Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de ReineDragon10104 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Ces liens qui nous séparent Ces liens qui nous séparent
Ann Brashares   
http://revesurpapier.blog4ever.com/ces-liens-qui-nous-separent-de-ann-brashares-1

Ray et Sasha se partagent tout. Ils ont les mêmes grandes sœurs. La même maison de vacances à Long Island. Dans cette maison, ils ont dormi dans le même lit. Enfants, ils ont joué avec les mêmes jouets. Cette année là, ils se partagent même un petit job d'été. Pourtant, ils ne sont pas frère et sœur, comme on pourrait se l'imaginer. En fait, ils ne se connaissent pas vraiment. Ils ne se sont même jamais vus...



La situation de Ray et Sasha m'a aussitôt interpellée et il ne m'en fallait pas beaucoup plus pour commencer cette lecture. Alors que je m'attendais à une petite romance pour ados, j'ai vite réalisé qu'il s'agissait plutôt d'une histoire de famille. Nous ne suivons donc pas seulement l'histoire de Ray et Sasha, mais aussi celle des autres membres de cette famille, ou plutôt de deux familles. J'ai d'abord été un peu déçue puisque ce n'est pas exactement ce que j'imaginais en lisant le synopsis. J'imaginais autre chose. Complètement. Mais finalement, convaincue par les différentes émotions ressenties, j'ai passé un bon moment de lecture.



Pour vous présenter un peu le contexte, nous faisons la connaissance d'une famille qui a éclaté. La mère de Ray et le père de Sasha se sont mariés (bien avant leurs naissances). Ils ont eu trois filles : Emma, Quinn et Mattie. Plus tard, ils ont divorcé puis refait leur vie chacun de leur coté et cette fois-ci, ce sont Ray et Sasha qui sont nés. Ray et Sasha n'ont donc aucun lien de parenté mais leurs parents ont toujours en commun trois filles et la maison de vacances en bord de mer, qu'ils se partagent sans jamais se voir. Jamais. Parce que désormais, les parents de Ray et Sasha se détestent plus que tout... Pourquoi? Mystère...



Première surprise, il n'y a pas réellement de personnages principaux dans ce roman et nous suivons tous les membres de la famille à la fois. Deuxième surprise, la narration singulière qui colle parfaitement au contexte (lui aussi si particulier dès les premières pages). D'un paragraphe à l'autre, on découvre le ressenti de chacun face à cette situation familiale compliquée et les liens qui les unissent. La lecture en ressort un peu hachée mais reste agréable. Dans la première partie, le récit est fait de vieux souvenirs d'enfance et de petites histoires de famille et l'ambiance du roman y est profondément nostalgique. Puis, on est confronté à la réalité. La haine et la rivalité entre les parents ont des répercussions sur les enfants et la plupart d'entre eux en souffre secrètement. Alors qu'Emma tente de faire accepter sa relation amoureuse des deux cotés, la belle Mattie fouille dans le passé de sa famille, et les deux ados Ray et Sasha se sentent un peu comme des étrangers ...


Verdict : Un peu de mystère, un peu d'amour et plus que tout du drame familial. Je l'avoue, je m'attendais à une histoire plus légère, avec plus de peps, comme l'a été la série Quatre filles et un jean. Mais cette fois-ci, Ann Brashares vient nous offrir une lecture d'été d'un tout autre genre, en nous racontant une histoire de famille. Le récit est plein de nostalgie, plein d'émotions. Je me suis laissée emporter, jusqu'à comprendre le pourquoi des rivalités au sein de cette famille, dont les membres viennent nous toucher séparément. Mention spéciale pour Ray et Sasha, deux personnages très très attachants qui apportent un peu de douceur et qui sont liés d'une bien jolie façon. Mais aussi pour les trois sœurs qui tentent tant bien que mal d'unir leur famille malgré les conflits.

Gilbert Grape Gilbert Grape
Peter Hedges   
Gilbert Grâpe vit à Endora, petite ville de 1091 habitants au fin fond de l'Iowa - vivre là c'est un peu danser sans musique ...
Depuis la mort de son père qui s'est suicidé dans la cave de sa maison, Gilbert assume le rôle de chef de famille. Et quelle famille ! Une mère, ancienne reine de beauté, devenue obèse, qui ne quitte plus son canapé, deux soeurs qui tentent tant bien que mal de tenir la maison, et surtout Arnie, presque 18 ans, handicapé mental qui a pour principale distraction de grimper au sommet du chateau d'eau d'Endora !
Gilbert travaille à l'épicerie locale et laisse filer sa vie entre les doigts, sans vraiment prendre le temps de vivre pour lui. Jusqu'au jour oùBecky débarque à Endora ...

par kiwi06
Arrive un vagabond Arrive un vagabond
Robert Goolrick   
Ce que je m’apprête à vous raconter s’est bel et bien produit – et à peu de choses près, de la manière dont je vais la décrire.

Brownsburg, petite ville de Virginie – Etats-Unis. On est en 1948, rien d’important ne se passe jamais, des habitations, des églises et une rue principale… tel est le décor mais le quotidien des habitants va se transformer avec l’arrivée de Charlie Beale. Qui est-il ? Et d’où vient-il ? Personne ne le sait, mais il est là avec son Pickup et ses 2 valises, dans l’une quelques vêtements et ses couteaux de boucher, dans l’autre de l’argent.
Pourquoi sentons-nous une tension dès la première page ? Que va-t-il se passer ?

Charlie s’intègre dans cette bourgade conservatrice, des liens se tissent entre lui et certains habitants. Une vie simple et un avenir paisible… voilà ce à quoi aspirait Charlie, pour cela il commence par acheter un terrain afin de gouter à la liberté en dormant à la belle étoile et en proposant ses services gratuitement à la boucherie de Will Haislett.
Bien accepté par toute la famille notamment du fils âgé de 5 ans, et entre ces deux là va se nouer une véritable amitié malgré les années qui les séparent.

Ce livre ne va pas seulement nous conter l’installation et l’intégration d’un étranger, l’amitié et l’amour, la vie paisible des petites villes des années 40, parce que l’auteur va bien au-delà du visuel. J’ai ressenti un fossé se creuser au fil des pages, un abîme où Charlie finit par se jeter la tête la première.
C’est donc avec l’arrivée de Sylvan, un beau matin, parmi les clientes de la boucherie que la vie de Charlie sera bouleversée à jamais.

Il tombe amoureux de cette femme mariée à l’homme le plus riche de la ville, une femme acheté pour quelques dollars dans la vallée pour un mariage parfait. Une femme à l’allure parfaite, à la beauté parfaite qu’il va aimer du plus profond de lui-même, à qui il va offrir bien plus que sa personne, son corps et son âme, lui offrir la liberté.

L’amour a ses raisons que la raison ignore. L’amour interdit est peut être le plus dangereux et le plus destructeur. Comment en arrive –t’on à s’abandonner autant, à se délester de tout pour l’être aimé ? À en oublier la bienséance, à s’oublier soi-même juste pour vivre cet amour ? En arriver à des extrêmes qu’ils nous auraient été impossibles d’imaginer avant ?

« Ils n’ont plus l’air de beaucoup t’aimer, c’est sûr, dit Ned un soir, alors que Charlie essayait de lui expliquer la situation.

Peu importe. Tu ne comprends pas. Je n’ai pas besoin qu’ils me rendent mon amour. Parfois, le plus important c’est de se rappeler qu’on peut ressentir quelque chose pour les autres, même si eux ne sont pas dans les mêmes dispositions. »

Chacun des romans de Goolrick a su me faire chavirer, tout y est brillant et irréprochable comme une photo sur papier glacé, un décor qui cache souvent bien plus que de simples secrets. Une façade qui nous dissimule des situations impensables, une intrigue douce amère. Les émotions prennent le dessus, ce livre m’a transpercé. Comment parler d’un récit si puissant qui vous ôte les mots, vous rend amorphe à la dernière page.

Je continue de croire que seul Goolrick peut nous entrainer dans un tourbillon de passion pour nous balancer du haut d’un toit ensuite.
Un chef d’œuvre comme toujours. Jamais déçue et toujours en attente du prochain. Un amour indéfectible pour cet auteur et un grand respect pour ses mots.

par Stemilou
sans un sous en poche sans un sous en poche
Benjamin Lesage   
A l’issue de ses études à La Haye dans le cadre d’Erasmus, Benjamin Lesage décide de partir sur les routes sans un sou en poche. Il est accompagné par un Italien, Nicola et un Allemand Raphaël, tous convaincus que l’on peut vivre sans argent dans un esprit de don et de partage. Ils traversent la France et l’Espagne en stop, se font offrir le passage vers le Maroc puis celui vers les îles Canaries où ils restent des semaines avant de trouver un skipper qui accepte de leur faire traverser l’Atlantique. Arrivés au Brésil, ils passeront par la Guyane, le Surinam, la Colombie, tous les pays d’Amérique Centrale et arriveront finalement au Mexique, but de leur périple toujours en faisant de l’autostop. Au total, 10 mois sur les routes, 24 000 km parcourus. 270 véhicules empruntés dont cinq bateaux. Des dizaines de nuit à la belle étoile, sur les trottoirs, chez les pompiers, dans les hôpitaux ou chez de rares particuliers bienveillants. Ils ont dépensé en tout moins de cent euros pour les visas, passeports et taxes. Une aventure hors du commun.
« Sans un sou en poche » se présente comme un récit de voyage tout à fait atypique. Quelle idée folle de vouloir voyager sans dépenser un sou ! Tous ceux qu’ils rencontrent sur leur chemin leur disent qu’ils sont fous. Mais eux veulent vivre fauchés pour vivre libre. Magnifique projet mais réalisation difficile. Benjamin se fera voler toutes ses affaires et tous ses papiers. Nicola partira assez vite. Raphaël sera rejoint par sa compagne. Benjamin verra la sienne le rejoindre en fin de parcours pour repartir rapidement. Il parcourra d’ailleurs seul et sur un vélo donné les derniers 1500 km avant Mexico. Un livre passionnant, bien écrit, qui se dévore et donne à réfléchir sur nos modes de vie et de consommation, ainsi que sur notre impact sur les ressources de notre planète.
Les Mille Visages de notre histoire Les Mille Visages de notre histoire
Jennifer Niven   
MON. DIEU. Lâchez tout ce que vous êtes en train de faire et foncez lire cette pure merveille. Après "Tout nos jours parfaits", Jennifer Niven ne nous déçoit pas du tout.
Ce roman fait passer un message absolument magnifique. Une ode à l'acceptation de son corps, au pardon, et à l'estime de soi.
Libby est une héroïne fantastique. Je me suis beaucoup identifiée à elle. Elle parle beaucoup de bodyshamming dont on parle dans les médias aujourd'hui. Elle utilise des mots très durs mais qui montre la réalité de certaines femmes.
Jack est magique aussi. Son ressenti de la différence est très bien construit. La façon dont il vit et surmonte son "handicap" est magnifique.

Un énorme coup de coeur.

par GreyPearl
Chronique du Tueur de Roi, Première Journée - Le Nom du vent Chronique du Tueur de Roi, Première Journée - Le Nom du vent
Patrick Rothfuss   
Pas d'univers baroque ici, pour ce qu'on peut en lire pour le moment au moins. Il semble assez fouillé mais également très classique, ce qui évite l'exercice parfois périlleux de longues expositions.
A part quelques particularités et traits de couleur locale distillés ici et là le récit se concentre donc sur le vécu et l'environnement immédiat du personnage principal laissant le reste dans un arrière-plan qu'on peut supposer relativement générique, ou qui sera détaillé au besoin le moment venu.

Le personnage de Kvothe aurait pu être difficilement supportable (surdoué, maniant presque par hasard quoique pas sans danger à 12 ans un sortilège que la plupart mettent des années à maîtriser...). Mais il lui reste heureusement assez de défauts et traits de caractère plus ou moins louables pour le rendre plus vivant, le fourrer dans les ennuis et entretenir le suspense.

La trame générale du scénario et les péripéties traversées sont aussi classiques, mais tout cela est très bien écrit et mené, avec parfois un subtil clin d'oeil ou décalage humoristique par rapport à ce qu'aurait pu être la scène, entre ce qui s'est réellement passé et ce que la rumeur en a fait.
J'ai adoré l'épisode du dragon 8)

par Aude
Surf Sisters Surf Sisters
Michelle Dalton   
Une histoire d'amour en été, qui se déroule à la plage, tout en combinant le surf, que demander de plus ? L'histoire commence au tout début de l'été, on va y suivre l’histoire d’Izzy, une jeune fille passionnée par le surf, elle va faire la rencontre de Ben, qui n’est là seulement pour la durée des vacances. Petit à petit une histoire d’amour va naître entre les deux personnages, mais Izzy exprimera ces peurs face à cette histoire qui est censé être éphémère et face à un autre problème qui va bouleverser son quotidien.

C'est drôle et dynamique. J'ai adoré. Une lecture vraiment sympathique qui m'a redonné le sourire durant les mauvais jours.

par Kylie77
« Arrête avec tes mensonges » « Arrête avec tes mensonges »
Philippe Besson   
Intimiste, vibrant et saisissant, Arrête avec tes mensonges est un roman qui nous emporte et nous enroule en son sein. Il émane de cette histoire à la fois brutale et infiniment douce une chaleur envoûtante qui nous berce et nous ramène à ces amours perdues, qui ne sont plus douloureuses, mais qui demeurent inoubliables. C’est un récit qui bouleverse universellement tant il vise, avec pudeur et véracité, nos émotions les plus profondes. Les destins de Philippe et Thomas sont renversants. Arrête avec tes mensonges, c’est avant tout une histoire d’amour silencieuse, qui se fait discrète parce que cachée, mais dont l’impact est retentissant auprès des héros et des lecteurs. Une romance sublimée par ses non-dits qui m’a complètement retourné et qui me restera en tête pendant longtemps.

Les premières pages imposent ce qui sera le point d'honneur de cette histoire : les mots de Philippe Besson se veulent directs mais poignants grâce à leurs envolées lyriques. Je suis instantanément tombé amoureux du style magnifique et maîtrisé de l’auteur. Pendant ma lecture, je me sentais véritablement au creux d’un cocon chaud et invisible duquel je ne voulais sortir sous aucun prétexte. Lire Arrête avec tes mensonges, c’est comme s’emmitoufler sous une couette épaisse un jour de pluie : on se sent emprisonnés de la meilleure des façons possibles dans un univers qui n’appartient qu’à nous. Philippe Besson excelle dans l’art de nous couper le souffle en déversant, noir sur blanc, les passions ardentes qui ont consumé sa jeunesse.

--> CHRONIQUE INTÉGRALE : https://motsdejo.wordpress.com/2018/05/15/arrete-avec-tes-mensonges-philippe-besson/

par Jordan
Le Grand saut Le Grand saut
Florence Hinckel   
Un super roman d'amitié et d'amour. Les personnages sont géniaux et développés. Leur histoire à chacun est compliquée, c'est ce qui nous fait nous attacher à eux.
L'écriture de Florence Hinckel est super agréable à lire: c'est fluide, poétique mais pas trop, rythmée.... Bref, j'aime beaucoup son style d'écriture.
C'est un livre qui se déroule dans notre monde actuel. On découvre des histoires d'ados mais qui toutefois nous font réfléchir sur des choses de la vie quotidienne.
Trop de suspense à la fin, j'attends le second tome avec impatience !

par A-Z-
Le Parfum des fraises sauvages Le Parfum des fraises sauvages
Angela Thirkell   
Dans « Le parfum des fraises sauvages », nous allons faire la connaissance de la famille Leslie. Pas moins de trois générations vont se rejoindre un été au domaine familial, certains y vivant à l'année.
Cette famille est loin de faire partie des standards de la société. Tous plus exubérants les uns que les autres, leurs comportements font rire ou jaser.
Alors qu'ils se préparent à recevoir un invité qu'ils ne veulent pas vraiment accueillir, qu'une famille française va venir s'installer tout l'été dans leur presbytère et qu'ils préparent l'anniversaire de Martin qui va avoir 17 ans, une jeune femme va débarquer dans leur univers : Mary.
Découvrant les premiers affres de l'amour, cet été passé avec les Leslie ne sera pas de tout repos pour la jeune femme.

Dès les premières pages, le ton est donné.
La famille Leslie est particulière, pleine de vie et surtout sujette aux moqueries des autres. Angela THIRKELL se sert d'eux pour se moquer de manière très subtile des gens l'époque, tant dans leur manière de penser que d'agir. Pour être honnête, il est très difficile de ne pas esquisser le moindre sourire face à toutes les situations les mettant en scène.

Cependant, ma petite déception va au récit qui met beaucoup de temps à installer son intrigue.
Certes, l‘histoire ne nous raconte pas des faits graves ou importants, cependant le résumé nous laissait imaginer que l'intrigue tournerait autour du personnage de Mary et du fameux bal. Or, Mary met un petit moment à apparaître et le bal n'arrive que dans les derniers chapitres. Du coup, j'ai été déçue par cette attente et je me suis ennuyée avant l'apparition de son personnage.
Mais soyez sans crainte : l’ennui n’était pas à cause de l'histoire en elle-même, mais parce que j'attendais autre chose que ce que j'ai pu lire.

La plume de l'auteur est vraiment très fine et moderne. C'est avec plaisir que l'on lit chacune de ses phrases et que l'on s'immerge dans son univers.

Je suis vraiment tombée sous le charme de la naïveté de Mary. J'ai même parfois rigolé face à toutes les situations mettant en scène cette jeune femme qui ne réalise pas à quel point elle se fait mener par le bout du nez. Elle vit complètement en dehors de la réalité et illustre parfaitement le premier amour d'une jeune fille, lorsque l'on s'imagine des scénarios incroyables pour comprendre tel ou tel comportement, ou lorsqu'on pense que des coïncidences sont en fait des faits réfléchis.
C'est croustillant, mignon et drôle à la fois.

La fin est assez spéciale, à l'image de tout le roman.
Le bal est un enchaînement de quiproquos et de situations toutes plus absurdes les unes que les autres. Malheureusement, je trouve que le rythme est trop rapide pour que l'on puisse apprécier ce passage. Lorsque l'on arrive enfin à cet instant cité dans le résumé, on pense qu'il va durer.. Et finalement, non.
Mais bon, j'ai aimé le dénouement. Jusqu'au bout, les personnages restent tels qu'ils sont : excentriques sans le vouloir.


En conclusion, « Le parfum des fraises sauvages » est un roman acidulé et drôle. Angela THIRKELL nous embarque dans son univers grâce à sa plume vraiment plaisante à lire. C'est vraiment un auteur à découvrir, pour son univers et son humour.


Un livre à lire cet été, pour rire.

( http://lectrice-lambda.blogspot.fr/2016/07/le-parfum-des-fraises-sauvages-angela.html )