Livres
392 534
Comms
1 376 907
Membres
284 465

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Récits du monde mécanique, tome 1 : Smog of Germania



Description ajoutée par Sorcier 2015-02-11T20:46:44+01:00

Résumé

Germania, début des années 1900, capitale du Reich.

À sa tête, le Kaiser Wilhem, qui se préoccupe davantage de transformer sa cité en quelque chose de grandiose plutôt que de se pencher sur la guerre grondant le long de la frontière française - et pour cause : on dit qu'il n'a plus tous ses esprits. Un smog noir a envahi les rues suite à une industrialisation massive, au sein duquel les assassins sont à l'oeuvre.

Une poursuite infernale s'engage dans les rues et les cieux de Germania le jour où la fille du Kaiser échappe de peu à une tentative de meurtre. Objectif : retrouver les commanditaires. La chose serait bien plus aisée s'il ne s'agissait pas en réalité d'un gigantesque complot, qui se développe dans l'ombre depuis trop longtemps.

Afficher en entier

Classement en biblio - 28 lecteurs

Or
10 lecteurs
PAL
22 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Fleurdencre 2016-02-11T08:58:21+01:00

Volants, hurla-t-il en même temps que les premières secousses s'emparaient du zeppelin. Cette nuit marquera notre destin ! À vos postes, battez-vous ! Bientôt, nous serons libres !

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Marc-Ang-Cho 2017-09-16T17:03:59+02:00

Un roman steampunk sombre et plein de bonnes idées qui lui confèrent une grande part d'originalité !

https://leschroniquesduchroniqueur.wordpress.com/2017/08/25/smog-of-germania-de-marianne-stern/

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cyrielle-1 2017-08-05T17:27:29+02:00
Or

Encore une fois, j'ai eu un petit peu de mal avec le début... mais j'en viens à me dire que c'est dû au rythme plus soutenu avec lequel j'avale mes livres en ce moment... C'est assez dur de se détacher de l'univers du précédent pour s'immerger complètement dans le suivant alors que ça ne fait que quelques heures que l'autre a été achevé... Bref, j'ai du coup eu un peu de mal avec les descriptions, au début, qui m'ont parues un peu longuettes, mais ce n'était que le temps de m'habituer au style d'écriture de Marianne Stern. Une fois cela fait, et l'action commencée, je me suis fait avaler par le récit.

Les personnages sont son point fort, je dirais. Il y en a une multitude, fidèles à l'univers steampunk et à celui développé par l'auteur. Mais, surtout, les protagonistes sont très bons (dans le sens "bien écrits", parce que leur bonté, c'est une autre paire de manches !). J'ai tout de suite succombé à Jeremiah, malgré son allure, son comportement, sa réputation. L'électricité entre lui et Viktoria est palpable et me donnerait presque des frissons à chaque fois qu'ils se confrontent l'un à l'autre, ou même simplement dans leurs discussions. Jeremiah est un personnage comme je les adore... et Maxwell n'est pas en reste non plus, puisqu'il incarne l'autre facette de mes préférences en matière de personnages. Comme Jeremiah le souligne si bien : les ténèbres et la lumière. Même si, comme le ying et le yang, il y a une touche de l'autre dans chaque.

Au milieu de ça, Viktoria est souvent un peu paumée, déboussolée après avoir été arrachée au faste de la noblesse... et si c'était un peu prévisible, ça n'en reste pas moins rafraichissant quand, dans la plupart des romans du genre, les demoiselles me semblent toujours un peu trop enhardies par rapport à ce qu'on sait de cette époque... Ici, je trouve Viktoria bien plus naturelle que toutes les autres héroïnes du genre ! C'est un très bon point.

L'univers est dépeint également d'une manière rafraichissante. On retrouve un soupçon de ce qui fait le steampunk habituellement, avec les robes, les boulots, les automates et l'essor/prépondérance des machines/usines au charbon... mais le fait que le récit se déroule en Allemagne donne une touche de fraicheur parmi tous les autres prenant place à Londres. Même si je n'ai pas compris tous les morceaux de dialogues et interjections en allemand (ouais, quand on grandit en Lorraine, on ne prend pas forcément allemand en première ou en seconde langue au collège/lycée, donc je ne comprends pas un mot ! xD), c'était agréable ! L'importante présence des zeppelins aussi plaisante, eux qu'on ne voit, au final, pas très souvent alors qu'ils font, à mon sens, partie intégrante du steampunk. Le smog, bien logique dans les récits du genre, apparaît pourtant comme sortant de l'ordinaire, lui qui est tellement peu présent dans les autres romans... alors qu'avec une industrie au charbon, il devrait également être prépondérant aussi dans les autres... Stern a développé un univers steampunk comme on les aime, mais avec des touches de nouveautés rafraichissantes malgré tout tout à fait logiques avec le genre.

​L'intrigue est très bien ficelée aussi, quant à elle. Des mystères, des secrets, des intrigues, des trahisons. Quelques rebondissements et dénouements m'ont semblé faciles ou prévisibles, mais d'un autre côté, ce n'était pas gênant non plus car, à mon sens, ce n'était pas dû à une paresse de l'auteure mais bien à l'immersion dans l'histoire et à la façon intime qu'on a de connaître les personnages après avoir suivi leurs péripéties. L'aventure nous tient en haleine jusqu'au bout, les scènes d'action et de combat, qu'ils soient aériens ou à l'épée, les courses-poursuites, nous mènent à un rythme effréné, surtout à la fin.

"Smog of Germania" fut donc une très bonne lecture et je félicite encore une fois les Editions du Chat Noir ainsi que leurs auteurs pour cette petite merveille. Oh, et petite mention spéciale pour Charogne et Gadoue, que j'ai savourés comme un plaisir coupable.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LucioleSolaire 2017-07-22T15:30:47+02:00
Or

Bien que je connaisse le steampunk, je n'avais encore jamais lu de romans de ce genre. Smog était donc mon premier ! Et je dois dire que j'ai été plutôt ravi d'avoir commencé par lui !

L'univers est plutôt sombre et très crédible, évoquant inévitablement des images tirées de films ou de jeux vidéos nous présentant des villes industrielles sales et crasseuses. L'ambiance y est sombre, poisseuse et oppressante, ce qui n'empêche pas l'héroïne de faire preuve d'une naïveté sans nom. Pourtant, cela n'est pas un problème puisqu'à ça correspond à ce qu'elle est et à son histoire ! On obtient donc une opposition qui rend l'ensemble amusant à suivre et qui nous permet de découvrir ce monde en même temps que Viktoria.

Tout cet univers est travaillé avec talent et c'est donc un excellent moyen de découvrir l'univers de Smog of Germania et le steampunk de manière plus générale.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Choupaille 2017-07-04T16:04:54+02:00
Argent

Une pure merveille que ce sombre récit steampunk ! Et quand je dis sombre, croyez-moi, c'est bien bien sombre. Meurtres, viols, scènes de torture, nécromancie, complots, et j'en passe ...

En plein XXe siècle, dans une Allemagne alternative industrialisée à l'extrême et gouvernée par un Empereur fou à lier, Marianne Stern nous conte les aventures passionnantes et macabres des grands de l'Empire, de l'héritière légitime de celui-ci à l'alchimiste inquiétant, en passant bien évidemment par les machinistes et les orfèvres, les espions et les fossoyeurs. En bref, Marianne Stern nous conte la trame riche et relevée qu'elle a construite avec talent. Du jamais vu, pour ma part.

Les personnages sont travaillés avec brio et le scénario est ingénieux. Quant à l'univers, il est tout simplement ahurissant. Un cocktail détonant qui m'a séduite dès les premiers chapitres, malgré la noirceur sous-jacente de l'oeuvre.

Je recommande plus que tout ce récit et ai hâte de mettre la main sur le second volet de cette saga.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Amaranth 2016-05-25T18:55:00+02:00
Diamant

Un vrai coup de cœur ! Je connais assez peu l’univers steampunk, bien qu’il m’ait toujours intriguée. Du genre, je n’avais lu jusqu’à présent que Le protectorat de l’ombrelle de Cail Carriger, A victorian Fantasy de Georgia Caldera et New Victoria de Lia Habel. Si j’ai apprécié ces livres, aucun ne m’a transportée comme Smog of Germania l’a fait. Son secret ? Un univers plus sombre et très crédible.

J’ai écrit un roman, il y a quelques années. Je l’avais imaginé d’une certaine manière et, bien entendu, le résultat n’y correspondait pas parfaitement. En lisant Smog of Germania, j’ai eu l’impression d’enfin trouver ce que j’avais cherché à écrire. Pas que l’intrigue soit la même, loin de là, mais dans l’ambiance et dans les personnages, mon idéal d’écrivain se trouvait entre mes mains. J’aurais pu en être jalouse, mais je suis principalement heureuse d’avoir vécu un moment de lecture intense, de m’être plongée dans un roman jouant sur mes exactes cordes sensibles. Et peut-être un peu jalouse tout de même.

Après ce (très) long préambule, je vais enfin aborder le sujet même de ce billet : Smog of Germania. Quelles sont les multiples raisons qui doivent vous amener absolument à le lire ?

La première (et pas des moindres) est bien évidemment l’ambiance. Ce smog opaque qui a envahi la ville pèse sur Germania dans une atmosphère oppressante. Il dissimule sous sa couverture charbonneuse les meurtriers et les vices, prête son voile aux complots et aux trahisons. Et dans sa traversée inquiétante, Viktoria, fille du Kaiser, va rencontrer les bas-fonds de la ville, la lie et la fange qu’elle ne pouvait même imaginer. Et ce malgré ses escapades nocturnes, qui lui octroient un sentiment de liberté illusoire et des frissons en toute sécurité.

Les personnages sont gris comme je les aime. Avec des nuances tirant vers le noir (avec l’avantage de s’accorder au smog omniprésent). Viktoria peut se montrer capricieuse et agaçante, mais on repère vite qu’il ne s’agit que d’un stratagème pour se protéger. Fragilité et courage se côtoient allègrement. Plus intéressants encore sont Maxwell et Jeremiah, parfois froids et calculateurs, et d’autres enflammés et exaltés. Maxwell surtout apparaît presque bipolaire tant son comportement peut varier brutalement. Leur relation est très bien développée et donne corps au récit.

Le monde est très bien construit, que ce soit au niveau de la politique, de l’essors des machines, de certaines particularités qui lui sont propres… et le style très visuel de Marianne Stern sert à merveille les descriptions, permettant de s’imaginer, de se plonger même, dans cet univers. La fin conclue parfaitement l’intrigue, grise à l’image du livre. Mais je préfère ne rien dévoiler. J’ai donc adoré du début à la fin.

Pour tous ceux qui aiment le steampunk ou qui voudraient découvrir ce genre, Smog of Germania est un livre à ne pas manquer. Et cerise sur le gâteau, sa couverture est magnifique.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par just2iine 2016-04-23T12:21:02+02:00
Bronze

http://lireunepassion.blogspot.fr/2016/04/smog-of-germania-marianne-stern.html

La chose qui m'a fait craquer pour ce livre, c'est bel et bien la couverture que je trouve tout simplement magnifique. L'alliance des couleurs rend vraiment bien et puis bon, je suis faible devant les belles couvertures, que voulez-vous... Le résumé aussi m'a beaucoup intriguée, et je savais d'avance que ce ne serait pas une histoire simple, que ce serait fouillé et complexe. J'ai donc bien aimé ma lecture, même si c'est vrai que parfois j'étais un peu perdue avec toutes ces explications et l'univers.

Nous sommes au début des années 1900. Le Kaiser Wilhem règne sur la capitale du Reich, et il se préoccupe plus de transformer sa cité en quelque chose de grandiose, plutôt que de ses habitants et ses enfants. On dit de lui qu'il devient fou. Est-ce vrai ou une façon de l'évincer du pouvoir ? Un smog noir a envahi les rues suite à une industrialisation massive, au sein duquel les assassins sont à l’œuvre. Le jour où la fille du Kaiser, Viktoria, est victime d'une tentative d'assassinat. Les dés sont jetés, la course contre la montre est lancée. Qui lui veut du mal et pourquoi ?

L'on peut dire ce qu'on veut : on est immergé dan cet univers particulier dès le début du livre, ce qui aide forcément à vouloir continuer notre lecture. Même s'il est vrai que les 100 premières pages, j'ai eu du mal à comprendre le fond de l'intrigue en elle-même, ma curiosité était tout de même bel et bien présente et je voulais en savoir plus. Pourquoi Viktoria, qui ne se montrait que très rarement en public, est soudain la cible de ses assassins qui pullulent à Germania ? Mais à partir du moment où certaines révélations éclatent, je pensais que je serais rassurée, que ma curiosité serait tarie, mais non ! L'auteure nous réserve encore tellement de surprises, qu'on est pris dans une sorte de cercle vicieux qu'on a du mal à lâcher.

En ce qui concerne les personnages, je dois dire qu'ils sont divers et variés. Mais pour le coup, même s'ils semblent être beaucoup, l'auteure arrive à bien faire leur distinction, afin que l'on ne se sente pas noyés parmi eux. J'ai particulièrement aimé Maxwell et Jeremiah, qui ont réussi à me toucher avec leur personnalité et leur façon d'être. Ils ont beau être différents niveau caractère, ils sont pourtant très complémentaires. Mais surtout, ils ont la même idée en tête : faire tomber le Kaiser, ainsi que protéger Viktoria, qui devient vite une victime contre son gré. Quant à cette dernière, bien qu'elle soit une femme assez reculée et absente, il n'en reste pas moins qu'elle a un sacré caractère, et ne se laisse pas faire ! J'ai aimé son côté fort, même s'il est vrai que parfois, sa naïveté peut aller contre elle. Comme je vous le disais plus haut, nous avons toute une panoplie de personnages, mais je ne vous les décrirai pas plus ici, étant donné qu'on les découvre vraiment au fur et à mesure du récit. Mais ces trois personnages dont je viens de vous parler, sont bien ceux qui ont réussi à me toucher et avec qui j'ai apprécié passer ces instants.

Concernant l'intrigue, il est vrai que j'ai de temps en temps été perdue, mais ça, ce n'est que moi. L'univers est tellement poussé et complexe, que parfois, je me retrouvais un peu extérieure, ne sachant plus trop où donner de la tête et n comprenant pas vraiment où l'auteure voulait nous amener. De ce fait, certains passages qui, je trouve, traînaient un peu en longueur, m'ont un peu mise de côté. Cette histoire est vraiment complexe et concentrée, et j'avoue avoir eu un peu de mal, c'est vrai. Cependant, je salue vraiment l'auteure qui, avec sa belle plume, arrive à nous transporter malgré tout dans son univers. On sent toutes les recherches qu'elle a fait derrière, mais surtout le plaisir qu'elle a ressenti à l'écrire. J'aimerais vraiment vous en dire bien plus, parce que même si je n'ai pas autant aimé que je l'espérais, j'ai passé un bon moment de lecture et découvrir une nouvelle plume m'a fait très plaisir. Cependant, étant un tome unique, vous vous doutez bien que les péripéties et les révélations sont nombreuses, de ce fait, j'aurais vraiment trop peur de lâcher quelque chose qu'il ne faudrait pas. Néanmoins, c'est une lecture que je conseille à tous ceux qui veulent découvrir un univers particulier, très bien travaillé et innovant. Il est certain que vous tomberez sous son charme et de celui de la plume de Marianne Stern ! Pour ma part, ce ne sera pas le seul livre d'elle que je compte découvrir !

En résumé, j'ai l'impression que cette chronique est assez brouillon, alors je m'en excuse. Ce qui est loin d'être le cas pour le livre, qui est fouillé, complexe et très bien travaillé. On sent les recherches qu'a pu faire l'auteure et c'est vraiment très bien amené. Les personnages sont aussi très bien fouillés, et leur psychologie très complète. Même s'il est vrai qu'à certains moments j'étais un peu perdue, il n'empêche que c'est un très bon roman, que je conseille à ceux qui sont intrigués et tentés !

Justine P.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fleurdencre 2016-02-11T09:02:00+01:00
Or

Très beau roman. Très visuel. On imagine sans difficulté Germania et sa population. Les éléments steampunk sont parfaitement décrits.

En revanche, j'ai un peu de mal avec la place de Viktoria. Au début du roman, on nous la présente comme l'héroïne de l'histoire. Mais petit à petit, elle est remplacée et ne sert quasiment à rien. C'est un peu décevant après qu'on se soit attaché à elle.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Linkward 2015-12-10T17:37:33+01:00
Argent

Une couverture mystérieuse et intrigante, pour une histoire prenante...

Germania, 1900. A sa tête, le Kaiser Wilhem qui voit plus l'esthétique de sa cité que la guerre faisant rage à la frontière française. C'est alors qu'un smog vient envahir les rues. Une poursuite s'enclenche alors dans les rues et cieux de Germania.

Ce qui m'a le plus séduite dans cette histoire, c'est le rythme. Dès le départ, l'auteur nous attrape dedans et nous entraîne dans l'histoire. L'action est immédiate, mais ensuite elle se développe un peu plus au fil de la lecture nous permettant ainsi de comprendre l'ensemble du scénario. Les personnages sont nombreux et importants. Le côté politique est incroyable dans le sens où les questions sont nombreuses à ce sujet. Le pire ennemi de cette histoire : la confiance. Avoir confiance en quelqu'un c'est presque signer de son propre sang son arrêt de mort. En soit, il faut se méfier de tout le monde. Est-ce que vos connaissances ou vos amis sont de votre côté ? On joue beaucoup sur ce tableau et c'est d'autant plus prenant. Bref, l'idée générale et le scénario sont de vrais pépites.

La plume de l'auteur est une merveille. Pour les détails avant toute chose, Marianne Stern offre des détails en pagaille au point où il est impossible d'ignorer tels ou tels détails sinon ça ne colle pas ensemble. Les personnages sont fantastiques, qu'ils soient bons ou mauvais. J'ai aimé les différents caractères ou les similitudes, cependant ils sont chacun uniques à leur manière. L'écriture en général est juste un vrai bonheur. Entraînante et d'une justesse parfaite.

En bref, cette histoire est idéale autant pour les adeptes de Steampunk que pour ceux qui voudraient découvrir ce genre. Entre complots, trahisons, descriptions soignées et personnages travaillés jusqu'au bout des ongles, elle est immanquable.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par GabrielleViszs 2015-07-16T21:04:21+02:00
Diamant

D'une manière générale, il vaut mieux se méfier de tout le monde dans cette histoire, les amis le sont-ils réellement? Et les ennemis, de quel côté sont-ils vraiment? Car entre les traîtres au Kaiser, à la fille, au maitre-espion, aux assassins et j'en laisse beaucoup de côté, il est très difficile de voir venir la fin de ce roman. D'ailleurs, à part pour deux personnages dont je ne voyais pas d'autres issues, pour Viktoria, j'avoue ne pas avoir vu venir cette scène. Disons que, sans donner d'explication sur son final, je ne le voyais pas de cette manière, mais plus esseulée, voire pire.

En bref, j'ai passé un super moment de lecture, entouré de personnages très travaillés, avec un passé et un présent très bien expliqués, laissant l'avenir se dessiner à l'horizon. Des descriptions de la ville comme des bâtiments volants ou non très réalistes, même si nous sommes dans un imaginaire lointain. Pour les adeptes du Steampunk et pour les "découvreurs" de ce thème, passer à côté serait vraiment dommage, de mon point de vue.

mon avis complet : http://chroniqueslivresques.eklablog.com/smog-of-germania-marianne-stern-a118179552

Afficher en entier

Activité récente

LiviaB l'ajoute dans sa biblio or
2017-09-19T15:13:14+02:00

Les chiffres

Lecteurs 28
Commentaires 9
Extraits 8
Evaluations 14
Note globale 8.14 / 10

Évaluations