Livres
466 775
Membres
431 220

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Quand les Dieux Buvaient, Tome 0 : L'immortalité moins six minutes



Résumé

Il était une fois trois fées qui vivaient heureuses dans leur forêt enchantée. L'une d'elle était amoureuse d'un elfe noir.

Un jour, hélas, elle le quitta pour un Korrigan et il décida de se venger. Il sabota le miroir magique de la fée volage.

Or, si fabriquer un miroir magique est horriblement compliqué, le détruire est terriblement dangereux...

Afficher en entier

Classement en biblio - 10 lecteurs

Extrait

La fête battait son plein. Pimprenouche s’était expliquée à grands gestes avec la fille du tenancier de la taverne, une jolie blonde poupine, et les deux fées avaient été embauchées en cuisine. Pétrol’Kiwi, une main enfoncée jusqu’au coude dans un immense bac rempli d’eau chaude, utilisait l’autre pour s’empiffrer de pâté de biquette aux fèves. Les tables du gigantesque pique-nique nocturne croulaient sous les plats bourratifs, les robinets des tonneaux de bière viraient au rouge, les guirlandes de lampions en papier ballottaient au gré de la musique et Pimprenouche, les joues échauffées, retournait d’une main experte une bonne centaine de saucisses sur un grill immense. Puis, le feu d’artifice commença.

Puis, le feu d’artifice finit.

Puis, le feu qui avait pris à une des tentes fut éteint.

« Whaou. Joli, le feu d’artifice. Pétrol’Kiwi, allongée sous une table renversée, eut un long sifflement admiratif : Jamais on a vu une toile de tente voler aussi haut. En tout cas, pas avec les piquets.

Pimprenouche se releva, essuyé ses mains balafrées de brûlures sur son tablier :

- Nous allons avoir droit à un discours, je le crains. »

À l’autre bout du champ, un petit bonhomme grisonnant était monté sur une estrade, et la foule l’ovationnait tandis qu’il l’apostrophait.

« Qu’est-ce qu’il dit ? demanda Pétrol’Kiwi en ôtant son bonnet de toile crasseux.

- Toujours aucune idée, répondit Pimprenouche. D’après la gestuelle, je crois qu’il les remercie un par un.

- Ça risque d’être long.

- Pas forcément. Tu sais, ils s’appellent tous Gros-pied ou Velu-peton, quand ça n’est pas Bouc, Prout ou Souk. Pittoresque, je te dis.

- Eh !

- J’aurais dû emporter mon pot de graisse d’edelweiss, dit Pimprenouche en contemplant ses paumes abîmées.

- Eh ! Il a disparu !

- J’ai un de ces coups de barre, moi…

- Il a disparu, le vieux bonhomme ! bégaya Pétrol’Kiwi. Disparu ! Comme une bougie soufflée ! Et regarde ! Regarde la marque ! Là, la marque du sort d’invisibilité ! L’aura du sort ! Là ! »

Pimprenouche plissa ses yeux fatigués et aperçut, au-dessus de l’estrade, la marque d’un sort. L’aura résiduelle d’un enchantement.

Elle ne vit pas l’aura bleue d’un coup de jus éthéré.

Mais bien l’onde noire d’un maléfice sub-éthéré.

« Oh, coquin de sort ! fit-elle d’une voix blanche. Oh, que ça pue ! Nous fichons notre camp, ma vieille.

- Mais, et le gâteau ? protesta Pétrol’Kiwi. J’ai vu passer un gâteau de compétition ! Plus gros que moi, triple couche de glaçage blanc…

- Pétrol ?

Pimprenouche fixa Pétrol’Kiwi dans le gras de l’œil. Pétrol’Kiwi se détourna d’un air gêné.

- D’accord, on y va. »

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Or

Je n’ai pas l’habitude de lire de la light fantasy, mais là je me suis régalée ! Les codes de la fantasy sont tournés en dérision et la quête, élément capital de la fantasy épique, est ridiculisée par les deux fées. En filigrane, les connaisseurs de fantasy retrouveront quelques allusions à d’autres auteurs, personnages ou univers de fantasy (Melniboné, Cthulhu) avec une grosse partie consacrée à Bas-Bord (en réalité la Terre du Milieu). Les personnages sont loin d’être des stéréotypes : les nains vivent à la campagne, les humains sont des hybrides « ogre-nain »…

L’histoire prend un tour parodique beaucoup plus intéressant après les cent premières pages. On reconnaît immédiatement l’univers du Seigneur des Anneaux. Des descriptions réalistes, claires et précises, nous entraînent au cœur de la Terre du Milieu.

La « quête par substitution » – il fallait y penser – est pleine d’humour, de réflexions et de commentaires par les fées sur ce que doit être une bonne quête. Elles se contentent de suivre les héros « nains » (dont on comprend facilement qu’il s’agit de hobbits), les laissent prendre tous les risques et leur piquent leur nourriture. Ces antihéroïnes qui en oublient l’objet de leur propre quête sont finalement attachantes.

À noter aussi que la fin reprend à son compte les caractéristiques du conte pour donner une nouvelle vision de la création de l’humanité.

Et enfin, je mets un plus pour les notes de bas de page qui devient un terrain de jeu où l’on assiste à des conversations entre l’éditeur et l’auteur ainsi que des interventions d’un personnage muet.

Afficher en entier
Or

Excellente découverte, merci Dipediou! ;)

Une bonne tranche de rire en dévorant cet opus.

J'ai vraiment hâte de lire les autres livres de cet auteur.

Si vous voulez passer un bon moment de détente, foncez!

Afficher en entier
Or

"L'immortalité moins six minutes" est une parodie du "seigneur des anneaux" sous la forme de fées qui se retrouvant "enquêtées jusqu'à l'os", croise régulièrement celle de nos hobbits.

Afficher en entier

Date de sortie

Quand les Dieux Buvaient, Tome 0 : L'immortalité moins six minutes

  • France : 2007-03-13 - Poche (Français)

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 10
Commentaires 3
Extraits 2
Evaluations 6
Note globale 7.33 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode