Livres
600 624
Membres
684 393

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Or

Une deuxième partie vraiment trop intense.

Je ne reviendrais pas sur la plume qui est juste trop addictive, à m’en tenir éveiller la nuit.

Une plume prenante, intense, drôle et poignante.

C’est écrit comme une poésie sur la guerre.

Remplit de tension, de réflexion et de retournement de situation toujours plus intense.

Le mot qui définit cette histoire ? Tension.

L’intrigue étant posé, on continu de suivre les personnages et ici on comprends mieux le lien entre les différent personnages. Leur intension et leur motivation.

Comme lors du précédent j’ai adoré Lyria mais un peu moins Éphraïm. Lyssandre, je ne dirais rien sur lui.

L’auteur apporte vraiment une touche en plus avec ces personnages.

Une touche de haine, comme un retour en arrière de la première trilogie.

Comme pour garder un pieds dans les témoignages des sous-couleur. Comme pour garder une trace et nous montrer que malgré toute la volonté on ne peut pas tout changer.

Que le héros de certain peut-être l’ennemi d’autre.

J’ai beaucoup aimée les relations entre les personnages.

Entre trahison, amour, tristesse, vengeance.

Un bon cocktail explosifs.

Je dois dire que cette fin. Digne de l’auteur. J’en ai eu le souffle coupée, les larmes aux yeux, une rage intense.

Afficher en entier
Or

Mon avis concerne les deux parties et pour contextualiser un peu mon avis, il y aura quelques spoils de la fin de la première trilogie.

Tout d’abord, ça m’a fait du bien de le relire, j’avais oublié presque tout sauf un passage qui m’a brisé le coeur. Je n’ai pas eu exactement le même ressenti que la première fois. J’ai trouvé Lyria plus touchante dès le début, mais après elle a continué à me gonfler un peu. Ce n’est pas un personnage que j’apprécie plus que ça même si je comprends son point vue. Elle s’arrête un peu trop au premier constat sans chercher plus loin.

J’ai beaucoup aimé Lysandre et je l’ai détesté en même temps pour certains choix qu’il fait, même si là aussi je comprends pourquoi. C’est un peu toute la beauté de ce livre, nous faire aimer et détester des personnages, des situations.

J’aime de tout coeur Darrow mais ça fait mal par moment de voir ce qu’il est devenu, la manière dont on le voit alors qu’il n’a jamais voulu ça. Ça permet énormément de relativiser sur tous les personnages, il n’y a pas seulement les gentils et les méchants mais ceux qui veulent protéger leurs familles, leurs peuples, leurs idéaux. Chacun devient le « méchant » de l’autre et tout devient une question de point de vue.

Seul point que je trouve vraiment dommage, c’est qu’au final, on voit peu le quotidien ou les problèmes rencontrés par Mustang. Vu sa fonction, ça aurait pu être tellement intéressant. Elle est un peu trop reléguée au second plan pour moi alors que c’est un bon exemple de femme forte.

Ce livre sait me toucher, atteindre mon âme comme peu l’ont réussi et j’ai toujours du mal à comprendre pourquoi cette saga est si peu connue.

Afficher en entier
Diamant

J'appréhendais beaucoup la suite de ma trilogie préféré, et je ne suis absolument pas déçue. L'histoire est présente et découvrir la suite de ce livre est juste incroyable. Le personnage a Darrow a tellement évolué et je continue à l'apprécier de plus en plus. L'écriture est toujours aussi belle

Afficher en entier
Diamant

On replonge aux côtés de Darrow dans cette guerre et ces jeux de pouvoir qui n'en finissent plus.

Le gros point fort reste les changements de points de vue à chaque chapitre qui offrent au lecteur suffisamment d'éléments pour réfléchir par soi-même et ne pas forcément approuver tous les choix de tous les personnages. Parce que oui, ce n'est pas toujours simple de s'y retrouver dans cet univers incroyablement riche en personnages, relations, enjeux et desseins divergents. Quasi impossible donc de déterminer lequel défend la cause la plus noble ou la plus juste, chacun ayant son histoire, sa Couleur, ses démons.

Bref, j'ai encore une fois passé un très bon moment de lecture entre la Lune, Vénus ou Mercure et j'espère pouvoir poursuivre l'aventure encore un peu !

Afficher en entier
Diamant

Comme d'habitude, j'ai adoré. J'ai beaucoup aimé découvrir de nouveaux protagonistes. Si au début, on attache logiquement une importance supérieure au point de vue de Darrow, cela s'estompe assez vite. Notons que les transitions sont fluides et savent maintenir un bon suspens ! Comme toujours, les enjeux politiques sont très intéressants. L'alternance des points de vue offre une omniscience plaisante (ou frustrante) au lecteur tout en lui permettant d'explorer différentes positions par rapport à la Guerre. Sans jamais entrer dans des tranchées manichéennes, où l'on se dit : voici celui qui pense le mieux, ce mélange nous permet de réfléchir sur notre propre point de vue et de le remettre en question. Cela questionne aussi nos propres valeurs, tout en les titillant fréquemment avec les retournements de situation. Bref, je suis vraiment happée par cet univers (à tel point que je suis presque prête à me taper 800 pages en VO pour y rester!). A lire !

Afficher en entier
Diamant

https://littcentcinquante.wordpress.com/2020/09/30/red-rising-tome-4-iron-gold/

Il y a un peu plus d'un an, j'ai lu et chroniqué Dark Age, le T5 de Red Rising. Mais je n'ai jamais fait de chronique du T4 (y'a pas trop de raisons pour expliquer cette anomalie). Alors me voilà enfin avec une p'tite review de Iron Gold (2 tomes en France, un seul en vo, vous commencez à connaître la chanson) sans spoilers comme d'habitude (le mieux est de connaître les tomes 1 à 3 quand même)

Je vais commencer ma chronique en expliquant pourquoi, à mes yeux, Iron Gold amorce les véritables enjeux de la saga Red Rising, la faisant passer d'une série dystopique pour ado/adultes à du space-opera qui pète du feu de dieu. Le 1er cycle de RR, les 3 premiers tomes, mettent en scène l'immersion de Darrow, esclave Rouge, dans la Société Or, qu'il compte détruire de l'intérieur. Un monde imparfait, un héros de génie, une floppée de personnages attachants et imparfaits. Un monde en ruine, des têtes qui tombent… Morning Star, T3, nous laisse une galaxie au destin en suspens, où tout est à refaire. Et c'est justement "ce tout est à refaire" qui est très souvent laissé de côté dans les dystopies pour ados. Ce qui me frustre très très souvent. Mais Pierce Brown a pris son courage à deux mains, a fait le pari de perdre une partie de ses lecteurs, de faire évoluer l'âme de Red Rising, pour ouvrir un second cycle, plus adulte, plus sombre, plus politique. Iron Gold signe le début de la suite, du renouveau, de la reconstruction. Dix ans plus tard, nous voilà aux côtés de Darrow, seigneur de guerre trentenaire à l'âme éraflée par une décennie de conflits aux quatre coins du système solaire. Mais ce n'est pas tout : nous voilà dans la tête d'Ephraïm, Gris désabusé et freelance du crime, Lyria, Rouge désillusionnée par la République et sa Souveraine, Lysandre, héritier oublié d'une ancienne civilisation centenaire. Cet ajout de PDV a dû déplaire à certains, mais, à mes yeux, il est obligatoire pour amener plus de questionnements, de tension, d'intérêt à la série. Le 1er cycle de RR avait un côté un peu "fermé" comme nous avions un PDV unique. Ces nouveaux personnages apportent une vision différente de la République, des politiques du Noyau et de la Bordure, des vécus des habitants du système solaire. Dans ce tome, il n'est plus question de se cacher, de détruire une société depuis l'intérieur… La guerre y est beaucoup plus brutale, nette, tranchante. Guerre dans la boue, dans les champs, bien sûr, mais aussi guerre philosophique, guerre politique, au Sénat, dans la Bordure, sur Vénus… Les mondes se mélangent, les systèmes politiques aussi. Et je dois avouer que je trouve tout ça passionnant pour ma part (c'est encore plus accentué dans Dark Age).

Malgré ces apports de philosophie, de réflexion, de psychologie, Iron Gold est encore très axé action et rebondissements. En définitive, on ne s'ennuie pas, on craint (encore, toujours) pour la vie des personnages. P. Brown n'a franchement pas peur de tuer ses persos, et ce n'est jamais gratuit. Les destinées se croisent, les multiples PDV permettent de donner plus de profondeur aux événements, aux autres personnages. Les PDV mélangés sont pour moi une richesse vis-à-vis des persos : j'adore la façon qu'ils ont tous de se jauger, juger, observer. Les qualités de l'un ressortiront aux yeux de tel, et les défauts aux yeux d'un autre. Les personnages que l'on commence à bien connaître en sont encore plus passionnants (je pense à Darrow et Mustang notamment). Parfois Dieux, admirés, craints, de temps en temps esclaves de leur destinée ou de leurs désirs, haïs et méprisés. Iron Gold permet à certains personnages, absents ou presque du 1er cycle, de prendre leur envol (Lysandre, Apollonius, Ephraïm, Lyria, Didon, Alexandar…). Les anciens ne sont pas oubliés pour autant et certains fantômes sauront tirer quelques sourires ou quelques larmes (Cassius, les Télémanus, Danseur, Colloway…). Petit aparté sur Darrow : il est loin, le jeune Rouge enragé qui se croyait capable de tout faire pour venger sa bien-aimée et des siècles d'esclavagisme de sa Couleur. Notre héros est devenu un homme déchiré par l'épuisement, la lassitude, les regrets de la guerre. Il est plus froid, moins passionné, plus calculateur que jamais. Son intellect tend à devenir glaçant par moment. C'est un personnage tout aussi formidable par sa capacité fédératrice et sa hargne d'en découdre avec un monde injuste, mais il est plus imparfait que jamais. Il me rappelle le Darrow du T2 qui hurlait sa rage et sa solitude dans le vide dans l'attente qu'on le soutienne pour de bon. Là, Darrow est loin de ses anciens amis, loin de ses repères et de ses terres natales. Même s'il est entouré, il semble s'enfoncer de plus en plus dans son rôle, dans sa solitude de seigneur de guerre. On craint presque plus pour ce qu'il pourrait devenir que ce qui lui arrive vraiment dans le T4.

Du côté de l'univers, celui présenté dans le 1er cycle semble presque fade tant Iron Gold ouvre sur le reste de la galaxie du Soleil et nous fait découvrir des mondes que nous ne connaissions pas : la Bordure, Vénus, Mercure. Ces escapades nous permettent de découvrir les grandes figures qui règnent sur ces planètes et les codes qui les régissent : les Raa, le Seigneur Cendré et Atalante, les Valli-Rath…

Même si Iron Gold a clairement un goût de transition entre l'ancien et le nouveau cycle (je pense qu'à l'instar du T1, ce sera le ""moins"" bon de son cycle), il ouvre tellement de possibilités, amène tant de nouveaux enjeux, qu'il reste passionnant dans son rôle même de médiateur entre deux époques.

Afficher en entier
Lu aussi

Enfin fini. Je n’ai pas accroché. Lysandre m’a exaspéré.

Content d’en avoir fini.

Afficher en entier
Lu aussi

Cette deuxième moitié de tome poursuit la mise en tension amorcée dans le premier, afin de relancer la série.

Afficher en entier
Diamant

Suite directe du tome 4, la partie 2 d'Iron Gold est tout aussi palpitante !

Les changements qui se sont opérés chez Darrow en 10 ans en font un homme différent, et donc un personnage différent. Et bien que certains changements me déplaisent un peu, ils apportent une nouvelle couche à la complexité déjà importante du personnage, ce qui ne le rend que plus intéressant.

J'ai hâte de lire la suite !!

Afficher en entier
Bronze

Red rising et moi c’est une grande histoire d’amour, les intrigues, la force, la complexité de ses personnages en font une saga top, mais toutes ces suites à rallonge ...il y en a tellement ...j'en ai marre !!!! Les deux ou trois premiers tomes OK mais après cela devient à bout de souffle !!!!Moi en tous cas je suis vraiment lasse !!!!!!!!

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode