Livres
473 178
Membres
446 735

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

J’ai déjà dû subir les pleurnicheries d’un paratonnerre sur pattes. Je n’ai pas l’intention de supporter les humeurs d’un prince bougon qui se prend pour une allumette. 

Afficher en entier
Extrait ajouté par Echco 2017-05-02T11:56:12+02:00

Ceux qui savent à quoi ressemblent les ténèbres sont prêts à tout pour rester dans la lumière

Afficher en entier

"- Tu sais de quoi il s'agit...

Comment pourrait-il en être autrement ? J'ai tellement rêvé de cette clé...

- Je vais te proposer un marché, ajoute-t-elle.

- Je t'écoute, murmuré-je sans quitter des yeux le petit objet en fer. Je te donnerai n'importe quoi.

Evangeline m'attrape par le menton, me forçant à la regarder. Elle n'a jamais paru aussi désespérée, même dans l'arène. Ses yeux s'embuent de larmes et sa lèvre tremble.

- Tu as perdu ton frère. Ne me prend pas le mien."

Afficher en entier

"J'essaie d'oublier Cal et Maven, de me concentrer sur la route qui m'attend. J'ignore où elle me mènera.

Quelque part au loin, quelque part dans mes os, le tonnerre gronde.

Ils vont s'entretuer, et nous les laisserons faire."

Afficher en entier
Extrait ajouté par Echco 2017-05-08T09:06:04+02:00

Lorsqu’il se lève, la peur glaciale qui se répand dans mon ventre n’a rien de factice, elle non plus. Il contourne la table à longues enjambées élégantes et je contracte chacun de mes muscles. Je me tends pour ne pas trembler. En vain. Je me prépare au coup qui va suivre… Pourtant, il me prend le visage entre deux mains étonnamment douces. Ses pouces viennent se placer sous ma mâchoire, à quelques centimètres de ma jugulaire.

Son baiser est encore plus brûlant que la marque qu’il a laissée sur ma clavicule.

La sensation de ses lèvres sur les miennes est la pire des violations. Dans mon intérêt, je me concentre sur mon objectif et je presse mes poings contre mes cuisses. J’enfonce mes ongles dans ma peau plutôt que dans la sienne. Il faut que je le convainque comme j’ai convaincu son frère. Il faut qu’il me choisisse… Pourtant, je ne trouve pas la force d’ouvrir la bouche.

Il s’écarte en premier. Ses yeux fouillent les miens à la recherche du mensonge que je cache au plus profond de moi.

— J’ai perdu la moitié de ceux que j’aimais.

— À qui la faute ?

Étonnamment, il tremble encore plus fort que moi. Il recule et se griffe l’intérieur des paumes. Le geste me surprend : je fais la même chose. Quand la douleur mentale est trop forte, je cherche à en créer une autre. Remarquant que je l’observe, il se fige et plaque ses deux bras le long de son buste.

— Elle m’a fait perdre une bonne partie de mes mauvaises habitudes, admet-il. Mais pas celle-là. Certains travers reviennent toujours.

Elle. Elara. Son œuvre se tient sous les yeux. Le garçon transformé en roi à force de tortures qu’elle a fait passer pour de l’amour.

Il se rassied lentement. Je ne le lâche pas du regard, consciente de le déstabiliser. Je le trouble et je ne m’en explique toujours pas très bien la raison.

La moitié de ceux que j’aimais. Je ne sais pas pourquoi j’entre dans cette catégorie. Mais c’est la raison pour laquelle je respire encore aujourd’hui. Prudemment, j’oriente à nouveau la conversation sur Cal.

— Ton frère est vivant.

— Malheureusement, oui.

— Et tu ne l’aimes pas ?

Il garde la tête baissée, pourtant son trouble transparaît : ses yeux restent rivés sur un rapport. Pas parce qu’il est surpris ou même triste. Il a l’air plus perplexe qu’autre chose, un petit garçon qui cherche à assembler un puzzle dont il manque un trop grand nombre de pièces.

— Non, finit-il par mentir.

— Je ne te crois pas.

Je secoue la tête. Je me souviens très bien d’eux tels qu’ils étaient. Des frères, des amis, élevés ensemble pour faire front contre le reste du monde. Maven ne peut pas se couper de tels souvenirs. Même Elara n’a pas pu briser de tels liens. Peu importe que Maven ait tenté de tuer Cal à plusieurs reprises : il ne peut nier ce qu’ils étaient à une époque.

— Tu es libre de croire ce que tu veux, Mare.

Comme plus tôt, il joue l’indifférence, déployant des trésors d’énergie pour me convaincre que son frère ne représente rien à ses yeux.

— Je sais, moi, que je ne l’aime pas.

— Ne mens pas, Maven. J’ai des frères et une sœur moi aussi. Et les choses sont compliquées, surtout avec Gisa. Tout lui réussit mieux, elle a toujours été plus douée, plus gentille, plus maligne. Tout le monde la préfère.

J’exploite mes anciennes angoisses, m’en sers pour tisser une toile dans laquelle prendre Maven.

— Je te parle en connaissance de cause : perdre l’un d’eux, perdre un frère…

Ma respiration s’emballe, mon esprit aussi. Continue, puise dans ta douleur.

— Rien ne fait aussi mal.

— Shade, c’est bien ça ?

— Je t’interdis de prononcer son nom ! m’emporté-je, oubliant un instant mon objectif.

La blessure est trop récente, trop à vif. Il ne bronche pas.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Echco 2017-05-02T11:16:15+02:00

Je croyais savoir ce que c’était qu’avoir le cœur brisé. Je croyais que Maven l’avait piétiné. Quand il s’est relevé et m’a laissée à genoux. Quand il m’a avoué que tout ce que je pensais savoir de lui n’était que mensonge. Mais à l’époque, j’étais persuadée que je l’aimais.

Je sais, désormais, que j’ignorais tout de l’amour. Et de la souffrance d’un cœur brisé.

Se tenir face à celui qui est tout pour vous et s’entendre dire que vous n’êtes pas suffisante. Que vous n’êtes pas celle qu’il choisit. Que vous n’êtes qu’une ombre à côté du soleil qu’il continue à représenter à vos yeux.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Echco 2017-05-08T08:55:29+02:00

— J’ai entendu dire que tu recommençais à casser des objets ?

— Tu as mauvais goût en matière de vaisselle.

Il adresse un sourire au plafond. Un sourire en coin. Le même que son frère. L’espace d’une seconde, leurs deux visages se confondent. Avec un sursaut de surprise, je me rends compte que j’ai passé plus de temps ici, au palais, qu’avec Cal. Les traits de Maven me sont plus familiers que les siens.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Echco 2017-02-12T13:31:34+01:00

I love your brother, Maven. You were right. You are only a shadow, and who looks at shadows when they have flame? Who would ever choose a monster over a god

Afficher en entier

- Tu crois que j'ai envie de te garder prisonnière ? C'est le seul moyen que j'ai trouvé pour que tu restes avec moi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Anaismx 2017-05-05T15:59:04+02:00

- Tu as eu tort de tuer Elara, me lance-t-il sans prendre la peine de modérer sa menace. Elle décortiquait les cerveaux avec une précision chirurgicale.

Il se penche vers moi, on dirait un homme affamé sur le point de dévorer un repas.

- Moi, je suis un boucher.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode