Livres
450 846
Membres
395 721

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Il passa derrière moi et me saisis par les épaules, j’en sursautai de plaisir. Ses grandes mains me poussèrent vers un autre carré de la gravure et il glissa sa main vers la mienne afin de me la déposer sur la pierre rêche.

— Ici, murmura Éric contre mon oreille. La première que je veux essayer avec toi c’est celle-là, une des plus simples.

Je me retournai pour lui faire face et plongeai en apnée dans l’océan.

— Je connais le missionnaire Éric, je suis vierge mais pas stupide.

Il ria, un son sexy et rauque. Éric avançant comme un félin traquant sa proie jusqu’à me contraindre à me coller complètement contre le mur. Il déposa ses mains de chaque côté de ma tête, tout son être m’appelait.

— J’ai envie de te prendre contre moi, que tu t’accroches à mes hanches comme tu l’as fait dans ta chambre.

Je déglutis.

— Tu es quelqu’un de direct.

— Non Elena je suis quelqu’un qui a envie de toi depuis un sacré bout de temps et qui rêve de te faire taire pour te prendre à même la pierre.

— Je... je ne suis pas....

— Elena, au fond de toi tu sais que c’est la vérité. Tu es ma femme.

Afficher en entier

« Elle nous fit apparaître dans ma chambre, ce fut comme si quelqu’un avait roulé un décor de théâtre. J’étais sciée, les déplacements divins représentaient l’avenir ! Ils étaient écologiques et très rapides, bien sûr je me gardai bien d’en discuter avec Héra. »

Afficher en entier

« Il ne t’a pas connu de cette manière, heureusement pour lui...

Il laissa sa menace suspendue, l’amour qu’Éric avait pour moi était si pur, si magnifique. J’étais aimée par celui qui avait inventé l’amour, la plus noble et la plus ancestrale des émotions qui avait fait battre le cœur de milliards d’amoureux m’étaient offertes, déposé à mes pieds en gage de dévotion »

Afficher en entier

« Je retirai ma main de la sienne et passai nerveusement mes doigts dans mes cheveux emmêlés, une nausée pointa le bout de son nez et je la repoussai en inhalant l’air saturé du parfum d’Éric. Il m’intoxiquait, mon cerveau et mon cœur acceptaient un peu trop vite sa présence et le destin qu’il m’avait tracé, cela m’effrayait. Je luttai furieusement pour refuser tout cela en bloc, je voulais une vie mais pas une réminiscence de vie. Je n’allais pas accepter de devenir sa femme sous prétexte qu’à une lointaine époque, c’était ce que j’étais présumée devenir, j’avais mon mot à dire sur tout ça. »

Afficher en entier

— Tu vas enfin te faire mettre la corde au coup, chuchota t-il à mon fiancé.

— Elena, je te présente Zéphyr.

— Psyché, dit le jeune homme en s’inclinant devant moi. Je te confie cet idiot, puisses-tu lui mettre du plomb dans la tête.

Afficher en entier

- Est-ce qu'on est sur une sorte de paradis? L'interrogeais-je pour détourner son attention de mes joues pivoines.

- Oh non s'esclaffa-t-il, ici c'est notre maison uniquement. Mais nous pouvons accéder aux champs Elysées comme aux Enfers par un passage direct effectivement.

- Les champs Elysées? Comme chez moi?

- C'est le nom grec pour le paradis, sourit-il. Je pense que les humains aiment à penser que Paris a sa propre porte vers les champs.

- Ca semblerait logique, dis-je avec fierté. C'est la plus belle ville du monde après tout.

Afficher en entier

Je la tenais serrée contre moi, son corps sans vie commençant doucement à refroidir. J’écartai du bout des doigts les mèches qui lui mangeaient le visage, ce si beau visage que je ne verrai plus jamais s’éclairer lorsque je lui murmurais à quel point je l’aimais. Mon monde entier s’ouvrait sous mes pieds, les éclats de son rire résonnaient encore et, en une minute, un silence glacial les avait remplacés. Sa voix, son incroyable curiosité, ses petites manies, tout cela avait disparu. Ils m’avaient été arrachés par ma propre mère.

Afficher en entier

"Elle désigna mon propre visage puis fit mine de retirer un masque invisible. Son intention était claire, elle voulait me faire comprendre que nous avions tous un masque et qu'il était temps que je retire le mien pour m'autoriser à me laisser aimer. Tout était si confus dans ma tête et si nouveau à la fois. Mes pensées d'exil dermique m'avaient rendue à cran, ma bulle me rassurait et l'aisance que manifestait Eric pour y entrer me terrifiait."

Afficher en entier

Elle venait de renaître ! Les émotions m’envahirent comme un raz-de-marée. J’exultais, pris dans un rire mêlé de sanglots. Zeus me rejoignit et enlaça affectueusement mes épaules. Je gagnai la Terre avec empressement et lorsque je posai les yeux sur elle, je sus que ma patience avait enfin été récompensée.

Invisible, je me penchai sur son berceau et embrassai son front avec émoi. Ses petits yeux se froncèrent et sa minuscule bouche s’arrondit pour exprimer un soupir de bien-être. Je chérissais déjà ce nourrisson comme le plus grand des trésors, bénissant chacun de ses battements de cœur, les accordant aux miens.

— Bienvenue Elena, lui chuchota sa mère en prenant sa petite main dans sa paume.

Afficher en entier

Hermès voleta vers moi, ses petites sandales ailées créèrent un doux bruissement de plume. Il n'hésita pas et se pencha pour mieux voir mon visage caché dans les plis odorants de la chemise de mon compagnon. Le jeune Dieu souleva un sourcil perplexe en me voyant sourire.

-Elle a l'air..., commença-t-il... étrange.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode