Livres
451 183
Membres
396 397

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par xFrench 2013-05-07T22:37:31+02:00

L’espoir fait vivre.Ce qui veut dire que le désespoir tue.

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2013-04-29T22:15:33+02:00

PROLOGUE

Je ne me souviens plus vraiment. On dirait que j'ai enterré ça quelque part, sous des mètres cubes de conscience.

Des images, des mots, des sensations, des odeurs.

Des douleurs.

Rien de précis.

Comme si ça ne m'était jamais arrivé.

C'est arrivé, pourtant.

Une blessure toujours à vif, une meurtrissure qui saignera jusqu'à la mort. Une plaie aussi profonde qu'une abîme, dans laquelle je me suis perdue. Oubliée.

Dur à expliquer.

Ça a juste changé ma vie. Ça m'a transformé en je ne sais trop quoi...

Chaque femme a sa façon bien à elle de réagir à cet outrage indélébile.

Chaque femme et chaque enfant.

Ceux qui ont subi cela savent de quoi je parle. Les autres ne peuvent l'imaginer, même avec la meilleure volonté du monde.

Peu de gens peuvent comprendre. Ou beaucoup trop, malheureusement.

Mais tout le monde peut juger. Ce que je suis devenue.

Si facile de juger.

Si difficile à comprendre.

Ça ne fait pas seulement mal à en mourir. C'est bien pire. Ça vous ronge, lentement, de l'intérieur. Ça vous dévore, jusqu'à ce qu'il ne reste plus qu'une enveloppe vide et sèche.

J'aurais tellement voulu qu'il me tue. Qu'il m'achève. C'aurait été charitable de sa part. Mais il ignorait la pitié, je crois.

Et moi, j'ai oublié ce que c'était.

Il m'a tout pris, ne m'a rien laissé.

Ce jour-là, j'ai compris qu'on peut mourir plusieurs fois.

Moi, je suis morte dans une chambre sordide, il y a longtemps. Tellement longtemps...

Pourtant, quelque chose a survécu. Ou plutôt, quelque chose est né ce jour-là.

Quelque chose qui marche et qui parle à ma place.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Amaranth 2015-03-16T16:26:08+01:00

- Je le veux, dit-elle.

- Il est à toi... tout ce qui se trouve ici est à toi, ajoute l'homme. N'est-ce pas, monsieur ?

Les lèvres du bijoutier se crispent, sa gorge devient curieusement sèche.

- N'est-ce pas ? répète le client.

- Monsieur est généreux, hasarde le bijoutier. Ou éperdument amoureux !

- Ni l'un ni l'autre, répond l'homme en écartant le pan de sa veste.

Le colt Double Eagle brille presque autant que le collier.

- Monsieur est juste armé.

Afficher en entier
Extrait ajouté par gireline 2013-05-14T21:13:51+02:00

Il se croyait plus fort que tout le monde. Plus fort qu’un dieu.

Alors qu'il n'est rien.

Rien d'autre qu'un simple mortel.

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2014-02-23T18:27:25+01:00

Jessica a appris la nouvelle en regardant le journal télévisé de vingt heures.

Ce soir - là, elle s'est murée dans le silence.

A ce jour, elle n'a plus jamais prononcé un seul mot.

Afficher en entier
Extrait ajouté par LaViePourLire 2014-01-19T15:29:03+01:00

Il a dit que j'avais une jolie bouche. Une bouche provocante, excitante.

Il a voulu plus, en voudra toujours plus.

Il m'appelle sa colombe mais il m'entraîne toujours plus bas.

Il m'appelle sa colombe, mais il a brisé mes ailes.

Ma vie.

Afficher en entier
Extrait ajouté par lara4 2013-12-03T21:18:47+01:00

Je n'ai pas su retenir mon père. Pas su garder ma femme.

J'ai tué ma mère.

Je n'ai pas su protéger Anthony.

J'ai conduit William à l'abattoir.

J'ai butté Fred, enterré la femme de sa vie sous des mètres cubes de terre froide.

J'ai eu une vie...

Voilà ce que j'en ai fait.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Milka2B 2013-07-26T17:04:58+02:00

William s'est souvent demandé ce que ca faisait d'être sur le point de mourir. Surtout quand il s'est mis à marcher sur les traces de son grand-frère.

Maintenant, il sait.

Ca fait seulement peur.

Ca fait seulement mal. Une douleur terrible au creux du ventre.

L'impression d'être un enfant dans le noir, qui appelle sa mère.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Milka2B 2013-07-26T16:57:50+02:00

La douleur est une bonne compagne, fiston.

Parce qu'elle est la plus fidèle qui soit.

Afficher en entier
Extrait ajouté par goretti 2013-05-21T17:19:41+02:00

D’un point de vue pénal, mieux vaut violer une femme que le coffre d’une banque."

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode