Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de rei_ : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Grace and Fury, Tome 1 Grace and Fury, Tome 1
Tracy Banghart   
Avis complet : http://vibrationlitteraire.com/grace-and-fury-de-tracy-banghart/

Un premier tome addictif !

Dans ce récit, nous suivons deux sœurs, Serina et Nomi, dans un monde très particulier. En effet, dans cet univers, les hommes sont au pouvoir, et les femmes sont totalement opprimées. Elles n’ont pas le droit de choisir leur destinée, d’avoir une opinion, de savoir lire, elles n’ont presque pas le droit de vivre au final…
Les deux sœurs sont totalement différentes, mais elles sont tout de même très proches. Serina aspire à devenir un Grâce du prince héritier, donc une femme soumise à l’extrême, destinée à être exhibée, utilisée pour sa beauté. Quant à Nomi, elle abhorre ce système et n’aspire qu’à se rebeller contre l’oppression des femmes. Leur destinée va se retrouver échangée. La petite poupée va se retrouver dans des conditions abominables de survie alors que la rebelle va devoir donner le change en tant que Grâce, dans ses corsets et ses cours de danse…

J’ai vraiment adoré ce roman qui m’a totalement happée dès le départ. J’ai beaucoup aimé les deux sœurs qui se protègent l’une l’autre, et surtout évoluent d’une façon impressionnantes lorsqu’elles se retrouvent éloignées l’une de l’autre. Leur force de caractère m’a beaucoup plu et, au final, on se rend compte que chacune va passer les épreuves auxquelles l’autre était bien plus préparée… En effet, Nomi se retrouve à devoir dompter son insolence et son rejet massif du système, étant comme prisonnière du palais. Serina, elle, va devoir oublier son côté soumis et délicat si elle veut survivre sur l’île-prison où elle est envoyée…

Vous vous doutez bien que le message important de ce roman est bien sur le thème des droits des femmes. La dédicace de ce roman, tout au début, annonce d’ailleurs déjà bien cette idée !

J’ai dévoré cette histoire à deux voix, avec une petite préférence pour les aventures de Nomi au palais… En effet, j’adore lorsqu’il y a des manigances au palais ! Serina, quant à elle, se retrouve plongée dans un univers d’une extrême violence. Du coup, c’est assez déstabilisant de passer de l’une à l’autre à chaque chapitre, l’une devant se battre pour survivre, l’autre devant donner l’illusion d’obéir aux règles, les différences sont majeures et j’ai beaucoup aimé ce côté-là !

Enfin, je dois dire que je regrette le fait que le dénouement soit si prévisible. Il y a quelques surprises, mais globalement on voit les rebondissements arriver à des kilomètres et c’est bien dommage ! Ça reste un thème assez habituel de rébellion dans un système dictatorial…

La fin est une sorte de cliffhanger qui m’a un peu frustrée, mais du coup j’ai très envie de savoir la suite !
L’histoire est vraiment centrée sur Nomi et Serena, ne laissant que peu de place aux personnages secondaires qui se retrouvent du coup un peu moins développés qu’on le souhaiterait. On s’attache malgré cela à la plupart des personnages et on tremble devant la fin explosive pour beaucoup d’entre eux !

Grace and Fury a été une très bonne lecture pour moi. C’était addictif et j’ai vraiment beaucoup aimé l’évolution de ces deux soeurs dans leur enfer personnel. Cependant, je pense que certaines choses auraient pu être mieux traitées et certains personnages importants plus développés. J’ai tout de même passé un très bon moment et j’attends vraiment la suite avec beaucoup d’impatience !

par Mayumi
Les Ailes d'émeraude, Tome 2 : L'Exil Les Ailes d'émeraude, Tome 2 : L'Exil
Alexiane De Lys   
Ça y est enfin le tome 2 est terminé et envoyé à la rédaction ! ;)
Un livre vraiment bien à la hauteur du un bien que ce ne soit qu'un livre de transition donc moins d'action mais qui vous prépare à un tome 3 qui décoiffe.
Je peux vous dire que c'est vraiment le cas !!
Entre Gabriel et Cassiopé (ouaaaah c' est trop beau <3 <3) mais aussi une suite juste magique et formidable. Mais bon ne parlons pas tout de suite du 3 le 2 viens à peine d'être sorti. Hihi dsl je suis juste super existé.
En ce qui concerne ce deuxième tome j'ai vraiment aimé me retrouver dans l'esprit de notre Gabriel, égal à lui, fort et mystérieux.
Notre Cassi reste la même bien que endurcis par certaines épreuves, des pertes douloureuse, et bien d'autre encore.
Il est vrai que L'Exil est beaucoup plus sombre que le premier tome. Mais cela ne restera pas ainsi eternellement.
Je me suis beaucoup attachée à Deb qui va devenir le plus féroce des protecteur de Cassi, le plus comique aussi je dois dire! (mais rien ne remplace Goliathe pour moi hein)??
Bref je n'en dirais pas plus à part que je suis toujours autant attaché à nos héros et amis de Cassiopée, Isha, Arth, Tom, Ethan, la bonne vieille Saphira, morgane que l'on redécouvre totalement, notre éternelle Mike, et bien sûr Gabriel...
Merci encore Alexiane pour cette suite fabuleuse et cette aventure que tu continue à nous faire vivre avec toujours autant de magie...

Et VIVE la suite !!


par ilona24
Les Ailes d'émeraude, Tome 3 : L'Île des secrets Les Ailes d'émeraude, Tome 3 : L'Île des secrets
Alexiane De Lys   
Ah non mais là je suis choquée !!! La couverture ?! Mon Dieu, l'histoire est incroyable mais les couvertures sont de plus en plus affreuses ! Sérieux, c'est qui ce mec ? Déjà, la couverture du 2, j'ai vu le même mannequin (même posture) sur une autre saga (aucun effort de réalisation) mais là, c'est du haut niveau, c'est pas possible ! Je lirais l'histoire car l'écrivaine a du TALENT mais voilà, déçue !
Ps: Pour un p'tit sondage, mettez un petit coeur si vous êtes d'accord avec moi et sinon appuyez sur le pouce vers le bas si vous adorez l'illustration :)
Pss: J'adore quand même l'histoire et l'auteur : pas de conclusion trop hâtive pls

Et me re-voilà ! Ça y est une autre page qui se tourne. Une de mes préférés sagas qui se termine. C'est toujours dur mais en même temps j'en pouvais plus d'attendre ce final ^^
Alors mes impressions : [spoiler]Un Magnifique Happy-End ! Plus heureux tu meurs Lol ! Nan sans rire je ne m'attendais pas à une autre fin que celle-ci et j'étais super heureuse pour toute la petite troupe de Cass ;) Merci Alexiane de nous apporter un peu de bonheur dans ce monde de brutes !![/spoiler]
Alors honnêtement, les personnages sont fidèles à eux-mêmes et j'ai toujours envie de les serrer dans mes bras ! Surtout Isha et Gabriel (Evidemment) !
L'intrigue nous tient jusqu'au bout. De l'action, du suspense (j’aurais aimé un poil plus), de l'Amouuuur, de l'humour (Love Isha qui me fait trop rire) etc etc
Alors vous allez me dire, mais pourquoi elle ne le met pas en Diamant alors ? Eh bien enfaite, j'ai hésité mais j'ai finalement choisi l'Or pour la simple et bonne raison que le déroulement m'a paru un peu trop vite. C'était mon ressenti. Le soucis avec moi c'est que je suis une amatrice d'action (de combats, je suis un peu sadique Mdr) et vers la fin, j'en attendais un peu plus. Voilà voilà je suis peut être trop exigeante. Dans tous les cas, le Tome 1 est pour moi le meilleur, la crème de la crème et je ne me laisserais jamais de le lire :p
Ah si aussi, j'ai trouvé un peu beaucoup de ressemblance avec Lux (pour ceux qui connaisse ils comprendront ) [spoiler]Genre déjà le mariage express comme Katy et Daemon à L.A, la robe rouge de Cass au gala m'a rappelé la robe rouge de Kat au bal de promo (couleur préféré de Daemon ..), le local souterrain scientifique caché (lux number 4), Cass qui se fait attrapé par une trappe qui se referme devant Gaby dans ce même local (ça vous rappelle pas une fameuse scène?). Voilà ça m'a quand même perturbé [/spoiler]
Encore un truc, j'ai rencontré Alexiane de Lys au Salon Du Livre et elle a été super gentille, souriante, patiente et j'ai eu ma petite dédicace ! Trop heureuse ;) Merci encore !



par Wanheda
Eon et le douzieme dragon Eon et le douzieme dragon
Alison Goodman   
Je l'ai lu avant de lire le Clan des Otori (c'est d'ailleurs ce qui m'a probablement poussé à le lire), et il est vraiment génial.
En revanche, j'ai appris à la fin qu'il y avait un tome 2, or il n'est pas à la bibliothèque où je vais, ce qui m'énerve ! Je le veux !!!

par Kato
Winner, Tome 1 : The Curse Winner, Tome 1 : The Curse
Marie Rutkoski   
Ce livre est sublime! On y trouve des sujets forts comme l'esclavage, la guerre entre deux peuples, et bien sûr un amour impossible au milieu de tout cela. Des personnages très complexes, avec des personnalités bien recherchées, un scénario haletant, The Curse est un roman très complet qui m'a énormément plu.

par LucyYy
Dancers Dancers
Jean-Philippe Blondel   
La passionnée de danse que je suis s'est empressée de découvrir ce roman "jeunesse" ayant comme thème principale la danse bien évidemment. De plus, j'ai pu joindre l'utile à l'agréable car travaillant dans une médiathèque et m'occupant essentiellement du côté jeunesse, j'aurai de quoi conseiller les adolescents qui me le demanderont lol C'est le 1er roman que je lis de Jean-Philippe Blondel et je pense que ça ne sera pas le dernier car c'est un auteur avec beaucoup de talent et je ne manquerai pas de le suivre à l'avenir...

Afin de ne pas spoiler l'histoire ne m'en veuillez pas de rester assez vague mais je vais tout de même vous en dire assez pour que vous puissiez vous en faire déjà une première opinion.

Ce roman est l'histoire de 3 adolescents (d'ailleurs ils seront les 3 narrateurs) qui n'auraient peut-être jamais du se rencontrer si ce n'est leur amour de la danse qui les a réuni dans ce nouveau lycée où ils ont choisi l'option danse. En effet, chacun a sa façon voit la danse comme un exécutoire face à leur vie et aux événements liés à cette dernière...

Anaïs, la seule fille de ce trio, avait pour rêve de devenir gymnaste de haut niveau. Elle a sacrifier son enfance mais aussi une partie de son adolescence pour y arriver entre entrainements et pressions. Alors qu'elle touchait presque du bout des doigts son rêve, une phrase remettra tout en cause et détruira la confiance qu'elle pouvait avoir en elle. Elle se remettra en question et décidera de s'exercer à la danse qui est un moyen pour elle de mettre son corps en mouvements mais aussi de se libérer des émotions néfastes qu'elle peut avoir telle que la colère mais aussi la déception... Mais alors que tout semblait bien se dérouler, un nouvel événement malheureux l'attend !!! Que lui est-il arrivé ? Saura-t-elle en ressortir plus forte ?

Adrien, lui, subit depuis sa plus tendre enfance le regard des gens mais aussi parfois les moqueries des gens qui ne se moquent du "handicap". Alors pour combler ce fait, il s'efforce d'être un bon gars, un bon fils, un bon élève... mais cela commence à lui peser et malheureusement il fera parfois de mauvais choix dû certainement aussi à de mauvaises rencontres. Heureusement, pour ce jeune homme qui a du mal à communiquer, que la danse, à travers ses mouvements, exprime tout ce qu'il a du mal à dire par des paroles et en dansant toutes ses émotions transparaitront enfin... Quel est ce "secret" de famille qui lui pèse ? Saura-t-il faire les bons choix ?

Quant à Sanjeewa c'est mon coup de cœur, un vrai rayon de soleil. C'et le personnage qui m'a le plus touché de part sa maturité, son empathie, sa simplicité. En effet, son passé l'a façonné et il a décidé de ne prendre que le meilleur de ce que la vie lui donne ce qui fait qu'il est tout le temps en train de sourire malgré les attaques qu'il subit parfois. Pas facile pour cet immigré Sri-Lankais, avec sa peau pus foncé que celle des autres, de se faire une place dans son quartier mais surtout au milieu de gens bourrés de préjugés. Pour ne pas perdre les souvenirs de son pays et de son passé, il a décidé de "mêler" les us et coutumes de son pays au hip-hop qu'il apprend avec des jeunes de son quartier ou qu'il encontre ça et là rendant son style de danse original et surtout bien à lui.

Vous l'aurez compris, ces 3 personnages sont si différents et pourtant ils vont se lier, se déchirer parfois, s'aimer, s'engueuler et s'éloigner mai pour mieux se retrouver surtout à travers une ultime danse !

J'ai beaucoup apprécié le fait que l'auteur ait écrit son histoire du point de vue des 3 personnages (même si un 4ème narrateur "surprise" fera son apparition à la fin du roman) car cela la rend encore plus intense, on apprend à découvrir les personnages, ça nous aide à comprendre certaines situations mais surtout on comprend comment ils vivent la danse et ce qu'elle leur procure.

Et pour ne rien gâcher, la plume de Jean-Philippe Blondel est moderne, très agréable à lire, rythmée et surtout prenante.

En conclusion je vous conseille juste de vous laisser tenter par ce roman et surtout d'entrez dans la danse mdr
Ueno Park Ueno Park
Antoine Dole   
J’ai vécu à Tokyo un petit temps et je suis donc assez touchy lorsque l’un d’entre nous, gaijin*, écrit sur le Japon et sur cette ville. Jusqu’à maintenant seul Nicolas Bouvier semblait avoir perçu le même Japon que moi : avec respect, amour mais aussi avec du recul et de la lucidité. Il y avait chez les autres un jugement déplacé ou de la moquerie ou encore une superficialité malvenue.

Mais Antoine Dole a su m’émouvoir. Il ne joue pas à l’expert, à celui qui sait tout du Japon. Il prend un panel de comportements à priori typiquement nippons et ce qui semble être des clichés (l’étudiante cloitrée chez elle, le travailleur résigné, le travesti…), les mélange à d’autres (l’enfant malade, le sans-abri,…) et les raconte à travers le prisme de l’humanité. Avec la bienveillance et la compassion qui leur sont dues, avec respect et amour. Il nous parle de croisée des chemins, de décisions qui se font sans nous parfois, de voies insolites prises volontairement ou par accident, du poids du jugement de la société. Et je pense que ce roman peut toucher tout le monde, même ceux qui trouvent que le Japon est un pays bizarre avec une culture aux antipodes de la leur. Je pense que ces personnes comprendraient, grâce à ce texte, qu’on partage tous les mêmes choses à l’intérieur.

Cette prouesse, Antoine Dole la réalise en prenant Hanami comme toile de fond. C’est une fête d’une beauté rare et propice à la renaissance, aux nouveaux départs et aux souvenirs. C’est aussi un événement éphémère, silencieux et d’une douceur infinie retranscrite élégamment par sa plume.

Une lecture courte (comme Hanami), belle et profonde qui, il me semble, ne vous laissera pas indifférents.

*gaijin (japonais, argot) : personne non japonaise.

par Keikana
Nous les filles de nulle part Nous les filles de nulle part
Amy Reed   
Franchement, je me suis prise une claque en lisant ce livre !

La narration à la troisième personne est vraiment très bien choisie, l'auteure a un style magnifique, la formation des chapitres et le fait que l'auteure donne voix à des filles inconnues (chapitres "Nous")... Les personnages sont extraordinaires, intéressants et très diversifiés (dommage qu'on ne parle pas plus de cette Adèle transgenre, qu'on n'ait pas un peu plus de son point de vue...).
Et le thème, le centre du récit ! C'est un livre destiné aux ados (et plus vieux), qui aborde un sujet sensible, mais qui nous livre un message essentiel.
Et que dire de cette fin magistrale ? Comment elle parle des filles, je trouvais que c'était très poétique et en même temps très "girlpower" qui donne de l'espoir comme on en a besoin. Bref, un roman qui mérite da place "des préférés" dans ma biblio, et qui devrait être conseillé dans les écoles, et être plus commercialisé/mis en avant car ce n'est pas qu'une fiction. Cela va tellement plus loin !
Je commence à perdre mes mots, je pense qu'il est temps de mettre fin à ce commentaire (je m'épanche trop sur le sujet et je radote ^^).
Tout ce que vous avez à retenir, c'est "LISEZ-LE" !!!

par Pipeau44
La Couleur du mensonge La Couleur du mensonge
Erin Beaty   
La couleur du mensonge… sa magnifique couverture, son résumé un peu trop détaillé, mais particulièrement intrigant… Voilà un titre qu’il me tardait de recevoir, et une histoire que je me languissais de dévorer ! Je n’ai pas attendu : je me suis jetée dessus sans tarder et je l’ai terminé très rapidement. Ce premier tome s’est révélé être un page-turner bourré de surprises.

Sage vit à la charge de son oncle et sa tante. Pour une fille telle qu’elle, le seul choix dont elle dispose est celui du mariage. Pourtant, Sage ne l’envisage pas un instant. Son caractère impétueux et son don aigu pour analyser les autres font d’elle une personne difficile à contenter. Un jour, son oncle lui annonce qu’il a réussi à lui obtenir une entrevue avec la marieuse la plus cotée du pays. Même si elle n’en a pas la moindre envie, Sage se plie à sa décision et rencontre donc Maitresse Rodelle. Mais on ne se débarrasse pas aussi facilement de sa langue bien pendue, et Sage n’est pas une fille qui se plie aux règles élémentaires. Plutôt que de lui trouver un mari, Maitresse Rodelle la prend comme apprentie. Les voilà bientôt à sillonner les routes afin d’accompagner de jeunes célibataires vers la capitale où elles seront mariées aux plus beaux partis du royaume. Escortées par une troupe militaire aux intentions douteuses, Sage va se lancer dans une aventure des plus inattendues.

Ce qui m’a d’abord séduit dans La couleur du mensonge, c’est son cadre bien particulier. Un univers aux allures médiévales, tout en se retrouvant dans la peau d’une apprentie entremetteuse… ça me plaisait énormément ! Il m’est très vite apparu que ce titre ressemblait à certains ouvrages de fiction historique, tout en apportant un vent bienvenu de nouveauté et d’une certaine modernité.

On le remarque surtout à travers Sage, une héroïne qui ne s'en laisse pas compter, opiniâtre avec un caractère de feu. Fine observatrice, elle m’a impressionnée plus d’une façon. Elle m’a fait penser à un petit animal sauvage qui mord parfois la main qu'on lui tend.

On suit également Ash et Queen, deux hommes chargés d’escorter les jeunes filles jusqu’à la capitale. Il y avait quelque chose chez Ash qui me dérangeait, sans que je parvienne à mettre le doigt dessus. En revanche, j’ai eu un faible pour Queen (quand vous aurez lu le livre, vous comprendrez l’ironie de la situation).

Là où Sage s’avère trop prompte à passer aux conclusions, Queen, lui, se montre trop pressé dans chacun de ses actes. Les histoires de Queen et de Sage sont différentes en tout point, mais leur route finit par s'entrecroiser par la force des choses. Et ça donne quelque chose… d’intéressant, je dirais !  

La prise en main du roman n’a pas été sans quelques difficultés, en ce qui me concerne. Le début, avec sa légère surcharge de plans stratégiques, m'a paru un peu difficile à intégrer. Mais après une centaine de pages, toutes les pièces du puzzle se mettent en place et j'ai pris énormément de plaisir à découvrir cette histoire.

L'univers créé par Erin Beaty est fourni, la psychologie des personnages bien amenée et sans artifices. L'auteur nous les présente tels qu'ils sont et nous offre des dialogues particulièrement percutants.

Au niveau du style et du contexte, j’ai beaucoup pensé à The Curse qui est une saga que j'affectionne énormément. Ça bouge dans tous les sens, on n’a pas le temps de s’ennuyer. Erin Beaty joue avec nos nerfs, les personnages rusent, mentent et se cachent de lourds secrets. La manipulation atteint un tel niveau qu'au bout du compte, on ne sait plus très bien qui manipule qui. 

Quand on parvient au point de rupture où les masques s'abaissent, c'est la confusion qui règne. J'ai commencé à revenir en arrière pour relire certains passages et faire la lumière sur des dialogues un peu nébuleux. Une chose est certaine : les personnages cachent sacrément bien leur jeu. Et c’est sans doute ce que j’ai le plus aimé dans ce premier opus !

En résumé, stratégies militaires et paranoïa sont de mise. La couleur du mensonge est un roman qui s’apprivoise, où la vérité se mérite. Ne croyez pas tout ce que vous lisez, vous risqueriez de tomber dans le panneau, comme moi ! Ici, tout le monde cherche à en apprendre sur tout le monde. Les personnages rivalisent de ruses pour découvrir ce que cachent leurs interlocuteurs. Prêts pour une aventure où les mensonges sont au cœur de toutes les préoccupations ?


Ma chronique : https://april-the-seven.weebly.com/fantasy---merveilleux/la-couleur-du-mensonge-erin-beaty
Shades of Magic, Tome 1 Shades of Magic, Tome 1
Victoria Schwab   
5/5

Lire ma review :
https://www.milkywaygraph.fr/article/books/279/chronique-shades-of-magic-tome-1-a-darker-shade-of-magicde-ve-schwab

BLUFFANT.

C'est le deuxième livre que je lis de cette auteure et elle ne cesse de m'impressionner (le premier était : This Savage Song). Ce premier tome de la trilogie Shades of Magic est un véritable chef d'œuvre et promet une suite explosive.

Il est très rare que, dès les premiers chapitres, je sache déjà quelle sera ma note pour un livre. Et c'était évident que pour celui-ci, ce serait un 5/5 d'office. Je suis rentrée dans cet univers fascinant très rapidement et j'ai tout de suite su que ç'allait être un coup de cœur !

L'histoire se déroule en 1819, à Londres. DÉJÀ. Rien que ça, c'est la perfection puisque j'adore le cadre dans lequel le récit prend place. De plus, le fait qu'on ait une date et un lieu nous permet de très vite adhérer au récit.

Kell est l'un des derniers Antari, un magicien qui a la particularité de voyager entre les mondes parallèles. Il existe trois différents mondes. Il y a tout d'abord Grey London qui est notre propre Londres du XIXème siècle : dans ce monde, la magie a été complètement oubliée. Red London est la ville où habite Kell : c'est une ville prospère et colorée où la magie est très utilisée. Enfin, il y a White London : c'est la ville la plus dangereuse car elle a été corrompue et pervertie par la magie. On raconte également qu'il y avait un autre Londres, détruit et consumé par la magie : Black London. Kell traverse Grey London, Red London et White London de manière quotidienne car son travail est de transmettre les messages de la couronne d'un royaume à l'autre.

J'ai trouvé ces univers parallèles hyper captivants et intéressants. Ils sont très différents les uns des autres, impossible de les confondre ! L'atmosphère change radicalement lorsque notre héros change de Londres, je n'étais donc jamais perdue dans ma lecture, ce qui aurait très bien pu être le cas à force de passer d'un univers à un autre aussi souvent.

C'est d'ailleurs ce qui est le plus remarquable chez l'écriture de l'auteure. Mise à part une plume fluide et addictive, V.E. Schwab maîtrise parfaitement la construction de son monde. Elle parvient à nous faire comprendre son univers fantastique aussi facilement que s'il s'agissait d'un livre contemporain alors que NON. C'est du HIGH FANTASY. Ce que j'adore, c'est qu'elle va droit au but mais tout en gardant une magnifique écriture (on peut y trouver beaucoup de belles citations). Elle ne tombe pas non plus dans le piège du déversement d'informations : tout est parfaitement dosé, en aucun cas on ne se sent submergé par un trop-plein de détails. Tout est dans la subtilité et la précision. Pourtant, dans les livres de fantasy, il y a FORCÉMENT des passages qu'on doit relire plusieurs fois pour bien digérer… Dans les livres de V.E. Schwab, ça n'arrive jamais !

Kell va découvrir, malgré lui, l'existence d'une pierre magique provenant de Black London et va tout faire pour s'en débarrasser et la ramener dans le monde déchu auquel elle appartient avant qu'elle ne détruise tout sur son passage. Il va alors faire la rencontre d'une jeune pickpocket nommée Lila, qui habite à Grey London, et c'est ensemble qu'il vont vivre cette aventure aussi dangereuse qu'excitante !

Parlons des personnaaaaaaages. PARCE QUE LILA EST JUSTE MERVEILLEUSE. Voleuse + pirate + badass + drôle, courageuse et intrépide : ne serait-ce pas là l'une de mes personnalités préférées ?? YASSS. Je l'ai tout simplement adoré ! Ses répliques et son franc-parlé #PUNCH-LINES rajoutaient un côté humoristique à l'histoire, ce qui n'était pas désagréable du tout. Et, elle et Kell formaient un duo parfait ! Leur dynamique était la meilleure des choses qui soit. Il n'y pas de romance dans ce livre, mais je vous annonce que JE. SHIP. HARD. C'est obligé. Leur alchimie est trop belle pour être gâchée, ahah.

KELL. MON PETIT KELL CHÉRI. Je ne sais même pas par où commencer. Il a été adoptée par la famille royale de Red London et il est traité comme l'un des leurs #prince donc il est AIMÉ. En plus, il a frère (Rhy) trop gentil avec lui et j'adore leur complicité et ARG. J'adore. Mais mon pauvre Kell se sent, bien que dans une famille aimante, plus utilisé que tout. Le roi et la reine ont beau dire, Kell leur sert surtout de messager entre les royaumes. Je trouve ça trop triste que Kell se sente aussi mal intégré dans sa famille adoptive. Il est super intelligent, brave, avec une petite touche d'insolence parfois, mais il est également tout fragile et perdu à l'intérieur et ADORABLE.

ET ON EN PARLE DE SON MANTEAU ??? Anw, je veux un spin-off entièrement consacré à ce magnifique manteau qui est, en réalité, plusieurs manteaux en un seul ??? WHUUUUT. #mind-blown Il lui suffit de le retourner pour qu'il change complètement d'aspect. Je veux ce manteau.

Les méchants dans l'histoire sont HYPER méchants. Je préfère vous prévenir, ce livre est très SANGLANT. Beaucoup de violence, de sang et de torture (même si j'ai déjà lu pire quand même #JayKristoff). Et vous savez que j'adore ça. #psychopathe Je déteste quand les méchants sont juste là pour faire joli et qu'ils ne vont pas au bout de leur potentiel. Ils ont l'air badass et tout, mais finalement ils ne tuent personne ? NOPE. Mais dans A Darker Shade of Magic… AHAHAHA. La cruauté des personnages ne vous laissera pas de marbre, je vous le garantis. Direct dans mon top 5 des méchants préférés : la reine et le roi de White London. Parce que. PETIT UN : ils sont jumeaux (jumeaux diabolique, j'achète !). PETIT DEUX : j'adore leur look, surtout celui de la reine. PETIT TROIS : wowowowow, ils ont recours à des moyens de torture juste horrible et vicieux et ARG. #j'aime

On a un autre méchant que j'aime tout particulièrement dans ce livre : Holland. Mais celui-ci n'est pas TOTALEMENT méchant… je crois ? C'est le deuxième Antari, il a donc les mêmes pouvoirs que Kell. Il était super badass et cruel lui aussi mais, en même temps, il est contraint à faire toute ces choses horribles car il est sous les ordres de la reine et du roi de White London. Un méchant complexe ? Mon genre préféré.

On enchaîne avec l'action, la magie, les rebondissements, les mystères : inutile de vous dire qu'on ne s’ennuie pas une seule seconde. A Darker Shade of Magic était une lecture addictive, originale et passionnante menée de manière très habile par V.E. Schwab, une auteure dont vous ne devez pas passer à côté et qui va très rapidement devenir l'une de mes préférées de tous les temps !

par wilkymay