Livres
546 435
Membres
582 532

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Résine



Description ajoutée par TERVERCHANTAL 2021-03-01T09:38:52+01:00

Résumé

Une presqu'île, aux confins d'un pays du Nord. C'est là que vit la famille Haarder, dans un isolement total. Jens a hérité de son père la passion des arbres, et surtout du liquide précieux qui coule dans leurs veines - la résine, aux capacités de préservation étonnantes. Alors que le malheur ne cesse de frapper à la porte des Haarder, Jens, obsédé par l'idée de protéger sa famille contre le monde extérieur qui n'est pour lui que danger et hostilité, va peu à peu se barricader, bâtir autour de la maison une véritable forteresse, composée d'un capharnaüm d'objets trouvés ou mis au rebut, et séquestrer sa femme et sa fille.

Du fond de la benne où il l'a confinée, Liv observe son père sombrer dans la folie - mais l'amour aveugle qu'elle lui porte va faire d'elle la complice de ses actes de plus en plus barbares, jusqu'au point de non-retour.

Afficher en entier

Classement en biblio - 11 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par filledepapiers 2021-03-14T15:55:59+01:00

PS : Je ne sais pas si je dois considérer notre vie comme un conte de fées ou comme un roman d’horreur. C’est peut-être les deux. J’espère que tu sauras entrevoir le conte de fées.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par GrandSchtroumpf 2021-04-07T23:18:25+02:00
Argent

Très bon premier roman d'An Riel. Un début d'histoire tout banal qui se termine d'une façon qu'on attendait pas. Une vie normale qui va lentement vers la folie. Un roman très lugubre se passant sur une île. J'attends impatiemment le prochain.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lillys-1 2021-04-04T07:53:43+02:00
Commentaire ajouté par Armony22 2021-03-31T12:02:33+02:00
Or

La couverture et la quatrième nous annoncent d'emblée la couleur, il va être question de l'enfance brisée. Une thématique dure, violente et qui presque toujours apporte son lot d'émotions. Ce livre ne fera pas exception, c'est très noir, rude, et si vous avez l'âme un peu sensible il risque de vous secouer.

Les Haarder vivent isolés dans une presqu'île au nord du Danemark. Le père, Jens, est obsédé par l'idée de protéger sa famille. Mais des obsessions il en a d'autres, la résine et entasser des objets aussi encombrants qu'inutiles. Il sombre peu à peu dans la folie. La maison et les alentours vont devenir une déchetterie à ciel ouvert, un dépotoir insalubre et dangereux envahi par des tonnes d'objets. La mère se laisse aussi dépasser par des excès d'un autre genre. Et au milieu de tout ça il y a Liv, une fillette de 7 ans qui adore ses parents. Elle voue une admiration sans bornes à son père et est prête à tout pour lui faire plaisir.

La première phrase donne le ton et vous verrez que la dernière vous fera froid dans le dos. Je vous avais prévenu. Tout est sombre dans ce roman, il n'y a que l'innocence de Liv qui apporte un peu de lumière. Cette petite fille déscolarisée qui croit aveuglément tout ce que lui dit son père. Elle ne connaît rien d'autre.

"En réalité, je ne réfléchissais jamais à ce que j'étais. J'étais celle qu'ils voyaient. Et parfois je voyais des choses qu'ils ne voyaient pas."

L'écriture très froide sert parfaitement le récit. L'intrigue est bien menée, cette impression de décousu maintient un certain suspense. L'ambiance est glauque, il n'y a pas beaucoup d'action pourtant l'auteure réussi à nous maintenir scotchés au livre.

Un petit bémol cependant, certaines choses auraient mérité d'être développées. Obésité, paranoïa, syllogomanie, des thèmes où il y avait matière à approfondir. La psychologie de certains personnages plus fouillée, comme la mère par exemple. Pour le père on ne sait pas non plus très bien l'origine de tout ça. Dommage, j'aurai aimé que mes doutes deviennent des certitudes.

Ane Riel signe ici un roman noir très particulier, sombre, glauque, à l'atmosphère très anxiogène qui ne vous laissera pas insensible. Une auteure à suivre !

https://www.facebook.com/lecturesnoirespournuitsblanches

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Julie-176 2021-03-27T19:46:17+01:00
Lu aussi

C’est par ce roman noir danois tout à fait original que j’ai découvert la plume de Ane Riel , livre qui lui a permis de remporter le Prix du Meilleur Premier Thriller en 2003 au Danemark. Je ne dois plus vous dire maintenant car vous connaissez mon intérêt certain pour la littéraire noire nordique. Pourtant, je n’avais jamais lu un livre si singulier : que ce soit parmi les auteurs venant du froid mais aussi chez tous les autres que j’ai lus quelles que soient leurs origines.

Dans toutes les villes et villages, il est de ces maisons dont les terrains sont jonchés d’amas de détritus, de ferrailles, de monceaux d’objets hétéroclites et que lorsqu’on passe devant elles, on ne peut s’empêcher de se demander comment les occupants des lieux ont pu en arriver là ? A quoi cela peut-il bien leur servir ? Pourquoi ne pas tout simplement se débarrasser de tout cela alors que cela ne semble n’avoir aucune valeur?

C’est un peu un des points de départ de ce livre, « Résine » puisque la famille Haarder se trouve à la fois isolée de l’île principale par une langue de terre mais aussi par une accumulation sans fin de choses diverses. Alors que cette famille avait tout pour être heureuse et qu’elle vivait comme le commun des mortels, les drames se sont accumulés, les éloignant petit à petit de la civilisation, les enfonçant au fil des jours dans une folie sombre.

Leur histoire nous est contée par la voix de Liv, fille unique de cette famille qui grandit et évolue loin de tout autre enfant de son âge mais aussi d’autres individus. La solitude, elle ne la connaît que trop bien, encore plus une fois que son père perdra pieds dans la réalité.

Ana Riel met en place un microcosme vicié où une vie normale pour une jeune fille n’est pas possible. J’ai beaucoup apprécié tout le travail effectué par l’auteure quant à ses personnages et leur psychologie. Au fil des pages, on se rend compte comment chacun des membres sombre petit à petit dans une lypémanie sans fin et où tout retour en arrière ne pourra avoir lieu.

Très sombre et très bilieuse, l’ambiance des lieux est assez anxiogène. C’est toute une atmosphère mise en place par l’auteure qui entoure son récit. Si vous avez besoin de lumière et d’étincelles dans votre vie en ce moment, je ne pense pas que ça soit la lecture la plus appropriée et recommandée qui soit pour vous pour l’instant !!

Au final, ce roman noir m’a plu par ses originalités, notamment par cette aura trouble, ces protagonistes si singuliers et cette fragilité de ce milieu où tout risque de s’effondrer au plus léger tremblement.

En définitive, mon regard sera dorénavant différent lorsque je passerai devant ce type de maison, ne pouvant pas m’empêcher d’éprouver un certain sentiment de mansuétude à l’égard des occupants et de leur vie.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Maks 2021-03-27T01:48:11+01:00
Or

"Résine" c'est un thriller d'ambiance, il n'y a pas d'action, pas d'enquête, pas de moment épique. Par contre c'est si sombre que les âmes sensibles vont devoir s'abstenir.

Même si ça commence sobrement, par un récit familial à la ferme, la vie en autarcie à la pointe d'une presqu'île isolée, le lecteur sombre peu à peu dans une histoire qui va se révéler glauque, malsaine et parfois horrible par les actes d'un père tombé dans la folie et la paranoïa, entraînant sa propre fille dans ses actes barbares alors qu'elle n'est même pas en âge de vraiment comprendre.

J'ai trouvé ce récit original, malgré des scènes peu supportables.

Les personnages sont étranges mais pas inoubliables, si ce n'est la petite fille qui ne peut que captiver le lecteur de part son comportement et ses réflexions, l'analyse biaisée qu'elle a d'une réalité violente qui pour elle est normale, n'ayant connue que ça.

La fin est intéressante à défaut d'être surprenante, et ça fonctionne bien.

Les amateurs de noirceur et de cruauté aimeront se plonger dans cette histoire à coup sûr.

https://unbouquinsinonrien.blogspot.com/2021/03/resine-ane-riel.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par _amelivreslovelife_ 2021-03-17T11:34:27+01:00
Argent

Par où commencer.. je ne lis jamais ce genre de lecture, mais je ne sais pas pourquoi , le combo psychologie noire et pays nordique m'a bien hypé.

Bref, je me lance , et je suis déjà choqué par la première phrase. Mais je continue et ... je suis aspiré par la narration ,par l'histoire et par les personnages.

Je me retrouve avec eux , dans cette ambianc étouffante, suspendu dans le temps, avec des passages , disons le, vraiment très glauques..

J'avais l'impression de lire un journal intime . Celui de la petite LIV qui raconte sa vie , son passé. Des lettres de sa maman, Maria, y figurent également, toutes plus dures les unes que les autres . Liv a tellement d'amour à donner, elle est mâture pour son âge mais garde malgré tout ce qui fait d'elle un enfant, son innocence .

Je suis passé par pas mal d'émotions, mais surtout par l'angoisse, la peur , et le dégoût je l'avoue.

Ce roman estvraiment incroyable, très bien écrit, phrases courtes, directes , et tellement froides...

Je pense que ce roman restera longtemps dans ma mémoire, et je vous conseille également de le découvrir, car Liv mérite que l'on découvre son histoire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par loeilnoir 2021-03-17T09:57:02+01:00
Or

Coup de cœur pour ce premier roman d’une auteure danoise, qui m’a envoûtée. Un récit sombre, poignant et attachant.

La famille Haarder vit sur la presqu’île d’un pays du Nord, dans le plus complet isolement. Jens transmet à sa fille, Liv, la passion qu’il a hérité de son propre père pour la nature, et surtout pour la résine, substance naturelle miracle qui peut « guérir, tuer et préserver les corps ». Mais terriblement affecté par la mort de son propre père et par celle de son fils, le frère jumeau de Liv, Jens, devient taciturne et paranoïaque, « cassé » comme les innombrables objets qu’il collectionne. Il sombre peu à peu dans la folie, entrainant avec lui sa famille qu’il veut absolument protéger contre un monde extérieur qu’il juge hostile et dangereux. Il va vivre reclus, barricadé derrière une montagne d’objets. Son épouse, Maria ne sort plus, devient énorme et reste alitée, entourée de livres et de cahiers de notes. Liv est déscolarisée et sort uniquement la nuit pour voler de quoi survivre. Par amour pour son père, Liv devient alors complice de ses dérives.

Nous suivons Liv, adolescente déscolarisée à l’existence sordide et abjecte, de notre point de vue, car n’ayant pas conscience de la réalité du monde extérieur, Liv est heureuse là où elle est. L’amour que lui portent ses parents lui suffit, la communion avec la nature en marge de la vie sociétale la comble. A l’âge où tout ado lambda découvre ses premiers émois. Liv vit elle aussi « ses premières fois », à commencer par le meurtre de sa grand-mère assassinée par son propre père… L’homme avait de bonnes raisons de le faire : protéger sa famille du monde extérieur, car la vieille dame menaçait de venir chercher Liv pour l’emmener vivre en ville. La mère de Liv assiste impuissante à la descente aux enfers de sa famille : devenue impotente, privée de parole, elle s’exprime par des notes qu’elle adresse à sa fille, ne sait si elle doit considérer sa vie comme un conte de fée auprès d’un mari aimant ou comme un roman d’horreur tant sa folie les aspire.

L’écriture « douce » nous berce, mais nous entraine peu à peu sur une pente glissante : le monologue de Liv qui raconte son enfance possède le ton juste, candide, naïf parfois. En sécurité auprès de sa famille, portée par leur amour le plus pur, la jeune fille ne voit pas l’horreur des actes commis par son père, un homme qui cherche uniquement à protéger les siens. L’auteure joue sur cette ambivalence et nous prend au piège : elle nous explique l’histoire de Jens, son vécu avec ses propres parents, le traumatisme lié au décès de son père qu’il vénérait. Donc on finit par comprendre les blessures de cet homme désireux de vivre en marge de la société et qui souhaite coûte que coûte protéger sa famille. Résine a des allures de conte survivaliste qui n’est pas sans me rappeler, par le style, Préférer l’hiver d’Aurélie Jeannin. J’ai été attirée par la couverture: la poupée démembrée évoque évidemment l’enfance brisée, et je m’attendais à un thriller scandinave d’une autre nature, j’ai été surprise de trouver ce type de récit, toutefois pour le côté sombre, nous sommes habilement servis: je n’ai jamais rien lu de tel, et j’ai été fascinée par l’imagination de l’auteure. Le récit est prenant, tragique, subtil, parfois inégal peut-être mais inédit assurément !

Je remercie Pierre Krause de Babelio, ainsi que les Editions du Seuil pour cette excellente lecture.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par filledepapiers 2021-03-14T18:01:47+01:00

https://filledepapiersblog.wordpress.com/2021/03/14/resine-ane-riel/?fbclid=IwAR2Jd-IOGLMFFqUOS7uQ7QyvGBdtH2WETBN58w4rrZS_BbyAoQ2l2v_B7rA

Je remercie de nouveau Pierre, Babelio et les éditions du Seuil pour leur confiance !

Ane Riel nous plonge dans un roman noir, au plein cœur d’un univers sombre et morbide ; regroupant le suspense, l’anomie et les insécurités.

Je ne sais pas comment vous désigner ce livre sans vous dire le terme « étrange ».

L’écriture de l’autrice nous immerge de manière brutale, fluide et captivante dans le roman et ce, dès la première phrase. Le rapport à la narration permet aux lecteur.ice.s de s’enfoncer, au fur et à mesure, dans cette famille énigmatique car l’auteure oscille entre un récit à la troisième et la première personne.

Cela rend cette histoire purement déstabilisante, surtout, lorsque l’on suit le point de vue de Liv. Et pour cause, nous suivons les moindres faits et gestes de cette famille, sous le regard d’une enfant. Son point de vue est rempli d’innocence et d’acceptation. Liv grandit dans la méfiance d’autrui mais elle apporte une confiance aveugle envers son père, Jens. C’est une enfant facile qui aime passer du temps avec ce dernier. Elle apprend ainsi le secret des arbres, à cambrioler, à chasser ; tout en faisant l’école à la maison avec sa mère.

Au fil des pages, nous en apprenons un peu plus sur cette mystérieuse famille de menuisier qui préserve leur cocon familial. Leur passé, l’enfance de Jens, son deuil ou, encore, le présent nous permettent d’essayer de comprendre les motivations et le raisonnement de Jens.

En ce qui concerne l’intrigue, nous sentons que quelque chose cloche terriblement. Même si je la trouve assez prévisible, le récit et l’imaginaire décousu de la petite Liv nous perturbent et brouillent les pistes.

On ressent la pression psychologique de cet environnement glauque. Lors du récit, Liv nous dit que pour eux, mais surtout pour son père, la forêt est l’endroit le plus sûr de la terre. Là où ils peuvent respirer. Pourtant, en tant que lectrice, cette forêt est angoissante et oppressante. Au fil des pages, elle nous prive d’oxygène.

De cette manière, cette lecture m’a fait froid dans le dos ; l’ambiance qui y règne est déconcertante. Non pas par rapport au personnage de Jens mais plus par rapport au personnage de Liv. Cette petite fille est à la fois détachée et insouciante par tout ce qui l’entoure, parce qu’elle a grandi dans cette atmosphère particulière. De par son jeune âge, elle est innocente et elle ne sait pas discerner le Bien du Mal.

Malheureusement, je n’ai pas totalement accroché à ce roman. Je pense sincèrement qu’il me manquait un peu plus de développement au niveau de la psychologie de certains personnages. De plus, le fait que l’intrigue soit prévisible m’a un peu gâché le plaisir de la lecture. Néanmoins, avec les dernières phrases qui clôturent le roman, Ane Riel nous laisse complètement stupéfait…

Ce roman est assez court mais suffisant. Je ne peux vous en dire plus, de peur de vous en dévoiler trop. Ainsi, je terminerais en disant que c’est une lecture surprenante et inhabituelle. Je sais que de nombreux.ses lecteur.ice.s ont beaucoup aimé ce roman alors, n’oubliez pas que, comme d’habitude, il s’agit de mon humble avis. De ce fait, je vous invite à vous faire votre propre avis !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Zina 2021-03-13T08:54:31+01:00
Or

Mais quel roman étrange et envoutant ! Cette histoire d'horreur pas comme les autres ne pourra laisser indifférent ! Une jeune héroïne courageuse finira d'emporter l'adhésion. A découvrir !!

Ma chronique ici : https://lespipelettesenparlent.com/2021/03/resine-ane-riel/

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Marina009 2021-03-07T16:22:01+01:00
Argent

https://booksbookmarks.wordpress.com/2021/03/07/resine-ane-riel/

8/10

Tout d’abord, je souhaite remercier les éditions Seuil pour l’envoi de ce roman par l’intermédiaire de Babelio car j’ai tout simplement adoré ce roman que j’ai quasiment lu d’une traite. Sans Babelio pour me proposer ce roman, j’avoue que je serais totalement passée à côté et je ne l’aurais sans doute jamais lu mais maintenant que c’est fait, je suis super contente !

Ce livre a été comparé aux écrits de Stephen King et je suis plus ou moins d’accord avec ça. D’une certaine manière, je trouve que l’écriture et la manière de raconter l’histoire d’Ane Riel ressemble beaucoup à la plume de Stephen King, dans le sens où c’est très immersif, on a peu de dialogues et on nous explique la vie de chaque personnage un par un. C’est ce que j’ai grandement aimé dans ce roman. D’un autre côté, je ne suis pas vraiment d’accord car le récit est quand même en-dessous de ce que propose Stephen King. Quoiqu’il en soit, j’ai adoré ma découverte de cette auteure et la plume est percutante et remplie d’émotions. J’ai relevé de nombreuses citations fortes qui m’ont aidée à m’investir davantage dans l’histoire.

Au niveau de l’intrigue, j’ai adoré comment elle se déroulait, comment elle était décousue et je n’arrêtais pas de tourner les pages pour en apprendre davantage sur les personnages, tellement j’étais intriguée. Chaque chapitre était tellement intéressant que j’avais du mal à décrocher. Je voulais savoir le fin mot de l’histoire. Je voulais savoir pourquoi tel personnage était comme ci ou comme cela et je n’ai pas été déçue sur ce point-là. L’atmosphère était glauque, limite, et la pression psychologique était présente, c’est ce que j’ai adoré !

Ceci dit, j’ai tout de même été un petit peu déçue par la fin étant donné qu’elle était à prévoir, j’aurais aimé plus de surprise et un peu plus de développement chez certains personnages, tout se dégoupille assez vite sur les derniers chapitres.

En bref, j’ai fait une super découverte que je ne regrette absolument pas et vais peut-être me tourner vers l’adaptation qui en a été faite. Même si j’aurais apprécié un peu plus de développement chez certains personnages, j’ai tout de même adoré tourner les pages pour savoir le dénouement de l’histoire car il faut se l’avouer, la plume est très jolie et j’ai hâte de découvrir d’autres romans de l’auteure. C’était d’ailleurs le premier thriller nordique que je lisais et ce ne sera clairement pas le dernier !

Afficher en entier

Date de sortie

Sortie récente

"Résine" est sorti 2021-03-04T21:58:37+01:00
background Layer 1 04 Mars

Date de sortie

Résine

  • France : 2021-03-04 (Français)

Activité récente

Maks l'ajoute dans sa biblio or
2021-03-27T01:47:32+01:00
Zina l'ajoute dans sa biblio or
2021-03-13T08:52:02+01:00

Évaluations

Editeurs

Les chiffres

lecteurs 11
Commentaires 10
extraits 7
Evaluations 6
Note globale 7.83 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode