Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Queencleo : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Dans la nuit blanche et rouge Dans la nuit blanche et rouge
Jean-Michel Payet   
La couverture m'inspirait assez moyennement, et étant au fait du contexte historique (que je connaissais très très mal), je partais avec des préjugés un peu négatifs. En plus, disons le franchement, c'est un pavé. Et puis, je me suis plongée dans l'histoire, j'ai rencontré les multiples personnages (heureusement, tout se remet d'aplomb et les rôles de chacun sont fréquemment rappelés), vécu les aventures rocambolesques de l'héroïne, et je dois dire que ce livre m'a vraiment beaucoup plu ! Avec sa petite touche de fantastique qui éclaire d'un peu de merveilleux cette histoire de l'Histoire et d'amour. Je conseille !

par Sahlielle
Ennemis, tome 4 : Le sacrifice Ennemis, tome 4 : Le sacrifice
Charlie Higson   
Toujours aussi cruel mais rondement mené

Les tomes 1 et 4 sont les meilleurs selon moi. On retrouve avec plaisir le petit Sam qui cherche désespérément sa soeur, et surtout Le Kid, son fidèle allié, en grande forme, qui apporte une vraie touche de drôlerie et de fraicheur dans ce monde dévasté par les zombies. Les petits sont en grand danger et Ed va tout mettre en oeuvre pour leur venir en aide même si sa troupe de survivants semble bien affaiblie face au danger qui les menace. Aux 4 coins de Londres, les meutes d'enfants tentent toujours de se regrouper dans les monuments, pour faire front. David et sa soif de pouvoir, Jordan et son armée, Matt qui glisse peu à peu vers une dangereuse folie... Encore une fois la bande de Maxie et Blue, manque cruellement à ce tome mais les évènement s'enchainent à un tel rythme qu'ils ne nous laissent aucun répit. Shadowman en vengeur solitaire, est omniprésent dans ce tome, on s'attache beaucoup à lui. Vivement le tome 5.

Or : 7,8/10
Folktales, Tome 1 : Belle Folktales, Tome 1 : Belle
Robin McKinley   
"Chaque soir, avant de me saluer, la Bête réitérait sa demande :
- Belle, voulez-vous m'épouser?"

Pour tout dire, mes seules connaissances quand au conte de fées de La Belle et la Bête, c'est (comme beaucoup je pense) via le chef d'oeuvre de Walt Disney. C'est donc avec cette unique base que je me suis plongé dans cette version romancé de Robin McKinley.
L'un des coté vraiment positif de ce récit, c'est très certainement le choix d'avoir écrit ce roman à la première personne. Rarement ce choix ne m'a semblé aussi judicieux: il nous permet de bien mieux appréhender les sentiments de Belle et son évolution quand à sa relation avec la Bête. Le "Je t'aime" de Belle envers la Bête prenant alors une tout autre dimension.
Niveau histoire, j'avoue avoir été un peu surpris par l'absence de noirceur du récit. La version de Robin Mc Kinley reste presque tout autant édulcoré que le film de Walt Disney avec un univers tout aussi enchanteur (voir plus). Il ne s'agit pas vraiment d'une critique mais il est vrai que je m'étais attendu à une version plus adulte, plus noir... alors que l'on reste très Conte de Fées. Autre détail, j'ai beaucoup apprécié le premier quart du livre qui nous dépeins avec brio la vie et les déboires de la famille de Belle bien avant sa rencontre avec la Bête.
Si je devais émettre des déceptions envers le roman, ce serait envers les dernières pages du récits qui manque de "coups d'éclats" et d'envergure pour finir le récit avec brios. D'autant que la toute fin semble précipité plus que de raison. Mais cela ne gâche en rien le plaisir que j'ai eu à lire ce roman, Robin McKinley réussissant à adapté avec brios l'une des plus belles métaphores de Contes de Fées et dont l'unique défaut sera le nombre de pages irrémédiablement trop courts.
Pour finir, un grand merci à l'éditeur Mnémos qui nous offre un bel ouvrage avec une magnifique illustration d'Alain Brion en guise de couverture.

par Caly
La 5e Vague, Tome 1 La 5e Vague, Tome 1
Rick Yancey   
http://wandering-world.skyrock.com/3160457430-La-5e-Vague-Tome-1-La-5e-Vague.html

Véritable coup de cœur et coup au cœur, LA 5e VAGUE est une lecture qui vous marque et qui vous blesse. Qui laisse des bleus et des blessures sur votre peau. Qui vous laisse un drôle de goût dans la bouche et qui vous transperce. Ce roman mérite amplement tout le succès qui lui est annoncé, et toutes les excellentes critiques qu'il a reçu. Il y a tellement de perfection dans ce récit. Les héros m'ont bouleversé, leur histoire de survie m'a ému au possible, les mots - fragiles, coupants, grisants et poignants - de l'auteur m'ont renversé. Tout, absolument tout, dans ce livre, est maîtrisé. Tout est mis en place pour nous fracasser, pour nous dévorer, pour faire exploser la moindre de nos particules parmi les milliards de milliards que nous possédons. LA 5e VAGUE est un roman destructeur, perdu entre survie et courage, entre lumière et ténèbres, entre espoir et abandon, qui pulvérise nos convictions et nos émotions.
Voyez-vous, je vais avoir un mal fou à retranscrire mon avis sur cette lecture palpitante. Il y a tant de choses à dire, tant de choses à découvrir, tant de choses à vivre. LA 5e VAGUE nous plonge au cœur d'un monde dévasté suite à l'Arrivée des Autres, des extraterrestres qui observent l'Humanité depuis des milliers d'années et qui veulent infester la Terre. L'histoire aurait pu rester banale et nous livrer tout simplement la réaction de chaque personne face à ce désastre, sauf que ce n'est pas absolument pas le cas, et ce grâce aux héros fascinants que nous rencontrons. Tout d'abord, il y a Cassie - Cassiopée -, son frère, Sammy, et leur père. Dès les premières pages, je me suis lié d'une manière indescriptible à l'héroïne. A la fois courageuse, déterminée, forte, pragmatique et époustouflante, elle mène le récit d'une voix brillante et exceptionnelle. La moindre de ses pensées m'a plu, la moindre de ses émotions m'a coupé le souffle, le moindre de ses choix m'a subjugué. Le truc, c'est qu'elle paraît réelle au possible, avec son humanité presque palpable. Cassie est là. Elle existe. Elle est avec nous et nous livre son histoire. C'était tout simplement dingue. J'avais réellement l'impression qu'elle me parlait, et non pas que je lisais des mots sur une page blanche. Surtout qu'en plus de cela, Cassie est drôle. Très, très drôle. Il m'en faut déjà beaucoup pour rire en lisant un roman, mais alors éclater de rire tout en dévorant une histoire de fin du monde, ça relève du miracle. Cassie m'a fait pleurer, m'a fait frissonner, m'a fait réfléchir et m'a complètement fait craquer. C'est fou ♥ Ajoutez à cela la relation époustouflante qu'elle entretient avec sa famille, et c'est la cerise sur le gâteau. J'ai été totalement dévasté par le lien qui unit Sammy et Cassie. Purée !!! L'amour fraternel qui les relie m'a touché au possible. Ce désir qu'il possède l'un et l'autre de se rassurer, de se protéger, de se dire que tout va bien aller est tellement poignant, tellement douloureux, tellement bouleversant ♥
Et puis d'un autre côté, nous avons Ben et Ringer, ainsi que d'autres enfants qui doivent eux aussi affronter le chaos omniprésent. Leur histoire, comme celle de Sammy et de Cassie, m'a totalement brisé. La folie, la mort, les prises de conscience destructrices et les décisions cornéliennes sont monnaie courante à leurs côtés. Exactement comme pour Cassie et son frère, l'auteur met tout en place pour que nous nous liions avec force et intensité à ces personnages. Eux aussi, ils étaient avec moi. En face de moi, à me chuchoter leurs peurs, leurs échecs, leurs vies d'Avant et leurs désirs. C'est un truc de fou. Vraiment. J'ai également pleuré à cause de Ringer et Ben, à cause de leur histoire si émouvante et bouleversante. A cause de leurs échecs, de leurs espoirs perdus, et de leurs nouvelles tentatives pour survivre.
Le truc, c'est que Rick Yancey nous offre un récit PARFAIT à tous les niveaux. Déjà, les personnages ne possèdent aucun défaut. Mais en plus, il les dote d'une psychologie maîtrisée à merveille. Tout ce qu'ils vont traverser va les pousser dans leurs ultimes retranchements. A qui vont-ils pouvoir faire confiance ? Peuvent-ils accepter la main qui se tend devant eux ? Et s'il n'y avait plus aucune chance de sauver l'humanité ? Ne devraient-ils pas plutôt tout abandonner ? Autant de questions qui les accablent et les hantent. J'ai complètement craqué pour cet aspect du roman. Nous assistons avec peine et chagrin à la descente aux enfers de chacun de ces héros en or. Et ça fait mal. Physiquement mal. Cassie, Sammy, Ringer et Ben nous paraissent tellement réels que chaque épreuve qui se dresse sur leur chemin est une épreuve à laquelle nous sommes - nous, lecteurs - confrontés également. On souffre avec eux, on baisse les bras avec eux, on se relève avec eux.
Je crois que cette impression de réalité qui perdure tout au long de l'histoire provient de la plume de Rick Yancey. Cet auteur possède le don de rendre chacune de ses descriptions ultra fluide, ultra visuelle, ultra réaliste. On y est, tout simplement. Il maîtrise son écriture à la perfection. Surtout qu'en plus de ces passages juste extraordinaires, il confère à son roman des "phrases coup de poing". Vous savez, le genre de phrases qui sort d'on ne sait pas où et qui vous pousse à poser le roman pendant cinq minutes avant de le reprendre. Avec Rick Yancey, les mots deviennent aussi coupants qu'un couteau, aussi mortels qu'une arme à feu, aussi brûlants que des sentiments naissants et aussi envoûtants qu'un nouvel espoir. L'auteur parvient en plus à offrir à son récit des éclats de lumière, alors que tout semble définitivement perdu. Et ça, c'est tout simplement magique ♥ J'ai adoré le fait que tout ne soit peut-être pas désespéré. Il reste peut-être des survivants ailleurs. Ou peut-être pas. Peut-être que le monde est complètement foutu et que nos héros sont les derniers survivants. Autant de réflexions qui nous gardent en haleine et impatients de lire la suite.
C'est d'ailleurs grâce à cela et aux excellents rebondissements que j'ai avalé les 600 pages de LA 5e VAGUE en deux jours. Les rebondissements... Halalala ♥ Il n'y jamais de temps morts, de silences, de moments pendant lesquels nous pouvons reprendre notre souffle. Ça n'a jamais été si bon de suffoquer. Ça n'a jamais été si bon de se ronger les ongles jusqu'au sang. Ça n'a jamais été si bon d'imploser et de perdre la notion du temps. Rick Yancey nous offre révélations sur révélations, bouleversements énormes sur bouleversements énormes, retournements de situations destructeurs sur retournements de situations desctructeurs. Tout est parfait. Tout est cohérent. Tout est logique. Toutes nos questions trouvent leurs réponses. Et j'ai adoré ça.
Trop rapidement, nous touchons à la conclusion du livre. Enfin, seulement après vécus une véritable explosion de sensations contradictoires et d'émotions à la fois brûlantes et annihilantes. La dernière partie du roman s'avale d'une seule traite tant les surprises s'enchaînent. La fin en elle-même me plaît beaucoup, puisque ce n'est pas un cliffhanger aussi terrible que celui auquel je m'attendais. L'auteur maîtrise réellement son histoire d'un bout à l'autre de celle-ci. Les grandes interrogations trouvent leurs réponses, et, en même temps, quelques pistes - excellentes - pour le tome 2 voient le jour. Tout est parfait. La dernière page est déchirante, pleine de promesses, d'espoirs perdus, d'instants volés, de regrets et de lumière. Même avec plus de 600 pages, j'en redemande. Jamais je ne pourrai attendre une année entière avant de lire la suite !!!
En conclusion, LA 5e VAGUE est un roman sur lequel il faudra vous jeter dès que vous l'apercevrez en librairie. C'est une lecture fracassante, enivrante, qui nous met le cœur en miettes. Les personnages sont parfaits, l'intrigue est parfaite, l'écriture de l'auteur est parfaite, l'ambiance est parfaite, la conclusion est parfaite. Tout m'a conquis. Tout, vraiment, vraiment, vraiment tout. La Collection R nous offre, une nouvelle fois, une lecture hors-normes et exceptionnelle. LA 5e VAGUE est un énorme coup de cœur, une véritable bombe qui nous crible d'éclats d'horreur et de tristesse, de désirs et d'espoirs, de perfection et de leçons de survie, à ne manquer sous aucun prétexte.

par Jordan
Pégase, Tome 1 : Pégase et la flamme de l'Olympe Pégase, Tome 1 : Pégase et la flamme de l'Olympe
Kate O'Hearn   
Une magnifique histoire, de très bonnes descriptions, bref, un merveilleux roman qui mérite d'être plus connu.

par Hurane
Le destin d'une déesse, Tome 1 : Le Manoir des Immortels Le destin d'une déesse, Tome 1 : Le Manoir des Immortels
Aimée Carter   
http://wandering-world.skyrock.com/3091115787-The-Goddess-Test-Tome-1-The-Goddess-Test.html

Une lecture rafraîchissante. Une petite bulle d'oxygène. Un roman vraiment divertissant et prenant. Voilà ce que je retiendrai de The Goddess Test ! J'ai beaucoup aimé cet ouvrage ! Et pour une fois qu'un livre qui traite de la mythologie grecque me plaît ( en dehors de Starcrossed ), je dois bien avouer que je suis enchanté ! Surtout qu'après ma déception avec Abandon de Meg Cabot, j'avais très peur d'aborder le mythe de Perséphone ! Mais mes craintes ont vite été oubliées grâce à Aimée Carter et sa plume véritablement légère et passionnante.
Nous rencontrons ici Katherine Winters, surnommée Kate, personnage déchiré et mature, auquel on s'attache et s'identifie sans aucun mal. La mère de Kate est mourante, et sa maladie étant sur le point de l'emporter, elle va demander à sa fille de la conduire dans la ville d'Eden, lieu où elle pourra se reposer jusqu'à ce que vienne son dernier jour. Débute alors pour Kate une vie difficile et angoissante : elle ne possède ni ami ni connaissance à laquelle se raccrocher. C'est une toute nouvelle existence qui s'ouvre à elle, et elle promet d'être triste à souhait. Sauf que rien ne va se passer comme prévu.
Kate va très rapidement faire la rencontre de protagonistes tout aussi étranges que vifs et pétillants. Ava, James, Dylan et... Henry. Ce qui est bien avec ce livre, c'est que les rebondissements débutent à la première page et continuent jusqu'à la fin de l'intrigue, sans jamais connaître de baisse de régime. Le récit est réellement haletant et saisissant grâce à cet atout. Mais, ce qui va rendre l'histoire vraiment fascinante, c'est justement la façon dont Kate va rencontrer Henry.
En effet, la première fois qu'elle va lui parler aura lieu... Après l'atroce suicide d'Ava. Étrange, n'est-ce pas ? Mais le pire est à venir ! Henry serait en fait Hadès, le dieu des Enfers. Et il serait capable de sauver l'amie de Kate, ensanglantée et morte sous ses yeux. Il va lui redonner la vie, et, en échange, Kate va devoir vivre avec lui dans le Manoir des Immortels durant l'automne. Sauf qu'elle va également demander à Henry de lui accorder plus de temps pour profiter de sa mère. Ainsi, ce n'est pas une saison que Kate va devoir passer avec Henry, mais deux. Six mois coupée du monde. De la vie réelle. Des vivants.
Car le Manoir va se révéler un lieu à mi-chemin entre le monde des personnes en vie et celles décédées. Un lieu que Kate va devoir apprendre à connaître et auquel s'adapter. Et où elle va être confrontée à sept tests durant son séjour. C'est ce qu'elle doit faire en échange de quelques mois de plus avec sa mère. Ça... Et croire au fait qu'elle vit au Manoir entourée de Dieux grecs. Et là, ouaw ! J'ai littéralement été aspiré par l'histoire qu'Aimée Carter nous offre. Elle reprend et réinvente les mythes et légendes avec brio ! Comme vous le savez, j'étais un peu réticent... Hé bien l'auteure est parvenue à énormément me séduire de part sa plume et la manière dont elle a réécrit la mythologie ! C'était fabuleux de découvrir, en même temps que Kate, les secrets des Dieux et leurs histoires. A contrario, même si je ne suis pas un professionnel des récits ayant lieu pendant cette période, je suis sûr que madame Carter n'a pas utilisé les vraies bases des mythes pour son histoire. Ainsi, ne vous attendez pas à découvrir les faits véridiques de chaque légende. On plonge vraiment dans un univers purement inventé, qui m'a complètement subjugué.
Niveau romance, Kate et Henry ont le don pour nous toucher et nous émouvoir. La naissance de leur histoire est maîtrisée à la perfection. Leurs sentiments ne sont ni précipités ni brusqués. Le fait qu'ils soit tous deux des personnages humains au possible et profonds, qu'ils possèdent leurs propres failles et leurs défauts, rend la création de leur amour vraiment indescriptible. Tout est délicat, doux, et, étonnement, inattendu. Car leur relation ne va pas facilement voir le jour. C'est d'ailleurs une chose que j'ai beaucoup aimé dans The Goddess Test. Cette fois, les héros ne succombent pas l'un à l'autre en un claquement de doigt. Aimée Carter a su nous servir une belle romance possédant une intense impression de réalité.
Bizarrement, malgré les excellents points du livre ( la relation entre Kate et sa mère, celle avec Henry, la superbe mise en place des tests et la description de la vie de notre héroïne au Manoir ), il m'a manqué ce petit quelque chose qui fait qu'on adore un ouvrage. Voilà pourquoi je l'ai trouvé plaisant mais pas extraordinaire. Un poil trop prévisible ? Car même si les rebondissements se succèdent, j'en avais flairé certains de loin. Puis il y a tout de même quelques longueurs. Mais, attention, rien qui ne nous donne pas envie de continuer à lire ce beau petit livre.
En résumé, The Goddess se révèle entre un roman agréable et fluide qui, malgré quelques petits bémols de-ci de-là, se lit rapidement et nous permet de faire la connaissance de protagonistes attrayants et attachants. On voit à quel point Kate est dévouée à sa famille, ses décisions et ses choix à chaque étape du livre, ce qui m'a énormément plu. C'est un personnage réellement passionnant, qui ne peut que nous prendre aux tripes. L'histoire mise en place, saupoudrée d'une intéressante mythologie et d'une atmosphère ensorcelante, est véritablement excitante ! Une fois ancrés dans ce récit, difficile pour nous d'en sortir ! La fin du livre m'a beaucoup plu, et j'ai hâte de connaître la suite des aventures de Kate ! Au final, The Goddess Test est une lecture bien sympathique que je vous conseille de découvrir.

par Jordan
L'Etoile d'Elnakin, Tome 1 : Le dragon du fleuve L'Etoile d'Elnakin, Tome 1 : Le dragon du fleuve
Florence Hinckel   
un roman génial, une belle histoire avec un monde appart mais ce n'est pas pour autant un livre exceptionnelle ni extraordinaire, c'est juste une belle histoire, normale
La Trilogie des Joyaux Noirs, Tome 3 : Reine des Ténèbres La Trilogie des Joyaux Noirs, Tome 3 : Reine des Ténèbres
Anne Bishop   
Dernier tome (bah, oui le tome 3 d'une trilogie, c'est toujours le dernier...)
Ce tome se conclu bien, tout est dit, le lecteur n'est donc pas frustré en tournant la dernière page.... enfin, pas frustré... On l'est toujours un peu en quittant un ouvrage de qualité !
De l'action, des manipulations politiques, une touche d'humour dans un univers très glauque... Le parfait cocktail !
Un quatrième tome aurait été de mauvais goût car ce qui devait être exploité l'a été, une suite aurait pu en faire souffrir la série (redondance, exploitation d'éléments secondaires...)
A lire !




par Lilwen
Comment sauver un Vampire amoureux Comment sauver un Vampire amoureux
Beth Fantaskey   
Attention tout le monde, ne pas commencer ce livre si vous n'avez pas de temps devant vous, car une fois entamé, on ne le lâche pas !
Je viens de finir ce deuxième tome et il fait bien honneur au premier mais dans un style assez différent. Jessica (alias Anastasia) doit devenir une reine et j'ai adoré son évolution au cours du tome.
Et on a une nouvelle narratrice : Mindy ! On en apprend beaucoup plus sur elle et je l'ai adoré, tout comme Raniero, ce crétin de vampire italien !
Bref à acheter, dévorer et relire !
Seuls au monde Seuls au monde
Emmy Laybourne   
Non mais c'est quoi cette couverture? Je dois dire que si le résumé ne m'avait pas autant intriguée, je ne me serais même pas arrêtée devant ce livre ! L'idée est pas mal mais ces dessins 3D sont étranges, bref j'aime pas du tout ! Mais comme on dit si bien "c'est l'intérieur qui compte" et l'intérieur lui est bien mieux, pas autant que je me l'imaginais mais vraiment bien quand même.

Cette histoire de dérèglement climatique et de ses conséquences est à la fois prenante et stressante mais surtout très énigmatique. On se retrouve enfermé avec les personnages, ne sachant rien de ce qui se passe à l'extérieur, on a très peu de réponse et j'espère que les prochains tomes sauront y répondre car j'adorerai voir ce côté exploré.

Ce premier tome est donc concentré sur le huis clos de ses jeunes âgés de 3 à 18 ans. Et je dois dire que dans ce scénario apocalyptique ils ont quand même la chance d'être enfermés dans un supermarché ! Non seulement c'est un endroit solide et sure mais en plus il contient absolument tout le nécessaire à leur survie (nourritures, eau, électricité, vêtements etc.)
On ressent malgré tout leur mal être, l'horreur d'être coupé de tout, que se soit de leurs proches mais aussi des nouvelles de dehors, coincé en plus avec des personnes qu'ils n'apprécient pas forcément, sans savoir combien de temps ça durera et quelle en sera l'issue. De quoi perdre pied.
On va les voir s'adapter, passant par de nombreuses erreurs, testant leur capacité, évoluant tant dans leurs caractères individuels que dans un esprit plus collectif. J'ai trouvé ça vraiment intéressant, mais malheureusement je n'arrivais à m'attacher à aucun d'entre eux, déjà j'ai prit un long moment avant d'arrêter de tous les confondre et puis il me manquait un petit truc: les émotions. Hormis pour le contexte et l'ambiance qui m'ont captivé, je suis restée extérieure aux personnages.
Heureusement la fin rattrape tout ! Elle est grandiose, ou plutôt horrible, mais disons que dans les dernières chapitre j'ai eu mon déclic, je me suis enfin inquiétée, j'ai enfin été attendrie, meurtrie par certains sorts et décisions. Je lirai donc la suite avec plaisir et impatience.

http://regina-falange.skyrock.com/703491560-Seuls-au-monde-Emmy-Laybourne.html