Livres
614 061
Membres
711 404

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Elle finit par accepter ses excuses face à face, alors qu’elle était faible et sans caféine, en attendant que le café soit prêt dans la cuisine. Ce n’était pas comme si elle n’avait pas prévu de lui pardonner de toute façon. Elle ne supportait pas que qui que ce soit soit en colère contre elle, et encore plus s’il s’agissait de Dex.

Afficher en entier

Dire qu’Izzy était furieuse de l’attitude de Dex aurait été trop fort, mais elle en était clairement agacée. Et elle était inquiète. C’était un mélange des deux, et elle avait tenté de lui laisser de l’espace pour qu’il se sente mieux, mais il était temps qu’il arrête de se comporter comme un enfant difficile et qu’il assume ses actes. D’un pas décidé, elle monta les marches de l’escalier, trébuchant un tantinet sur la dernière et entra dans la chambre de Dex sans toquer.

Afficher en entier

C’était étrange les choses qui lui paraissaient fascinantes. Comme par exemple, les fenêtres qui s’ouvraient vers l’extérieur plutôt que de se relever comme à Ann Arbor. Dans les magasins, il y avait des marques qu’il n’avait jamais vues auparavant, et le packaging du lait était différent de chez lui. Alors qu’il cherchait de quoi manger, il s’était rendu dans le Tesco le plus proche et avait dû passer pour un idiot, à rester planté là à regarder toutes les nouvelles choses qui lui étaient inconnues. Ce n’est pas comme s’il n’avait jamais vu du beurre de sa vie. Mais il était dans des barquettes ici, et il y en avait même qui venait d’Irlande. Il avait souri en le prenant dans ses mains. Puis il s’était mis en quête de quelque chose qu’il puisse raisonnablement cuisiner tout seul, ce qui s’était résumé à des œufs (qui ne se trouvaient pas dans le rayon frais, nota-t-il), du fromage, du pain, et de la charcuterie.

Afficher en entier

Nick avait réussi à trouver un oreiller et une couette, avec une housse, et des draps également. Il était plutôt fier de lui. Il avait été complètement à la masse le premier jour. Mais il était rentré dans un magasin, avait marché péniblement dans les allées jusqu’à ce qu’il trouve le coin literie, et il avait même réussi à ne pas se foirer en payant avec sa carte à puce et son code pin à la caisse.

Afficher en entier

Il zappait entre ITV et la quatre, tout en buvant du jus d’orange en slip lorsque Izzy rentra à la maison. Jonny s’était endormi sur le canapé peu de temps avant, puis, après avoir donné des petits coups de pied dans la cuisse de Dex, était parti se coucher dans son lit. Un jeudi soir comme les autres.

— Connard, le salua-t-elle, en jetant ses clés dans le vide-poches en dessous du miroir et son chapeau quelque part sur le sol, où il atterrit doucement et sans un bruit. Je t’ai à l’œil, lui lança-t-elle par-dessus l’épaule.

— Comme toutes les semaines ! lui rappela-t-il, en se décidant pour une rediffusion de l’émission 8 out of 10 Cats en dépit de son bon sens.

Afficher en entier

Dex sentait qu’il n’aurait jamais dû accepter d’aller à la fête prévue pour les étudiants étrangers. Mais Izzy l’avait regardé avec des yeux de biche une fois qu’Alex avait fichu le camp, et Dex ne pouvait lui résister pendant longtemps.

Afficher en entier

Des murs gris s’élevaient vers le plafond en verre, offrant un spectacle tranquille et monotone. Aucun des panneaux ne lui semblait familier, malgré le fait qu’ils étaient en anglais. Même s’il se traînait derrière les autres passagers, il avait l’impression d’être dans un couloir empreint d’une sorte de vide, comme dans un rêve.

Afficher en entier

Il pouvait sentir du mouvement tout autour de lui. Les soutes au-dessus de sa tête s’ouvraient à grands coups pour en récupérer les bagages bondés, les téléphones reprenaient vie et sonnaient dans tous les sens, et on entendait des « pardon » et « désolé » résonner à travers l’avion. On sentait toute la tension et l’urgence se dégager après sept heures confinées en plein vol.

— Tiens, je te donne mon nom et mon adresse mail, d’accord ? lui dit sa voisine.

Afficher en entier

Bien sûr que ses parents avaient essayé d’immigrer en Israël avant tout, c’était ce que faisaient les juifs russes. Ils avaient candidaté, s’étaient mis à apprendre l’hébreu à la nuit tombée, en racontant à leurs enfants curieux que c’étaient des livres pour apprendre le chinois. On leur avait refusé l’entrée, à trois reprises. Ils avaient fini par laisser tomber, et sur un coup de tête, avaient décidé qu’il fallait qu’ils partent coûte que coûte, même si cela signifiait aller aux États-Unis.

Afficher en entier

Nick regardait par la fenêtre, tout en sachant que c’était extrêmement malpoli, mais sans pour autant pouvoir s’en empêcher.

— Alors, dis-m’en davantage sur ta famille. Pourquoi n’êtes-vous pas allés en Israël au lieu de venir aux États-Unis ?

Nick ferma les yeux et s’enfonça dans son siège. Parce que ça ne te regarde pas ? Parce que je ne sais même pas pourquoi on parle de ça maintenant ? Parce que tu me saoules, voilà pourquoi.

Au moment où il tourna la tête en direction de sa voisine pour le moins maternelle, il espéra que son sourire fut plus poli.

— On n’a pas fait partie des chanceux, j’imagine.

Elle retroussa ses lèvres.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode