Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de retrophenix : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Les 120 journées de sodome Les 120 journées de sodome
Marquis de Sade   
aie aie les 120 journées ... Le livre qui marque . Je dois dire que c'est le seul livre sadien que je n'ai pu finir . La montée en crescendo de la violence, de l'horreur m'a quelque peu retournée . Mais je vois cette oeuvre comme l'apothéose de son art, Sade a réussi à briser tous les codes et faire de cette oeuvre, l'oeuvre de la débauche à grande échelle

par Sadess
Bel-Ami Bel-Ami
Guy De Maupassant   
C'est bien la première fois que j'aime un roman tout en haïssant viscéralement le héros ! Je l'ai maudit tout au long de ma lecture qui fut un régal, tant la plume de Maupassant nous comble et nous plonge au coeur même de Paris vers la fin du XIXe siècle ! Quel bonheur d'explorer le monde du journalisme, ce livre est riche, analysant la gloire et les déchéances qu'elle dissimule, la fortune, les femmes et les relations humaines avec lucidité . Un petit bijou d'intelligence !

par Godeleine
Germinal Germinal
Émile Zola   
Émile Zola est un génie des mots, qui n'est pas à la porté de tout lecteur. Je suis contente d'avoir pu apprécier ce livre, car il aide vraiment à comprendre beaucoup de choses sur l'histoire.

par Zélyie
Le Monde d'hier Le Monde d'hier
Stefan Zweig   
N'ayant encore jamais lu de livre de Stefan Zweig, je pense que cet ouvrage constitue une bonne façon de découvrir son œuvre. Il faut un peu de courage pour s'attaquer à ce livre qui est loin d'être court, traite de sujets durs comme la guerre ou le nazisme, et qui est rédigé d'une plume élégante mais parfois un peu dure à suivre, en raison des termes employés qui ne sont pas toujours évidents. Un minimum de culture historique est de plus nécessaire pour bien suivre cet ouvrage : Zweig parle à ses contemporains, et part du principe qu'ils connaissent les grands hommes de ce temps.
Ce récit n'est donc pas évident, mais il est excellent. Zweig se raconte, et raconte son temps : son autobiographie est liée à l'Histoire, mais aussi à ses rencontres. Ce qui m'a frappé, c'est cette sociabilité des élites artistiques, sociabilité européenne, que l'on a parfois du mal à soupçonner : elle est merveilleusement illustrée dans Le monde d'hier, et c'est un plaisir de lire le portrait d'écrivains, de musiciens ou d'autres artistes que Zweig a rencontré et connu. Il est aussi passionnant de voir quelle vision Zweig a de son monde, de son époque : non celle d'un historien, mais celle d'un contemporain et d'un écrivain à la fois. C'est donc un témoignage précieux, que je ne peux que conseiller de lire.

par Nepheris
Doctor Who : A travers bois Doctor Who : A travers bois
Una McCormack   
Pour savoir si un roman lié à une série télé, un film, ou un jeu est bien fait, je me dis qu'il faut absolument retrouvé l'émotion, l'énergie dégagé par le média père (ou devrais-je dire média mère ? ) en tout cas, le truc parent dont cela provient. Et bonne nouvelle pour ce volume ci, il a totalement réussi son coup.

On retrouve un vrai histoire du Doctor, Amy et Rory, avec une Écossaise au top de sa forme, un Rory attendrissant mais plein de bonne volonté et enfin, un Doctor pied dans le plat qui laisse les autres galérer alors que lui a déjà tout compris. Les petits voyages dans le temps sot très facile à suivre et on a aucun mal à se retrouver dans ce gentil bric-à-brac. Le méchant de l'histoire a un charisme fou, si on aime le genre poilu, et n'a rien d'un méchant en fait...

Bref, c'est une histoire gentillette au final, qui se lit et se relira sans doute très bien. Et puis c'est du Doctor Who quoi !

par Tsukihime
Doctor Who : La Nuit des Humains Doctor Who : La Nuit des Humains
David Llewellyn   
Quand j'ai apprit que Milady allait publier les livres doctor who comment j'étais trop contente vivement janvier !!

par malune
Madame Bovary Madame Bovary
Gustave Flaubert   
Sans trop en dire, l'auteur dénonce ici le romantisme féminin en y décrivant la vie d'Emma avec le réalisme de sa plume.
Il s'agît de l'histoire d'une femme dont la vie manque de péripéties rythmées par la passion. La vie lui laisse entrevoir un monde luxueux mouvementé dont elle rêve éperdument. Elle se nourrit de chimères, imagine une vie meilleure.
Il s'agît de l'histoire d'un retour brutal à la réalité, d'un désabusement féminin et d'une vie ennuyeuse, et malgré l'apparition de passions amoureuses et de réconfort religieux, les derniers chapitres nous conduisent inévitablement vers une fin tragique.
J'ai apprécié le style d'écriture, cependant les descriptions des lieux sont longues. Le must étant la description des différents personnages... Je n'ai pas d'étude approfondie, mais je suis certain qu'il y aurait beaucoup à analyser dans cet ouvrage. On pourrait parler de Grand Art de Littérature.
Mein Kampf Mein Kampf
Adolf Hitler   
Lettre ouverte à Dolfi :


Cher monsieur,

J'ai tout d'abord hésité à mettre un "e" à la fin de "cher" et ainsi à féminiser votre personne au lieu de la laisser telle qu'elle. Je vous explique : vous avez tout d'une adolescente prépubère. Vous aimez clamer que vous êtes un artiste et faire ainsi de votre personne le nombril du monde. Vous aimez vous entourer de beaux mâles si possible musclés pour assurer votre protection. Vous aimez clamer haut et fort que vous avez raison et que tous les autres ont tort. Vous aimez vous défouler sur les juifs comme une peste populaire choisissant une tête de turc parmi ses camarades. Vous aimez vous faire passer pour une victime, et cracher sur tous les autres peuples. Vous aimez vous comporter comme tel(le), et moi, je ne vous aime pas.
J'ai voulu lire votre livre parce que, ne le nions pas, c'est le livre interdit par excellence. Et puis, combien de personnes l'ont déjà lu pour pouvoir se targuer de l'avoir fait, même si pour ce faire, il faut se fader 1010 pages d'un indigeste qui frise l'illicite.
Vous vous vantez de savoir parler. Je n'en suis pas si sûre. Le peu que j'ai vu de vous, baragouinait sur de pauvres allemands, victimes de l'espoir. Et croyez moi, la langue de Goethe n'a absolument rien de captivant, ça tape plutôt sur les nerfs, d'une force... Enfin. Vous vous targuez de savoir parler. A la rigueur, je veux bien vous le concéder. Mais ne venez pas prétendre savoir écrire. Les bons écrivains, les "endoctrineurs" par excellence sont ceux qui parviennent à faire adhérer à leur point de vue, le plus récalcitrant de tous ses lecteurs. Je peux honnêtement dire que j'étais la récalcitrance même, et, après 1010 pages, la seule chose dont je suis convaincue est soit que vous étiez une fille, soit un gay refoulé.
Devrais-je présenter du respect ? A qui ? A un homme qui dépeint ses semblables comme des animaux, qui critique un gouvernement qu'il ne comprend pas, qui se vante d'être un intellectuel sans avoir terminé son cursus scolaire, et surtout, surtout, qui mène une croisade contre chaque être humain qui aura le malheur de blesser son égo titanesque ? Mais monsieur, si tout le monde était comme vous, ou si juste moi, j'étais comme vous, je ferais la guerre à la Turquie à cause d'un désaccord avec une amie turque, je ferais la guerre aux Pays-Bas parce que le chef du gouvernement français s'appelle Hollande, je ferais la guerre à l'Afrique du sud parce que mon voisin du dessous laisse entrer n'importe qui pour mettre des prospectus dans ma boite aux lettres !
Au bout d'un moment, faut penser à dégonfler le melon ! Vous êtes l'être le plus détestable et susceptible que cette terre ait jamais porté ! Même une gamine capricieuse de 5 ans ne saurait vous égaler !
Et en plus, vous écrivez mal. C'est pas parce que vous avez 3 bonnes métaphores toutes les 315 pages que cela fait de vous un écrivain. Vos phrases sont lourdes, désagréables, prétentieuses à l'excès, et d'un ennui considérable. Est-ce là le livre d'une génération ? D'un mouvement politico-raciste ? Est-ce là le livre qui a déchaîné les foules et vous as apporté des millions de partisans ? Permettez moi l'inconvenance : mais bordel de merde, ne vous êtes vous juste pas demandé à un moment donné pourquoi ? Pour votre écriture ? Non. Vous avez juste eut la chance incroyable, comme on dit chez moi, le cul bordé de nouilles, de trouver des gens, qui après avoir été terrassés par une guerre mondiale, se sont mis à la recherche d'un guide, d'une personne qui pouvait pointer du doigt un prétendu coupable sur lequel pourrait alors se reporter toute la haine d'un peuple. Ce n'est pas vous qu'on recherchait monsieur, c'était une révolution.
Néanmoins, je suis fière de l'avoir lu, d'avoir réussi à me fader toutes les pages, dont je n'ai parfois lus que quelques paragraphes. Je pourrais dire que j'ai lu Mein Kampf. Mais je ne pourrais jamais le recommander à qui que ce soit. C'est un torchon, un chiffon, le journal d'un homme ennuyé et ennuyant dont le succès me laisse encore perplexe et dégoûtée.

Veuillez recevoir monsieur, l'expression de mon crachat sur votre tombe.

Bien à vous.
L.

par vagabonde
Les Raisins de la colère Les Raisins de la colère
John Steinbeck   
Ce roman conte l'aventure d'une famille de fermiers (Les Joad) pendant la Grande Dépression (la crise de 1929), leur exode vers l'Ouest Américain.
Le style et la maitrise de l'auteur nous mènent trés rapidement aux émotions, à l'attachement, à l'accompagnement des personnages, dans ce long voyage où la misère humaine et l'humiliation sont omniprésentes.

Il a été considéré comme une critique communiste lors de sa parution. Pas étonnant ! La misère décrite et "génante" (politiquement à cette époque épique) a amené l'inévitable interdiction de vente en Californie. Il faut dire que la bestialité des injustices sociales qui existent dans ce système capitaliste US est mise en exergue, et contraste avec l'honnêteté des paysans. On découvre ainsi la portée de la lutte quotidienne, le courage émouvant et l'espoir de ces milliers de paysans qui ont subi la perte de leur terre et le deuil de leurs proches.

C'est réellement un ouvrage superbe avec des instants révoltants, un roman sociologique, historique et humaniste, d'une trés grande profondeur.
Doctor Who : Horloge Nucléaire Doctor Who : Horloge Nucléaire
Oli Smith   
Je trouve que cette histoire est intéressante mais donne un petit peu mal à la tête :) On retrouve tout le génie du Docteur et un Rory plus entreprenant.

par bzz-bzzz
  • aller en page :
  • 1
  • 2