Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de revesurpapier : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
Le Joyau, Tome 1 Le Joyau, Tome 1
Amy Ewing   
http://revesurpapier.blog4ever.com/le-joyau-de-amy-ewing-1

J'avais une seule attente en commençant ce livre : je souhaitais de la nouveauté dans le genre dystopie. Et j'ai été royalement servie avec une idée principale excellente : l'achat de mères porteuses dotées de pouvoirs appelés Augures, pour engendrer les héritiers sur mesure du Joyau.

Les premiers chapitres sont très touchants. Violet quitte l'institut pour voir sa famille une dernière fois, avant son départ à la vente aux enchères. Etant donné que ça fait 4 ans qu'elle ne les avaient pas vu, les retrouvailles sont difficiles pour elle et même pour nous (passage fort en émotion!). Surtout avec sa petite soeur, c'était trop émouvant! On voit ce qui a été retiré à Violet le jour où elle a été déclaré "Mère porteuse" et ça la rend dès le début très attachante.

Les mères porteuses sont considérés comme des objets. L'un des sujets importants de cette série est l'esclavage, la servitude. Et Violet n'est plus qu'un numéro de lot, une possession que la Duchesse prend plaisir à exhiber. Pourtant elle a droit à une servante, des appartements, des cadeaux si elle se tient bien etc... Mais elle a perdu son avenir, et la possibilité de faire des choix. Certes sa vie aurait été bien plus difficile à vivre (niveau qualité de vie) en dehors du Joyau, cependant, la on la prive carrément de sa liberté et c'est ce qui ressort le plus du livre. La population du Joyau est riche, mais elle est très cruelle, vicieuse et manipulatrice. Et l'auteure a parfaitement su nous faire détester cette réalité qui se cache dans le Joyau.

Par contre, la romance m'a un peu déçue au début, je l'ai trouvé survolée à cause de son arrivée tardive. Ash est très intéressant, d'abord par son histoire et aussi parce qu'il ressemble beaucoup à Violet à cause de son rôle à jouer dans cette maison. Mais malheureusement j'ai trouvé ça trop facile. Ils ne se battent pas vraiment pour protéger cet amour naissant et leur libertés. Pour tout vous dire, j'ai été beaucoup plus intriguée par Garnet, le fils de la Duchesse, alors qu'il ne fait que quelques apparitions. Mais dans les derniers chapitres, la relation Ash / Violet est plus convaincante et j'ai finalement été conquise par ce mignon petit couple qui s'aime malgré les risques (surtout après ce qui va leur arriver! ^^).

Au final, c'est pour moi un premier tome très prometteur pour la suite de la série. Les bases sont là et l'action ne fait que commencer. Surtout que la fin est une grosse surprise, j'ai adoré! Enfin là ... un peu moins, puisque qu'il va falloir attendre...
The Girl at Midnight, tome 1 : De plumes et de feu The Girl at Midnight, tome 1 : De plumes et de feu
Melissa Grey   
http://revesurpapier.blog4ever.com/the-girl-at-midnight-de-melissa-grey-1

Echo est une jeune mortelle accueillie par l'Ala lorsqu'elle était petite et de ce fait, elle est la seule humaine à connaître l'existence d'un monde qui côtoie le nôtre. Echo a grandi au beau milieu de la magie des Avicens, créatures à moitié hommes, à moitié oiseaux. A défaut d'avoir une vraie famille humaine, elle considère les Avicens comme la sienne, même si elle a conscience qu'elle ne sera jamais totalement l'une des leurs. Habituée à voler pour le compte des Avicens et pour son propre plaisir, Echo n'hésite pas une seconde lorsque l'Ala lui demande de partir sur les traces de l'Oiseau de feu, un artefact qui pourrait mettre fin à la guerre contre les Drakharins.

Cet univers caché aux yeux des humains est fascinant. J'ai aimé découvrir ces deux peuples ennemis, aux particularités physiques étonnantes, et qui possèdent tous les deux un peu de magie. Il y a un coté mystique et magique qui se dégage de la couverture et qu'on retrouve avec plaisir dans la légende de l'Oiseau de Feu. Ca m'avait tapé dans l'oeil dès sa sortie et c'est le vrai plus de l'histoire. L'Oiseau de feu est pour certains une bête imaginaire, un animal mythique. Pour d'autres, il représente l'espoir. En effet, la légende raconte que l'Oiseau de feu détient un pouvoir immense et mènera à la fin du conflit, à la paix entre les Avicens et les Drakharins. Vu l'importance de cette légende, j'ai beaucoup aimé le jeu de pistes qui a suivi. Echo doit déchiffrer des cartes et des énigmes et avec une poignée de poussière d'ombre elle est prête à voyager à travers le monde, par l'intermédiaire de portails magiques.

Echo est une petite humaine qui a du cran et j'ai accroché dès les premières pages à son personnage. C'est une petite voleuse pleine de fougue, qui aime provoquer. J'ai aimé son humour et ses remarques piquantes, c'est tout de suite plus sympa à lire. En ce qui concerne les personnages secondaires, j'adhère tout autant. Pour mener cette quête, Echo est accompagnée de Jasper, Ivy, Caïus et Dorian. C'est une équipe à laquelle on s'attache étonnamment vite. A eux cinq, ils forment d'abord une alliance qui surprend. Et finalement... équipe au top niveau! Ce sont des compagnons de route qui m'ont fait sourire, rire. J'ai particulièrement aimé la manière dont leurs relations évoluent tout au long de l'histoire. Liés par un objectif commun, ils apprennent tous à s'apprécier, à se faire confiance, alors qu'au début ce n'était pas gagné.

J'ai aussi bien apprécié les changements de points de vue qui nous permettent de connaître ces deux peuples qui se haïssent depuis des siècles. On met les pieds dans les deux clans, et on espère y détecter les forces et les faiblesses pour pouvoir se ranger d'un coté ou de l'autre. Ce qui est assez difficile puisqu'ils ne sont pas tous bons, ou tous mauvais. Hommes à plumes et à écailles s'affrontent depuis toujours, pour des raisons qui datent, et il serait peut être temps d'y mettre un terme. Caïus, le prince des Drakharins l'a bien compris et il est persuadé que cet Oiseau de Feu existe et qu'il est la solution, contrairement à Tanith, sa soeur jumelle qui aime la guerre, le feu, le sang, le pouvoir. Leurs convictions opposées amènent un peu de danger, de cruauté dans cette aventure, tout comme les intentions pas très claires de certains Avicens. A croire qu'ils aiment ce combat interminable! Au final, il est difficile de se fier à l'un ou à l'autre de ces peuples et on doute que la paix soit réellement possible. A moins que... ^^.

Verdict : Une guerre ancestrale, une quête mystérieuse, une aventure pleine de magie, des répliques drôles et des créatures merveilleuses. Tout pour passer un bon moment! Et pour ne rien gâcher, la lecture est très agréable. La suite me rend vraiment curieuse!
Nos faces cachées Nos faces cachées
Amy Harmon   
Avis : http://revesurpapier.blog4ever.com/nos-faces-cachees-de-amy-harmon-1

Fern est une jeune fille rousse, pas très jolie. Elle a tout du vilain petit canard et se trouve banale, transparente pour un garçon comme Ambrose, dont elle est amoureuse depuis qu'ils ont enterré une araignée ensemble.
Son cousin Bailey est atteint de myopathie. En fauteuil roulant, il essaie entre autres, de vivre sa passion pour la lutte, grâce à Fern qui l'aide au quotidien. Ils sont très proches et tous les deux forment un duo assez remarquable.
Ambrose, lui, est le beau gosse du lycée et l'un des meilleurs lutteurs, d'où son surnom Hercule. On attend beaucoup de lui et il en a conscience. Puis il décide de rejoindre l'armée avec ses amis. Et malheureusement, c'est un drame qui va le faire revenir dans sa ville natale. A son retour, il est métamorphosé, tant au niveau physique que psychologique.

Leur histoire s'étale sur plusieurs jours, plusieurs semaines, plusieurs mois et malgré ça, ça reste très rythmé. Le style est agréable et ça se lit très vite. L'auteure a choisi de développer des petites scènes entrecoupées de retours en arrière que j'ai beaucoup apprécié.
L'histoire démarre doucement. On est plongé dans le quotidien du lycée, et les petites histoires d'amitié et d'amour. Puis lorsque Ambrose s'engage, tout prend un tournant plus sérieux et dramatique. Il commençait tout juste à s'intéresser à Fern. Mais à son retour, sa nouvelle apparence le pousse à se renfermer sur lui même, il a du mal à s'accepter, et à accepter l'amour qu'on peut lui porter.

C'est une très belle réflexion sur ce que ce que la vie nous réserve. Parfois on la trouve merdique : pourquoi ça nous arrive à nous? Est-ce qu'on le mérite? Et cette histoire nous conforte dans l'idée qu'il faut aussi savoir savourer ce qu'il y a de plus beau, juste là sous notre nez. Il y a aussi la question de la vraie beauté, ce qu'on aime réellement chez les gens qui nous sont proches lorsqu'on les regarde. J'ai trouvé ça absolument magnifique.

Une mention particulière pour Bailey. C'est un personnage incroyable. C'est son handicap qui a façonné sa superbe personnalité. Il m'a fait beaucoup rire avec ses remarques et parce qu'il est handicapé il a un autre regard sur la vie. A chaque fois qu'il partageait ses réflexions, j'ai trouvé ça très intéressant, et très vrai.

C'est un livre qui marque, et personnellement j'y penserai pendant un moment. Pas parce qu'il m'a fait pleuré mais plutôt parce qu'on voit sa vie différemment après ça. C'est une très belle leçon pour nos personnages mais aussi pour nous lecteur. L'auteure a choisi de faire passer un message magnifique, extrêmement touchant et rempli d'espoir.

Alors sans problème, je conseille cette agréable lecture à tout le monde!
Chroniques des Arcanes, Tome 1 : Princesse Vénéneuse Chroniques des Arcanes, Tome 1 : Princesse Vénéneuse
Kresley Cole   
Le début est un peu lent, l'action n'étant pas présente.
Mais une fois que l'histoire est bien lancée, le récit devient très intéressant. L'apocalypse a tout ravagé, tout n'est que tristesse, désolation.
L'auteur nous imprègne de ces sentiments de pertes, de doutes, de peurs.
Les révélations des 150 dernières pages nous permettent de comprendre dans quel univers l'auteur nous a embarqué. Un monde où nos héros sont destinés à s'entre tuer jusqu'à qu'il n'en reste plus qu' UN.

par Adèle
Meg Corbyn, Tome 1 : Lettres écarlates Meg Corbyn, Tome 1 : Lettres écarlates
Anne Bishop   
It’ s a trap ! J’ai tout laissé en plan et je l’ai dévoré ce tome 1 ! J’ai été sous le charme dès la première page. C’est un projet assez atypique, j’ai du mal à le relier à d’autres livres dans le même genre, c’est bien un urban fantasy mais il arrive à aller au-delà. Je pensais avoir affaire à un habituel ‘bit-lit’ avec une héroïne pour narratrice et ce n’est absolument pas le cas, divers protagonistes prennent part à l’histoire. On sent la patte d’une auteure de fantasy, ce qu’Anne Bishop est sans aucun doute, nul besoin de rappeler qu’elle est connue pour la Trilogie des Joyaux Noirs.

Humains et terra indigene se côtoient, se supportent sans réellement se comprendre, soit par peur, soit par intérêt. Les humains ne sont que des proies dans ce monde pour ces êtres mystiques, ils étaient là avant eux et s’adaptent à chaque génération de prédateurs, ils seront encore là bien après. Namid contient plusieurs continents (Thaisia, Brittanie…), une géographie bien spécifique avec une histoire propre, des jours de la semaine rappelant les éléments et des noms de villes très reconnaissables (Strassville, Bouseville…), des cartes et un prologue permettent de s’immerger dans ce nouveau lieu assez rapidement. De ce fait, il est tout public, il plaira au plus jeune comme au plus vieux, fille ou garçon y trouveront leur compte.

Si Anne Bishop ne revisite pas l’aspect des vampires, loups-garous & cie… elle apporte quelque chose de plus avec le personnage de Meg Corbyn (la quatrième de couverture en dit déjà trop). Elle m’a au départ fait penser à Alice Royale par son côté innocent, ingénu, soit totalement pur, et qui découvre autant les humains, que les terra indigene avec ses pauvres ‘images’ pour seul bagage. Son côté ‘chaton fragile’ aurait dû me faire fuir, ce n’est pas un personnage auquel je m’identifie, mais j’ai su l’apprécier pour sa particularité (en mettant de côté mon agacement que j’avais, de voir chaque Autre s’attacher à elle aussi facilement).

Les personnages sont intrigants (Simon, Tess plus particulièrement), bien développés et ont tous leur place. Même les flics ou les quelques longueurs ne m’ont pas freinée dans cette lecture. J’ai succombé à l’univers présenté par Anne Bishop, à son ambiance à huit-clos qui ne ressemble à aucune autre et plus particulièrement aux émotions distillées au long du livre, qui sont, son plus gros atout dans cette histoire. Grâce notamment à l’autre visage des êtres surnaturels qu’elle nous montre, une partie plus psychologique et animale qu’on n’a pas l’habitude de voir. Ils n’ont rien de séduisant et c’est ce qui fait leur charme, vraiment, ça leur donne du mordant (roh ce jeu de mots). Ce qui donne des occasions de glousser quand il y a ces petites remarques à la limite de l’humour noir et parfois même grimacer, tout n’y est pas édulcoré. La nature est belle, merveilleuse, mais tout aussi cruelle, à Lakeside c’est pareil.

Pendant que nous découvrons le dernier d’Anne Bishop, le tome 2 sort aux USA, et que de frustration, maintenant que j’ai terminé ce premier opus de ne pouvoir enchaîner. Certes, l’intrigue est simple, mais efficace ; il n’y a pas de romance comme dans toute bit-lit actuelle ; l’action est surtout en fin de tome et l’essentiel du roman se concentre sur les relations familiales, amicales — sur les émotions… mais quel premier tome, tellement addictif et différent !

{avis pour Fantasy-Gate.fr}

par LLyza
La Geste des exilés, Tome 1 : Pacte obscur La Geste des exilés, Tome 1 : Pacte obscur
Bettina Nordet   
http://revesurpapier.blog4ever.com/la-geste-des-exiles-de-bettina-nordet-tome-1

Fiouf! Un contenu vraiment très bon, super bien écrit, une intrigue et un scénario (parfois un peu loufoque) parfaitement maîtrisés! J'adore!

Jana est flic, a un don pour repousser les pédophiles, et elle n'a jamais réellement réussi à séduire un homme. En somme, très banale la fille ^^. Alors qu'elle est poursuivie par des sales types, Kell son nouveau boss, lui sauve la vie en abattant les hommes comme s'il faisait ça tout les jours. Et la voilà traquée et trainée je ne sais où! Qui l'oblige t'on à fuir, et pourquoi? Où l'emmène Kell? Haha ^^

Et ce n'est pas tout : entre les personnages hauts en couleurs (et très très attirants que vous prendrez plaisir à découvrir ^^), les créatures surnaturelles, les entourloupes, les apparences trompeuses etc... je peux vous dire que Jana ne s'ennuie pas, et nous non plus! Jana est une héroïne que j'ai trouvé très réaliste et de ce fait assez attachante. Ses réflexions sont toujours très drôles et c'est une fille qui ne se laisse pas abattre, malgré la situation quelque peu déroutante.

