Livres
554 910
Membres
600 176

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par FreedomPasta 2017-12-04T20:41:54+01:00

"I don't know why it's so hard for people to admit that sometimes they're just assholes who screw up because they don't expect to get caught."

Afficher en entier
Extrait ajouté par emmadsts 2019-05-04T21:16:47+02:00

BRONWYN

Alors je me lance, et, tout de suite, je sens que quelque chose a changé. Mon jeu est plus délié qu'avant et j'ai moins de mal dans les passages difficiles. Pendant quelques minutes, j'oublie que je ne suis pas seule dans la pièce et je savoure la fluidité des notes sur lesquelles j'accroche d'habitude. Même le crescendo... Je ne l'attaque pas aussi énergiquement que je le devrais, mais j'ai gagné en rapidité et en assurance, et je ne fais pas une seule fausse note. Quand j'ai finis, j'adresse un sourire triomphant à Maeve, et c'est seulement en voyant son regard se poser sur Nate que je me souviens qu'il est là aussi.

Il est adossé à la bibliothèque, les bras croisés et, pour la première fois, il n'a pas l'air de s'ennuyer, ni de se moquer de moi.

-C'est la plus belle chose que j'aie jamais entendue, me dit-il.

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2019-01-30T16:47:10+01:00

Une sextape. Une grossesse. Deux tricheries aux exams. Et ce ne sont que les alertes de la semaine. Quiconque ne connaîtrait le lycée de Bayview que par l'appli à scandale de Simon Kelleher pourrait se demander comment ses élèves trouvent le temps d'aller en cours.

Afficher en entier
Extrait ajouté par EsaLine 2020-09-02T12:49:05+02:00

(Nate)

-- Cooper n'est pas un tueur.

Bronwyn paraît sûre d'elle. Je ne sais pas pourquoi mais ça m'énerve.

-- Tu sais ça comment ? Tellement vous êtes intimes ? Sois honnête, Bronwyn, on ne se connaît pas vraiment les uns les autres. Tiens même toi, tu pourrais être la coupable ! Tu es bien assez intelligente pour mettre au point un truc aussi tordu et éviter de te faire prendre ensuite.

Je plaisante mais elle s'est raidie.

-- Comment tu peux dire un truc pareil?

Elle rougit, prenant cet air enflammé qui me trouble toujours. "Tu seras surpris, un jour, de voir comme elle sera devenue jolie", disait ma mère en me parlant d'elle, autrefois.

-- C'est bien ce que dit Eli non ? "Tout est possible". Si ça se trouve, tu m'as amené ici pour me briser le cou en me jetant en bas de ce rocher.

-- C'est toi qui m' as amené ici, me signale-t-elle.

Elle écarquille les yeux tout à coup, et j'éclate de rire.

-- Oh, arrête, dis-je. C'est tout juste si on est sur une pente ! Avec ce genre de plan machiavélique, j'aurais éventuellement une chance de te coller une entorse.

-- Ce n'est pas drôle, m'assure-t-elle, bien qu'un sourire lui étire les lèvres.

La lumière de la l'après-midi la fait rayonner, jetant de l'or dan ses cheveux bruns, et, l'espace d'un instant, j'ai du mal à respirer.

C'est de la folie, cette fille...

Afficher en entier
Extrait ajouté par Mathieu-39 2020-04-22T21:08:24+02:00

Cooper

Samedi 6 octobre, 21h20

Dans un coin, Vanessa essaie de tripoter Nate, qui inspecte la salle avec l'air du gars qui n'en a rien à cirer. Si Vanessa était un mec, il y aurait déjà eu des plaintes pour harcèlement.

Afficher en entier
Extrait ajouté par rogelinou 2019-07-29T21:25:03+02:00

Chapitre 1

Bronwyn

Lundi 24 septembre, 14 h 55

Une sextape. Une grossesse. Deux tricheries aux exams. Et ce ne sont que les alertes de la semaine. Quiconque ne connaîtrait le lycée de Bayview que par l’appli à scandale de Simon Kelleher pourrait se demander comment ses élèves trouvent le temps d’aller en cours.

– C’est dépassé, tout ça, Bronwyn, dit une voix derrière mon épaule. Attends un peu de voir le post de demain.

Oups… J’ai horreur de me faire prendre en train de lire Askip, encore plus par son fondateur. Je range mon portable et je rétorque en refermant mon casier :

– Tu vas flinguer la vie de qui, cette fois ?

Simon cale son pas sur le mien tandis que je fends le flot des élèves qui se dirigent vers la sortie.

– C’est un service d’intérêt public, me réplique-t-il en chassant ma critique d’un geste de la main. Tu donnes bien des cours particuliers à Regis Crawley ? Ça ne t’intéresse pas de savoir qu’il a une caméra cachée dans sa chambre ?

Je ne me fatigue pas à répondre. La probabilité que je m’approche de la chambre de Regis la Défonce est à peu près aussi nulle que celle de voir Simon assailli par les scrupules.

– De toute façon, c’est leur faute : si les gens n’étaient pas des tricheurs et des menteurs, j’aurais déjà mis la clé sous la porte.

Ses yeux d’un bleu froid notent que mes pas s’allongent.

– Tu vas où comme ça ? Te couvrir de gloire extrascolaire ?

– Pas vraiment.

Si seulement. Comme pour me narguer, une alerte s’affiche sur mon portable. Entraînement Défi de maths. 15 h Epoch Coffee. Suivi d’un message de l’une de mes équipières : « Evan est là. »

Évidemment. Le Matheux Canon – non, ce n’est pas un oxymore – a l’art de se pointer uniquement quand moi, je ne peux pas y être.

En règle générale, et encore plus ces derniers temps, je m’efforce de ne lâcher à Simon que le strict minimum. Au bout du couloir, on pousse les portes en métal vert de la cage d’escalier, qui marque la frontière entre les locaux d’origine miteux et la nouvelle aile, lumineuse et aérée. Tous les ans, de nouvelles familles riches dépassées par le coût de la vie à San Diego viennent s’installer vingt-cinq kilomètres à l’est, à Bayview, dans l’espoir que leurs impôts paieront à leurs enfants un environnement scolaire plus sympa que les plafonds en béton et les sols en lino lacéré.

Quand j’arrive au labo de M. Avery au deuxième étage, Simon est toujours sur mes talons. Je me tourne à demi vers lui, les bras croisés.

– T’as pas un truc à faire, toi ?

– Si, si. Je suis collé.

Il attend que je me remette en marche, et éclate de rire en me voyant tourner la poignée de la porte.

– Sérieux, toi aussi ? Pour quel délit ?

Je marmonne en ouvrant la porte en grand :

– J’ai été accusée à tort.

Il y a déjà trois élèves dans la salle. Dont deux que je ne me serais pas attendue à trouver ici. Je m’arrête.

Afficher en entier
Extrait ajouté par lecrtice008 2018-09-20T05:28:57+02:00

Je ne sais pas pourquoi les gens ont tant de mal à admettre qu'il leur est arrivé de déconner parce qu'ils n'imaginaient pas qu'ils pouvaient se faire choper.

-Nate

Afficher en entier
Extrait ajouté par LeschroniquesdeMathilde 2018-09-09T14:38:55+02:00

C'est une histoire incroyable : quatre lycéens en vue, plutôt séduisants, tous soumis à une enquête pour meurtre. Et aucun n'est ce qu'il semble être.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lolosup 2021-05-16T00:27:09+02:00

Il y en a, de la paperasse, quand on sort de taule pour un crime qu'on n'a pas commis. New York, police judiciaire ne montre jamais combien de formulaires il faut remplir avant de regagner le monde.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lili5 2021-01-28T15:12:46+01:00

"Il faut souvent que les choses s'agravent avant de s'arranger"

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode