Livres
388 197
Comms
1 360 887
Membres
276 579

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

De minuscules flocons de neige pleuvaient dans les yeux immaculés du vampire. Des larmes de sang maculaient ses joues. Je levai le bras et caressai doucement ses lèvres du bout des doigts.

-Tu m'as fait une sacrée peur, tu sais ?

Sa voix était légèrement plus rauque qu'à l'ordinaire, tendue, sa respiration, altérée. Ses longs cheveux blancs tombant comme un rideau de brume lui donnaient un air fantomatique.

-J'ai cru t'avoir perdue...

-Je sais.

-Tu étais...tu étais...

-Morte ?

-Et j'avais déjà prévu d'aller en enfer pour venir te récupérer.

-Comme Orphée ?

-Non. Orphée a échoué. Moi, je t'aurais ramenée, dit-il en souriant.

Je souris et en silence, nous échangeâmes sans un mot ce que nos lèvres ne pouvaient prononcer, ce que nos coeurs n'oseraient jamais s'avouer.

-Crâneur...

Afficher en entier
Extrait de Rebecca Kean, Tome 3 : Potion Macabre ajouté par lou84 2012-08-30T20:45:58+02:00

-Tu es une sale peste égoïste et insupportable !

William venait de franchir le seuil avec mon adorable petite furie de fille sur les épaules.

-Et toi un sale abruti de loup macho complètement borné ! répliqua-t-elle en tentant de lui griffer le visage.

Il la posa violemment par terre puis plongea ses yeux furibards dans les siens.

-Grandis, Leo, grandis que je puisse te... te ...

-Me quoi ?

-...te coller la raclée que tu mérites !

Étrange... j'aurais mis ma main à couper qu'il allait dire tout autre chose.

Mon regard croisa le regard contrarié et surpris de Gordon et je sus que je ne m'étais pas trompée.

Oh non, non, non, pas ça, pitié...

Afficher en entier

- On rentre ? il fait froid.

- Hum... répondit-il sans bouger.

- Qu'est qui se passe ? Tu as un problème ?

Il secoua la tête.

- Clarence ?

- Ce n'est rien, c'est juste que ... que je n'avais pas réalisé.

- Réalisé quoi ?

- Ben, à quel point c'était sérieux entre Raphael et toi.

Mes yeux l'invitèrent au silence mais il continua.

- Je veux dire, comme tous les autres, j'ai cru qu'il s'agissait d'un simple liaison, une histoire de cul sans importance et qui se terminerait un jour. Vu la réputation de Raphael... enfin, tu comprends ?

Difficile de faire autrement.

- Et qu'est-ce qui t'a fait changer d'avis?

- Quand il a vu la gravité de tes blessures, il est devenu comme fou ... il ... putain, cet enfoiré de vampire c'est même mis a pleurer ! Raphael, non mais je sais pas si tu réalises ?

- Je réalise parfaitement.

Afficher en entier
Extrait de Rebecca Kean, Tome 3 : Potion Macabre ajouté par sachkal 2012-08-09T12:38:32+02:00

-Ton souffle, ta peau, ton corps, ton caractère de chien et ton coeur m'appartiennent, ma douce, déclara-t-il d'un ton si possessif que je sentis le rythme des battements de mon coeur s'affoler. Et si tu es ma marionnette, je suis aussi la tienne...

Afficher en entier

-maman, je suis la fille d'un vampire et d'une sorciere de guerre autrement dit la fille de deux tueurs...

- la fille de deux guerriers rectifiai je aussitot.

- si çà peut te faire plaisir.

Afficher en entier
Extrait de Rebecca Kean, Tome 3 : Potion Macabre ajouté par Ephaus 2012-11-02T17:50:42+01:00

— Rebecca, tu as intérêt à...

— ... à quoi ? Tu seras parti à la tombée de la nuit, Raphaël, tu ne crois pas qu'il est un peu trop tard pour se disputer ?

— Je ne me dispute pas. J'ordonne. Je m'esclaffai.

— C'est fou ce que tu peux être drôle quand tu t'y mets !

— Rebecca...

— Tu sais à quel point tu comptes pour moi mais ne gâche pas tout en essayant de me changer parce que ça n'arrivera pas. Tu ne me briseras pas et je ne me plierai jamais à toutes tes volontés, mon amour...

— « Mon amour » ?

Il eut soudain l'air estomaqué.

— Tu tentes de m'amadouer?

— Ça marche ? fis-je en m'avançant vers lui, la main instinctivement posée sur mon ventre qui me tiraillait.

— J'hésite, répondit-il en m'embrassant.

Afficher en entier
Extrait de Rebecca Kean, Tome 3 : Potion Macabre ajouté par Naktya 2012-08-29T20:03:56+02:00

- Rebecca...

Son visage était ténèbre, obscurité, puissance et beauté. Si effrayant de perfection que j'en étais intimidée.

- ...tu sais que je ne te laisserai jamais me quitter?

- Je sais.

La possession absolue que je lisais dans son regard ne me laissait guère le loisir d'en douter. Et ça m'était égal.

- Et si un autre homme s'avisait un jour de te toucher...

Je posai mon doigt sur ses lèvres.

- Tais-toi.

Afficher en entier
Extrait de Rebecca Kean, Tome 3 : Potion Macabre ajouté par Naktya 2012-08-29T19:51:02+02:00

- Tu n'as pas compris: je souhaite que tu diriges mon clan, que tu prennes ma place, Rebecca.

J'écarquillai les yeux, estomaquée.

- Tu... tu veux me confier tes vampires? Mais tu es complètement malade!

[...]

- Raphael, je suis une sorcière de guerre, je tue les vampires, je ne les baby-sitte pas. Seul un fou ne serait pas capable de comprendre ça.

Afficher en entier

"Je reconnus aussitôt le lion Alpha aux yeux bleu marine et aux cheveux bouclés que j'avais croisé un peu plus tôt.

— Bonjour, monsieur, fit-il en avançant vers nous avec une démarche si souple qu'on aurait presque pu croire qu'il dansait.

— Capitaine, je suis venu vous présenter ma compagne, Rebecca, déclara Raphaël dès que le métamorphe parvint à notre hauteur.

Une lueur d'étonnement s'alluma dans les yeux du muteur mais il répondit néanmoins d'un ton neutre :

— Enchanté, madame.

— Rebecca tiendra les rênes de la maison durant mon absence et je compte sur vous pour suivre ses ordres comme si c'étaient les miens.

Le lion fronça les sourcils.

— Sauf votre respect, monsieur, pensez-vous que ce soit très judicieux ? Je veux dire, votre femme est humaine et je doute qu'elle ait la formation pour pouvoir nous diriger, mes hommes et moi.

Ma magie cachait aux autres créatures surnaturelles ma vraie nature. Incapables de sentir mon pouvoir, elles me prenaient généralement pour une humaine. Le capitaine Jencco, tout lion Alpha qu'il était, n'échappait pas à la règle...

— Vous avez tort sur les deux points, capitaine. Primo, je ne suis absolument pas humaine, et deuxio, je suis l'Assayim de cet État, donc tout à fait à même de mener ou de coordonner une défense ou même une attaque si cela s'avérait nécessaire, rectifiai-je sèchement.

L'espace d'une seconde, il sursauta, choqué, puis reprit aussitôt l'expression neutre et froide qu'il semblait avoir l'habitude d'afficher.

— Je n'en suis pas certain, madame, voyez-vous, nous sommes des soldats, tout comme votre mari, et nous travaillons en équipe, c'est de cette façon que nous sommes efficaces. Vous, vous êtes probablement très douée pour tuer les gens ou pour les capturer mais vous avez l'habitude d'agir seule, sans personne sous vos ordres, et ça change beaucoup de choses. Là, il marquait un point...

— Mes hommes ont une totale confiance en ma compagne, capitaine, tout comme moi, déclara sèchement Raphaël tandis qu'un éclair menaçant traversait ses superbes yeux. Si ça vous pose problème...

Je l'interrompis aussitôt.

— Testez-moi.

Les deux hommes se tournèrent aussitôt vers moi.

— Mais oui, testez mon pouvoir, capitaine. Attaquez-moi, proposai-je en souriant.

— Rebecca, je t'interdis de le blesser, souffla Raphaël dans ma tête.

— Tu m'interdis ?

— Oui. On a besoin de Jencco en un seul morceau...

— Très bien, je n'ai pas l'intention de l'abîmer de toute façon.

Ses lèvres sensuelles se redressèrent en un sourire étrange puis il fixa le lion-garou :

— Allez-y, faites ce que ma femme vous demande, capitaine, lança-t-il d'un ton suffisant.

Le lion Alpha écarquilla les yeux, une expression de doute bien compréhensible passa sur son visage puis il hocha la tête et commença à muter.

Le pouvoir incroyable qui s'écoulait par chaque pore de sa peau m'oppressait et écrasait ma poitrine en provoquant des picotements très désagréables tout le long de mon dos.

— Impressionnant, fis-je en souriant au monstre qui se tenait devant moi.

Il poussa un rugissement, prêt à bondir, quand une brusque rafale de vent s'abattit soudain sur lui le forçant à reculer. Il planta ses griffes dans le sol, tenta de résister mais j'accentuai la pression et le stoppai net dans son élan. Je tendis le bras et tournai ma main rapidement dans le sens des aiguilles d'une montre, provoquant une sorte de tourbillon qui le happa aussitôt vers le ciel. Et le projeta violemment contre un arbre que le choc déracina presque complètement. Il y eut quelques secondes de flottement puis je vis bientôt le lion se relever, pousser un rugissement de rage et foncer vers moi comme un tank dans les lignes ennemies.

— Plutôt du genre colérique le capitaine, fis-je remarquer à Raphaël.

— Doucement, Rebecca, doucement, n'oublie pas ce que je t'ai dit, me rappela-t-il fermement.

— Oh ! ce que tu peux être rabat-joie, parfois ! lançai-je avant de projeter une autre bourrasque qui le souleva à cinq mètres du sol et l'envoya ensuite valser contre un érable gigantesque qui se brisa instantanément en deux à l'endroit où il avait atterri.

J'avançai aussitôt vers le lion qui s'était déjà redressé et m'écriai en entourant ma bouche de mes mains pour faire un porte-voix :

— Nous pourrions recommencer ce petit jeu amusant, mais je crains qu'au final ce parc magnifique ne finisse dévasté...

Visiblement, mon adversaire s'en moquait et il recommença à se ruer vers moi à une vitesse qui faillit me surprendre. Il n'était plus qu'à quelques mètres, la gueule ouverte et les griffes prêtes à frapper, lorsque je levai instinctivement la main et la dirigeai vers lui.

— Rebecca ! Non !

Raphaël poussa le lion sur le côté, absorba la boule d'énergie flamboyante qui s'écrasa sur son torse comme si de rien n'était, puis il se tourna vers moi.

Ses yeux lançaient des éclairs et les traits parfaits de son visage étaient figés en un terrifiant masque de pierre.

Pas bon, vraiment pas bon...

— Je croyais t'avoir interdit de le blesser, fit-il d'une voix plate, monocorde.

Ben quoi ? Il s'en était sorti non ?

— Oh ! ça va, tu ne vas pas non plus en faire une maladie ! Il s'agissait d'une légère décharge, ça ne l'aurait pas tué."

Afficher en entier
Extrait de Rebecca Kean, Tome 3 : Potion Macabre ajouté par Melou78 2012-10-31T19:54:02+01:00

-Le moyen le plus efficace de defendre une opinion est de tuer ceux qui ne la partagent pas.

Afficher en entier