Le plus appréciable, c'est que le mystère reste entier autour des origines de Jana, autour des raisons de ce voyage et de cette fuite. On va de surprises en surprises et c'est prenant. Après les premières révélations, je ne m'attendais pas du tout à être plongé dans ce monde. Mais c'est un vrai régal!

Petite frayeur à un moment donné : j'ai bien cru qu'on était en train de perdre Jana et Kell au beau milieu du livre. Le rythme est devenu plus lent. J'avais l'impression que l'auteure s'était perdue dans un nouvel univers, laissant de coté les personnages et leur personnalité du début. Et il n'en était rien, l'auteure a réponse à tout et nous surprend par ses rebondissements toujours plus incroyables. Et ça se tient!

Je félicite l'auteure pour son imagination débordante. C'est agréablement bien tourné et le déroulement est original (oh ça oui! ^^) et imprévisible. Bettina Nordet a une superbe plume, accompagnée d'une bonne dose d'humour qui, pour ma part, a fait toute la différence. Tout ce qu'il fallait pour m'embarquer dès les premières pages.

Tome 2 très très très attendu ^^
Confess Confess
Colleen Hoover   
http://revesurpapier.blog4ever.com/confess-de-colleen-hoover-1

Auburn a déménagé à Dallas, une ville qu'elle n'aime pas. Elle a besoin d'argent, entre autres pour payer son avocat. Sans trop hésiter, elle pousse la porte de la galerie d'art d'Owen Gentry, un artiste à la recherche d'une assistante pour la vente de ses tableaux. Nous découvrons alors deux personnages qui s'apprécient beaucoup et qui meurent d'envie de se découvrir. Mais chacun est perturbé par une vie, une histoire compliquée, qui obligent les sacrifices. Petit à petit, ils vont se livrer, se confesser...


Ma lecture commençait mal. Je savais que j'allais verser quelques larmes. Colleen Hoover y arrive toujours. Mais le prologue m'a vraiment brisé le coeur. L'auteure est terrible et nous annonce la couleur dès les premières pages. A 21 ans, Auburn a déjà connu l'amour de sa vie mais leur histoire s'est terminée de la plus triste des façons. Aujourd'hui, elle ne pense plus pouvoir aimer. Cette jeune femme est très courageuse et je me suis vite attachée à elle. Elle a un plan précis de son avenir et a décidée de prendre sa vie en main. Vous verrez, son entourage, qu'elle n'a pas choisi, est détestable pour plusieurs raisons. Je ne peux pas en dire plus mais j'étais de tout coeur avec elle parce qu'elle ne veut plus se laisser faire. Et pour cela, elle sait qu'elle devra se battre. On la voit prendre des décisions difficiles. Toujours en faisant des choix justes, plutôt que bons.


Owen Gentry, le personnage masculin de cette romance est plus que réussi. C'est un personnage sensible et généreux. Un personnage assez secret pendant une partie du roman. On sait qu'il connaissait déjà Auburn mais on ne sait pas comment. Son attachement à Auburn m'a profondément touché. J'ai trouvé ce couple vraiment adorable. Surtout leur façon de partager leurs pensées et leurs secrets. Ils sont faits l'un pour l'autre, c'est le destin qui le veut. On aimerait que tout soit plus simple pour eux deux. Mais d'abord, chacun mène un combat, pas simple du tout.


Parlons aussi de la petite originalité de ce roman. Colleen Hoover propose toujours quelque chose de nouveau, d'original. Ici, Owen peint. Il peint à partir de confessions, de secrets qu'on glisse dans sa boîte aux lettres. Nous avons donc une base brute avec des confessions anonymes, qui servent d'inspiration à Owen dans ses peintures. Il faut savoir que ce sont des confessions réelles, celles de lecteurs comme vous et moi que Colleen Hoover a récolté. J'ai trouvé l'idée très originale et c'est tout en émotion, avec des confessions qui nous touchent plus que d'autres. J'ai été agréablement surprise par la présence d'illustrations dans le roman. Les oeuvres réalisées par Danny O'Connor sont magnifiques et illustrent à merveille les peintures d'Owen.


Pour finir, j'ai adoré retrouver cette si la plume de l'auteure que j'avais tant aimé dans Maybe Someday et Ugly Love. C'est doux et agréable. Magique et profond. L'auteure a un talent certain pour créer des personnages vrais et attachants, des scénarios extrêmement touchants et uniques. Pas de déjà vu non plus au niveau de la romance et c'est ce que j'aime. C'est toujours un partage d'émotions pures et on en redemande!


Verdict : Du grand grand Colleen Hoover. Il est difficile de décrire tout mon amour pour ce roman. Une nouvelle fois, l'auteure a trouvé les mots et j'ai eu mon premier véritable coup de coeur de l'année. Je n'ai pas encore lu tous ses ouvrages mais c'est certain que je les lirai, tous sans exception.
In the After, Tome 1 In the After, Tome 1
Demitria Lunetta   
Je tiens à dire que j'adore la couverture que je trouve tout simplement superbe!
L'histoire en elle-même est très immersive. À l'arrêt du livre, j'ai dû me faire violence pour ne pas imaginer des monstres partout!!
L'histoire et les personnages sont très bien travaillés. Beaucoup de suspens et ça, j'adore!
[spoiler]La première partie est véritablement mon coup de cœur, dommage qu'on ne soit pas resté dans l'Après![/spoiler]

par dedei77
Insaisissable, Tome 1 : Ne me touche pas Insaisissable, Tome 1 : Ne me touche pas
Tahereh Mafi   
Bon, je me prépare au déluge de votes négatifs qui vont accompagner ma review car beaucoup de personnes n'apprécient pas de voir certains d'entre nous avoir un avis différent (personnellement je crois encore à liberté d'expression, désolée), or ce qui est sur c'est que contrairement à l'ensemble des bloggeurs qui semblent avoir été en admiration à la lecture de ce bouquin ça n'a pas du tout été mon cas. Je ne dis pas que je n'ai pas aimé, cependant il y a beaucoup de choses qui m'ont déplu/interpellée.

Le concept de l'histoire est intéressant. Juliette, 17 ans, possède un don particulier. Lorsqu'elle touche une personne elle se nourrie de son énergie jusqu'à la tuer, et elle ne contrôle pas du tout cette particularité. Enfermée dans une asile depuis plusieurs années, elle est en isolation jusqu'au jour où on lui donne un compagnon de cellule : Adam. Cependant ce que Juliette ignore c'est que ce don, qu'elle considère comme une malédiction, est convoité; principalement par Warner, un chef de ceux qui se nomment The Reestablishment et qui ont peu à peu prit contrôle du monde dans lequel le roman se situe.

Cependant le monde dystopique passe au second plan et elle complètement obscurci par l'enchaînement de métaphores que l'auteur nous balance au fil du récit. Parce que ce qu'il faut comprendre lorsque tous les reviewers disent que Tahereh Mafi a un style d'écriture très différent de ce qu'on a l'habitude de croiser, c'est qu'ils ne mentent pas. Et sincèrement je pense que c'est le genre d'écriture que vous adorez ou détestez, y'a pas vraiment de juste milieu. Pour ma part j'ai trouvé que c'était un gros point faible au bouquin car ce style m'a vraiment tapé sur les nerfs, surtout toute la première partie de ma lecture. La ponctuation est très particulière (voir carrément absente à certains moments), les pensées que Juliette n'ose pas avoir sont balancées au milieu de la narration et raturées, et comme je l'ai dit on va de métaphore en gros imbroglio de mots qui se suivent (avec parfois des suites de cinq ou six fois le même mot ce qui arrange encore moins les choses) et qui finissent par ne plus avoir de sens. En gros, le style d'écriture est très frustrant et j'ai trouvé qu'il gênait énormément le récit à certains moments. Alors oui, je veux bien que ça s'arrange au fil des pages et du rétablissement mental et social de Juliette (faute d'autre terme), mais c'est vraiment dur de passer toute la première moitié du bouquin à cause de ça. Il y a vraiment des moments où ça me démangeait de choper un stylo et de mettre des virgules, des points, et du correcteur sur les répétitions (je vous rassure je ne l'ai pas fait, c'est pas demain que je me mettrais à profaner un de mes livres même si la tentation était grande avec celui-ci).

Toutefois la seconde partie du roman est beaucoup intéressante et beaucoup plus vivante. [spoiler]En fait les choses ont commencés à vraiment capturer mon intérêt lorsque Adam et Juliette s'échappent.[/spoiler] La fin offre de bonnes possibilités pour la suite, maintenant à savoir si l'auteur saura les exploiter. Je réserve mon jugement sur le second tome, je ne sais pas encore si je le lirais. Je crois que j'attendrais d'avoir un résumé et des extraits (histoire de voir si le style se stabilise un peu plus ou si on repart dans un méli-mélo sans sens). C'est vraiment dommage car le thème de l’histoire en lui-même est intéressant et les bases qu'offre cette fin promettent beaucoup.

Pour ceux qui seraient intéressés par la traduction Française, le livre sortira chez Michel Lafon mais il n'y a pas encore de date précise à ce que j'ai pu voir (à l'origine le livre était annoncé pour courant 2012). Sincèrement, sans vouloir être défaitiste, j'ai peur de ce que la traduction va donner... ça risque de rendre la lecture encore plus pénible. J’attendais beaucoup de ce roman, surtout avec l’avalanche de reviews élogieuses, mais je crois pouvoir dire que ça a été finalement une déception pour moi.

par Althea
Boys Out ! Boys Out !
Rawia Arroum   
http://revesurpapier.blog4ever.com/blog/boys-out-de-rawia-arroum

Je l'ai d'abord commencé pour lire le début, par curiosité, voir de quoi il s'agissait et j'ai vraiment eu du mal à le lâcher. A tel point que j'en ai laissé tomber ma lecture en cours. L'intrigue est prenante dès le début et son originalité marque tout de suite puisque Lyra doit capturer... un Homme.

Lyra vit dans un monde où l'homme n'a plus sa place depuis l'Eradication. Elle a donc été entraînée à les traquer, les affronter et les haïr. Les hommes sont seulement utilisés pour permettre une descendance (elle aussi contrôlée puisque seulement féminine) avant d'être éliminés. A 18 ans, les jeunes filles doivent passer par la case "procréation", étape pendant laquelle elle fera la connaissance de Loan, dans des conditions des plus étonnantes.
Loan est LE personnage, l'homme qui change tout pour notre héroïne. Même si j'ai eu l'impression de ne pas avoir passé assez de temps avec Loan, pour bien connaitre son personnage (j'ai encore des doutes à son sujet ^^). Lyra finit par voir les hommes différemment puisque Loan est capable de douceur, sait être à l'écoute et en même temps est déterminé à prouver qu'une vie sans homme est impossible. Depuis toute petite, on apprend à Lyra que les hommes sont des "DECHETS", alors vous imaginez un peu la surprise de la demoiselle ^^.

C'est une histoire vraiment pas banale, qui a du rythme. J'ai pas mal accroché avec le personnage de Lyra, qui est pleine d'assurance et de détermination mais qui, à un certain moment, réalise tout de même qu'elle a été manipulée, formatée avec facilité pendant des années.
Et puis vient la fin. J'ai tourné la dernière page et je me suis dit : "Hein?? Quoi? ^^. Personnellement, j'ai détesté le terminer de cette façon. Bien trop rapide comme fin, on se prend une vraie claque et il reste encore mille questions!

Une suite, s'il vous plaît...
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4