Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Reveusedelivre : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Expérience Noa Torson, tome 2 : Ne regarde pas Expérience Noa Torson, tome 2 : Ne regarde pas
Michelle Gagnon   
http://attrape-mots.blogspot.fr/2015/09/ne-regarde-pas-de-michelle-gagnon.html

J'avais beaucoup apprécié le premier tome de la saga Expérience Noa Torson (lire ici mon avis), j'ai donc été contente de recevoir la suite en partenariat avec les éditions Nathan (que je remercie!). Je ne me souvenais plus trop de tous les évènements du tome 1, mais heureusement, l'auteure a pris le temps de rappeler certaines actions du roman précédent, afin de nous les remettre en tête. Je n'ai donc pas du tout été perdue!

Ce deuxième opus est dans la lignée du premier tome : l’action est toujours prépondérante, et la tension palpable. Le rythme effréné, servi par une écriture fluide, est vraiment le principal atout de ce roman. On est plongé dans l’action du début jusqu'à la fin, si bien qu’il est vite impossible de lâcher le livre. Je l'ai tout simplement dévoré en quelques heures!

On retrouve des personnages que l'on avait appris à apprécier dans le tome 1, notamment Noa et Peter, les deux personnages principaux. De nouveaux protagonistes font également leur apparition, mais je vous laisse le soin et la surprise de les découvrir...!

Noa est un personnage très humain que j'ai, une fois de plus, beaucoup apprécié. On s'identifie facilement à elle, si bien que l'on tremble et que l'on doute avec elle. J'ai adoré en savoir plus sur ce personnage si attachant! Dans ce deuxième tome, Noa ne fuit plus. Cette fois-ci, elle a décidé de se battre. Et oui, elle est à présent à la tête d’un groupe d’adolescents surnommé « l’armée de Perséphone ». Bon, par contre, pour le côté réaliste... on repassera! Oui, car des adolescents de 16 ans qui font la "guerre", et qui se débrouille comme des chefs... on n'y croit pas 5 minutes. A moins que vous connaissiez (un exemple parmi tant d'autres) un adolescent lambda qui se prend une balle mais qui continue à courir tranquilou pépère ?

Quant à Peter, personnage phare du tome 1, j'ai trouvé qu'il était un peu mis de côté. Il lutte au côté de Noa, mais pas sur le même front qu'elle. En effet, il aide la petite armée d'adolescents en essayant de hacker les ordinateurs de la société qui dirige le Projet Perséphone. Les points de vue s’alternent ce qui nous permet de suivre les évènements du point de vue de Noa, mais aussi de Peter.

Peter et Noa ne se trouvant pas aux mêmes endroits, la romance tant attendue ne se met pas en place. Malgré quelques passages touchants, je reste sur ma faim, surtout que je me serais bien passée du triangle amoureux...

La fin de ce deuxième tome est explosive, et nous laisse dans l'appréhension la plus totale. De nombreuses questions restent sans réponse... ce qui laisse supposer un tome 3 décapant! Il me tarde de découvrir comment vont s’en sortir nos héros… et comment ils vont arriver à se dépatouiller entre les griffes de leurs redoutables ennemis…
Mara Dyer, Tome 1 : Qui est Mara Dyer ? Mara Dyer, Tome 1 : Qui est Mara Dyer ?
Michelle Hodkin   
Ouaw. Juste ouaw. Quel livre... Quelle histoire... Je pense qu'il va me falloir un petit moment pour me remettre de cette lecture. J'en suis encore tout retourné. Ce roman nous ramène aux sources du fantastique, à l'état le plus pur du mystère, de l'étrange et du surnaturel... Comment vous transmettre tout ce que j'ai ressenti ? Je viens juste de le finir et j'en tremble encore. On respire.
Lorsque j'ai commencé The Unbecoming Of Mara Dyer, je ne savais absolument pas dans quelle aventure j'allai être embarqué. Comme vous avez pu le voir, le résumé ne dévoile presque rien... Pourtant, j'ai été irrémédiablement attiré par ce livre. Dès la première page, j'ai été emporté dans l'intrigue... Le prologue est juste génial... Lorsqu'un livre commence par une séance de spiritisme entre amies, à savoir Mara Dyer, Rachel ( sa meilleure amie ) et Claire, qui va très rapidement mal tourner, comment ne pas être séduit ? Surtout quand le jeu indique que Rachel et Claire vont mourir... A cause de Mara. Cette séance a eu lieu il y a six mois.
Six mois plus tard, Rachel, Claire et Jude ( le petit-ami de l'époque de Mara ) meurent pendant l'effondrement de l'immeuble dans lequel ils se trouvaient. Avec Mara. Qui est indemne. Que c'est-il passé ? Mara n'en a aucune idée, car après qu'elle s'en soit sortie, elle se réveille à l'hôpital sans aucun souvenir. Haaa, rien que d'y repenser, j'en ai des frissons ! Franchement, comment pas succomber à cette intrigue en or ?
Mais ce n'est pas tout. Maintenant qu'elle est réveillée, Mara tente de se rappeler de cette nuit où elle a pénétré, avec ses amis, dans le vieil immeuble qui menaçait de s'écrouler depuis des années. Sauf que ses souvenirs ne se manifestent pas. Par contre, d'étranges faits commencent à voir le jour autour d'elle. C'est à partir de là que j'ai commencé à être dépendant du livre, lorsque tout me paraissait à la fois complètement fou et me rendait tellement accro. Car oui, pour moi ce roman était devenu un drogue. J'y pensais partout où j'allai. Mais pourquoi ? Je vais tenter de vous l'expliquer... Mais coucher à l'écrit tout ce que j'ai ressenti va s'avérer très compliqué.
The Unbecoming Of Mara Dyer est un livre noir, très noir. Le mystère et l'étrangeté sont partout, présents à chaque page. Mara est un personnage unique et exceptionnel. C'est la première fois que je rencontre une héroïne de son genre. Elle est touchante, drôle, et on joue tellement avec sa santé mentale que je me suis plusieurs fois demandé si elle n'était pas dingue. C'est d'ailleurs ici l'un des élément clé de l'histoire : Mara est-elle totalement folle ou lui arrive-t-il vraiment d'horribles choses ? Par "horribles" j'entends des visions de ses amis décédés dans des miroirs, des apparitions, des voix. Elle va même s'infliger des douleurs qui auront disparu le lendemain... Mais que se passe-t-il vraiment ? Vit-elle tous ces moments ou les rêve-t-elle ? Je me pose encore la question...
Oui, ici, nous ne sommes jamais certains de la véracité de ce qu'il se passe. A beaucoup de reprises je me suis dis "mais ouaw... Est-ce que c'est moi qui ne comprends rien, Mara qui débloque ou ses souvenirs qui lui jouent des tours ?". J'ai adoré ça... Ce livre m'a donné de gros maux de crâne... Mais dans le bon sens. Ca faisait bien longtemps que je n'avais pas pensé à un livre vingt-quatre heures sur vingt-quatre pour savoir si telle scène était réelle ou non. Michelle Hodkin pousse le vice très, très loin. Il y a vraiment eu des passages où je pensais que c'était impossible... Tout ce qui arrivé à Mara n'était que dans son imagination.
C'est à ce moment-là qu'apparaît Noah dans l'histoire... Haaaa Noah ! Il va en faire rêver plus d'une, j'en suis sûr. Mara comprise, bien sûr. Noah et elle vont vite se rapprocher, et former un duo ( et pas un couple ! ) vraiment super. Toutes les scènes où ils étaient tous les deux m'ont fait fondre, rire, m'ont touché et m'ont permis de m'attacher un eux. D'ailleurs, je crois que je me suis vraiment trop rapproché d'eux. Les quitter est vraiment dur. Mara et Noah sont deux protagonistes géniaux, qui vous font vivre le livre avec une intensité rare. En plus, Noah va aider Mara dans sa quête vers ses souvenirs. Chose qui va entraîner bien des problèmes... Et des révélations stupéfiantes.
Haaaalala, c'est juste horriblement frustrant de ne pas réussir à vous transmettre mes sentiments ! The Unbecoming Of Mara Dyer est une perle ! Un roman magnifique et doté d'un pouvoir d'addiction immense. L'histoire est inédite, nouvelle sur tous les plans. Comment vous faire comprendre que je suis fan de ce livre ? Que désormais à chaque fois que je passe devant un miroir je pense à Mara et je m'écarte un peu de ce dernier ? Que je me suis demandé si je n'étais pas en train de devenir dingue tellement la psychologie de Mara était remise en cause ? Fiouuu, c'est vraiment un livre marquant.
Cette intensité va crescendo pendant toute notre lecture. L'intrigue m'a souvent donné des frissons ou des vagues d'adrénaline. J'étais juste emporté dans une tempête. Violente et destructrice. Les pages défilaient trop vite, je ne les voyais pas passer entre mes doigts ! L'atmosphère est si prenante que je n'écoutais littéralement plus rien autour de moi. C'était fantastique !
Tout cela a eu lieu jusqu'à la dernière ligne. Du début à la fin, j'ai été ancré au roman. Et la fin... Encore un ouaw. Je l'ai relu quatre fois, pour être sûr que je n'avais pas rêvé. Puis après, j'ai réalisé que j'allai devoir attendre la suite. Là, j'ai été détruit. Comment l'auteure peut nous laisser comme ça ? C'est juste... Arghh ! Je m'en arracherais les cheveux ! Les dernières pages sont explosives, bouleversantes, brûlantes... J'ai dû reprendre mon souffle pendant deux minutes avant de commencer mon avis. D'ailleurs, cette sensation d'être complètement secoué par un livre ne s'est toujours pas dissipée.
Alors, qui est Mara Dyer ? Je ne vous le direz pas, pour la simple est bonne raison que je l'ignore. Enfin, je crois. The Unbecoming Of Mara Dyer est un roman étrange, parsemé de noirceur et de ténèbres. Mais cette étrangeté nous attire, cet aspect surnaturel nous force à lire. A la fois palpitante, dotée d'une romance sexy et à faire fondre les personnes qui détestent le romantisme, inquiétante et sublime, l'histoire de The Unbecoming Of Mara Dyer ne pourra que vous séduire. Mara et Noah sont deux héros formidables, qui me manque déjà et que j'ai hâte de retrouver. Je ne vous conseille pas de lire ce livre, je vous l'ordonne. Mais attention, ne le faites que lorsque la lumière est allumée, que lorsque vous êtes loin d'un miroir, et que vous êtes sûr(e)s que ce que vivez, est bien la réalité.

http://wandering-world.skyrock.com/3036099323-Mara-Dyer-Tome-1-The-Unbecoming-Of-Mara-Dyer.html

par Jordan
Les McGregors, Tome 4 : The Lie Les McGregors, Tome 4 : The Lie
Karina Halle   
The Lie c'est l'histoire de Brigs McGregor & Natasha Trudeau qui ont eu un lien a un moment mais qui a été perdue en raison de circonstances imprévues. Réunie 4 ans après à Londre, ils retrouvent l'étincelle qu'ils avaient autrefois. Mais les deux sont hantés par les années qu'ils ont passés séparer, par les mots & les choix qu'ils ont fait qu'ils les ont pousser à partir chacun de leur côté. Maintenant ils ont une deuxième chance en amour et les deux vont se battre fort pour le garder.

Si vous avez lue The Play vous savez alors que Brigs a perdu sa femme & son fils. Avec The Lie dès les premières pages l'auteur nous donne le contexte et ça commence en force & ça frappe fort. J'ai été captiver par l'histoire dès la première page. Il est donc hanté par cette histoire depuis des années. Puis après tout ce temps lui & Natasha se retrouvent par hasard et malgré la culpabilité qu'il ressent Natasha est la seule personne avec qui il ressent une vraie connexion et on comprend pourquoi au fil des pages. Même chose pour elle malgré la culpabilité, les remords, le passé elle se sent comme à la maison auprès de lui. L'histoire nous fait découvrir le passer qu'ils ont partager pour un bref instant, la tragédie qu'ils ont dut chacun surmonter à leurs manières. L'histoire nous plonge aussi dans leur retrouvaille, dans l'évolution de leur sentiments au travers de tout le drame qu'ils les avaient séparer et malgré la tristesse sur laquelle le fond de l'histoire est fondé. Malgré tout les larmes, la culpabilité, le remord, la peine il y quand même beaucoup de beauté dans ce livre. La relation entre Brigs & Natasha est puissante & forte car malgré tout les obstacles que la vie leur apporte au court du roman rien de les sépare un coup qu'ils se sont retrouver. Leur sentiments sont forts, purs & sincères. Et on ressent l'amour inconditionnel qu'ils ont l'un pour l'autre.
C'était un roman extrêmement bien maîtriser vue le sérieux du sujet & superbement bien écrit. Les dialogues entre nos deux protagonistes étaient sublimes. Les choix de mots étaient juste. Karina Halle a une plume fantastique qui sait émouvoir juste comme il le faut.

The Lie est une histoire qui commence sur une tragédie, c'est le remord, la peine, le regret mais c'est d'abord et avant tout une histoire de deuxième chance. De pardon, de trouver enfin la paix & le bonheur et de l'accepter. D'aimer & d'être aimer puis de tout faire pour garder ce bonheur. Et c'est une histoire qui fini sur une belle note et qui donne l'impression que pour Brigs la boucle est boucler. Une fois de plus Karina Halle a pondu une histoire qui m'a bien plu.


par Marieno89
Les Maudits, Tome 1 : Résurrection Les Maudits, Tome 1 : Résurrection
Édith Kabuya   
Déroutant. Bouleversant. Beau.
Voilà trois mots qui décrivent bien ce livre. Je croyais que j'allais lire un livre débile mais depuis que je l'ai ouvert, je ne l'ai pas lâché une seule fois, je l'ai commencé au premier cours de la journée et l'ai finit à la cloche du dernier.
franchement, ce livre est époustouflant, à la fois merveilleux et violant, il vous laisse un atroce sentiment d'irréalisme et une phrase qui se répète tout le temps dans votre tête "je le crois pas! je le crois pas!". Ce livre est tellement plein de surprises que vous vous retrouverez toujours surpris même si vous vous êtes attendus à la surprise.
j'attends impatient la sortie du 2 tome, d'ici là, je vous recommande de lire Maudits car il peut vous apprendre beaucoup de choses sur ce que doit être un vrai livre.

par sar199
Une braise sous la cendre, Tome 3 : Le Prix du sang Une braise sous la cendre, Tome 3 : Le Prix du sang
Sabaa Tahir   
Ma note: 5/5
Chronique disponible sur mon blog: https://callmeeluh.wordpress.com/2018/08/04/an-ember-in-the-ashes-tome-3-a-reaper-at-the-gates-de-sabaa-tahir/

“Hope is stronger than fear. It is stronger than hate.”

Première pensée en terminant A Reaper at the Gates: j’ai fini A Reaper at the Gates !

Deuxième pensée en terminant A Reaper at the Gates: J’AI FINI A REAPER AT THE GATES PUNAISE, QU’EST CE QUE JE VAIS FAIRE DE MA VIE ??

Après plus d’un an et demi d’attente, j’ai enfin lu A Reaper at the Gates. C’était l’un des livres que j’attendais le plus cette année, et même si je m’étais préparée psychologiquement à être détruite par ma lecture (notamment en voyant les avis de ceux qui ont reçu un ARC du livre), rien n’aurait pu réellement me préparer à ça.
J’ai l’impression que Sabaa m’a arraché le cœur de ma poitrine, l’a écrasé à mains nues, l’a piétiné pour faire bonne mesure, et ma laissé ramasser les morceaux.

Quelques mois se sont passés depuis les événements se passant dans A Torch Against the Night. Elias est encore en plein apprentissage pour devenir Soul Catcher, Laia continu du mieux qu’elle peut à sauver son peuple des Martiaux tout en cherchant un moyen d’arrêter le Nightbringer, et Helene quant à elle doit faire face à ses responsabilités de Blood Shrike tout en protégeant sa sœur et en faisant face au Commandant qui cherche toujours à la décrédibiliser. En tout cas une chose est sûre lorsqu’on ouvre ce tome: nos personnages ne sont pas au bout de leurs souffrances, et on va devoir s’accrocher tout au long de notre lecture.
Et ça n’a pas loupé: Elias, Laia comme Helene vont énormément souffrir, et vont se retrouver face à des choix quasi impossible à faire, choix qui auront un impact important sur ce qu’il vont devenir dans le futur.

Tout comme c’était le cas dans A Torch Against the Night, c’est Elias qui en bave le plus dans ce tome. Tout ce que je voulais durant ma lecture c’est que ça cesse et que mon bébé soit sain et sauf et heureux surtout !

Son histoire avec Laia m’a brisée du début à la fin du tome. Ils sont fait l’un pour l’autre, ils s’aiment, mais la vie en a décidé autrement et continue de les faire souffrir et de les séparer. Plus qu’à espérer qu’ils auront leur happy ending dans le dernier tome de la saga, parce que je pense pas pouvoir supporter plus de cœurs brisés (le mien est déjà en miettes en plus…).

“Love. I sigh. Love is joy coupled with misery, elation bound to despair. It is a fire that beckons me gently and then burns when I get too close. I hate love. I yearn for it. And it drives me mad.”

Il y a d’ailleurs un chapitre en particulier du point de vue de Elias qui m’a complètement brisée (ceux qui l’ont lu savent duquel je parle), et honnêtement je me demande si je vais survivre à la fin de cette série, d’autant plus qu’elle teste vraiment mes limites.

Ce tome était juste… incroyable. J’ai pas vraiment les mots pour dire à quel point j’ai aimé ma lecture. Sabaa a réellement une plume magnifique, et c’était très difficile pour moi de m’arrêter parce que chaque fin de chapitre donne envie de lire la suite.
Certes, l’action n’est pas omni-présente dans A Reaper at the Gates, et il y a beaucoup de moments plus ‘longs’, mais je ne me suis jamais ennuyée pour autant. Durant ces passages on sent la tension monter toujours plus, même quand on pense qu’elle ne peut pas monter plus.

On a peur pour nos personnages tout au long du livre, et même si on se doute de ce qu’il va se passer par la suite, on n’a aucun moyen de savoir quand ni comment, et c’est ce que j’ai particulièrement aimé: certains détails ont beau être prévisibles, au final on est malgré tout pris par surprise par la tournure des événements.

Maintenant que je l’ai fini, je ne sais vraiment pas comment je vais faire pour attendre le prochain (et dernier…) tome. J’ai tellement besoin de savoir comment tout ça va se terminer, et surtout j’ai besoin de voir mes bébés heureux. EMBER4 est normalement (accent sur ‘normalement’ parce qu’on a bien vu ce qu’il s’est passé pour A Reaper at the Gates) pour l’année prochaine, et je sais que l’attente va être très longue.

Lorsque j’ai commencé An Ember in the Ashes en octobre 2016, je n’aurai jamais imaginé à quel point je tomberai amoureuse de cette saga et de ces personnages. Aujourd’hui elle fait partie de mes séries préférées de tous les temps (elle est même dans mon top 5!), et même si elle me fait souffrir comme peu d’autres séries, je ne lui en veut pas.
En tout cas ce tome ne fait que confirmer une chose: Sabaa Tahir est l’une de mes auteures préférées.

“Curse this world for what it does to the mothers, for what it does to the daughters. Curse it for making us strong through loss and pain, our hearts torn from our chests again and again. Curse it for forcing us to endure.”

Allez lire cette série. Sérieusement. Elle en vaut vraiment la peine. Et comme elle est traduite, vous n’avez aucune raison de vous défiler !

par Callmeluh
Les Maudits, Tome 2 : Illusion Les Maudits, Tome 2 : Illusion
Édith Kabuya   
Oh comme j’avais hâte de replonger dans l’univers des Maudits afin de connaître la suite des aventures de Robin.
C’est chose faite même si pour moi, cette suite est un cran en-dessous du tome 1. Non pas que je n'ai pas pris du plaisir à la lecture car l'intrigue et l'histoire sont toujours aussi intéressantes et haletantes. Sans parler de la plume d’Edith Kabuya qui est maitrisée, vivante et entraînante. Mais c'est Robin qui m'a largement agacée à se morfondre, à faire des cachotteries et à toujours tout remettre en question.
Et puis, il m’a manqué les émotions que j’ai ressentie dans « Le prix de la vie » concernant la relation de Robbie et Vince. L’absence de romance m’a manqué :-(
Comme bon nombre de trilogie, on se retrouve donc avec un tome intermédiaire qui ne nous révèle pas grand-chose mais qui cela-dit prépare bien le terrain pour le final et qui nous balade de mensonges en secrets !
En résumé, un second tome qui nous apporte un fois encore de l’action, des révélations, une intrigue, de la colère, de la douleur, de la peur et de la tension, mais qui se retrouve entaché par le comportement de Robin.
Par contre avec cet épilogue, on a qu’une envie … celle de se jeter sur le tome 3 !!

par coco69
Marked Men, tome 3 : Rome Marked Men, tome 3 : Rome
Jay Crownover   
Jay Crownover sait décidément comment nous rendre accro ! Depuis le premier tome, j'avais vraiment envie de découvrir l'histoire de Rome. Ce grand frère si protecteur, cet ami si important pour Shaw, cet homme engagé pour son pays. Pour tout vous dire, je l’idolâtrais un peu. Même si Rule reste mon chouchou.

Je me suis donc lancée dans cette lecture, certaine quelle me plairait. Je ne me suis pas trompée ! Ce troisième tome est encore meilleur que le précédent et à pas grand chose du premier, qui avait été un coup de coeur !

Ici, nous retrouvons donc Rome, le frère de Rule, et Cora, l'amie de Shaw et de toute la bande d'ailleurs !

Une chose est sûre, la plume de Jay Crownover est hyper addictive ! Et ses personnages sont juste incroyables ! Le personnage de Cora, qui dans les tomes précédents me plaisait déjà beaucoup, est un personnage auquel on s'attache très rapidement. Ce petit brin de fille qui croque la vie à pleines dents malgré son coeur brisé m'a de suite plu ! Elle est une amie fidèle, loyale et prête à tout. Sa personnalité a vraiment fait que j'ai accroché à l'histoire.

Pour Rome, au début j'ai vraiment cru que j'allais lui en vouloir ! Notre revenu de guerre n'est plus le frère qu'il était. Il n'est plus que l'ombre de lui même. Brisé par ce qu'il a vécu, il crache son désespoir sur ses proches. Son comportement, bien que justifié, m'a vraiment fait peur. J'ai cru que je n'allais plus autant l'apprécier ! Mais c'est grâce à Cora qu'il va tout faire pour remonter la pente !

Je n'ai pas eu autant d'émotion qu'avec l'histoire de Rule et Shaw, mais je peux vous dire que celle de Rome et Cora est juste superbe ! Pas mal de passages m'ont fait craquer, avec un sourire tout bête sur le visage, et je ne regrette vraiment pas cette lecture ! D'ailleurs, comme toujours, Jay Crownover nous réserve son lot de surprises et rebondissements en tout genre ! Tenez-vous prêtes !

En conclusion, j'ai adoré cette lecture, et bien sur, je la recommande ! Hâte de lire l'histoire de Nash et Saint que l'on découvre un peu plus !

par Carole94P
Phaenix, tome 1 : Les Cendres de l'oubli Phaenix, tome 1 : Les Cendres de l'oubli
Carina Rozenfeld   
http://wandering-world.skyrock.com/3106475547-Phoenix-Tome-1-Les-Cendres-De-L-oubli.html

Ouaw. Ouaw ouaw ouaw ouaw ouaw. Je suis juste incapable de dire autre chose, là tout de suite. Quel roman ! Mais quel roman ! Phænix est un ouvrage ardent, saisissant, intense, palpitant, et diablement obsédant ! Je peux vous assurer que ce livre est un coup de coeur. Un énorme coup de coeur, même. Cela faisait des mois que je n'avais pas pensé à un roman de cette façon. Il me hantait littéralement. A table, avec des amis, en famille, les personnages et l'intrigue de Phænix me poursuivaient partout ! J'ai vécu tellement de merveilleuses choses durant cette lecture que toutes les coucher à l'écrit risque d'être une expérience compliquée !
Dès le départ, en pénétrant dans l'univers du roman, j'ai senti que le coup de coeur n'allait pas être très long à venir. On pénètre dans un monde enchanteur et envoûtant. Carina Rozenfeld possède réellement un don avec les mots. Chaque description est solaire, fascinante et ultra visuelle. On ne peine vraiment pas à plonger dans chaque paysage, chaque situation et chaque lieu où l'auteure a voulu nous embarquer. Dès que je mettais à lire, la réalité autour de moi disparaissait. Le monde fantastique de Phænix effaçait le temps autour de moi. Je me suis retrouvé à de très nombreuses reprises sur un nuage de coton, engourdi, comme lorsqu'on se réveille après une longue nuit. Cette merveilleuse lecture m'a permis une évasion totale, rare et vraiment, vraiment, addictive. Impossible de ne lire que des bribes du livre. Dès qu'on plonge dans l'intrigue, les pages sont comme animées d'une vie propre, et elles se mettent à défiler avec frénésie entre nos doigts.
Évidemment, cette histoire d'amour que j'ai vécu avec le roman a pu voir le jour grâce, avant tout, aux personnages que renferme l'histoire. Anaïa m'a totalement fait craquer. Pour commencer, j'adore son prénom ! Sincèrement, je le trouve magnifique ! Puis c'est juste un protagoniste fabuleux. Mature, déterminée, sûre d'elle, aimante, passionnée et toujours pleine de surprises, elle m'a complètement fait fondre. Ses petites manies m'ont permis de complètement m'identifier à elle. Sa timidité maladive en public, le fait qu'elle pince sa paille avec ses dents ou encore sa façon de s'exprimer m'ont vraiment fait penser à moi. Oui bon ok, elle boit du Coca-Cola et non pas de l'Ice-Tea, mais on ne va pas lui en vouloir ( ni à Carina qui, elle non plus, ne supporte pas cette boisson ! Si si, je vous assure, c'est elle-même qui me l'a dit ! ). Anaïa est douce, tendre, innocente. Elle m'a profondément touché. Je crois que l'auteure a su décrire à merveille mon style de fille. Merci madame Rozenfeld. Voilà que je tombe à mon tour amoureux d'un être chimérique. Mais quel être ! Haaaaaaaaa, Anaïa, je t'aime !
Le gros plus de ce roman réside aussi dans les protagonistes masculins qui s'y cachent. Nous avons Enry, le garçon touchant, drôle, et qui ne prend rien au sérieux. Puis nous avons Eidan ( j'adore ce prénom aussi ), personne à la fois torturée, mélancolique et mystérieuse. Ces deux caractères apportent une réelle richesse au roman. On confronte toujours leurs dualités, en passant par une multitude de sensations. De plus, Eidan et Enry vont véritablement en faire voir de toutes les couleurs à Anaïa qui va, elle, mener sa propre route. Hors de question de se laisser poser des bâtons dans les roues par des jeunes hommes. Ce triangle amoureux ( qui, au fond, n'en est pas vraiment un ) m'a conquis et subjugué ! Les moments durant lesquels Anaïa se retrouvait seule avec l'un ou l'autre de ces héros étaient exceptionnels ! Quel bonheur !
L'élément qui m'a rendu complètement accro à Phænix ( parce que, oui, j'en suis véritablement devenu drogué et dépendant ) est le fait que Carina Rozenfeld ait inséré des dizaines de musiques dans son chef-d'œuvre. En effet, ce roman est ultra moderne ! Facebook, Apple et chansons récentes y sont monnaie courante ! Et grâce à chaque chanson que l'auteure a choisi d'intégrer à son histoire, ma fascination pour cette dernière n'en a été que plus forte. Seigneur !!! Je n'avais pas vibré pour un roman de cette façon depuis des siècles ! Les scènes musicales sont énormément tactiles, charnelles, et font parti des moments les plus intenses que j'ai jamais vécu. J'étais véritablement en transe, absorbé entièrement par chaque page, chaque ligne, chaque mot. Franchement, j'attendais d'éprouver cela depuis tellement longtemps ! C'était... C'était si unique ! Ajouter à cela un climat troublant, noir, inquiétant et terriblement tentant à la fois, grisant et exaltant, et vous caressez à peine mes impressions. Il faut lire Phænix pour éprouver autant de plaisir. Quelle lecture !
Nous rencontrons également d'autres personnages, tels que Garance, Yvan et Vincent, qui apportent un vrai plus à l'intrigue. Garance m'a énormément plu ! Drôle, pragmatique et indépendante, son rôle dans l'histoire est très important, puisqu'elle va servir de point de repère à sa meilleure amie, Anaïa. De plus, le contexte dans lequel nous sommes plongés est dévastateur. Le sud de la France, sa beauté, l'été qui perdure, les fleurs, les oiseaux, le soleil... Tout cela était vraiment magique à découvrir. Surtout qu'arrivée à la moitié du livre, l'atmosphère n'est plus du tout aussi charmante. Elle devient épaisse, ténébreuse, sibylline, obscure, et pourtant tellement, tellement passionnante et addictive.
Les rebondissements sont juste à couper le souffle ! Les découvertes que va faire Anaïa à son sujet et à celui de ses amis m'ont juste laissé bouché bée. Les surprises sont saisissantes, et elles nous poussent à lâcher le roman et à souffler quelques instants avant de pouvoir replonger dans cet univers extraordinaire. Et, surtout, je connais désormais la vraie signification de cet étrange "æ" ! La clé du roman ! Je comprends maintenant pourquoi l'auteure tenait tant à l'écrire "æ" et non pas "ae". Les lettres doivent être unies. Tout est lié. Littéralement.
On erre donc au beau milieu d'un récit émouvant, transcendant et véritablement enivrant. Enivrant... Voilà le mot qui colle parfaitement au roman. Il nous possède. Nous enivre. La conclusion du livre m'a complètement achevé, et je suis terriblement impatience d'avoir la suite des aventures d'Anaïa entre les mains. En refermant Phænix, on se trouve dans un état inquiétant et étrangement agréable, comme perdus sur une plage de cendres. Tout est froid et insipide. On en redemande. On en veut encore. Plus, plus, plus.
Phænix est donc un magnifique roman et un coup de coeur. C'est un ouvrage ardent, qui nous consume et nous brûle de passion. L'ambiance est captivante, les protagonistes touchants au possible et gorgés de magnificence, et l'intrigue est juste époustouflante. Tout, à mes yeux, est parfait. J'ai été saisi par tous les éléments de l'intrigue. Une lecture dévastatrice, marquante et incandescente, tel un brasier enivrant, que je vous conseille fortement de découvrir.

par Jordan
Another Story of Bad Boys, Épisode 1 Another Story of Bad Boys, Épisode 1
Mathilde Aloha   
Avant de rentrer dans une critique de ce livre, je tiens d'abord à souligner que je trouve vraiment super que Mathilde Aloha ait pu être éditée. Elle a, mine de rien, écrit un sacré pavé et j'admire les jeunes qui ont l'occasion, comme elle, de réaliser leur rêve.

Bon maintenant je vais donner mon avis sur ce roman. D'une part, c'est une brique et je dois dire que même si je l'ai vu beaucoup circuler sur les réseaux l'histoire ne me tentait pas plus que cela, car les histoires de Bad Boy qui durent 5 tomes, cela m'agace au plus haut point.
J'ai quand même lu beaucoup de critiques positives alors j'ai décidé de me lancer quand j'ai trouvé ce roman d'occasion chez mon libraire.
J'ai donc commencé ce roman et le début m'a plutôt plu malgré quelques points négatifs, notamment en ce qui concerne la situation de départ (l'erreur dans les prénoms de l'héroïne, non mais sérieux ?). J'ai enchaîné les pages assez rapidement mais je me suis rendue compte que je n'attendais qu'une chose, c'était de vite terminer ma lecture car aussi addictive soit-elle, car on veut savoir ce qu'il va se passer entre Cameron et Lili, j'ai trouvé l'histoire totalement répétitive, le personnage principal qu'est Lili m'a vraiment agacée. Je veux dire, elle a des réflexions et des réactions vraiment stupides et puis je ne sais pas vous, mais j'ai eu du mal à trouver réaliste le fait que Lili soit une personne qui plaît à tout le monde, que tout le monde veut draguer... Je veux dire, la fille n'a aucun souci à se faire des amis en un claquement de doigts.
Bref, je n'ai pas vraiment détesté le personnage de Lili, mais je ne l'ai pas spécialement aimé non plus.
Pour ce qui est de Cameron.... comment dire, oui c'est le beau gosse sexy... oui j'avoue qu'il m'a fait un peu craqué, mais je l'ai trouvé aussi très agaçant parfois, j'avais même envie de lui mettre des baffes, je me suis même demandée s'il n'était pas bipolaire ou un truc du genre.
Pour ce qui est des personnages secondaires.... et bien, je vais dire que je les ai trouvés sympathiques.
Toute l'histoire est plus ou moins couru d'avance et c'est dommage, mais bon avec les histoires de Bad Boy on a l'habitude donc à la limite ce n'est pas trop grave.

Ce qui m'a le plus déçue c'est que finalement l'histoire d'amour prend le pas sur tout le reste (et c'est moi qui dit ça ! alors que pour moi l'histoire d'amour est la base lol), j'ai trouvé que l'intrigue sur Jace et sur ce que font finalement les garçons quand ils sortent sans rien dire passait complètement à la trappe. Et c'est bien dommage car je trouve qu'on nous en donne pas assez même si bien sûr il y aura un deuxième tome.

Pour finir, je trouve, personnellement, que 600 pages pour un premier tome c'était beaucoup trop pour moi. Soit des passages redondants auraient pu être enlevés, soit il aurait fallu faire ce tome en deux parties pour laisser respirer le lecteur...

Bien sûr cet avis est personnel. Je ne dit absolument pas que ce roman est mauvais loin de moi cette prétention mais je n'ai pas apprécié plus que cela. Je lirai sûrement le tome 2, sauf si je vois qu'il y a plus de deux tomes....

par Chasha
La Trilogie des gemmes, Tome 3 : Vert émeraude La Trilogie des gemmes, Tome 3 : Vert émeraude
Kerstin Gier   
Je ne savais même pas que cela pouvait être possible...

J'ai le cœur qui cogne. Les mains moites et les yeux qui piquent.
Et pourtant, je viens seulement de finir le CHAPITRE 9. Et ces 250 pages m'ont déjà achevé...

J'ai toujours été du genre à finir les livres le plus vite possible. J'ai toujours voulu connaître la fin rapidement. Pourtant, avec Vert Émeraude, c'est différent. Je ne peux pas me résoudre à atteindre la fin.
En faite, j'ai horriblement peur. J'ai cette impression désagréable au fond du cœur, celle qui laisse une marque ineffaçable. Car je sais que, une fois ma lecture fini, ce sera la fin.
Et, je ne peux pas me résoudre à quitter Gideon et Gwendolyn...
Même si, c'est inévitable...

Alors, je prends mon temps, je relis les chapitres précédents. J'éloigne l'inévitable le plus que je peux...

Et pour en revenir aux neuf premiers chapitres Ô combien merveilleux, et surtout au chapitre neuf qui m'a juste ... brisé de l'intérieur.
Je n'en reviens toujours pas.
J'ai eu du mal à m'endormir, mes pensées vagabondées vers Gwendolyn et Gideon et au fond de moi résonnaient encore les dernières phrases.

Mon cœur bat encore à la simple pensée des dernières pages de ce chapitre. Et je dois me faire violence pour ne pas sauter sur mon livre et continuer sa lecture.

Je n'ai même pas encore fini la lecture de Vert Émeraude, mais je sais, au fond de moi, qu'elle sera plus que remarquable.

***

UPDATE (la dernière page a été tournée) :

Et voilà, après avoir repoussé pendant un mois, j'ai achevé ma lecture de ce troisième tome.

Je n'arrive pas vraiment à réfléchir. Mes mains tremblent. Mes yeux sont humides.
Je pleure pour cette magnifique fin. Je pleure parce que c'est fini.
Parce qu'on ne pourra plus jamais connaître de suite aux aventures de Gwendolyn et Gideon.

J'ai toujours appréhendé ces moments-là. Ceux où tu comprends que c'est fini. Ceux où ce terrible poids sur l'estomac apparaît.
Je n'arrive pas à quitter Gwendolyn.

Je ne pensais pas que ce troisième tome aller me bouleverser à ce point. Et je n'arrive toujours pas à croire que c'est fini.
Que Gwendolyn et Gideon sont à présent loin derrière moi...

Ce livre est un vrai bonheur, telle une bouffée d'air frais lord d'une journée d'été étouffante, qui permet le passage à différentes émotions à chaque page.
Parce que, qui n'a pas ri lors d'une fameuse réplique à la Xemerius ?
Qui ne sait pas attendrit en lisant une déclaration de Gideon ?
Qui n'a pas eu les yeux humides et piquants en croyant à la mort de quelqu'un ?
Qui n'a pas le cœur lourd de quitter ces personnages tellement exceptionnels ?

Ce livre ne m'a aucunement fait regretter l'attente de sa sortie. Et, je ne regrette en rien le fait que j'ai attendu aussi longtemps pour le finir.
Car, tout cela en valait la peine.

Toutes les questions en suspense, des deux premiers tomes, sont résolues. Et, on apprend même des choses qu'on ne pouvait même pas imaginer.
Ce troisième tome n'est qu'une explosion de révélations et de rebondissements.

Vert Émeraude est un vrai bijoux qui clore en beauté cette merveilleuse trilogie.

J'ai vécu une merveilleuse aventure avec Gwendolyn et je n'arrive pas à accepter qu'elle prend fin aujourd'hui...
Parce que, rien n'est plus douloureux que les aurevoirs...


PS : HAAAAAA !! Rouge Rubis ( Rubinrot ), Bleu Saphir ( Saphirblau ) & Vert Émeraude ( Smaragdgrün ) adaptés au cinéma ! OUIIII !!

par MissNaais