Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Pwena60 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
La Déferlante, Tome 3 : Heart of the storm La Déferlante, Tome 3 : Heart of the storm
Michael Buckley   
Alors que j'avais aimé le premier et le deuxième tome, j'ai été plutôt déçue par ce troisième et ultime tome.

Lyric revient après trois mois d'absence passée dans l'océan. Elle retrouve sa famille et ses familles et on apprend au travers de flashback ce qu'il s'est passé durant ces trois mois. En effet, une mission est donnée à Lyric, elle doit *roulement de tambour* sauver le monde ! Et oui, elle seule en est capable avec l'aide de ses amis.

Si j'ai été captivée par le début parce que j'avais hâte de retrouver Lyric et l'univers surprenant de Undertow, j'ai été rapidement confronté à l'écriture froide de Michael Buckley. Alors oui, j'ai déjà lu les deux tomes précédents, mais avec celui-ci, le manque d'émotions était vraiment palpable ! Surtout au niveau de la révélation "choc" du livre, très mal gérée par Lyric qui ne reflète absolument pas les pensées d'une adolescente de dix-sept ans. Alors qu'elle est censée avoir gagné en maturité durant ces mois passés dans l'eau, Lyric est une lâche à l'intérieur et préfère fuir en disant que c'est pour son bien alors qu'elle fait croire qu'elle est forte à l'extérieur. Les deux premiers tomes laissaient entrevoir une love story entre Lyric et Fathom mais avec ce tome, toutes mes espérances ont été réduites à néant.

La grande bataille que j'attendais durant tout le tome ne dure que pendant quatre pages et se termine bien trop vite à mon goût.... Quant à la fin... disons que j'ai eu l'impression que l'auteur voulait vite en finir pour passer à autre chose.

En conclusion, grosse déception, j'ai l'impression d'être passée totalement à côté de ce troisième tome...

par MissEcho
Gardiens des Cités Perdues, Tome 7 : Retour en Arrière Gardiens des Cités Perdues, Tome 7 : Retour en Arrière
Shannon Messenger   
C'est fou Le tome 7 sort le 15 Novembre, Le jour de Mon anniversaire !
Magisterium, Tome 5 : The Golden Tower Magisterium, Tome 5 : The Golden Tower
Holly Black    Cassandra Clare   
The final, thrilling instalment in this extraordinary series from bestselling authors Holly Black and Cassandra Clare.

A generation ago, powerful mage Constantine Madden came close to achieving what no magician had ever achieved: the ability to bring back the dead. He didn't succeed... but he did find a way to keep himself alive, inside a young child named Callum Hunt.

Facing up to what he is, Callum has battled chaos and evil across four years of magical training at the Magisterium, eventually defeating the armies of chaos in an epic battle.

It came at a cost.

Now, triumphant and heartbroken, Callum Hunt has just about had enough, and is ready to complete his training. But the evil Callum faced has not given up just yet...

par choupy78
In the After, Tome 1 In the After, Tome 1
Demitria Lunetta   
Je tiens à dire que j'adore la couverture que je trouve tout simplement superbe!
L'histoire en elle-même est très immersive. À l'arrêt du livre, j'ai dû me faire violence pour ne pas imaginer des monstres partout!!
L'histoire et les personnages sont très bien travaillés. Beaucoup de suspens et ça, j'adore!
[spoiler]La première partie est véritablement mon coup de cœur, dommage qu'on ne soit pas resté dans l'Après![/spoiler]

par dedei77
Player One Player One
Ernest Cline   
http://wandering-world.skyrock.com/3139947842-Player-One.html

