Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Romy23 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Le Secret de l'inventeur, Tome 1 : Rébellion Le Secret de l'inventeur, Tome 1 : Rébellion
Andrea Cremer   
Avec ce roman les éditions Lumen nous prouvent une nouvelle fois qu’elles ont le nez pour les pépites et nous donnent encore plus envie de découvrir leurs prochaines sorties. Car jusqu’à présent je n’ai encore jamais été déçue par leur choix de titres ou de design.

Un beau livre-Objet

Pour commencer et pour tout vous dire j’avoue avoir été attirée dans un premier temps par la couverture, ce cœur mécanique laisse fonctionner l’imagination et m’a interpellée de façon à vouloir lire ce livre à tout prix.
De plus, j’ai aussi trouvé très bien fait les premières pages de chapitres avec ce fond Steampunk grisé. Cela met une touche supplémentaire de modernisme dans cette édition et m’a fait particulièrement apprécié de le tenir dans les mains. C’est un livre qui de par sa couverture, sa tranche et son intérieur, aura une belle place dans votre bibliothèque.

Des personnages bien menés et intéressants

Charlotte a 16 ans, elle vit dans un monde souterrain, les Catacombes pour fuir les Britanniques de l’Empire. Ils sont nombreux ainsi à vivre cachés et à sortir de temps en temps pour se tenir informés. C’est au cours d’une de ces sorties que Charlotte ramène un jeune homme avec elle. Celui-ci était poursuivi par les cueilleurs, des machines articulées pilotées appartenant à l’Empire.
Les Catacombes, lieu de vie des enfants de résistants avant leur 18 ans, âge auquel ils peuvent prétendre rejoindre leurs parents dans la lutte contre l’Empire. De nombreuses grottes sous la terre, aménagées de façon à ne pas se faire remarquer et à vivre en sécurité loin des Britanniques.

Ashley, le chef des Catacombes, est le frère de Charlotte. Il est proche de ses 18 ans et donc de son départ à l’extérieur pour continuer la lutte de façon active. C’est un jeune homme sérieux et plein de charisme qui tient les enfants des Catacombes en sécurité par son côté froid et sévère de prime abord. Il est cependant attentionné pour sa sœur et les autres et surtout empreint d’inquiétude à leur sujet.
Charlotte est tout son contraire. Elle est impétueuse, pleine de verve et d’ironie, surtout envers Jack, téméraire et casse-cou. Elle se veut adulte mais reste aussi impulsive et parfois irréfléchie comme la fois où elle ramène Grave avec elle.

Jack, dès le départ m’a plu. Il est arrogant, plein de morgue, il adore taquiner Charlotte au maximum, mais en même temps il est sérieux et très utile dans leur sortie pour récupérer du matériel. Et puis la suite va le rendre encore plus utile et attirant. Il a un petit côté espion qui me fait frétiller les neurones, même si les secrets qu’il cache vont le faire un peu baisser dans mon estime, il reste cependant un personnage que j’aime beaucoup. Meg, la bonne amie de Charlotte, leur guérisseuse et confidente est douce et compatissante pourtant la suite va nous la montrer aussi pleine de secrets. Et enfin Grave, notre malheureuse victime poursuivie par les Cueilleurs. Amnésique, pâle, empreint d’une inquiétude grandissante sans savoir d’où lui vient cette impression… Tout ce qui se rapporte à lui est mystérieux. La suite de nos découvertes ne va pas nous faire changer d’avis non plus sur lui et l’énigme qu’il représente. Lorsque la réponse nous apparaîtra enfin, ce ne sera que le début de nouvelles questions plus importantes les unes que les autres.

Un récit aussi palpitant que captivant !

Néanmoins, c’est lorsque les événements commenceront à se bousculer et à amener nos jeunes amis dans un monde inconnu d’eux et plein de danger que l’aventure, déjà bien omniprésente, deviendra alors un véritable périple.

Que de chamboulements cela va-t-il amener dans leur vie ?!

Toujours est-il que nous allons alors être plongés avec eux dans la politique, la bataille des adultes et les dangers inhérents à cette situation nouvelle et complexe. Pourront-ils et sauront-ils faire face à tout cela ?

Voilà les questions qui vont nous tenir en haleine, car même si le rythme n’est pas particulièrement soutenu, l’auteur nous campe le décor de façon plus qu’intéressante et captivante. L’ambiance, les détails décoratifs ou costumiers, les nouveaux personnages mais aussi les changements qui s’opèrent chez nos héros, tout cela nous imprègne un peu plus dans ce style Steampunk qui me plait énormément, il faut avouer.

Les personnages se dévoilent au fur et à mesure et ça complexifie le récit.

Tous ne sont pas ce qu’ils semblent être et nous allons de découvertes en découvertes, de surprises en secrets dévoilés. Ils sont savamment distillés dans le récit et nous tiennent captifs.

Mais ce n’est pas tout. Les petites merveilles technologiques que nous découvrons tout au long de l’histoire m’ont émerveillée par leurs descriptions et leur utilité. L’imagination de l’auteur sur ce point est magique. Qu’ils s’agissent des petites souris mécaniques, du canon à double polarité ou de la libellule, les imaginer m’a fait rêver et voyager dans le Steampunk de façon irremplaçable. Ce sont pour ces inventions surprenantes, ces anachronismes voulus entre le XIXe et ce modernisme que j’ai commencé à apprécier ce style de roman. Andrea Crémer sait nous plonger dedans avec style et une facilité déconcertante.
Sa plume nous entraîne avec elle au point de dévorer son roman et d’en redemander encore. Les derniers chapitres vont nous laisser dans l’expectative sur de nombreux points et en même temps nous attacher encore plus aux personnages qui vont développer devant nous une grande maturité et une conscience de leur mission digne du meilleur des adultes.

C’est donc un coup de cœur pour moi que ce roman du genre Steampunk, que ce soit l’objet en lui-même que le récit, j’ai tout aimé.

J’ai hâte de suivre à nouveau les aventures de nos jeunes héros et particulièrement de Charlotte qui a su mûrir contre vents et marées et nous donne un aperçu magnifique de la jeune femme qu’elle va devenir. Alors, maintenant à quand la suite ?



par Aelynah
Le Secret de l'inventeur, Tome 2 : L'Énigme du magicien Le Secret de l'inventeur, Tome 2 : L'Énigme du magicien
Andrea Cremer   
le premier tome avait été un coup de cœur, tant par son coté steampunk, ses aventures, ses personnages ou encore son histoire d'amour ! Malheureusement, je n'ai qu'à moitié retrouvé ce qui faisait son charme dans ce second tome.

La fin du premier tome avait été explosive et m'avait laissé avec une grande frustration puisque je voulais avoir la suite immédiatement sous la main. J'étais donc super contente de me replonger dedans, sauf que ce début-là n'était pas du tout plein d'action, au contraire, et a coupé dans l'élan qu'avait insufflé cette fin. En fait, j'ai eu l'impression que pendant toute la première partie du livre, il ne se passait quasiment rien. Je n'en revenais pas que les personnages fassent aussi peu de choses en 150-200 pages, qu'il y ait aussi peu d'évolution dans leurs caractères, de découvertes ou de rebondissements !

Heureusement, la deuxième partie est là pour rattraper un peu les choses puisque les aventures commencent enfin à arriver et mon intérêt à se réveiller. Et puis l'arrivée de Jack et de son frère Coe n'y était peut-être pas pour rien... Dans tous les cas, cette deuxième partie fait un peu revivre ce que le premier tome m'avait apporté, c'est-à-dire du suspens, de l'amusement ou encore de l'attendrissement. Certains personnages sont très sympas à suivre et apporte pas mal de révélations, particulièrement Grave (évidemment), Jack et Linnet. J'attendais avec impatience la confrontation entre Charlotte et sa mère puisqu'elle était mentionnée dans le résumé mais au final elle est assez peu approfondie.

C'est un mystère : pourquoi ce tome-ci me paraît aussi peu réussit en comparaison du premier tome ? J'ai l'impression que l'auteure n'a pas réussit à explorer tout ce que ces intrigues-ci lui permettaient et exploité tout le potentiel de ce merveilleux univers ; cette suite m'a donné un goût d'inachevé, comme s'il ne s'y était quasiment rien passé. Mais ne vous méprenez pas ! Ce n'est pas pour autant que je n'ai pas passé un bon moment, même si c'est clairement passé loin du coup de cœur. L'histoire se lit vite et il y a toujours la curiosité de savoir quels mystères tous ces personnages nous cachent. Vu l'insuccès qu'a eu ce deuxième tome auprès de moi-même, je me demande avec un peu d’inquiétude si le troisième et dernier tome saura répondre à mes attentes et à toutes les questions qu'on se pose ! Je l'attends avec impatience et j'espère bien que celui-là me fera passer un excellent moment.

Ma chronique et la note que je donne à ce livre sont probablement disproportionnés, car j'attendais beaucoup de cette suite et je n'ai pas été satisfaite car il ne s'y passe pas grand chose. Même si j'ai eu plaisir à retrouver les personnages, je m'attendais à mieux et j'espère sincèrement que le dernier tome de cette trilogie qui avait si bien commencé sera meilleur.
Toutefois, peut-être ma déception est-elle excessive ? (ça peut m'arriver) donc si vous avez cette série dans votre pal ou votre viseur, tentez le coup et peut-être que ça passera bien mieux qu'avec moi !

par nilale
Nightshade, Tome 1 : Lune de sang Nightshade, Tome 1 : Lune de sang
Andrea Cremer   
Calla Tor est une Protectrice, elle a le pouvoir de se transformer en louve. Cette dernière sert les Gardiens, d'étranges personnages aux pouvoirs mystiques, qui veillent depuis toujours sur les humains et la Terre. Il faut le dire, les Gardiens ne sont pas tous blancs comme neige et l'abus de pouvoir est un aspect de certains. Néanmoins, les Protecteurs n'ont pas leur mot à dire, après tout, leur maître leurs fournissent le nécessaire et même parfois plus, pas besoin de se plaindre. Étant l'alpha femelle de la meute Nightshade, elle est promise à Ren de la meute Bane. La question sur son avenir ne se pose même pas, Calla le sait depuis presque toujours et cela ne l'a jamais vraiment dérangée : c'est son devoir, elle en est certaine et elle l'accepte. Mais, oui, il y a un mais... En sauvant la vie de Shay, elle ne se doutait pas une seule seconde que tout son monde allait être remis en question. Tout cela est sûrement impossible, rien n'est à remettre en cause, elle sert les Gardiens un point c'est tout. Enfin, c'est ce que Calla pensait...

Nightshade est un petit bijou ! Ca commence fort, avec la fameuse scène où Calla sauve la vie de Shay. Dès ce moment, Calla fait sa première erreur, elle en est certaine. Mais, nous, petits lecteurs, aimons les erreurs, surtout quand elles n'en sont pas vraiment, n'est-ce pas ? Rassurez-vous, c'est la première et pas la dernière.

Parlons des personnages. Un grand éventail de personnages, d'ailleurs. Shay, l'humain qui est tout, sauf normal ; Ren, un alpha joueur et très porté sur la sensualité ; sont les deux jeunes hommes que Calla apprécient (plus qu'apprécie, on s'en doute). Malgré une certaine 'complexité' chez Shay, j'ai trouvé que Ren était trop... tout. Les brutes au grand cœur, je dois avouer que je n'aime pas ça. Il est plus muscles que cerveau (contraire de Shay). Bryn, Ansel, Fey, Dax... j'oublie certains noms, mais jamais on ne se mélange les pinceaux entre eux, tellement leurs personnalités sont différentes. Les personnages secondaires que j'ai le plus apprécié sont sûrement Neville et Logan (qui n'est pas si secondaire que ça... mais bon). Le meilleur pour la fin, la narratrice : Calla ! Même si parfois j'ai du mal à comprendre les réactions agressives de celle-ci (une vraie barbare) elle est l'un des fils conducteurs de l'histoire avec Shay. Je l'ai trouvé drôle et attachante.

Après les personnages, on trouve l'ambiance glauque de la ville de Vail, où rien n'est comme il doit être. Dans cette étrange atmosphère légèrement oppressante, Calla et les autres personnages réussissent néanmoins à faire rire. Pas jusque la fin, bien entendu. Vers une vingtaine de pages avant la fin, je lisais presque en diagonale, changeant de page à toute vitesse en pensant : « Mon Dieu, que c'est terrible ». Et puis la fin ne nous laisse pas le choix, j'achèterais très certainement la suite. Je ne peux que dire une chose : le 13 janvier 2011, annulez les rendez-vous et courrez chez votre libraire !

http://name-in-stone.skyrock.com/3045577619-NIGHTSHADE-1-LUNE-DE-SANG.html

par Happy
Nightshade, Tome 2.5 : Treachery Nightshade, Tome 2.5 : Treachery
Andrea Cremer   
Treachery est une petite nouvelle de Nightshade, uniquement disponible en numérique et en anglais. Je l'ai trouvé à la fois intéressante et agréable à lire : nous redécouvrons le monde de Nightshade avec les yeux d'Ansel, l'un de mes personnages secondaires préférés. Cette nouvelle éclaire l'une des zones d'ombre de la trilogie : alors que nous étions toujours dans la peau de Calla durant les tomes principaux, nous découvrons ce qui se passait dans son dos, et ce qui arrivait à Ansel, Ren et les autres avec les Gardiens.
Une nouvelle touchante, que je recommence à toutes les personnes ayant aimé la trilogie. Elle permet de mieux comprendre la réaction d'Ansel lorsqu'il retrouve Calla, ainsi que ses sentiments. Oui, cette nouvelle est en anglais, mais elle est tellement courte que ça ne vous demanderait sûrement pas trop d'efforts pour la lire :)
Nightshade, Tome 3 : Le Duel des Alphas Nightshade, Tome 3 : Le Duel des Alphas
Andrea Cremer   
http://wandering-world.skyrock.com/3063085217-Nightshade-Tome-3-Bloodrose.html

Ouaw. Je viens de finir Bloodrose, et je suis en état de choc. J'ai le coeur serré à l'idée d'avoir quitté l'univers de Nightshade, ainsi que Calla qui me manque déjà atrocement. Ce tome m'a tué. J'ai eu les larmes aux yeux, j'ai tremblé, j'ai eu mal au ventre, j'ai ris, j'ai eu chaud en lisant quelques scènes osées... Bref, je suis conquis. Aussi bien par cet opus que par cette magnifique trilogie qui restera longtemps dans ma mémoire.
Le début du troisième roman nous ramène directement à la fin du second livre. Au départ, j'ai eu un peu de mal à replacer les choses, ainsi que certains personnages. En effet, la saga possède des dizaines de protagonistes différents. J'ai peiné à remettre des visages sur certains prénoms, et cela m'a un peu gêné au départ. Mais ce qui était un petit point noir au début de ma lecture est très rapidement devenu un énorme avantage par la suite. Car oui, tous les héros de la trilogie ont su me toucher. Calla et sa meute forment un groupe solide, drôle, fascinant, émouvant, doux et poignant. Ils me manquent tous. J'ai une boule dans la gorge rien qu'à l'idée de ne plus jamais les retrouver. Passer quelques jours avec eux a été un immense plaisir.
De plus, les trois personnages principaux, à savoir Calla et ses deux prétendants au rôle d'alpha, Shay et Ren, deviennent encore plus merveilleux. Si dans les deux premiers tomes le triangle amoureux était déjà très présent, là il occupe vraiment un place centrale... Et j'ai adoré ça ! Les réflexions entre Shay et Ren fusent, ils se battent sans cesse pour Calla. D'ailleurs, celle-ci va très vite mettre les choses au clair avec eux : elle ne choisira pas son prétendant tant que la guerre pour détruire les Gardiens ne sera pas terminée. Sauf que jusque là, Calla va devoir sérieusement réfléchir, et faire le tri dans ses émotions.
Là, je tire mon chapeau à Andrea Cremer ! L'auteure a réussi à me faire craquer pour Calla ! En effet, celle-ci devient une personne mature, qui doit faire ses propres choix. Elle est déchirée, détruite et dévastée par toutes ses expériences passées et son amour pour Shay et Ren. Sauf qu'elle ne doit pas se laisser abattre. Du moins, pas tant qu'elle et sa meute ne seront pas ressortis vainqueurs de l'ultime bataille qu'ils vont mener.
Haaaaa, et cette guerre... Elle va autant faire de mal aux loups qui y seront présents qu'à nous. Mais je préfère ne pas en parler. Je vais vous laisser découvrir ce qu'elle nous inflige. Car là, je vous promets un tsunami d'adrénaline, de douleurs et de rage. Par contre, je vais vous parler de comment Calla, Shay, et Ren, ont réussi à parvenir jusqu'à ce dernier combat.
Dans Bloodrose, l'action et les rebondissements sont omniprésents. Et pourquoi ? Tout simplement parce que pour gagner la guerre, Shay doit retrouver tous les éléments de l'épée du Scion, seule arme capable de tuer le chef des Gardiens et de le détruire. C'est pourquoi Calla, ses deux amants, et sa meute, vont être embarqués dans un voyage où dangers, passions et tristesses s'entremêlent pour nous en faire voir de toutes les couleurs. D'ailleurs, il n'y a pas seulement l'intrigue qui nous submerge de surprises... Le triangle amoureux, lui aussi, parvient à nous prendre aux tripes !
Et accrochez-vous, car pour qu'on ne les oublie pas, Calla, Shay, et Ren, sont prêts à tout ! Dès le départ, nous avons le droit à une scène assez... Hot. Entre qui et qui ? Ha ça, je ne vous le dirai pas ! Les baisers passionnés et les scènes romantiques s'accumulent tout au long de notre lecture, et c'est un vrai plaisir ! Quelle joie de voir autant d'amour dégouliner des pages du roman au beau milieu d'un climat totalement opposé !
Car oui, l'atmosphère de ce tome est complètement différente des autres. C'est la fin, et on le sent bien. Le chapitre final. Rien que d'y repenser, j'ai les mains moites... Ouaw. Il se passe tellement de choses dans ce roman qu'on en ressort complètement chamboulé. J'ai encore un peu de mal à me dire que ça y est, tout est fini. En plus, j'aurais dû me préparer à la fin de ce roman, car il est peuplé de moments surprenants et à couper le souffle. Tout comme les dernières pages.
Haaaalala, les dernières pages... Comment vous dire ? Encore un "ouaw". Durant les cinquante dernières pages du livre, tout s'accélère. L'ambiance n'est plus pesante, mais terriblement angoissante et oppressante. A tout instant, le monde entier risque de s'écrouler, et nous assistons, impuissants, à la violence d'une bataille sanglante. Il y a des morts, beaucoup. J'ai presque pleuré pour certains d'entre eux. Il y a des injustices qui m'ont mis en colère. Et puis il y a l'espoir. Celui qui va permettre à Calla et sa meute de se battre jusqu'au bout, quoi qu'il ne leur en coûte.
Au final, je suis encore complètement dans le brouillard. Je crois même que je suis en train de faire une petit dépression post-Bloodrose. Ce livre ( et cette trilogie ) m'a juste bouleversé. Je connais désormais les destins de Calla, Shay, et Ren, et je dois bien avouer que je suis conquis par la conclusion de l'auteure. Elle est inattendue, c'est le moins qu'on puisse dire, et elle m'a juste captivé. Merci Andrea Cremer pour cette fabuleuse lecture, merci beaucoup. Avant de finir, j'aimerai dire à Calla et à toute sa meute que les quitter me consume de l'intérieur. Vous resterez longtemps dans ma mémoire, c'est promis. Vous avez bien mérités les vies qui vous attendent.
Maintenant, je suis plus qu'impatient de me plonger dans la duologie préquelle à la trilogie Nightshade dont l'auteure a distillé quelques indices dans le roman. Car je veux à nouveau visiter l'univers magnifique des loups d'Andrea Cremer. Je veux encore frissonner grâce aux protagonistes merveilleux qu'elle nous offre. Et je veux encore et encore me noyer dans un torrent de sentiments violents qui nous brûlent et nous subjuguent, tout comme l'a fait l'excellente trilogie Nightshade.

