Livres
392 257
Comms
1 375 163
Membres
283 591

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Qu'est-ce que la littérature ?



Description ajoutée par bookemixer 2010-05-14T07:42:24+02:00

Résumé

"Qu'est-ce que la littérature ?" est un essai de Jean-Paul Sartre publié pour la première fois, en plusieurs parties, en 1947, dans la revue Les Temps modernes dirigée par Sartre (et fondée par lui en 1945). L'essai est repris en 1951 dans Situations II, publié aux éditions Gallimard, puis en 1964 chez le même éditeur.

L'essai est un manifeste de sa conception de la littérature engagée, conception qu'il défend contre ses critiques. Sartre y répond aux trois questions suivantes : Qu'est-ce qu'écrire ?, Pourquoi écrire ?, Pour qui écrit-on ?

Afficher en entier

Classement en biblio - 44 lecteurs

Or
8 lecteurs
PAL
10 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par fanfan50 2017-09-25T18:31:06+02:00

Comme second exemple de l’adhésion des écrivains à l’idéologie constituée, on peut choisir, je crois, le XVIIe siècle français.

A cette époque la laïcisation de l’écrivain et de son public est en voie d’achèvement. Elle a certainement pour origine la force expansive de la chose écrite, son caractère monumental et l’appel à la liberté que recèle toute œuvre de l’esprit. Mais des circonstances extérieures y contribuent telles que le développement de l’instruction, l’affaiblissement du pouvoir spirituel, l’apparition d’idéologies nouvelles expressément destinées au temporel. Cependant laïcisation ne veut pas dire universalisation. Le public de l’écrivain reste strictement limité. Pris dans son ensemble, on l’appelle la société et ce nom désigne une fraction de la cour, du clergé, de la magistrature et de la bourgeoisie riche. Considéré singulièrement, le lecteur s’appelle «honnête homme» et il exerce une certaine fonction de censure que l’on nomme le goût. En un mot, c’est à la fois un membre des classes supérieures et un spécialiste. S’il critique l’écrivain, c’est qu’il sait lui-même écrire. Le public de Corneille, de Pascal, de Descartes, c’est Madame de Sévigné, le chevalier de Méré, Madame de Grignan, Madame de Rambouillet, Saint-Evremond. Aujourd’hui le public est, par rapport à l’écrivain, en état de passivité : il attend qu’on lui impose des idées ou une forme d’art nouvelle. Il est la masse inerte dans laquelle l’idée va prendre corps. Son moyen de contrôle est indirect et négatif ; on ne saurait dire qu’il donne son avis ; simplement il achète ou n’achète pas le livre ; le rapport de l’auteur au lecteur est analogue à celui du mâle à la femelle : c’est que la lecture est devenue un simple moyen d’information et l’écriture un moyen très général de communication. Au XVIIe siècle savoir écrire c’est déjà savoir bien écrire. Non que la Providence ait également partagé le don du style entre tous les hommes, mais parce que le lecteur, s’il ne s’identifie plus rigoureusement à l’écrivain est demeuré écrivain en puissance. Il fait partie d’une élite parasitaire pour qui l’art d’écrire est, sinon un métier, du moins la marque de sa supériorité. On lit parce qu’on sait écrire ; avec un peu de chance, on aurait pu écrire ce qu’on lit. Le public est actif : on lui soumet vraiment les productions de l’esprit ; il les juge au nom d’une table de valeurs qu’il contribue à maintenir.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par mavie95 2017-04-11T19:35:19+02:00
Argent

Après une deuxième lecture de cet essai, j'aimerai revenir sur mon avis car je n'avais pas saisi certains aspects du livre. Dans cette deuxième lecture, je me suis plus penchée sur la relation entre littérature et le monde mais aussi le lecteur en tant que public. La condamnation de tout lien avec un parti pris politique m'a beaucoup plu, son argumentation aussi, la littérature étant en révolution permanente. Il a été aussi amusant de voir la conception de littérature contemporaine à Sartre, comme devant s'unir dans une Europe qui se construit et voir aujourd'hui que le projet n'a eu lieu que très peu de temps et pour de peu personnes, ce qui est regrettable. Un essai à lire à toute occasion sur les questions liées à l'auteur, le lecteur et le monde.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par RedBlueMoon 2017-01-12T15:39:24+01:00
Lu aussi

Je suis sûre de ne pas avoir tout compris, mais c'était très intéressant : la littérature est engagée dans l'Histoire, qu'elle le veuille ou non. Sartre nous propose un panorama de la littérature en nous disant ce qu'elle était à partir du XVIe siècle jusqu'en 1947 : les lecteurs, les buts et la façon d'écrire ne sont pas les mêmes. J'ai hâte de l'étudier plus en profondeur en cours.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par mavie95 2016-10-19T14:28:44+02:00
Argent

Malgré un concept littéraire majeur et qui a même permis de redéfinir la littérature, j'ai eu énormément de mal à lire Sartre dont la lecture est très compliquée. Pour lire les essais de cet auteur, mieux vaut se renseigner et avoir une aide car entrer et analyser ses idées est une épreuve ardue mais néanmoins intéressante. Sartre développe cette idée, que je trouve absolument incroyable et magnifique, qui est celle de la co-création entre auteur et lecteur, qui à eux seuls, et seulement quand les deux se réalisent, permettent de réaliser l'oeuvre dans son intégralité.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Poow 2015-07-15T22:54:50+02:00
Lu aussi

Sartre sait manier les mots, mais je dois avouer que ce livre, je l'ai lu une fois et aujourd'hui j'en ai oublié la plus grosse partie à part les idées principales.

Compliqué à lire et à comprendre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Romane26 2013-12-07T20:03:08+01:00
Lu aussi

livre très compliqué à lire, pour moi en tout cas, mais tellement enrichissant de la pensée de Sartre et son point de vue sur l'écrivain engagé!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par marquisedemerteuil 2013-01-26T00:53:17+01:00
Lu aussi

Essai intéressant sur les rapports entre l'engagement et l'écriture en prose, la rupture entre l'écrivain et son public, la grande faute (1848), la Révolution manquée. Sartre se positionne par rapport à l'essai de Paulhan mais détourne sa pensée au profit de la sienne. très éclairant.

Afficher en entier

Date de sortie

Qu'est-ce que la littérature ?

  • France : 1985-05-24 - Poche (Français)

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 44
Commentaires 6
Extraits 2
Evaluations 8
Note globale 7.43 / 10

Évaluations