Player One est une véritable surprise. Le genre de roman qui vous coupe le souffle alors que vous ne vous y attendiez pas du tout. Je suis encore tout retourné par le fait qu'il m'ait autant pris aux tripes. Très rapidement, ce livre se transforme en une obsession bien réelle, et il nous pousse à devenir complètement geeks de son histoire ( le terme s'applique plutôt bien :p ). Player One est un authentique cocktail d'action, de rebondissements, d'adrénaline et de suspense palpitant, qui nous fait vibrer. Et j'en suis le premier surpris ! Je ne m'attendais vraiment pas ça !
Le truc, c'est que j'ai été capturé par le climat de l'histoire dès le premier chapitre. Moi avais peur de ne pas accroché, c'est tout le contraire qui a eu lieu. Dès les premières pages, ce récit nous en met plein la tête. Comme le stipule le résumé, la Terre n'est pas belle à voir. Toutes les catastrophes environnementales contre lesquelles nous nous battons aujourd'hui ont malheureusement vu le jour. Ainsi, l'auteur nous dépeint un univers fait de déchéance et de désespoir, dans lequel chaque être vivant tente de trouver un peu de bonheur et de libération au sein de l'OASIS, un monde virtuel immense où tout est parfait. Depuis plusieurs années, des milliards de personnes y jouent. Très peu d'hommes et de femmes vivent désormais le monde réel. Wade, le héros de cette histoire, en fait parti. Véritable geek et passionné de la culture des années 80, l'OASIS est devenu un véritable refuge pour lui, et sa fascination pour son créateur, James Halliday, ne fait que le pousser à toujours en savoir plus sur ce monde virtuel.
Wade est un protagoniste que j'ai adoré suivre. Même si nous n'avons pratiquement jamais affaire à son "vrai" lui, je me suis énormément attaché à son personnage. Je pense qu'il m'a permis de retrouver le côté geek qui sommeille en moi. Sa conquête et son désir de toucher le Graal de l'OASIS du doigt à travers plusieurs niveaux de jeu m'a totalement séduit. On veut toujours qu'il aille plus loin. Sa détermination et son courage transpirent de chaque page. Surtout qu'il ne fait aucun pas de travers, et qu'il nous pousse sans arrêt à nous attacher à lui. Sa situation réelle, à savoir qu'il est agoraphobe, qu'il a du mal à se détacher des jeux vidéos, et qu'il passe sa vie à se cacher, fait de lui un protagoniste émouvant et adorable. Je me suis plutôt bien retrouvé dans les sentiments qu'il décrivait. Non pas que je craigne le foule ou que je sois un geek dans l'âme, mais toutes les émotions qu'il expérimente m'ont énormément parlé.
Notre héros va rencontrer beaucoup de personnes durant son aventure, personnes auxquelles nous allons beaucoup nous attacher. Le truc, c'est que l'auteur sait vraiment comment maîtriser à la fois son histoire et nos sentiments. Il nous permet de réellement aimer les "gentils" de l'histoire, et de détester les "méchants". Et il parvient à exécuter ceci en ne nous exposant que la facette geek de leurs personnalités, chose vraiment géniale. Art3miss, Aech ( prononcez H ), Daito et Shoto m'ont énormément plu, et leurs caractères, bien que mis en avant par écrans interposés, m'ont pleinement convaincu. De la même manière, j'ai détesté Sorrento. Les protagonistes qui peuplent cette histoire paraissent réels et sont authentiques et profonds, alors que, ironie du sort, ils n'existent que dans un monde virtuel, lui-même situé dans un roman... Ernest Cline est fort. Très fort même.
Côté intrigue, c'est l'explosion ! Purée !!! Durant ABSOLUMENT toute ma lecture, je n'ai pas pu m'empêcher de me ronger les ongles et de me torturer l'esprit en cherchant ce qu'il pourrait arriver à Wade par la suite. Les surprises s'enchaînent sans arrêt ! On ne s'ennuie pas une seule seconde ! A de nombreuses reprises, j'ai poussé quelques jurons tant les révélations m'ont ébloui. Notre héros va en voir de toutes les couleurs, et, dès lors, nous n'allons pas être épargnés. J'ai frissonné, j'ai eu peur, j'ai stressé, j'ai eu l'estomac noué, j'ai ressenti de la peine pour Wade... Et tellement, tellement d'excitation. Player One nous met les nerfs en pelote. On veut toujours en savoir plus, toujours aller plus loin, lutter contre le sommeil pour lire encore et encore... L'auteur a mis au point un système ensorcelant et brillant pour nous forcer à toujours en redemander. Il fait véritablement ressortir notre côté addict et passionné. Le livre se transforme en un jeu-vidéo infernal pour lequel le geek en nous ne peut que succomber. Le gros plus dans Player One, c'est que tout se fait de manière progressive. Le rythme va crescendo. Les choses s'accélèrent sans cesse. Je crois même que j'ai arrêté de respirer à certains moments tant les coups de théâtre étaient oppressants ! Que de spectacle ! Que de rebondissements inattendus !
Je tiens également à vous rassurer sur un point. Je pense que, comme moi, si vous vous êtes quelque peu penchés sur des chroniques sur le roman, beaucoup de blogueurs et de blogueuses s'accordent pour dire que les références aux années 70, 80 et 90 sont vraiment géniales. Personnellement, je n'était qu'un minuscule spermatozoïde durant ces années-là ( et mon papa n'était pas très vieux non plus :p ), donc nombreux sont les détails qui ont dû m'échapper. Heureusement, ceci ne gêne VRAIMENT pas notre lecture. Je n'ai véritablement eu aucun problème pour comprendre l'histoire, et les références, bien que nombreuses, ne m'ont absolument pas dérangé. Au contraire, même, j'ai été ravi d'en apprendre un peu plus sur ces années et sur les faits qui les ont marquées. Donc si vous étiez septiques à cause de cet aspect du roman, pas d'inquiétude ! N'hésitez plus !
La seule miiiiiiiiiiiiiiiiinuscule chose qui m'empêche d'attribuer le fameux 5/5 à Player One vient d'un petit détail qui s'avère malheureusement être récurrent : les longues descriptions. Je sais que j'ai dit plus haut qu'on ne s'ennuyait pas une minutes, et je le soutiens toujours. Malgré ça, il y a beaucoup de fois où l'auteur s'attarde sur des détails insignifiants, et ceci de manière beaucoup trop lourde et beaucoup trop longue. Fort heureusement, ces moments n'arrivent pas durant les instants où l'action et le suspense atteignent leur apogée. Du coup, ces longues descriptions sont un peu gênantes, certes, mais elle ne nous empêchent en rien d'adhérer totalement à l'histoire et de la dévorer d'une traite.
La fin de Player One m'a beaucoup plu, et m'a laissé avec un horrible sentiment de manque. Wade et tous ses amis me manquent déjà, et je regrette d'avoir quitté cet univers si particulier et tellement enivrant. Là se cache d'ailleurs l'une des qualités du livre : il change complètement de toutes nos lectures habituelles. C'est un nouvel OVNI dans la littérature Young-Adult. Et si, au départ, j'avais des doutes sur ce que ce roman recélait, je dois bien avouer que l'auteur et son histoire les ont complètement détruits et m'ont permis d'adorer ce récit.
En résumé, Player One est une découverte qui m'a laissé sur les fesses. Je suis le premier surpris par ce sentiment, et j'espère que vous éprouverez la même chose que moi. Je ne m'attendais réellement pas à être autant captivé et fasciné par les mots d'Ernest Cline, par ses héros, son imagination, son monde et tous les délicieux et intelligents messages qu'il y a glissé. Ce roman unique nous permet de voyager au cœur d'un univers virtuel aux allures pourtant bien réelles, et il dépeint ce que sera peut-être notre société de demain. Player One restera donc, pour moi, une excellente révélation et une énorme surprise que je n'avais pas vu arriver !

par Jordan
Love so Life, tome 1 Love so Life, tome 1
Kaede Kouchi   
Un autre coup de coeur de cette fin d'année 2012 ! J'ai découvert ce manga totalement par hasard. J'ai lu quelques scans puis j'ai appris qu'il été licencié. Ô joie !

C'est un manga très rafraichissant qui vous laisse avec un sentiment de quiétude et de satisfaction lorsque vous refermez les pages d'un tome. Il est rare qu'une nouvelle série me laisse un tel sentiment. C'est un peu la même que lorsque je lis Fruits Basket.

La couverture est déjà très attirante. Les graphismes sont superbes et les enfants sont juste trop mignons ! D'habitude, je ne suis pas super fan des mangas où l'un des héros a des enfants à charge (souvent, ce ne sont pas les siens) mais là, je dois dire que ceux-ci sont tout bonnement adorables et contribue à l'histoire d'une manière considérable ! En plus d'être trop chou, ils révèlent chez nos personnages des facettes vraiment attachantes de leur personnalité.
Ce sont les graphismes qui m'ont d'abord attirée, puis le synopsis.

On suit "Shiharu-tan" (Prononciation des jumeaux pour Shiharu-San *_*), une jeune orpheline de 16 ans qui oscille entre le lycée, l'orphelinat, et la garderie de celui-ci dans laquelle elle travaille en dehors des cours où elle s'occupe des plus petits. Elle souhaite devenir puéricultrice pour pouvoir continuer à s'occuper des enfants et transmettre ce que sa mère lui a laissé avant de mourir (moi, elle me fait penser à Tohru de Fruits Basket). C'est comme ça qu'elle rencontre Akane et Aoi, deux adorables jumeaux qui ne peuvent plus se passer d'elle. Enfin, adorables, ... C'est vite dit, ils rendent la vie infernale à leur oncle, Seiji Matsunaga, un célèbre présentateur TV qui s'est vu confier leur garde par son frère. Quand celui-ci voit à quel point les jumeaux apprécient Shiharu, il lui demande de devenir leur baby-sitter, ce qu'elle accepte.

La jeune fille devient ainsi une partie intégrante de cette famille. Ayant très peu d'expérience familiale, elle se soucie toujours des jumeaux et ne veut pas que ceux-ci vivent la même chose qu'elle. C'ets plus une mère qu'une baby-sitter pour eux.
Elle fête donc Noël et le Nouvel An avec sa nouvelle famille, et passe le plus clair de son temps avec eux.
Le côté familial est ainsi mis en avant et se traduit avec beaucoup d'émotions.

De l'autre côté, on a Matsunaga-San, qui rentre épuiser tous les soirs à cause de son boulot de présentateur, qui plus est adulé par ces dames. Shiharu a changé sa vie en s'occupant des jumeaux, il peut ainsi se reposer et ne plus ressembler à une loque ambulante lorsqu'il n'est pas en public.
Malgré ses côtés un peu "je-suis-épuisé-par-les-enfants", on voit qu'il prend grand soin de son neveu et de sa nièce. Mais également de Shiharu-san.

Naturellement, on sent vite que la relation entre ces deux derniers va bien évoluer. Déjà dans ce premier tome, on voit les prémisses d'une jolie romance. J'ai hâte de connaitre l'évolution de celle-ci, surtout que le côté "elle est lycéenne, on a 10 ans d'écart" ajoute un peu de piment et, en ce qui me concerne, ajoute un aspect encore plus romantique.

Un point que je trouve assez drôle, c'est que ce manga peut un peu servir de guide pour les enfants ^^ En effet, il m'est souvent arrivé de me dire "Oooh mais elle est pas bête Shiharu ! J'aimerais prendre exemple sur elle si j'ai des enfants !". Entre les conseils qu'elle donne et les astuces qu'elle utilise pour que les jumeaux rangent leur chambre, s'éloignent de la télé... on est servi !

En bref, un véritable coup de coeur, une bouffée d'air frais ! Je ne sais pas si je pourrais patienter pour la suite de cette série ou si je me lance dans la lecture en anglais... Cruel dilemme.

par MiyuNeko
Au-delà de l'apparence, Tome 1 Au-delà de l'apparence, Tome 1
Fumie Akuta   
Un petit brin de fraîcheur ! ^^

Le cadre artistique qui entour les personnages m'a attiré, et je suis contente d'avoir fait cette lecture.
Le coups de crayons est très joli et agréable à suivre.
Les personnages sont mignons et le sujet (et titre de la série) me fait pensez à Switch Girl, que j'avais adoré, en un moins décalé. A voir par la suite, en espérant que cela ne bascule pas très vite sur du niais tout plein de guimauve... ou alors avec juste ce qu'il faut de guimauve. ^^

Bref, je tenterai la suite ! ^^
Living no Matsunaga-san Living no Matsunaga-san
Keiko Iwashita   
Pour sa seconde année de lycée, Miko Sonoda part vivre dans une pension familiale tenue par son oncle. Très vite, elle y fait la rencontre des pensionnaires ; Jun Matsunaga, un designer qui de prime abord semble plutôt de mauvaise humeur, Asaki Onuki, une jolie manucure, Ryo Hojo, un étudiant à l'université, Akane Hattori, une femme qui reste dans sa chambre, Kentaro Suzuki, un playboy un peu sans gêne ainsi que Sabako, le chat de la maison. Commence alors un nouveau quotidien plutôt mouvementé pour la jeune fille !
Terrienne Terrienne
Jean-Claude Mourlevat   
un livre magnifique.
une histoire à couper le souffle.
On retient sa respiration à chaque page qui tourne tandis que l’héroïne parcourt cet univers angoissant, ce monde si froid etrange et fascinant, où tant de choses anodines telles que respirer lui sont défendues.
On pleure aussi, comme souvent dans les ouvrages de Mourlevat, sur ceux qui n'ont pas eut la chance de s’échapper de Campagne et du monde qui l'entoure.

Une héroïne attachante, courageuse forte et fragile a la fois, des protagonistes inoubliables tels que Étienne Virgil et Bran l'hybride et bien d'autres encore...

Un livre qui vous tient en haleine, que je conseille vivement à tous.
"Vous ne respirerez plus jamais de la même manière"
conclusion étrange, mais on ne peu plus véridique...


par Mondaye
The Generations, tome 1 : Alive The Generations, tome 1 : Alive
Scott Sigler   
Tiré du blog → http://alizeabooks.blogspot.com
Tiré de l'article → http://alizeabooks.blogspot.fr/2016/02/the-generations-tome-1-alive-ecrit-par.html

Je tiens à remercier les éditions Lumen ainsi qu'Emily pour l'envoi du roman et pour leur confiance !

Je ressors de ce roman complètement conquise. Il n'y a pas de mot assez fort pour décrire ce que j'ai ressenti durant ma lecture. Il faut juste savoir que je n'en suis pas ressortie indemne et que je pense aller hiberner jusqu'à-ce que la suite sorte ; oui, c'est ce que je vais faire ahah !

Dans le colis contenant le livre se trouvait également un dossier presse avec toutes les informations sur l'auteur, l'histoire, etc... et j'y ai lu que Scott Sigler était décrit comme un mélange de Chuck Palahniuk et Stephen King. Je ne connais pas le premier mais j'ai déjà entendu beaucoup parler des romans de Stephen King, certains adaptés au cinéma.
Malheureusement, j'en n'en ai jamais lu car on m'a toujours dit qu'ils se rapprochaient de l'horreur et ce n'est pas vraiment le genre livresque que j'affectionne le plus. Mais en ayant lu Alive, je me dis que je pourrai y remédier et me laisser tenter par un de ses romans.

J'ai donc fort apprécié l'écriture de Scott Sigler qui est des plus plaisantes à lire. Il jongle avec nos émotions et manie les mots avec brio. Les descriptions étaient vraiment complètes et ajoutaient beaucoup de réalisme à l'histoire.

Comme je l'ai dit précédemment, je ne suis pas une grande fan de l'horreur. Il y en avait dans le livre, certes, mais je n'ai pas trouvé que c'était trop excessif ; il n'y en avait pas à chaque page. Et même quand il y en avait, les phrases n'étaient pas tournées pour que nous soyons effrayés mais plutôt angoissés. Et de toute manière, que serait un thriller sans un peu de piquant ?

L'histoire nous prend bel et bien à la gorge dès les premières lignes ; j'avais énormément de mal à m'arrêter de la lire. Le résumé à lui seul est déjà très prometteur alors imaginez quand on se plonge enfin dans le roman. C'est tout bonnement magique !

Nous suivons donc Em, une jeune fille de douze ans qui en paraît plutôt dix-sept, qui se réveille dans un sarcophage. Elle ne sait pas ce qu'elle fait là et ne se souvient plus de son passé mis à part le fait que c'est son anniversaire. Elle finit par réussir à se libérer de son cercueil pour découvrir onze autres sarcophages autour d'elle. Certains sont vivants, d'autres morts.
Étant donné qu'elle est la première à être sortie, Em prend la tête du groupe d'adolescents et ensemble, ils vont essayer de trouver de quoi boire et se nourrir, et pourquoi pas d'autres survivants. Mais la question qui revient sans cesse dans leur tête est : comment se sont-ils retrouvés là ?

Em (ou Savage) est pour ainsi dire le personnage féminin que j'ai le plus adoré. Elle reste forte comparée aux autres qui sont terrassés par la peur. Elle est courageuse, intuitive et a un caractère bien trempé ; c'est ce que j'apprécie beaucoup chez une personne. Même si elle commet quelques erreurs, elle le fait pour protéger son « peuple ». Si j'avais dû choisir un personnage à incarner, je l'aurai choisie elle.
Tous les autres personnages ont leur caractère à eux. Parfois on les aime et parfois non. Il y avait vraiment de tous les genres : petits et grands, costauds et maigres ou encore blancs et bronzés. Ensemble, ils formaient une grande famille. C'est quelque chose qui m'a énormément plu !

La couverture est ce qui m'a attirée en premier lieu. Elle est juste sublime ! Elle correspond tout à fait à l'histoire je trouve, et la jeune-modèle qui représente Em est très jolie. Globalement, elle est très fidèle au roman et très agréable pour les yeux.

Je suis une grande fan de thriller et pour être franche, je pense qu'Alive a atteint le sommet de ma pyramide des coups de foudre de l'année 2016 ! Je n'ai vraiment rien à redire dessus. Il est juste parfait.

Conclusion : un énorme coup de foudre pour moi ! Si vous aimez les thrillers, alors ce roman est fait pour vous ! Personnellement, je le considère comme LE livre de l'année. Et si je devais vous donner un petit conseil : lisez-le à tout prix !
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4