Vous utilisez un bloqueur de publicité

Cher Lecteur,

Nous avons détecté que vous utilisez un bloqueur de publicités (AdBlock) pendant votre navigation sur notre site. Bien que nous comprenions les raisons qui peuvent vous pousser à utiliser ces outils, nous tenons à préciser que notre plateforme se finance principalement grâce à des publicités.

Ces publicités, soigneusement sélectionnées, sont principalement axées sur la littérature et l'art. Elles ne sont pas intrusives et peuvent même vous offrir des opportunités intéressantes dans ces domaines. En bloquant ces publicités, vous limitez nos ressources et risquez de manquer des offres pertinentes.

Afin de pouvoir continuer à naviguer et profiter de nos contenus, nous vous demandons de bien vouloir désactiver votre bloqueur de publicités pour notre site. Cela nous permettra de continuer à vous fournir un contenu de qualité et vous de rester connecté aux dernières nouvelles et tendances de la littérature et de l'art.

Pour continuer à accéder à notre contenu, veuillez désactiver votre bloqueur de publicités et cliquer sur le bouton ci-dessous pour recharger la page.

Recharger la page

Nous vous remercions pour votre compréhension et votre soutien.

Cordialement,

L'équipe BookNode

P.S : Si vous souhaitez profiter d'une navigation sans publicité, nous vous proposons notre option Premium. Avec cette offre, vous pourrez parcourir notre contenu de manière illimitée, sans aucune publicité. Pour découvrir plus sur notre offre Premium et prendre un abonnement, cliquez ici.

Livres
720 241
Membres
1 039 619

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Radium Girls, Tome 1 : L’Affaire des cinq condamnées à mort



Résumé

Découvrez l’histoire des Radium Girls, le scandale sanitaire qui a secoué l’Amérique des années 20 et 30…

Au printemps 1917, la United States Radium Corporation recrute en masse de très jeunes filles comme ouvrières peintres de cadrans de montres à destination de l’armée. Elles utilisent une invention révolutionnaire, la peinture Undark, à base de radium, qui permet aux chiffres de briller dans le noir. Quelques années plus tard, ces femmes développent d’étranges et effrayantes maladies… Les médecins n’y comprennent rien et US Radium nie farouchement toute responsabilité.

Qui osera demander des comptes à l’une des plus puissantes firmes du New Jersey?

Cinq femmes décident d’unir leurs efforts pour comprendre et réclamer justice. Entre enquête, mensonges et tâtonnements scientifiques, une invraisemblable bataille judiciaire commence…

Basé sur une histoire vraie, Radium Girls – 1. L’Affaire des Cinq Condamnées à mort raconte l’histoire de Grace, Kathy, Quinta, Albina et Edna, et leur incroyable combat…

Afficher en entier

Classement en biblio - 13 lecteurs

extrait

Les deux hommes se dirigèrent ensuite vers le bâtiment qui contenait l’atelier de peinture sur cadrans. En pénétrant dans le vaste espace lumineux, John fut frappé par l’atmosphère studieuse qui régnait là. Une centaine de jeunes filles étaient penchées sur des cadrans de montre, pour certains minuscules, et y traçaient avec application des chiffres avec une incroyable précision. La concentration était extrême sur ces jeunes visages. Il savait que les ouvrières étaient payées à la montre ; elles avaient donc tout intérêt à ne pas relâcher la cadence. Soudain, il grimaça. Une fille venait de mettre son pinceau encore couvert de peinture jaunâtre, dans sa bouche. Puis une autre. En y regardant de près, il réalisa que toutes procédaient de cette façon. Il eut un sursaut de dégoût : ces filles passaient leur journée à manger de la peinture !

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Diamant

C'est encore toute secouée que je m'empare de mon clavier pour vous parler de ma dernière lecture.

Je ne sais pas si vous avez déjà entendu parler des Radium Girls dont il est question, mais leur histoire est d'autant plus terrible qu'elle est vraie en tous points.

C'est le 24 décembre 1905, et nous sommes dans le laboratoire de fortune de Pierre et Marie Curie, installé dans les locaux de l'École municipale de physique et de chimie industrielles de la ville de Paris.

Leurs prix, dont le Nobel, ne leur a pas permis d'être mieux lotis.

Parmi leurs étudiants, Sabin Arnold von Sochocky, jeune Ukrainien de 22 ans, n'a pas envie de rentrer dans son studio et de s'y retrouver seul. Il décline l'invitation des Curie à les rejoindre pour le réveillon, préférant rester dans le labo pour tester les propriétés du radium.

À la poudre de radium, il ajoute par hasard un peu de minéral de sulfure de zinc et soudain, le récipient s'illumine !

De base, le radium émet un léger rayonnement, mais là on parle d'un gros éclat verdâtre, très lumineux. On va dire phosphorescent.

De l'eau lumineuse, que pourrait-il bien en faire ?

N'arrivant pas à lire l'heure sur sa montre-gousset, il en approche l'éprouvette et se dit que ce serait bien pratique que le cadran des montres soit directement éclairé.

Amoureux de Martha qui rêve d'aller en USA, il lui promit ce même soir qu'il l'y emmènerait.

C'est ainsi qu'en février 2017, il est installé à Newark et a monté son entreprise de fabrication de montres comme il en avait eu l'idée.

C'est la guerre, il propose à l'armée de fournir ces montres aux soldats.

Le contrat est passé, mais il faut du personnel pour peindre au pinceau et avec précision les aiguilles et chiffres.

Qu'à cela ne tienne, énormément de jeunes filles et femmes cherchent du travail. De plus, le salaire est plus que décent, les employées étant payées à la montre.

Pour que la peinture ne se dilue pas dans l'eau après chaque coup de pinceau, les filles rassemblent les poils de chameau entre leurs lèvres.

Et puis c'est amusant, cette peinture fluorescente. C'est bien sur les bijoux, pour illuminer les soirées avec la poudre jaune ramenée sur les robes en fin de journée. Même le petit frère de l'unes d'elles se fait peinturlurer les dents un soir de fête.

De toute façon, le radium est inoffensif, voire très bon pour la santé, il y en a partout, dans les parfums, les dentifrices, les crèmes, etc... donc pas de problème.

Sauf que les employées tombent malades quelque temps plus tard. Très malades. Et c'est incurable, le radium ne peut pas être éliminé, sauf si on a environ 1 600 années devant soi.

Comme je l'ai dit au début, j'ai vraiment été secouée. C'est un livre plus que poignant, qui m'a bouleversée.

Tout ce qui concerne l'affaire a été évoqué, on était bien entendu avec ces femmes, très jeunes, les plus âgées avaient une vingtaine d'années.

On voit bien entendu l'acharnement des nantis à cacher les faits, voire à les déformer, et beaucoup d'autres choses.

Comme par exemple, si à l'époque vous êtes un génie scientifique, ça ne compte pas si vous êtes une femme.

Mais je vous laisse découvrir.

.

Si vous n'avez pas lu ce livre, faites-le, vraiment, parce qu'il semblerait que tout ait été étouffé.

Les "personnages" sont minutieusement décrits, les bons comme les mauvais. On s'immerge complètement.

Je remercie mon amie Nathalie qui m'a fait sauter sur ce livre à peine son retour était-il posté ou presque, et je vais faire comme elle, lire le tome 2 dans la foulée.

À très vite, donc.

.

Afficher en entier
Or

Tout d'abord, je remercie énormément l'autrice de m'avoir donné la chance de découvrir cette duologie basé sur une histoire vraie que je ne connaissais pas et que j'ai découvert avec beaucoup d'émotion.

Même si ce premier tome aborde un sujet extrêmement dur émotionnellement, car il nous plonge dans une affaire qui s'est réellement passée et il est très difficile de ne pas être pris par nos émotions au fur et à mesure de la lecture en sachant que ces femmes ont vraiment vécu ces horreurs.

Les radiums girls, l'histoire sur de toutes jeunes filles dans les années 20 et 30 qui sont ouvrières peintre de cadran de montre à destination de l'armée dont US radium engagent pour peindre avec leur peinture ou Undark ( qui s'illuminent dans la nuit) mais qui est à base de radium ( un élément chimique de numéro atomique 88 de symboles Ra qui présente en très faible quantité des minerais d'uranium) ces jeunes filles appliquent la peinture mais avant cela elle l'effile entre leurs lèvres ce qui a pour effet qu'elle ingurgite des quantités de peinture malgré elle. US radium leur laisse croire qu'elle ne prenne rien, que cette peinture n'est pas dangereuse alors que ce n'est pas le cas.

On va suivre dans ce premier tome Grace, Kathy, Quinta, Albina et Edna vont subir d'atroces souffrances de l'empoisonnement au radium qui va les rendre malade au bout de quelques années et s'aggraver au fil du temps de manière horrible avec énormément de souffrance qu'elles devront durer. On va suivre leur combat face a US radium et le gouvernement, ainsi que le jugement des autres.

Ce fut une lecture bouleversante qui a su me toucher en plein cœur j'ai totalement été immergée dans cette histoire qui est tellement injuste et qui nous fait ressentir tellement d'émotions différentes tout au long de la lecture. Une lecture poignante dont je ne suis pas sortie indemne. Même si c'est une histoire douloureuse à lire sachant que ces femmes ont vraiment vécu tout ça, il faut absolument que vous lisez ces deux tomes.

Afficher en entier

« L’ignorance est à l’origine de nombreuses erreurs » dit un proverbe sénégalais. Un proverbe qui illustre la découverte et la banalisation du radium au début du vingtième siècle. A ce moment, Pierre et Marie Curie travaillent sur ce métal dont certains effets sont totalement méconnus. Cependant, ce produit devient à la mode. Tout le monde veut avoir son objet imprégné de radium pour soulager et/ou guérir tous les maux. Malgré les conseils de Marie Curie, nul ne prend des précautions en manipulant ce produit. Encore moins la United State Radium Corporation qui peint les cadrans des montres au radium. De jeunes ouvrières y travaillent sans aucun moyen de protection.

Un mal inconnu frappe les ouvrières de United State Radium Corporation. Quelle en est l’origine? Est-ce une épidémie? Le radium serait-il la cause principale de ce mal? Une enquête est ouverte et cinq femmes décident de faire front face aux employeurs, aux médecins et à la justice. Pourront-elles bénéficier d’une écoute et, surtout, d’une aide financière de la part de leur employeur? Représenteront-elles les jeunes ouvrières gravement malades voire décédées? Leur employeur refuse de reconnaitre ses responsabilités dans cette épidémie létale. Un combat s’engage ainsi qu’une course contre la montre.

Comme toujours, la reconnaissance des responsabilités des employeurs est difficile à obtenir et leur responsabilité, difficile à prouver. Ce qui existe aussi à notre époque. Cette bataille qui a réellement eu lieu, est celle de toutes les victimes des entreprises pour lesquelles elles travaillent . L’écriture est fluide, claire et forte. Elle prend en otage le lecteur, dès les premiers mots, dès la première ligne. Ce combat a bouleversé l’Amérique de l’après guerre (la première). C’était la première fois qu’un employeur était assigné au tribunal pour une maladie conséquente à la profession de ses employés. Les femmes qui avaient travaillé à US Radium avaient été rongées par le métal. C’étaient les prémisses de la reconnaissance de la maladie Professionnelle. Combien de plaintes d’employés aura-t-il fallu pour que la Maladie Professionnelle soit enfin reconnue? Ces ouvrières furent les pionnières.

Afficher en entier
Diamant

En découvrant le résumé de ce roman historique sur Simplement Pro, j'ai immédiatement senti que je ne pourrais pas passer à côté. L'auteure française y relate l'histoire vraie des Radiums Girls. Elle n'épargne rien au lecteur, suit une chronologie parfaite et ajoute une touche d'humanité aux faits scientifiques. Je remercie encore une fois Anne-Sophie Nédélec pour l'envoi de son livre et sa confiance, mais surtout pour avoir mis en valeur ces femmes formidables et m'avoir fait passer par toutes les émotions possibles à travers ses mots.

Alors que les États-Unis s'apprêtent à participer à la Première Guerre mondiale, un scientifique ukrainien met au point une peinture lumineuse à base de radium baptisée "undark". le jeune entrepreneur fonde son atelier de peinture sur montres (qui brillent dès lors dans le noir) et emploie des centaines de jeunes femmes. Quelques années plus tard, celles-ci commencent à présenter des symptômes aussi éloignés qu'inquiétants : anémie, douleurs dans le dos et les pieds, nécroses, infections... Celles qui n'en meurent pas consultent divers médecins dont le verdict ne tarde pas à tomber : empoisonnement au radium.

Autant vous le dire, j'ai eu un gros coup de cœur pour ce roman historique si bien écrit. Les indications spatio-temporelles en début de chapitres permettent au lecteur de suivre la chronologie parfaitement copiée de l'histoire réelle. J'ai d'ailleurs pu vérifier sur Internet les nombreux faits et la présence de personnages emblématiques. En outre, j'ai particulièrement été touchée par le sort des cinq condamnées à mort. Dans leurs malheurs, elles gardent dignité et espoir, comportement peu commun et terriblement attachant. En revanche, j'ai été totalement révoltée face au sexisme de l'époque et au manque de considération accordé à ces femmes aux abois. La société entière a commencé par les rejeter avant, petit à petit, de s'intéresser à leur sort. Néanmoins, en attendant ce revirement de situation, de nombreuses ouvrières sont mortes seules et indignement. Enfin, la vulgarisation scientifique m'a aidée à comprendre les faits et le changement de points de vue à suivre l'histoire dans son ensemble. Petit bémol : j'ai trouvé quelques erreurs dans la forme, mais vraiment très peu.

En conclusion, j'ai adoré ce récit singulier qui m'a tant appris. Je pense qu'il s'agit d'une lecture à mettre entre toutes les mains et vous le recommande sans aucun doute !!

Pour plus d'informations et de chroniques :

https://www.shanaslibrary.com/post/anne-sophie-n%C3%A9d%C3%A9lec-radium-girls-l-affaire-des-cinq-condamn%C3%A9es-%C3%A0-mort

Afficher en entier
Bronze

Un bon roman historique à l'écriture immersive qui nous plonge dans l'enquête menée autour de maladies étranges développées par des femmes ayant travaillé à la peinture de montre au radium.

On a de multiple points de vue, ce qui permet de bien en appréhender les tenants et les aboutissants de l'affaire, mais je n'ai du coup pas pu m'attacher aux personnages.

Lien de la chronique complète sur le blog : http://voyages-sur-un-mot.eklablog.fr/radium-girls-tome-1-l-affaire-des-cinq-condamnees-a-mort-d-anne-sophie-a209982158

Afficher en entier
Diamant

Voilà un très beau roman, bien construit et, qui plus est, raconte des faits réels. Nous connaissons tous Marie Curie. Mais l’histoire de l’empoisonnement par le radium des ouvrières au début du siècle dernier aux États-Unis est largement méconnue. Pauvre Marie Curie, si elle avait su l’emploi qui a été fait de ses découvertes, nul doute qu’elle se serait battue pour la justice.

Je ne vais pas spoiler l’histoire. Mais pourquoi faut-il qu’elle se répète toujours ? Allez voir le film d’Erin Brockovich sur la pollution par le chrome des eaux potables contre la société Pacific Gas. Pensez aux scandales de l’amiante, aux combats de patients et chercheurs contre certains laboratoires pharmaceutiques tous puissants, à certains désherbants aux effets si nocifs. C’est toujours et encore la même histoire… Combien de vies gâchées face aux intérêts économiques de trop puissants.

Radium Girls est un combat et un hommage. Merci Anne-Sophie NEDELEC d’avoir sorti cette histoire de l’oubli. Radium Girls est un combat et un hommage.

Merci Anne-Sophie NEDELEC d’avoir sorti cette histoire de l’oubli. Je découvre d'ailleurs que, outre autrice de romans et de pièces de théâtre, vous êtes également actrice, j’aimerais bien aller découvrir cette pièce sur scène un jour. Bravo.

Afficher en entier
Diamant

Un nouveau coup de cœur pour 2021 ! Cette histoire est d’autant plus touchante car il s’avère qu’elle est vraie.

Je suis évidemment sûre que la plupart des personnes lisant mon avis n’en ont jamais entendu parler. Il y a une immense recherche de l’auteure sur l’atrocité et la malhonnêteté des industries.

Un jeune scientifique Ukrainien ayant fait ses premiers pas aux côtés de Pierre et Marie Curie, consacré à la découverte du radium, va developper son entreprise en Amérique, au tout début de la Guerre grâce à des montres à cadrans phosphorescentes.

Peintes par des jeunes filles payées aux quotas des montres effectuées, et donc s’efforçant d’avoir une méthode peu commune.

Tout au long de l’enquête, sur ce que le radium a déclenché chez ses femmes, j’ai été bouleversée, ce fut horrible de constater que l’humain peut être aussi avide d’argent, au malheur de la santé de l’employé.

Une magnifique lecture que je recommande, car on en apprend beaucoup historiquement et il est surprenant.

Afficher en entier
Or

Ce livre me tentait beaucoup et l'autrice a eu la gentillesse de me l'envoyer en numérique.

Et je n'ai pas été déçue.

Ce roman est basé sur une histoire vraie, celle de ces ouvrières dans une usine de cadrans de montres phosphorescents qui tombent malades après avoir été exposées au radium. Ce roman nous permet de découvrir cet évènement qui est globalement méconnu je trouve et on apprend également de nombreuses choses sur le radium et ses effets néfastes. J’ai beaucoup aimé cet aspect historico-scientifique.

Le lecteur assiste également au combat que mèneront certaines de ces ouvrières pour que la société soit reconnue responsable d’empoisonnement industriel. Un combat difficile. Cela m’a fait penser à Erin Brockovich.

J’ai également apprécié que l’autrice aborde dans son roman le manque de reconnaissance des femmes scientifiques, de cette ‘suprématie’ masculine.

De plus, je pense que ce roman peut toucher un large public de par son écriture fluide, riche et compréhensible. J'ai également beaucoup apprécié que pour chaque chapitre, on précise la date et le lieu. Cela permet au lecteur de suivre l'évolution de l'affaire.

Un très bon roman que je recommande vivement.

Afficher en entier
Or

Voilà le troisième roman de Anne-sophie Nedelec, troisième que je lis. Quand on aime hein...

Cette histoire est tirée d'un fait réel, c'est raconté comme un roman et j'adore ça, même si ça me fait désespérer de l'humanité.

On se rend compte combien trop souvent les intérêts financiers priment sur la santé, sur la vie.

C'est là la lutte du pot de terre contre le pot de fer, l'Histoire est jalonnée de ce genre de scandales révoltants.

La prévalence de l'argent tout-puissant sur la vie, perdure hélas trop souvent depuis le début de l'industrialisation.

Des jeunes femmes embauchées en 1917 dans une usine, pour peindre au radium des cadrans de montres, vont devoir se battre contre la puissance des enjeux financiers quand elles développeront des pathologies liées à cette activité dont on ignore à peu près tous les dangers, ou que du moins on feint de les ignorer.

Ce qui commençait bien pour elles toutes, un travail très bien payé, va virer au cauchemar.

On suit le parcours de cinq des ouvrières tombées malades, dans leur vie de tous les jours, du moment de leur embauche jusqu'à la déchéance liée à la maladie.

Mais comment se défendre en ce début de XXIÈME siècle quand on est une femme, pauvre de surcroît ?

Car c'est bien connu, les femmes sont hystériques et éventuellement de petite vertu aux yeux de cette société patriarcale tenue de main de maître par les hommes absolument pas prêts à abandonner leurs prérogatives.

L'ère industrielle a été un rouleau compresseur qui a broyé sans vergogne de nombreuses vies.

Cette histoire décortique bien tout le cheminement des défenseurs de la santé, le combat qu'il a fallu mener pour dénoncer ce scandale de santé publique.

C'est aussi un livre qui nous parle de la condition féminine.

Comme les fois précédentes j'ai dévoré ce roman, happée par l'histoire dès les premières pages, car Anne-Sophie Nédélec sait captiver le lecteur par sa façon de raconter, le rythme qu'elle y apporte ainsi que le sujet choisi.

C'est toujours très vivant et passionnant.

Je suis passée par toute sorte d'émotions à cette lecture. D'abord de la sidération, puis de la compassion mêlée de douleur pour finir par de la colère !

Elle nous raconte un fait historique, et scandaleux, en y apportant les petits détails qui font la vie de tout un chacun.

C'est toujours hyper documenté, on s'y croirait !

Il ne me reste à présent qu'à attendre la suite avec impatience.

Afficher en entier

Activité récente

Distinctions de ce livre

Évaluations

Editeurs

Les chiffres

lecteurs 13
Commentaires 12
extraits 7
Evaluations 8
Note globale 9.43 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode