Livres
455 213
Membres
404 549

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Marlene2303 2019-04-15T23:52:01+02:00

« Rien n’est plus solide que la meute. Ni les liens du sang, ni l’amitié, ni l’amour. Les membres d’une meute sont unis par un fil intangible qui relie leurs coeurs et leurs âmes plus sûrement que le plus résistant des noeuds, plus irrémédiablement qu’une promesse aux Eternels. Perdre la meute, c’est perdre un morceau de soi. La douleur et le vide laissé persistent, jusqu’à la mort, sans espoir d’oubli. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Velandra 2019-04-14T20:57:31+02:00

— Qu’est-ce que tu as dit ? Adec, je n’ai pas compris.

— … tait toi… J’ai cru que c’était toi… J’ai cru que c’était toi…

La même phrase, répétée en boucle, encore et encore. Chaque fois, son souffle devenait plus erratique et les doigts d’Adec se crispaient plus fort sur la chemise d’Eivind au point que ses articulations blanchirent.

Spoiler(cliquez pour révéler)— J’ai pensé que tu étais mort…

Eivind sentit son cœur se briser alors qu’Adec énonçait sa plus grande crainte, la raison qui les avait séparés avant même qu’ils aient pu être ensemble.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Velandra 2019-04-14T20:53:09+02:00

— Pas différentes ! Magiques !

Pia avait manifestement oublié son ressentiment et regardait à nouveau Adec comme s'il était l'humain le plus extraordinaire foulant le sol de la planète. Stinna, bien que plus modérée dans son admiration, fixait Adec avec des yeux brillants.

— Ravi que mes méthodes t'aient plu, demoiselle.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Velandra 2019-04-14T20:51:12+02:00

— Je vous assure que non ! Laissez-moi vous expliquer !

L’homme parlait vite et la tension dans ses bras semblait indiquer qu’il se retenait de saisir Adec par les épaules pour le secouer et lui expliquer de plus près et plus vivement que non, il n’était pas en train de poursuivre une pauvre enfant dans les bois.

— Inutile, je vous dis que je sais ce qui se passe.

L’homme blanchit sous son teint hâlé et Adec finit par le prendre en pitié.

— Sors de dessous ce genévrier, demoiselle, tu vas déchirer ta robe. Et ton alpha frôle l’apoplexie.

Car si ça n’était pas déjà vraiment le cas, cela l’était désormais. Le Sélène semblait en effet sur le point d’avaler sa langue.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode