts, les cheveux de Sascha étaient doux et soyeux.

Elle n'essaya pas de lui dire qu'il n'était pas Dieu, qu'il ne pouvait pas protéger tout le monde. Il le savait déjà, sauf qu'il y avait une différence entre le savoir et l'accepter. Ce qu'elle lui confia en revanche lui porta un coup au coeur.

- Je voudrais tellement que tu m'aimes.

- Pourquoi?

- Parce qu'alors tu pourrais peut-être me protéger moi aussi."

Afficher en entier

- {....} je me demande si ça signifie que mon esprit se détériore si vite qu'il n'arrive plus à rien bloquer.

- tu viens de craquer le réseau le plus sécurisé du monde... ton esprit va trés bien.

Afficher en entier

— « La reproduction animale » ? OK, appelons ça comme ça. Tu as déjà essayé ?

Elle avait du mal à se concentrer sur ce qu'il disait, alors qu'il se tenait si près... qu'elle aurait pu le toucher. Il émanait de lui un parfum de danger, de liberté sauvage et de passion, autant de choses auxquelles elle-même ne pouvait se laisser aller. La tentation ultime, en somme.

— Non. Pour quoi faire ?

Il se pencha vers elle de façon à peine perceptible.

— Parce que tu découvrirais peut-être que l'animal en toi aime ça, chérie.

—Je ne suis pas votre chérie. À peine sa phrase prononcée, une froide appréhension lui étreignit le coeur. Un Psi digne de ce nom n'aurait jamais mordu à l'hameçon.

Afficher en entier

Elle laissa retomber les barrières qu'elle avait érigée afin d'éviter leur union. Elle devenait soudain un arc-en-ciel en lui, fontaine jaillissante d'une telle beauté qu'il se sentit bienheureux d'avoir été élu. Un instant, leurs esprits ne firent plus qu'un et il put constater avec quel désespoir, quelle violence, quelle passion elle l'aimait ; assez pour briser une promesse, pour choisir la mort afin de le sauver.

Elle vit combien son léopard l'adulait, que son cœur ne battait que pour elle, que sa vie ne serait plus que mort si elle venait à disparaître. La bête lui en voulait d'avoir tenté de le refuser comme compagnon, et l'homme en était encore plus furieux mais, au-delà de la fureur, il y avait le désir, le besoin, l'amour. Un amour si intense, si farouche qu'il n'avait ni début ni fin.

Elle recula dans un soupir, laissant leur deux esprits se séparer, reprendre le cours de leurs propres pensées. Quelque part, Lucas savait que, s'il parvenait jamais à le lui demander, elle s'ouvrirait de nouveau à lui. Elle était sienne, il était sien. Tous deux avaient le privilège du contact fusionnel.

Elle leva de grands yeux noirs en larmes sur lui.

- Je t'ai tué ! Je t'ai tué ! Je t'ai tué !

Afficher en entier

- Ouvre les yeux, demanda-t-il contre sa bouche.

Elle obéit et aperçut aussitôt deux iris verts de félin.

- Pourquoi?

- Pour le feu d'artifice, murmura-t-il dans un baiser.

Afficher en entier

- tu vas vivre, décréta-t-il.

Il la sentit qui cherchait puis trouvait le lien, la sentit essayer de la briser-il en eut le souffle coupé-mais elle n'avait pas ce pouvoir. Ce lien n'était pas Psi, il était changeling, incassable. Le félin sourit : désormais, il pourrait lui-même assurer sa protection.

- Arrête, murmura-t-elle. Ne fais pas ça ! C'est ta force vitale que tu donnes. C'est encore pire que si je ne faisais qu'accepter le lien pour qu'i lme garde en vie.

- Alors accepte, parce que je ne vais pas arrêter.....

Elle leva des grands yeux noirs en larmes sur lui.

- Je t'ai tué !Je t'ai tué !Je t'ai tué !

Afficher en entier

-tu vas te réveiller , ordonna -t-il dans un sourd murmure.

il n'avait pas l'intension de laisser lui échapper ce qu'il venait tout juste de découvrir (Lucas parle de Sascha)

Les heures passèrent. Ils regardèrent . Ils attendirent. Les oiseaux s'éveillèrent mais aucun Psi de s'abattit sue eux. Il s'avéra que les SnowDancer avaient tenu parole et que le conseil n'était pas responsable de l'état de Sascha. Les mères inquiètes commencèrent a s'apaiser mais les soldats demeurèrent sur le pied de guerre. Alors que le ciel s'éclaircissait, Sascha remua. Lucas ordonna a tout le monde, à part Nate et Tamsyn, quitte la cuisine.

Sasha ouvrit les yeux et regarda le plafond quelques secondes avant de s'asseoir.

-Qu'est-ce que je fais là ?

-Les SnowDancer t’ont trouvée sur leur terroir et je t'ai amener ici .

Il eut envie de la marquer avec ses dents ; à présent qu'il comprenait, il ne désirait plus réprimer les réflexes de sa bête en lui.

-Attends, s’exclama-t-elle, je devait m'arrêter chez toi !

Elle leva les mains pour remettre de l'ordre dans ses cheveux et s'immobilisa brusquement.

-tu as défait ma natte.

-Oui.

Il avait mis une telle possessivité dans ce seul mot que Sascha en resta les yeux écarquillés. Ce fut la première fois qu'il vit cette expression chez une Psi.

Afficher en entier

Sans lui laisser le temps de protester, il la prit dans ses bras et grimpa les marches de l'escalier quatre à quatre. Une fois qu'ils furent arrivés dans la chambre, il la jeta sur le lit avant de s'allonger près d'elle.

— Non...

Elle voulut se lever mais il l'immobilisa d'une jambe sur les siennes.

— Pas de ça, chaton.

Ce qui suffit à lui donner assez de force pour le repousser. Il revint à la charge immédiatement.

—Il va falloir qu'on discute de tes manières, murmura-t-il d'un ton plus amusé que contrarié.

—Je pourrais te réduire l'esprit en bouillie si je le voulais.

— Et alors qui te lécherait jusqu'à l'orgasme ?

Afficher en entier

PROLOGUE SILENCE Afin de freiner la multiplication des cas de folie et de meurtres en série au sein de la population Psi, le Conseil Psi décida en 1969 d'initier un programme rigoureux nommé « Silence ». Le but de Silence était de conditionner les enfants Psis dès leur naissance en leur apprenant à ne plus éprouver de colère. Mais le Conseil constata rapidement qu'il était impossible d'isoler cette émotion des autres. En 1979, après avoir débattu dix ans du sort des millions d'esprits formant le PsiNet, l'objectif de Silence fut modifié. A compter de cette date, on amena les enfants Psi à ne plus rien ressentir du tout. Ni colère, ni jalousie, ni convoitise, ni joie, et encore moins amour. Silence connut un succès retentissant. En 2079, année qui voit le conditionnement de la cinquième ou sixième génération de Psis, tous ont oublié qu'ils ont pu un jour être différents. Les Psis sont réputés pour leur inébranlable maîtrise d'eux-mêmes, leur esprit pratique inhumain et leur résistance à toute incitation à la violence.

98 3

Excellant en politique et en affaires, ils font de l'ombre aux humains et aux changelings, espèces dominées par leur nature animale. Dotés de pouvoirs mentaux qui vont de la télépathie à la clairvoyance en passant par la télékinésie et la psychométrie, les Psis s'estiment un cran au-dessus sur l'échelle de l'évolution. Fidèles à leur nature, chacune de leurs décisions repose sur des critères de logique et de rendement. Selon le PsiNet, leur taux d'échec est quasi nul. Les Psis sont parfaits dans leur Silence.

Afficher en entier