par Jordan
La Passe-miroir, Livre 4 : La Tempête des échos La Passe-miroir, Livre 4 : La Tempête des échos
Christelle Dabos   
Je viens de finir ce quatrième tome. Je viens de terminer la saga de La Passe-Miroir.
Très clairement, un sentiment domine, mais j’y viendrai plus tard.

Je voudrais commencer par saluer l’incroyable imagination de Christelle Dabos. Depuis le tome 1, on connaît son talent pour créer un univers riche et foisonnant, surprenant à de nombreux égards. Depuis le tome 3, on comprend que l’intrigue se déploie comme rarement dans un roman de fantasy. Cette saga m’a déstabilisée, car elle repose sur des ressorts totalement différents de ceux des autres romans fantasy, d’aventure. Tout était imprévisible. Ce tome 4 nous donne enfin les réponses à nos questions et, comme je m’en doutais, je n’ai pas encore tout compris à 100% à ces histoires d’échos, d’Autre et d’inversements.
Ce que je sais, c’est que ce tome, comme les précédents, m’a totalement immergée dans son univers et je suis ravie de ma lecture.

Mais tout de même, le sentiment prédominant, c’est la frustration. Certains passages m’ont bouleversée mais j’aurais voulu une autre fin (et je suis certaine que je ne suis absolument pas la seule…). [spoiler]J’aurais voulu une belle fin pour Thorn et Ophélie, enfin ! Avec un Thorn réparé et en paix, ils auraient pu être enfin heureux et libres…[/spoiler] Une fin pas forcément en apothéose, mais une fin plus glorieuse en tout cas ! Aussi, comme pour le tome 3, je suis frustrée de ne pas avoir plus vu des personnages importants [spoiler](Bérénice, Archibald, Victoire, la tante Roseline… Je les aimais tellement dans les deux premiers tomes que je suis déçue de leur peu de présence dans les deux derniers !)[/spoiler]

Je suis consciente que ce sentiment de frustration, c’est la preuve que le talent de Christelle fonctionne. Je sais aussi que l’intrigue est résolue et que c’est le principal. Mais je ne peux pas m’empêcher d’être un peu triste pour tous ces personnages, un peu délaissés au profit de l’Histoire.

Je vais sans doute cogiter encore un peu à propos de toute cette intrigue que Christelle Dabos a mis en place, Dilleux, l’Autre, les échos, l’Envers. Je vais aussi m’imaginer la suite de l’histoire avec cette nouvelle donne. Cela ne me dérange pas que la fin soit ouverte : la saga de La Passe-Miroir pourra ainsi continuer dans l’imagination de chacun.e d’entre nous…
La Passe-miroir, Livre 1 : Les Fiancés de l'hiver La Passe-miroir, Livre 1 : Les Fiancés de l'hiver
Christelle Dabos   
Une lecture enthousiasmante !!

J'ai mis du temps pour lire ce livre, pour différentes raisons, et je ne regrette pas de ne l'avoir découvert que maintenant, alors que je profite enfin de vacances, après de longs mois de travail : j'ai pu le lire à mon aise, presque d'une traite, et en profiter sans être dérangée.

Christelle Dabos a l'âme d'une romancière, une vraie, de celles (et de ceux) qui sont si rares. Elle maîtrise absolument tout : l'écriture (même les ornements de son style - dérives que je ne goûte guère d'habitude, subissant ce genre d'excès en grinçant des dents - sont en totale harmonie avec la magie du monde et les paradoxes de son héroïne, enfin... anti-héroïne, quel défi si brillamment relevé !) l'intrigue, ses personnages, le monde décalé.

J'adore l'écharpe !!!
(désolée, il fallait que ça sorte, alors j'ai cédé ^_^)

Je suis admirative de la manière dont l'auteur a réussi à créer une ambiance si personnelle, si envoûtante qu'il est impossible d'y retrouver des références. De nombreux auteurs (parfois très distrayants et maîtrisant parfaitement leur exercice) ne font que surfer à l'envi sur les thèmes porteurs. Les résultats sont bons, parfois même excellents, mais il n'y a jamais cette magie, cette possible immersion, où le sens critique part au placard (avec l'écharpe, par exemple <3). Mais par bonheur, quelque fois, la magie de l'écriture est là : l'auteur semble s'être si bien approprié les thèmes qu'il a choisi d'exploiter que l'on oublie qu'ils aient jamais été traités avant...

J'ai donc lu ce livre d'une traite ou presque, captivée par cette facilité de lecture - celle qui cache toujours un travail colossal. Aucun effort n'est demandé au lecteur, il peut se laisser bercer, sachant que tout viendra à point : les surprises, les justifications, les révélations.

Le style est incroyablement évocateur. Je suis en générale très hermétique aux descriptions : mon esprit décroche, je ne suis plus, mon regard décolle, il peut m'arriver de mollir, de reposer le livre / mon kindle...
Les descriptions de ce livre, nombreuses et courtes, sont remarquables de poésie et d'efficacité : en quelques mots choisis l'auteur fait jaillir une scène, des images, de la lumière, beaucoup de jeux d'ombres et de lumière, des visages... On s'y croirait ! C'est un grand talent de pouvoir ainsi permettre au lecteur de s'évader sans peine dans un monde imaginaire, comme s'il passait la tête à travers sa page ou son écran, un peu comme à travers un miroir...
(n'oubliez pas votre écharpe, on peut s'enrhumer facilement en plongeant le nez comme ça n'importe où)

Une des faiblesses récurrentes du roman "fantastique" (je mets tout l'imaginaire décalé dans cette rubrique : fantasy, urban-fantasy, steam punk, dystopie, uchronie, conte, SF, fantastique, surnaturel) est d'apporter avec une certaine lourdeur, ou du moins un manque d'élégance, les aspects décalés du monde - ces éléments qui vont permettre au lecteur d'apprécier le décalage entre le monde de l'auteur et le nôtre, et de profiter ainsi pleinement du récit. Parfois il y en a trop d'un coup (le fameux "info-dump" !) ou pas assez (on n'y comprend rien) ou trop tard (on n'est déjà plus là ou alors franchement énervé :( ). Ou alors, le roman s'appuie sur d'autre récits du même genre, alors c'est très clair ; si clair d'ailleurs que ça a de fortes chances d'être assez ennuyeux, parce que déjà vu mille fois (pas toujours cependant, grâce au miracle de la grâce de l'écriture... :) ).

Bon, tout ça pour dire que Christelle Dabos est une championne !! Je suis épatée par sa maîtrise, sa manière d’amener sur la pointe des pieds et avec une discrétion impalpable (l'écharpe peut aller se rhabiller, on parle d'un voile impalpable, là !) les informations nous permettant de nous immerger peu à peu dans son monde : c'est tout simplement du grand art !
Oui, parce que c'est difficile. Très difficile. Difficile du genre presque impossible.
Et que le résultat permet une lecture exquise, avec juste ce qu'il faut de questionnements ("c'est qui celle-là ? " "ça sert à quoi ça ?" "et comment ça se fait que ?") pour apprécier l'explication qui vient sans heurts, juste à temps, ni trop tôt ni trop tard.

De même les capacités "magiques" des personnes dotées de magie ne sont-elles pas exhibées comme des trophées, mais seulement vaguement exposées avant d'être mises en scène aux moment opportuns, jusqu'à l'apothéose finale...

Les personnages (mon grand point de sévérité) sont à l'image du reste : excellents.
Presque stéréotypés au départ pour beaucoup (ce n'est pas une critique, ce procédé me semble au contraire à privilégier dès lors que l'on sait faire évoluer ses personnages) certains nous étonnent alors que le roman se poursuit : Ophélie bien sûr, qui ne révèle bien plus héroïque que son départ chancelant, enrhumé, nauséeux, récalcitrant, ne l'aurait laisser croire. Et l'incroyable tante de Thorn ! Et le petit chevalier que l'on ne cerne toujours pas, mais qui fait froid dans le dos, les personnages secondaires, tout droit sortis de contes de fées pour certains (les vrais, ceux qui font peur)...

Il est rare de voir réunies tant de qualités littéraires chez un même écrivain : l'art d'écrire (je ne parle pas seulement du style, qui semble tant signifier pour un certain type de lecteurs français, mais de l'amenée des choses), l'imagination, la clarté, la faculté à évoquer des images terriblement vivantes et des personnages vrais, plausibles, complexes, humains tout simplement.
Et quand on a la chance de trouver cette harmonie, on le lâche pas !
Je suis sur les starting-blocks pour le tome 2, Christelle, c'est quand vous voulez ! XD


par milabette
La Sélection, HS : La Reine La Sélection, HS : La Reine
Kiera Cass   
J'ai absolument adoré cette nouvelle ! On y découvre Amberly durant sa Sélection, totalement amoureuse du Prince Clarkson. J'ai d'ailleurs été très surprise par ce dernier. Avant, je le détestais, mais avec cette nouvelle on comprend un peu mieux son comportement, même si on ne l'excuse pas

par MissChase
La Sélection, HS : Le Prince La Sélection, HS : Le Prince
Kiera Cass   
Une petite nouvelle sympathique qui se lit rapidement et qui nous permet de retrouver le point de vue de Maxon et donc de le connaitre/comprendre un peu mieux.
Petite précision sur quand la nouvelle se déroule (je le met en spoiler au cas où certaines ne voudraient vraiment rien savoir): [spoiler]La nouvelle commence à l'anniversaire du Prince, juste avant que les candidates de La Sélection soient dévoilées, et se termine juste après que America lui propose d'être amie avec lui lors de leur première entrevue officielle. Ah, et la nouvelle ne parle pas du tout d'une histoire d'amour, même si on rencontre une demoiselle (Daphne) qui était proche de Maxon.[/spoiler]

par Althea
La Sélection, HS : La Préférée La Sélection, HS : La Préférée
Kiera Cass   
J'ai passé un super moment avec LA PRÉFÉRÉE. C'est une très bonne lecture, courte mais divertissante et qui nous permet d'en apprendre plus sur l'histoire d'amour entre Marlee et Carter.
Un amour à première vue plutôt improbable et impossible étant donné que Marlee faisait partie de la sélection dans le but d'épouser Maxon et que Carter était simple garde royal. Et pourtant !
J'ai beaucoup aimé ma lecture.
Je me suis régalée !
Marlee est un personnage que j'aime beaucoup, je la trouve superbe et pétillante. Quant à Carter, je l'appréciais déjà beaucoup avant mais apprendre à mieux le connaître a été un plaisir et je n'ai pu que d'avantage l'adorer !
On apprend certaines choses, comme comment leur histoire a commencé et tout. Mais on retrouve aussi certaines choses qu'on avait pu découvrir sous le point de vue d'America.
Aussi, on découvre que Carter et Marlee ont été les premiers citoyens de l'Illéa sans caste !!

Enfin, tout ça pour dire que j'ai passé un super moment et que je recommande cette nouvelle à tous les fans de LA SÉLECTION. :)


par Sheo