Livres
626 197
Membres
733 691

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Radium Girls, Tome 1 : L’Affaire des cinq condamnées à mort



Résumé

Découvrez l’histoire des Radium Girls, le scandale sanitaire qui a secoué l’Amérique des années 20 et 30…

Au printemps 1917, la United States Radium Corporation recrute en masse de très jeunes filles comme ouvrières peintres de cadrans de montres à destination de l’armée. Elles utilisent une invention révolutionnaire, la peinture Undark, à base de radium, qui permet aux chiffres de briller dans le noir. Quelques années plus tard, ces femmes développent d’étranges et effrayantes maladies… Les médecins n’y comprennent rien et US Radium nie farouchement toute responsabilité.

Qui osera demander des comptes à l’une des plus puissantes firmes du New Jersey?

Cinq femmes décident d’unir leurs efforts pour comprendre et réclamer justice. Entre enquête, mensonges et tâtonnements scientifiques, une invraisemblable bataille judiciaire commence…

Basé sur une histoire vraie, Radium Girls – 1. L’Affaire des Cinq Condamnées à mort raconte l’histoire de Grace, Kathy, Quinta, Albina et Edna, et leur incroyable combat…

Afficher en entier

Classement en biblio - 9 lecteurs

extrait

Il fit un signe et les ouvriers entreprirent d'ôter la partie supérieure de la boite. (...) Un mystérieux halo verdâtre émanait de sa peau abîmée, atténuant l'effet de décomposition global du cadavre. Son front était intact, mais le reste du visage n'était qu'un trou béant, comme si la pourriture qui grignotait ses mâchoires de son vivant avait gagné les joues jusqu'aux yeux.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Diamant

En découvrant le résumé de ce roman historique sur Simplement Pro, j'ai immédiatement senti que je ne pourrais pas passer à côté. L'auteure française y relate l'histoire vraie des Radiums Girls. Elle n'épargne rien au lecteur, suit une chronologie parfaite et ajoute une touche d'humanité aux faits scientifiques. Je remercie encore une fois Anne-Sophie Nédélec pour l'envoi de son livre et sa confiance, mais surtout pour avoir mis en valeur ces femmes formidables et m'avoir fait passer par toutes les émotions possibles à travers ses mots.

Alors que les États-Unis s'apprêtent à participer à la Première Guerre mondiale, un scientifique ukrainien met au point une peinture lumineuse à base de radium baptisée "undark". le jeune entrepreneur fonde son atelier de peinture sur montres (qui brillent dès lors dans le noir) et emploie des centaines de jeunes femmes. Quelques années plus tard, celles-ci commencent à présenter des symptômes aussi éloignés qu'inquiétants : anémie, douleurs dans le dos et les pieds, nécroses, infections... Celles qui n'en meurent pas consultent divers médecins dont le verdict ne tarde pas à tomber : empoisonnement au radium.

Autant vous le dire, j'ai eu un gros coup de cœur pour ce roman historique si bien écrit. Les indications spatio-temporelles en début de chapitres permettent au lecteur de suivre la chronologie parfaitement copiée de l'histoire réelle. J'ai d'ailleurs pu vérifier sur Internet les nombreux faits et la présence de personnages emblématiques. En outre, j'ai particulièrement été touchée par le sort des cinq condamnées à mort. Dans leurs malheurs, elles gardent dignité et espoir, comportement peu commun et terriblement attachant. En revanche, j'ai été totalement révoltée face au sexisme de l'époque et au manque de considération accordé à ces femmes aux abois. La société entière a commencé par les rejeter avant, petit à petit, de s'intéresser à leur sort. Néanmoins, en attendant ce revirement de situation, de nombreuses ouvrières sont mortes seules et indignement. Enfin, la vulgarisation scientifique m'a aidée à comprendre les faits et le changement de points de vue à suivre l'histoire dans son ensemble. Petit bémol : j'ai trouvé quelques erreurs dans la forme, mais vraiment très peu.

En conclusion, j'ai adoré ce récit singulier qui m'a tant appris. Je pense qu'il s'agit d'une lecture à mettre entre toutes les mains et vous le recommande sans aucun doute !!

Pour plus d'informations et de chroniques :

https://www.shanaslibrary.com/post/anne-sophie-n%C3%A9d%C3%A9lec-radium-girls-l-affaire-des-cinq-condamn%C3%A9es-%C3%A0-mort

Afficher en entier
Bronze

Un bon roman historique à l'écriture immersive qui nous plonge dans l'enquête menée autour de maladies étranges développées par des femmes ayant travaillé à la peinture de montre au radium.

On a de multiple points de vue, ce qui permet de bien en appréhender les tenants et les aboutissants de l'affaire, mais je n'ai du coup pas pu m'attacher aux personnages.

Lien de la chronique complète sur le blog : http://voyages-sur-un-mot.eklablog.fr/radium-girls-tome-1-l-affaire-des-cinq-condamnees-a-mort-d-anne-sophie-a209982158

Afficher en entier
Diamant

Voilà un très beau roman, bien construit et, qui plus est, raconte des faits réels. Nous connaissons tous Marie Curie. Mais l’histoire de l’empoisonnement par le radium des ouvrières au début du siècle dernier aux États-Unis est largement méconnue. Pauvre Marie Curie, si elle avait su l’emploi qui a été fait de ses découvertes, nul doute qu’elle se serait battue pour la justice.

Je ne vais pas spoiler l’histoire. Mais pourquoi faut-il qu’elle se répète toujours ? Allez voir le film d’Erin Brockovich sur la pollution par le chrome des eaux potables contre la société Pacific Gas. Pensez aux scandales de l’amiante, aux combats de patients et chercheurs contre certains laboratoires pharmaceutiques tous puissants, à certains désherbants aux effets si nocifs. C’est toujours et encore la même histoire… Combien de vies gâchées face aux intérêts économiques de trop puissants.

Radium Girls est un combat et un hommage. Merci Anne-Sophie NEDELEC d’avoir sorti cette histoire de l’oubli. Radium Girls est un combat et un hommage.

Merci Anne-Sophie NEDELEC d’avoir sorti cette histoire de l’oubli. Je découvre d'ailleurs que, outre autrice de romans et de pièces de théâtre, vous êtes également actrice, j’aimerais bien aller découvrir cette pièce sur scène un jour. Bravo.

Afficher en entier

Doublon

Autre page ici :

https://booknode.com/l_affaire_des_cinq_condamnees_a_mort_radium_girls_tome_1_03368118

Afficher en entier
Diamant

Un nouveau coup de cœur pour 2021 ! Cette histoire est d’autant plus touchante car il s’avère qu’elle est vraie.

Je suis évidemment sûre que la plupart des personnes lisant mon avis n’en ont jamais entendu parler. Il y a une immense recherche de l’auteure sur l’atrocité et la malhonnêteté des industries.

Un jeune scientifique Ukrainien ayant fait ses premiers pas aux côtés de Pierre et Marie Curie, consacré à la découverte du radium, va developper son entreprise en Amérique, au tout début de la Guerre grâce à des montres à cadrans phosphorescentes.

Peintes par des jeunes filles payées aux quotas des montres effectuées, et donc s’efforçant d’avoir une méthode peu commune.

Tout au long de l’enquête, sur ce que le radium a déclenché chez ses femmes, j’ai été bouleversée, ce fut horrible de constater que l’humain peut être aussi avide d’argent, au malheur de la santé de l’employé.

Une magnifique lecture que je recommande, car on en apprend beaucoup historiquement et il est surprenant.

Afficher en entier
Or

Ce livre me tentait beaucoup et l'autrice a eu la gentillesse de me l'envoyer en numérique.

Et je n'ai pas été déçue.

Ce roman est basé sur une histoire vraie, celle de ces ouvrières dans une usine de cadrans de montres phosphorescents qui tombent malades après avoir été exposées au radium. Ce roman nous permet de découvrir cet évènement qui est globalement méconnu je trouve et on apprend également de nombreuses choses sur le radium et ses effets néfastes. J’ai beaucoup aimé cet aspect historico-scientifique.

Le lecteur assiste également au combat que mèneront certaines de ces ouvrières pour que la société soit reconnue responsable d’empoisonnement industriel. Un combat difficile. Cela m’a fait penser à Erin Brockovich.

J’ai également apprécié que l’autrice aborde dans son roman le manque de reconnaissance des femmes scientifiques, de cette ‘suprématie’ masculine.

De plus, je pense que ce roman peut toucher un large public de par son écriture fluide, riche et compréhensible. J'ai également beaucoup apprécié que pour chaque chapitre, on précise la date et le lieu. Cela permet au lecteur de suivre l'évolution de l'affaire.

Un très bon roman que je recommande vivement.

Afficher en entier
Or

Voilà le troisième roman de Anne-sophie Nedelec, troisième que je lis. Quand on aime hein...

Cette histoire est tirée d'un fait réel, c'est raconté comme un roman et j'adore ça, même si ça me fait désespérer de l'humanité.

On se rend compte combien trop souvent les intérêts financiers priment sur la santé, sur la vie.

C'est là la lutte du pot de terre contre le pot de fer, l'Histoire est jalonnée de ce genre de scandales révoltants.

La prévalence de l'argent tout-puissant sur la vie, perdure hélas trop souvent depuis le début de l'industrialisation.

Des jeunes femmes embauchées en 1917 dans une usine, pour peindre au radium des cadrans de montres, vont devoir se battre contre la puissance des enjeux financiers quand elles développeront des pathologies liées à cette activité dont on ignore à peu près tous les dangers, ou que du moins on feint de les ignorer.

Ce qui commençait bien pour elles toutes, un travail très bien payé, va virer au cauchemar.

On suit le parcours de cinq des ouvrières tombées malades, dans leur vie de tous les jours, du moment de leur embauche jusqu'à la déchéance liée à la maladie.

