Livres
380 828
Comms
1 331 900
Membres
265 703

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait de Replay ajouté par dadotiste 2012-08-14T12:18:28+02:00

"Toi et moi, Arjuna, avons vécu de nombreuses vies.

Je me les rappelle toutes. Tu ne te souviens pas."

Afficher en entier
Extrait de Replay ajouté par dadotiste 2012-08-14T12:15:10+02:00

["la vie irréfléchie ne mérite pas d'être vécue."

- Exact. Mais examiner la vie de trop près conduirait à la folie, sinon au suicide.]

Afficher en entier
Extrait de Replay ajouté par anonyme 2011-08-10T16:51:34+02:00

En fait, songea Jeff, étourdi, ses parents avaient maintenant à peu près le même âge que lui.

Afficher en entier
Extrait de Replay ajouté par Papillotte34 2016-07-05T12:23:47+02:00

Elle s'ecarta et sonda les yeux de Jeff comme si elle les voyait pour la première fois, ou pour la dernière.

- Je sais, soupira-t-elle. C'est seulement... Je me suis tellement habituée aux possibilités sans fin, au temps... Au fait que nous ne soyons jamais définitivement liés par nos erreurs. Ah! Savoir que l'on peut revenir et changer les choses, les rendres meilleures... Mais nous ne l'avons pas fait, n'est-ce pas? Nous les avons seulement rendues différentes.

Afficher en entier
Extrait de Replay ajouté par Jean-Bernard 2016-04-19T21:03:53+02:00

Cette fois, se jura Peter Skjören; il n'y aurait pas d'erreur.

Afficher en entier
Extrait de Replay ajouté par Mensonges 2015-05-25T12:05:31+02:00

- Je me plais ici dehors, dit Jeff, plein de défi. Ça me donne la sensation d'être vivant.

Afficher en entier
Extrait de Replay ajouté par Adèle 2014-07-13T08:22:25+02:00

Jeff ne parvenait pas à respirer.

Naturellement: on ne respire pas quand on est mort.

Mais s'il était mort, pourquoi était-il conscient de ne pas parvenir à respirer? Ou de quoi que ce fût, d'ailleurs? (…)

Il s'assit brusquement dans son lit. Le sang battit très fort dans ses oreilles.

Il venait de reconnaître la vieille lampe articulée sur le bureau, près de la porte, qui se détachait toujours de son socle quand il la déplaçait. (…)

L'impression de vague confusion ressentie par Jeff à son réveil céda le pas à la stupéfaction absolue. Il repoussa les couvertures d'un geste brusque, descendit du lit et se dirigea d'un pas tremblant vers l'un des bureaux. Son bureau. (…)

Il y avait un numéro de Newsweek sur son bureau. (…) L'exemplaire portait la date du 6 mai 1963. Jeff regarda fixement les chiffres, en espérant encore qu'un explication rationnelle lui viendrait à l'esprit.

La porte de la chambre s'ouvrit à la volée, et le loquet heurta la bibliothèque. Comme toujours.

- Eh, qu'est ce tu fous encore ici? Il est onze heures moins le quart. Je croyais que tu avais une interro de littérature américaine à dix heures.

Martin s'encadrait dans l'embrasure, une bouteille de Coca-Cola dans une main, un paquet de bouquins sous l'autre bras. Martin Bailey, le copain de turne de Jeff en première année de fac; son meilleur ami pendant toutes ses études à l'université, et au cours des années qui avaient suivi.

Martin s'était suicidé en 1981, au lendemain de son divorce et de la faillite qui en avait découlé.

- Qu'est ce que tu vas faire? demanda Martin. Te procurer un certificat médical?

Jeff regarda, dans un silence interdit, son ami décédé depuis longtemps: les cheveux noirs épais qui n'avaient pas encore commencé de reculer sur son front, le visage sans une ride, les yeux brillants de l'adolescence qui n'avaient pour ainsi dire encore jamais contemplé la douleur.

source site "dans notre petite bulle"

Afficher en entier
Extrait de Replay ajouté par dadotiste 2012-08-14T12:17:09+02:00

"C'est seulement... Je me suis tellement habituée aux possibilités sans fin, au temps... Au fait que nous ne soyons jamais définitivement liés par nos erreurs."

Afficher en entier
Extrait de Replay ajouté par bioki 2011-09-16T14:06:18+02:00

Il lui fallait de nouveau affronter le vide que cause une perte infinie, mais cette fois d’une façon plus complexe. Cette fois, il savait qu’il n’avait pas le droit de s’effondrer sous le poids de l’insupportable. Il n’y avait plus de pont à détruire ; il devait apprendre à aller de l’avant et à construire, malgré le supplice de savoir que certaines choses ne seraient plus jamais

Afficher en entier
Extrait de Replay ajouté par bioki 2011-09-16T14:06:18+02:00

Une seule chose comptait : le quart de siècle (à peu près) qu’il lui restait à vivre. Il le vivrait comme il le déciderait et dans son propre intérêt. Rien ne passerait avant cela : ni le travail, ni les amitiés, ni les relations avec des femmes. Ces choses-là faisaient partie de sa vie, en étaient des composantes précieuses, mais elles ne la définissaient pas, ne devaient pas la diriger. Sa vie dépendait de lui et de lui seul.

Afficher en entier