Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Red_Fish : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Les Démons d'Alexia, tome 1 : L'Héritage Les Démons d'Alexia, tome 1 : L'Héritage
Vincent Dugomier    Benoît Ers   
Un fond historique et documentaire intéressant, des personnages très attachants... et pour toile de fond l'éternel combat du bien et du mal, le tout modernisé comme il faut, sans excès, avec une touche d'humour. Cette bande dessinée est à découvrir pour tous les amateurs de sciences occultes, phénomènes surnaturels et paranormaux, sorcellerie et mystères ésotériques !
L'École du Bien et du Mal, Tome 1 L'École du Bien et du Mal, Tome 1
Soman Chainani   
En lisant le résumé, L’ÉCOLE DU BIEN ET DU MAL avait l'air d'un livre très sympathique, adressé aux enfants mais tout de même sympathique. A la lecture pourtant j'ai enchainé les déceptions et j'ai finis ma lecture avec un avis très négatif sur le roman.

Pour commencer je n'ai pas aimé les personnages; Sophie est superficielle, idiote par moment et tout simplement cruelle avec les autres. Agatha de son côté n'est pas mieux, elle se dévalorise sans cesse, est naïve au plus haut point et bien trop gentille (ce qui, excusez mon avis, peut-être embêtant dans la vie). Pour ce qui est des personnages secondaires le bilan est similaires, au final tous les protagonistes partagent une même opinion manichéenne sur la société (du moins dans les 3/4 du roman). Cerise sur le gâteau, les adultes sont tout aussi mauvais d'après moi: ils dévalorisent volontairement leurs élèves et sont parfois plus idiot et insipide que ces derniers.

Concernant l'histoire, j'ai trouvé le concept de base très intéressant, et je m'attendais à un livre montrant aux enfants (étant la cible éditoriale ici) que la vie ce n'est pas les méchants d'un côté et les bons de l'autre. Au contraire, l'impression qu'il me reste après la lecture est que la laideur est mauvaise et la beauté pleine de bonté. Me dira-t-on, "Et la fin du livre alors?", certes elle coupe un peu avec cet avis général, mais ce ne sont que quelques pages sur plus de 400. Je ne dis pas que le roman prône ces idées, mais je les ai ressentie bien trop présentes lors de ma lecture personnelle.

Un autre point important d'après moi est l'utilisation des stéréotypes, qui est ici massive, et à double tranchant. D'un côté l'auteur les utilisent pour tourner en ridicule les contes et leur schéma prédéfinie, ce qui est un point intéressant du roman; mais d'un autre côté, ces stéréotypes ont conduit à BEAUCOUP de propos sexistes. Les garçon devait cultiver leur force physique tandis que les filles apprenaient à sourire pour charmer un homme. De plus, pour les professeurs de cette école, hors de question pour une princesse de ne pas avoir un prince, cela étant considéré comme un échec et un motif de renvoie de l'école... Merci mais les femmes n'ont pas besoin d'un homme pour être heureuse, et ne sont d'ailleurs pas toutes attirés par ces derniers.

Au final c'est une lecture très décevante pour moi, j'avais envie de secouer les personnages et de leur parler d'un concept qui leur semble inconnue: l'égalité. Évidemment il n'y a pas que des points négatifs dans ce roman, mais malheureusement ce sont ceux-ci qui m'ont marqués.
The Promised Neverland, Tome 5 : L'Évasion The Promised Neverland, Tome 5 : L'Évasion
Kaiu Shirai   
Ce tome était juste ... époustouflant. J'avais comme l'impression de regarder le nouvel épisode d'une de mes séries préférées ! Je pense que ce tome est jusqu'à présent mon tome préféré puisqu'on rentre enfin dans le vif du sujet : l'évasion !

On découvre enfin les secrets et les dangers du monde extérieur. Les enfants sont toujours aussi ingénieux, les démons toujours aussi cruels et le monde dépeint dans "The Promised Neverland" nous réserve toujours son lot de surprises ! J'ai adoré notamment le passage dans la grotte avec les serpents d'Alvapinera : frissons garantis ! Le personnage de William Minerva prend de l'ampleur et on veut toujours en apprendre plus ! Cela va être très difficile d'attendre jusqu'en Février pour avoir la suite ...
Comme un garçon, Tome 3 : Bas les masques Comme un garçon, Tome 3 : Bas les masques
Jenny   
Aussitôt eu, aussitôt dévoré. Le défi de Charlotte se poursuit dans ce troisième tome, avec de nouvelles difficultés : mais cette fois, ce n'est plus tant l'insistance d'Héloïse qui pose problème, mais celle de son frère Amaury qui a, accidentellement, découvert l'existence de Charlotte. Et ce n'est pas pour rassurer un certain Gabriel, qui commence légèrement à perdre le contrôle de ce qui arrive...
J'ai beaucoup aimé cette suite, hormis certains détails qui manquent de crédibilité ; heureusement, la série est suffisamment réaliste pour passer outre. L'histoire se focalise sur la relation naissante entre Charlotte et Gabriel, relation déjà menacée par de multiples facteurs, malheureusement. On découvre une nouvelle face de Gabriel qui, derrière ses airs calculateurs, cache un manque profond de confiance en lui, ce qui le rend beaucoup plus attachant dans ce tome. Amaury laissera lui aussi tomber son masque en laissant paraître quelques-unes de ses faiblesses (ainsi que son côté gamin qui nous avait été dissimulé jusqu'à présent, soit dit en passant).
Les dessins, l'ambiance et les couleurs sont toujours aussi agréables, avec cette touche manga qui rend certaines cases vraiment très cocasses.
Hâte de lire la suite !

par Shanen
Un garçon comme une autre Un garçon comme une autre
Joël Breurec   
Présentation de l'éditeur (Oskar) :

Les grandes vacances commencent pour Ewen, jeune garçon de 14 ans. Elles devaient ressembler à celles de l’année passée : juillet à l’Ile-aux-Moines, avec sa mère et son meilleur copain, Théo ; août chez son père, à Saint-Malo. Mais avant l’arrivée de Théo, Ewen fait la connaissance de Mathis, 13 ans, le petit-fils du gardien de la propriété familiale. Très vite, ils sympathisent. Voilà longtemps déjà qu’Ewen se sent attiré par les garçons. Un soir, Mathis rejoint Ewen sans sa chambre. Les amis deviennent amants. Cette découverte se poursuit les jours suivants jusqu’à ce que la petite sœur de Mathis les surprenne …

par dadotiste
Prince captif, Tome 1 : L'Esclave Prince captif, Tome 1 : L'Esclave
C. S. Pacat   
Bon, bon, bon. Par où commencer ?

Tout d'abord, je vais commencer par dire que j'ai adoré. En fait, je me suis carrément délectée de ma lecture. C'était super.

J'ai beaucoup entendu parler du PRINCE CAPTIF avant de me décider à m'y plonger à mon tour.
Et une fois qu'il s'est retrouvé dans mes mains, avant même que je l'ai commencé, il était clair dès le départ que ce livre terminerait dans ma liste de diamant et se révèlerait être un coup de cœur. Pour cause, L'ESCLAVE avait tout ce dont j'avais besoin qu'il ait pour pouvoir le définir en tant que tel.

Dans ce premier tome d'une trilogie qui promet d'être tout bonnement épique, C.S. Pacat nous fait découvrir un univers aussi fascinant qu'impitoyable, avec des intrigues de cour, des complots et des manœuvres politiques parfaitement bien réfléchies. Et avec des personnages forts de caractère qu'on se plait à aimer parce qu'ils sont tout simplement parfaits dans le rôle qu'ils jouent dans cette histoire.

C'est un mélange drôlement bien fait d'esclavage, de trahisons, plein de suspens et où les personnages sont loin d'être des imbéciles. Et attention aux apparences car certains cachent très bien leur jeu.

On se laisse très facilement emporté par la vague de questions et d'émotions qu'apporte le PRINCE CAPTIF. Chaque mot qu'écrit l'auteure est un nouveau sentiment, une nouvelle émotion, qui s'emparait à coup sûr de tout mon être. Et pour être tout à fait honnête, c'est une lecture qui m'a plu comme peu réussissent à le faire.

Déjà, la plume de C.S. Pacat est tout simplement captivante. Elle est riche, fluide, descriptive et tout bêtement entraînante.

Ensuite, l'histoire, tout comme les personnages, est d'une crédibilité sans faute ! On y croit du début à la fin. À aucun moment on ne va se dire que telle ou telle chose fait tache dans le décor et que ça ne marche pas. Loin de là ! Tout concorde à la perfection !

Pour faire un court résumé de l'histoire, c'est celle de Damen, prince héritier du trône d'Akielos, qui se retrouve suite à une trahison qu'il n'attendait pas de la part de son demi-frère, Kastor, au cœur du royaume ennemi à servir pour le prince héritier de Vère en tant que son esclave personnel. Prince héritier, Laurent, qui ne porte déjà pas les akieloniens dans son cœur mais encore moins le prince héritier de ce fameux royaume... Du coup, on peut deviner sans problème que si Damen tient à garder sa tête, il va devoir faire profil-bas et tout mettre en œuvre pour que sa véritable identité ne soit pas découverte.

Alors tout au long de ces 312 pages, nous suivons principalement Damen dans ses aventures à la cour de Vère qui est loin d'être un doux paradis... surtout pour lui qui est l'esclave personnel de Laurent !

Pour parler des personnages, ils sont tous parfaits dans leur rôle ! On ne peut pas ne pas les aimer, même si ce ne sont ni des tendres ni des anges.

Mais plus particulièrement, je voudrais parler de Laurent.
Comment vous expliquer que je voue un culte à ce personnage ? Ce n'est pas un être parfait, bien loin de là. C'est même un jeune homme cruel, sournois et froid. Il a tout de l'anti-héros dans toute sa splendeur ! Et c'est ce qui fait que je l'aime tant. Il n'est pas spécialement gentil et il ne s'en cache pas. Il est même plutôt hypocrite, manipulateur et égoïste. Il est fier, arrogant mais par dessus tout il est crédible de la tête aux pieds.
Et malgré le fait qu'il soit tout ce que j'ai pu citer plus haut et plus encore, on ne peut pas vraiment mépriser ce personnage. Pour ma part en tout cas. Il fait certes des trucs qui lui vaudraient bien des claques dans la tronche et pire encore mais il n'en reste pas moins fascinant, captivant et passionnant. Mais par dessus tout, je l'avoue, je me suis attachée à lui.
Je crois même que sans ce personnage et tout ce qu'il représente, l'histoire n'aurait aucun intérêt et serait bien fade.
Ok, je l'avoue, c'est mon personnage préféré ! Eh oui !
Aussi, je crois qu'au-delà des apparences se trouve un jeune homme dont la haine causée par la mort de son frère des années auparavant cache quelqu'un de bien et de digne de confiance.
Je pense, après ça reste à prouver... scientifiquement parlant, c'est une ordure de première. ^^

Ensuite, quant à Damen c'est le héro par excellence quand on y pense bien. Mais c'est loin d'être gênant. Et puis il n'est pas parfait non plus, n'allez pas croire. Néanmoins, il est moins tout ce qu'est Laurent. J'irais même jusqu'à penser qu'ils sont aux antipodes l'un de l'autre.
Damen, malgré le fait qu'il soit dans un merdier total et traité comme un esclave alors qu'en réalité il est un prince, ne se laisse pas démonter par tout ça. Il reste fort, il encaisse les coups (aussi bien au sens propre qu'au sens figuré) et malgré le fait qu'il soit tout en bas de l'échelle alimentaire dans ce royaume, il ne perds jamais une occasion de dire ce qu'il pense.
Tout comme Laurent, il est intelligent mais contrairement à ce dernier, il ne se sert pas de cette intelligence pour manipuler les autres.
Alors bon, certes Damen n'est pas parfait mais il l'est quand même plus que Laurent. C'est peut-être la raison pour laquelle je l'ai aimé -ah ça oui !- mais pas autant que ce dernier. Mais bien-sûr, je me suis attachée à lui comme je m'attacherais au dernier carré de chocolat de la planète. ^^

Quant à la relation entre ces deux personnages, c'est un pur régal ! Chaque fois qu'ils se retrouvent au même endroit, ça sent la tension à plein nez !
Si je devais décrire leur relation en quelques mots, je serais obligée de dire : tendue (comme une chaine sur le point de se briser), fascinante (à en donner des frissons), addictive (parce qu'on veut toujours un peu plus de Laurent/Damen), brutale (suffit de lire un certain passage par rapport à une croix pour le savoir ^^), sensuelle (à vous en faire baver et étouffer) et enfin, étrangement touchante (eh oui, aussi incroyable que ça puisse paraître et pour des raisons que je ne m'explique pas, je l'ai trouvé touchante...).

En gros, PRINCE CAPTIF c'est le genre de lecture qui ne vous laisse pas indemne. Vous refermez votre livre en vous disant que vous avez couru un marathon et vécu une expérience de dingue.

Finalement, j'ai eu l'impression de découvrir une histoire poétiquement brûlante. J'explique mon expression peu claire.
Enfin, je vais essayer.

La plume de l'auteure, que j'ai décrite plus haut, rend tout (personnages, histoire, univers, situation) poétique sans que ça ne le soit pour autant. Et tout ça rend la lecture brûlante. Parce que tout du long on sent notre cœur s'embraser à un regard croisé, à un acte fait, à une parole dite. Tout, quoi.
Poétiquement brûlant. Un peu comme si en lisant ce bouquin, on prenait feu. Comme si le livre était la boite d'allumette et moi, je suis l'allumette. Et que la dureté de l'univers le rendait presque beau.

Toujours pas clair ? J'avoue que j'abandonne pour le coup. Je n'arrive pas à expliquer mais c'est ce que ça m'a fait ressentir.
Et puis, au final, personne n'a dit que ce qu'on ressentait était toujours clair ! ;)

Et parce que mon commentaire va dans tous les sens, je voudrais rapidement revenir sur Laurent.
N'oublions pas que c'est un prince qui n'avait pas prévu de se préparer un jour à être roi puisqu'il est cadet et que c'est donc son frère qui aurait dû monter sur le trône et diriger Vère.
Aussi, tout le monde passe son temps à comparer Laurent à ce fameux frère (Auguste).
Je pense donc qu'il est probable qu'il soit devenu si froid et tout ça un peu à cause de ça. Bien entendu, je me trompe sûrement mais voilà.
Ensuite, je me suis souvent dit qu'il cachait le fait qu'il soit intelligent. Quand on pense Laurent on pense : manipulateur, arrogant, nonchalant, malin, tout ce qu'on veut. Mais pas vraiment intelligent alors qu'en réalité, le petit est loin d'être bête !
Et pour terminer, à mes yeux, Laurent est un véritable mystère que j'espère pouvoir élucider lors des deux prochains tomes.

De plus, la petite histoire qu'il y a à la fin à propos d'Erasmus,m'a énormément plu ! C'était court mais vraiment bon ! Un excellent bonus.

Tout simplement, C.S. Pacat m'a offert un voyage au cœur d'une œuvre à couper le souffle, qui donne des frissons et à la fin, on ne peut qu'en redemander ! :)

par Sheo
Le Meilleur des mondes Le Meilleur des mondes
Aldous Huxley   
un livre troublant, à la fois futuriste, mais ô combien réaliste. J'ai adoré le livre, et l'avertissement que l'auteur nous lance, un peu à la Big Brother. L'auteur dépeint un monde vide d'émotion réelle, un peu automatique, un endroit ou le malheur n'existe pas... ni même le bonheur, au fond. Le roman peut semblait très futuristes et fort extrémistes aux yeux de plusieurs, mais au fond... qui sais si ce n'est pas tranquillement le chemin que la société est déjà en train d'emprunter, malgré tout.

par myastas
Cherub, Tome 1 : 100 jours en enfer (BD) Cherub, Tome 1 : 100 jours en enfer (BD)
Robert Muchamore    Ian Edginton    John Aggs   
Avant de le lire, j'ai tout de suite apprécier son format américain (17.6x26.7x1.4 cm). Après, quant on le lit, il y a des points négatifs: la coupe de cheveux de Kerry, James n'a pas de relation amoureuse et des points positifs: il y a beaucoup de pages, je n'es pas été trop déçu des dessins, cela raconte très bien l'histoire du livre....
Bref: il est digne d'etre la version BD du premier livre Cherub.

par babaOM
Fahrenheit 451 Fahrenheit 451
Ray Bradbury   
Une oeuvre vraiment incroyable . On se retrouve face à des problèmes d'actualité . Bradbury a réussi à mettre le doigt sur le souci de notre société: les écrans, la télé et par extension internet ? On parvient à noyer les gens sous une tonne d'images, à les lobotomiser pour mettre de côté l'essence même du savoir: le livre. Quand les gens pensent, la population est moins facilement contrôlable alors que face à un écran, léthargique, on parvient à leur faire croire tout ce que l'on veut .
Un thème est quelque peu marquant pour l'époque et laisse planer une ombre assez mortifiante :
" La scolarité est écourtée, la discipline se relâche, la philosophie, l'histoire, les langues sont abandonnées, l'anglais et l'orthographe de plus en plus négligés, et finalement presque ignorés. On vit dans l'immédiat,[...] Pourquoi apprendre quoi que ce soit quand il suffit d'appuyer sur des boutons"
On est en droit de se demander si Bradbury n'avait pas déjà tout compris d'avance .

par Sadess
Ravage Ravage
René Barjavel   
C'est un livre incroyable. L'histoire presque plausible de toute une société qui s'effondre et se détruit elle même à cause d'une chose aussi banale qu'une coupure d'éléctricité. C'est terrifiant, et pourtant ça n'est pas totalement impossible que ça nous arrive un jour! Enfin bref, un livre magnifique.

par Idle