Mais comment se défendre en ce début de XXIÈME siècle quand on est une femme, pauvre de surcroît ?

Car c'est bien connu, les femmes sont hystériques et éventuellement de petite vertu aux yeux de cette société patriarcale tenue de main de maître par les hommes absolument pas prêts à abandonner leurs prérogatives.

L'ère industrielle a été un rouleau compresseur qui a broyé sans vergogne de nombreuses vies.

Cette histoire décortique bien tout le cheminement des défenseurs de la santé, le combat qu'il a fallu mener pour dénoncer ce scandale de santé publique.

C'est aussi un livre qui nous parle de la condition féminine.

Comme les fois précédentes j'ai dévoré ce roman, happée par l'histoire dès les premières pages, car Anne-Sophie Nédélec sait captiver le lecteur par sa façon de raconter, le rythme qu'elle y apporte ainsi que le sujet choisi.

C'est toujours très vivant et passionnant.

Je suis passée par toute sorte d'émotions à cette lecture. D'abord de la sidération, puis de la compassion mêlée de douleur pour finir par de la colère !

Elle nous raconte un fait historique, et scandaleux, en y apportant les petits détails qui font la vie de tout un chacun.

C'est toujours hyper documenté, on s'y croirait !

Il ne me reste à présent qu'à attendre la suite avec impatience.

Afficher en entier
Or

Voilà le troisième roman de Anne-sophie Nedelec, troisième que je lis. Quand on aime hein...

Cette histoire est tirée d'un fait réel, c'est raconté comme un roman et j'adore ça, même si ça me fait désespérer de l'humanité.

On se rend compte combien trop souvent les intérêts financiers priment sur la santé, sur la vie.

C'est là la lutte du pot de terre contre le pot de fer, l'Histoire est jalonnée de ce genre de scandales révoltants.

La prévalence de l'argent tout-puissant sur la vie, perdure hélas trop souvent depuis le début de l'industrialisation.

Des jeunes femmes embauchées en 1917 dans une usine, pour peindre au radium des cadrans de montres, vont devoir se battre contre la puissance des enjeux financiers quand elles développeront des pathologies liées à cette activité dont on ignore à peu près tous les dangers, ou que du moins on feint de les ignorer.

Ce qui commençait bien pour elles toutes, un travail très bien payé, va virer au cauchemar.

On suit le parcours de cinq des ouvrières tombées malades, dans leur vie de tous les jours, du moment de leur embauche jusqu'à la déchéance liée à la maladie.

Mais comment se défendre en ce début de XXIÈME siècle quand on est une femme, pauvre de surcroît ?

Car c'est bien connu, les femmes sont hystériques et éventuellement de petite vertu aux yeux de cette société patriarcale tenue de main de maître par les hommes absolument pas prêts à abandonner leurs prérogatives.

L'ère industrielle a été un rouleau compresseur qui a broyé sans vergogne de nombreuses vies.

Cette histoire décortique bien tout le cheminement des défenseurs de la santé, le combat qu'il a fallu mener pour dénoncer ce scandale de santé publique.

C'est aussi un livre qui nous parle de la condition féminine.

Comme les fois précédentes j'ai dévoré ce roman, happée par l'histoire dès les premières pages, car Anne-Sophie Nédélec sait captiver le lecteur par sa façon de raconter, le rythme qu'elle y apporte ainsi que le sujet choisi.

C'est toujours très vivant et passionnant.

Je suis passée par toute sorte d'émotions à cette lecture. D'abord de la sidération, puis de la compassion mêlée de douleur pour finir par de la colère !

Elle nous raconte un fait historique, et scandaleux, en y apportant les petits détails qui font la vie de tout un chacun.

C'est toujours hyper documenté, on s'y croirait !

Il ne me reste à présent qu'à attendre la suite avec impatience.

Afficher en entier
Diamant

J’ai retrouvé le style d’Anne-Marie avec un plaisir non dissimulé. Plus je la lis et plus j’apprécie sa plume. Fluide, agréable, sans lourdeur, sans longueur. Les mots sont justes et précis. Les personnages sont presque disséqués et on a le sentiment de vraiment les connaitre.

Il est évident que l’auteure a fait un énorme travail de recherches avant de nous soumettre ce livre. Il nous donne envie d’aller un peu plus loin et de nous documenter à notre tour sur cette affaire dont je n’aurai probablement jamais eu connaissance autrement

C’est toujours un régal d’entamer un livre d’Anne-Sophie, même si cette fois l’histoire n’a rien de réjouissant.Elle se lit comme un roman, facilement, avec un sentiment de dégoût envers cette société pour laquelle le rendement était le plus important. Les petites mains étaient utiles mais facilement remplaçables…

Un livre à découvrir pour le côté « historique » mais aussi pour le style de l’auteure.

Afficher en entier

Activité récente

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 9
Commentaires 9
extraits 6
Evaluations 5
Note globale 9.4 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode