Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs
Lire la suite...
Les plus récents en premier
Les plus appréciés en premier


Par le Editer
Eleanara Bronze
Note : 7/10
J'étais plus que curieuse de découvrir le premier livre publié de la toute jeune maison d'édition Magic Mirror. Je ne regrette pas mon acquisition ; je pense surveiller leurs nouvelles parutions de près.

Je suis toujours aussi séduite par la couverture qui retranscrit merveilleusement l'ambiance de l'histoire : douce, poétique et sombre à la fois. J'ai également apprécié la pagination en forme de miroir, symbole typique de la maison d'édition. Une touche personnelle qui est plus qu'appréciable. Je ne connaissais pas du tout le conte d'origine, ce qui fait que j'ai pu apprécier cette histoire avec des yeux « neufs ». Je pensais qu'on allait suivre Eloane, or ce n'est pas le cas et j'en suis ravie. On a toujours tendance à préférer la sœur plus gaie, plus joyeuse. Au contraire, j'étais intriguée par le personnage de Sirona et j'étais contente de suivre l'histoire à ses côtés.

De manière générale, le premier point sur lequel je devrais revenir est la plume de l'autrice. Je l'ai beaucoup appréciée, elle dégageait une telle poésie et maniait les mots à la perfection. Si bien que j'avais l'impression que chaque mot se trouvait à sa juste place. Sa plume est telle que j'ai été transportée dans son histoire avec facilité. J'ai été enchantée de découvrir qu'à la fin du livre, on pouvait trouver le conte originel. J'ai apprécié l'initiative, ce qui m'a permis de découvrir un conte dont j'ignorais l'existence.

Outre l'univers merveilleux et la plume poétique de l'auteur, les personnages m'ont marquée. Que ce soit Sirona et son tempérament, le Pianiste qui était à la fois intriguant et effrayant, la mystérieuse Mme Whitecombe, … Contrairement à ce qu'on pourrait croire, je n'ai pas eu d'attachement particulier pour l'ours, alors que j'ai adoré le personnage du Pianiste. Il dégageait quelque chose qui faisait que j'avais envie de creuser en profondeur et ce qu'on trouve est fabuleux. J'ai adoré chacune de ses apparitions. A ce propos, j'ai préféré le temps où Sirona se trouvait au château. L'ambiance avait beau être angoissante, j'ai trouvé ça passionnant à suivre.

Pour conclure, je dirais que la première parution de Magic Mirror est une réussite. La conclusion est réussie, malgré un « happy ending » trop mielleux à mon sens. On en devient que plus curieux sur leurs prochaines parutions et je ne fais pas exception.
Par le Editer
Laralee Or
Note : 9/10
S'attaquer à un classique pour le réécrire est un défi et non une chose aisée. Ce conte fait partie des histoires qui ont bercé mon enfance. J'avoue que j'avais un peu peur de le découvrir sous un nouvel angle.
Mais la plume de Lætitia Arnould a ce pouvoir de faire tout oublier et je suis entrée dans cette histoire avec abandon et passion.
On oublie de suite que c'est un remake...
L'auteur a su créer sa propre version de l'histoire et le lecteur se retrouve happé dans son univers;
Un vrai bonheur.
Encore une fois, Lætitia a su me captiver et me charmer par ses mots et son incroyable imagination.
Ce livre, comme tous les autres livres de cet auteur , est remarquable.
Tout en finesse, l'auteur nous transporte à travers ce classique avec une modernité extraordinaire.
Merci Lætitia. tu as su me faire revivre mon enfance bien lointaine.
Un livre à mettre entre toutes les mains dès l'âge de 10 ans.
Par le Editer
caizy Lu aussi
Note : 5/10
Bon et bien la magie n'a pas opéré chez moi... Le début m'a plu mais j'ai eu l'impression de tourner en rond et je me suis ennuyée à partir du moment où elle se retrouve dans le manoir...
Par le Editer
Frany14 Diamant
Note : 10/10
J'ai vraiment adoré se livre dévoré en 2h je vous le conseil vraiment.
Par le Editer
Sorcier Diamant
Note : 10/10
http://for-ever-dreamer.blogspot.fr/2017/04/ronces-blanches-et-roses-rouges.html

Magic Mirror Éditions est une récente maison spécialisée dans la réédition des contes, que ces derniers soient des classiques ou des histoires oubliées. Et pour leur première publication, je n'ai qu'une chose à dire : chapeau !

Je suis immédiatement rentré dans l'histoire, car ce qui m'a frappé d'emblée, c'est l'ambiance à la fois onirique et mystérieuse mise en place, ainsi que la magnifique plume de Laetitia. Celle-ci est à l'image de ce merveilleux conte : féerique, poétique, douce et sombre à la fois. Elle reste toujours cohérente avec son propos, parvenant à me faire ressentir les sentiments et émotions des personnages.

Ces derniers sont bien construits et suffisamment développés pour que le lecteur prenne le temps de se familiariser avec eux.
J'ai beaucoup aimé Sirona, qui incarne la prudence, le mystère et la raison, tout en demeurant plus sensible qu'il n'y parait. Le fait qu'elle sache voir au-delà des apparences m'a touché, bien qu'au départ, elle ait du mal à croire en la magie. Les événements dont elle va être témoin vont la forcer à reconsidérer son opinion sur cette dernière. C'est un personnage intelligent qui a également une certaine force de caractère, et ça m'a beaucoup plu.
Eloane est l'opposée de Sirona : plus gaie, enjouée, mais aussi plus naïve. J'ai aimé sa relation avec Sirona, faite de remises en question et de compréhension. Elles sont protectrices l'une envers l'autre, même si la vie et les événements rencontrés ne vont pas les épargner.
Quant au pianiste, j'ai eu, tout au long de l'histoire, du mal à le cerner. Plus exactement, je comprenais ses intentions, mais mon sentiment oscillait sans cesse entre désarroi et peine. C'est un personnage qui demeure énigmatique et ambigu.

L'intrigue du roman est saisissante, pleine de suspense. Elle est entourée de mystère, de féerie, de poésie, nous rappelant l'enfant qui sommeille en nous, à cette époque où nous nous émerveillions devant les paysages enneigés, la beauté même de la nature et tout ce qui l'entoure. C'est une histoire tendre et forte à la fois, qui ne manque pas d'émouvoir et de surprendre par sa sensibilité et ses messages cachés.

Laetitia a fait bien plus que se réapproprier ce fameux conte oublié des frères Grimm : elle a construit cette histoire à sa manière, avec sa plume et sa sensibilité, lui donnant un nouveau souffle. Magic Mirror a eu une superbe idée en incluant le conte original à la fin de l'histoire, permettant de le (re)découvrir et de se faire sa propre idée par rapport à ce qu'en a fait Laetitia. Je ne m'étendrais pas sur le sujet, mais je trouve que Laetitia l'a magnifié, lui donnant un côté plus mature et encore plus humain, tout en créant sa propre histoire, et c'est un vrai tour de force.

Ce conte est absolument merveilleux. Ce qui fait tout son charme réside pour moi dans sa morale et les messages qui y sont dissimulés. C'est un vibrant hommage à la nature et à son respect, à l'art dans son ensemble (notamment la musique), ainsi qu'aux liens familiaux.
Laetitia, à travers sa plume, donne corps à la nature et à ses éléments, faisant comprendre que tout ce qui nous entoure a une âme et une volonté propre. La nature devient de ce fait un personnage à part entière dans l'histoire. Et cet ours... Si sensible, si humain... Je ne pouvais m'empêcher d'être ému à chacun de ses passages, ainsi que par ce lien qui se crée entre lui et Sirona. Voilà de ce fait un autre message : les animaux sont des êtres vivants, comme nous, plus sensibles encore que nous le sommes, ce ne sont pas des objets ou des trophées, et il faut eux aussi les respecter.
Il y a également beaucoup de leçons à tirer au niveau humain, cette histoire démontrant que les apparences ne font pas tout, et que la soif d'argent, la convoitise et la jalousie font partie de la nature humaine, certains étant prêts aux pires atrocités pour obtenir ce qu'ils veulent.

Je finirai en disant que ce conte se ressent plus qu'il ne se comprend. Tout n'est que sensations et émotions, le langage des fleurs, du vent et des autres éléments parlant pour nous. C'est original, enchanteur et vivant.

Félicitations à Magic Mirror éditions pour cette publication. Il ne fait aucun doute que cette maison a un potentiel certain et est à suivre de très près, en tout cas c'est très bien partie. Et surtout, félicitations à Laetitia, pour avoir brillamment reprit ce conte, faisant de celui-ci quelque chose de personnel et d'atypique.
Par le Editer
Dans cette réécriture nous rencontrons deux sœurs : Sirona et Eloane. Les deux jeunes filles ont à peine trois années d'écart et pourtant cela se ressent fortement. Elles sont également orphelines sans pour autant savoir ce qu'il s'est passé. En effet, elles n'ont aucun souvenir d'avant leur emménagement chez Mme Whitecombe, la femme qui les a recueillies. Elles vivent toutes les trois dans une petite chaumière au beau milieu de la forêt.

Sirona est l'aînée de la famille. C'est une jeune fille assez silencieuse, mystérieuse et oh combien pessimiste. Elle est taciturne et très terre à terre, elle ne croit que ce qu'elle voit et qui est palpable. Elle est l'exact opposé d'Eloane. Elle est également protectrice envers sa cadette, attentionnée et réfléchie (enfin la plupart du temps). Lorsqu'elle apprend qu'on la fiance à un inconnu et qu'elle devra quitter sa sœur pour vivre avec son époux, la jeune femme le prendra vraiment mal et s'interrogera sur son avenir peu prometteur (de son point de vue). Elle prend donc une décision lourde de conséquences en s'enfuyant de la demeure. Elle se promet de revenir chercher Eloane le plus tôt possible.
Je dois dire que j'ai eu beaucoup de mal à m'identifier ou à même à m'attacher à elle. Elle m'a laissé un sentiment d'inaccessibilité, de froideur et m'a parfois agacée. Ça a commencé à aller mieux lorsqu'elle se retrouve au pays de la nuit éternelle. On la découvre enfin plus en profondeur. Elle se montre colérique, triste, apeurée, perdue et plus qu'incertaine sur son avenir. Par moment, j'ai su l'apprécier et à d'autres ses réactions m'ont saoulées.

Eloane est une jeune adolescente vivante, débordante d'énergie, volontaire, optimiste et qui s'émerveille de pas grand chose. Elle croît en la magie et n'hésite pas à tenter de convaincre son aînée. J'ai eu beaucoup plus de facilité à m'attacher à elle dès le début du roman, pourtant c'est l'héroïne qu'on suit le moins. Elle est plus lumineuse et joviale que Sirona et met un peu de gaieté dans cet univers sombre et pesant. Elle ne comprend pas toujours les réactions de sa sœur et je ne peux pas l'en blâmer puisque pour moi aussi, elle est longtemps rester une énigme. Au bout d'un moment cela mettra à mal leur relation et on ne peut qu'être touchée par cela.
Eloane est jeune et ses réactions s'en ressentent parfois.

J'ai aimé le contraste saisissant vis-à-vis des personnalités de chacune.

Iphigénie Whitecombe est une femme glaciale et dure. Elle est bizarre et dès le début on sent que ce qu'elle nous camoufle de présage rien de bon. Elle a pris soin des deux sœurs, mais dans quel but?Est-ce de la gentillesse? De la pitié? Ou compte t-elle tirer profit de la situation?
Elle est intransigeante, déteste les questions et la remise en question de soi-même ou des consignes. Elle m'a clairement fait froid dans le dos pendant tout le récit. On se questionne, on cherche des indices sur ce qu'elle complote sans pour autant trouver la juste réponse.
Je l'ai détesté dès le début et plus on avançait plus ce sentiment prenait de l'ampleur.

Malgré le fait qu'elle ait écrit plusieurs livres, je ne connaissais pas encore la plume de Laetitia Arnould. Celle-ci se révèle être poétique, mystérieuse tout en étant fluide, un vrai plaisir que de la lire. L'auteure réussi à construire un univers sombre, oppressant, mystérieux et limite machiavélique tout au long du récit, sans faiblir, bien au contraire. L'univers est bien construit, détaillé et fait la force du livre. Néanmoins, certains passages m'ont quelque peu ennuyés et j'aurais apprécier qu'on s'attarde moins dessus pour peut-être développé un peu plus d'autres aspects. Point positif, l'ouvrage est juste sublime et le fait qu'on puisse retrouver en bonus le texte original duquel s'inspire cette réécriture est un réel atout. Petit point négatif, je trouve le prix de l'ouvrage papier assez cher. Je sais qu'il y a beaucoup de facteurs à prendre en compte lorsqu'on édite un roman et qu'on en fixe un prix, mais je pense également que cela va restreindre le nombre de potentiels lecteurs. Tout le monde ne lit pas en numérique et pour ces personnes là, je ne suis pas certaine que grand nombre d'entres eux acceptent de payer ce prix, malgré la beauté de l'ouvrage. Ce qui est assez dommage, car même si je ne suis pas entièrement convaincue pas Sirona, c'est une histoire que j'ai pris plaisir à découvrir et qui mérite d'être lue.
J'attend la prochaine réécriture qui concernera La petite sirène avec une grande impatience et je pense acheter tous leurs ouvrages, mais au format numérique.

En résumé, une lecture quelque peu mitigée car, d'un côté j'ai adoré l'univers créer par Laetitia Arnould et d'un autre, j'ai eu beaucoup de mal avec notre héroïne principale ce qui m'a empêcher de savourer pleinement ma lecture. Une revisite d'un conte tombé dans l'oubli qui saura en émerveiller plus d'un tout en dégageant une aura malfaisante. Malgré quelques lenteurs, l'ensemble du roman possède une dynamique assez bonne et la façon qu'à l'auteure de nous narrer l'histoire nous pousse à faire défiler les pages les unes derrière les autres. La plume est belle et fluide et les révélations ont su me surprendre. Un livre que je conseillerais facilement à tous les amoureux de conte ou réécriture de conte.
Par le Editer
camille2159 Argent
Note : 8/10
Ce premier roman est une réussite pour cette jeune maison d'édition. Le début (excepté le prologue qui était vraiment bon) m'a pas mal effrayée, je me suis dit "mais dans quoi je me suis lancée ?". Finalement, j'ai adoré l'univers magique de ce livre et je ne regrette pas ma lecture !
Par le Editer
Je remercie Magic Mirror Editions pour leur confiance. Cette toute jeune maison d’édition, spécialisée dans la réécriture de contes, a tout de suite attiré mon attention. Avec cette ligne éditoriale originale et ce visuel particulièrement attractif, j’étais prête à tenter ma chance et à me lancer dans leur tout premier titre paru : Ronces Blanches et Roses Rouges, qui reprend le conte allemand assez méconnu de Blanche-Neige et Rose-Rouge des frères Grimm.

Lorsque j’ai réceptionné mon exemplaire, j’ai d’abord été séduite par la qualité du livre en temps qu’objet. La couverture est de toute beauté et capte l’essence même du roman, retranscrivant à merveille l’ambiance dans laquelle baignent nos héroïnes. J’ai également beaucoup apprécié le soin apporté à l’intérieur, ne serait-ce que les petits miroirs de la pagination. Pour une première publication, je trouve que la maison d’édition a fait du très bon travail.

Ronces Blanches et Roses Rouges raconte l’histoire de Sirona et Eloane, deux orphelines qui ont perdu leurs souvenirs. Elles ont gracieusement été recueillies par Mme Whitecombe qui les élève comme ses propres filles dans une chaumière au cœur de la forêt. Un jour, un événement sans précédent vient rompre la monotonie de leur petite vie tranquille : un homme du nom d’Emmanuel se présente chez elles et demande à voir Mme Whitecombe. Sirona se méfie de lui au premier regard, et pour cause, elle apprendra par la suite que Mme Whitecombe la destine à l’épouser. Pour échapper à cette union forcée, Sirona décide de prendre ses jambes à son cou, ignorant sa peur de l’ours qui rôde dans la forêt. C’est le début d’une longue et périlleuse aventure.

La première chose qui m'a sautée aux yeux, c'est la poésie qui se dégage du récit. La plume de Laetitia Arnould exhale une mélodie connue d'elle seule, qui emporte le lecteur dans un monde fait de mystères et de magie. L'histoire est racontée à la manière d'un conte, avec la féerie qui la caractérise. Il suffit de se laisser entraîner sur ce chemin tortueux pour que la magie opère. Derrière ces aventures saisissantes, l’auteur n’hésite pas à introduire tout en douceur des valeurs humaines qui parleront à chacun de nous.

Chaque page est une aventure singulière. J'ai eu ce sentiment persistant que l'auteur savait très bien où elle nous embarquait, alors que moi, je n'en avais pas la plus petite idée. Laetitia Arnould maitrise très bien l'art du suspens. Demandez-moi où elle m'entraînait, j'aurais été bien en peine de vous répondre. Mais je savais que l'auteur avait déjà toutes ses surprises dans la manche, en bonne illusionniste qui se respecte. Cette intrigue nous a bien fait cogiter avec Justine, ma copine de Boudoir. Elle, avait déjà quelques idées bien précises quant au dénouement, mais il s’est avéré que son radar était en panne, car cette fin nous a beaucoup surprises, l’une comme l’autre.

Concernant le côté réécriture, je ne connaissais pas ce conte, éclipsé par celui de Blanche-Neige, beaucoup plus popularisé. Magic Mirror Editions a intégré le conte des frères Grimm à la fin du roman, et j’ai été ravie de pouvoir le lire avant de commencer la version de Laetitia Arnould. Quelques éléments sont piochés dans le conte originel, mais pour l'essentiel, l'auteur s'est approprié cette histoire et l’a tournée à sa manière pour en faire quelque chose d'unique. Pour tout vous dire, je n'ai pas tellement eu l'impression de lire un conte réécrit. Au contraire, Laetitia Arnould a créé sa propre histoire, et elle est ensorcelante.

Les personnages sont tous hauts en couleur. Les deux sœurs possèdent un lien très fort et sont aussi différentes que complémentaires. D’un côté, il y a Sirona, la voix de la raison, sérieuse et protectrice ; de l’autre, Eloane, aussi blonde que sa sœur est brune, optimiste et ingénue, friponne et malicieuse. Je ne m’attarderai pas trop sur Mme Whitecombe et Emmanuel qui entretiennent le mystère jusqu’au bout, mais je dirai simplement que je suis tombée un peu amoureuse d’Emmanuel, car il cache une profondeur insoupçonnée.

En résumé, le premier roman de Magic Mirror est une très belle réussite. Laetitia Arnould nous ouvre les portes d’une histoire féérique, faite d'attente et d'espoir. Ronces Blanches et Roses Rouges est un conte qui mêle habilement l’ancien et le renouveau, tout en regorgeant de secrets, où les illusions côtoient le mensonge et la manipulation.

Ma chronique : http://april-the-seven.weebly.com/fantasy---merveilleux/ronces-blanches-et-roses-rouges-laetitia-arnould
Par le Editer
just2iine Or
Note : 9/10
http://lire-une-passion.weebly.com/fantastiquelow-fantasy/ronces-blanches-et-roses-rouges-laetitia-arnould

"​En résumé, c'est un roman avec lequel j’ai pris énormément de plaisir. La magie, l’enchantement et le suspense vous tiennent en haleine du début à la fin. L'auteure a sa manière à elle de nous embarquer dans un univers totalement enchanteur, tout en gardant la trame du conte original. Un livre que je vous conseille vivement de découvrir dès que possible !"
Par le Editer
Magic Mirror est une toute jeune maison d'édition spécialisée dans le merveilleux. Leur première production, Ronces Blanches et Roses Rouges, sortie le 27 Février, revisite le conte de Blanche-Neige. Premier voyage plutôt réussi ! L'auteure maîtrise vraiment le genre et arrive à complètement transporter le lecteur.

Si vous ne connaissez que la version Walt Disney du conte de Blanche-Neige, je vous conseille vivement de commencer par la fin du livre où l'éditeur a eu la bonne idée de nous proposer le conte original des frères Grimm. Walt Disney a en effet pris un peu trop de liberté dans l'adaptation de ce conte et si vous ne lisez pas l'original avant vous serez surpris par la réécriture de Laetitia Arnould.

Le début du conte de Laetitia Arnould nous permet de suivre la vie de Blanche et de sa sœur Rose, vie chamboulée par une étrange catastrophe qui leur a fait perdre la mémoire. Mme Whitecomb qui a recueilli les deux petites filles les élève dans une petite chaumière perdue dans une forêt où rôde un ours et où les tempêtes surgissent sans prévenir. J'ai trouvé le début un peu long, le récit reste mystérieux et évasif, le lecteur est impatient de voir l'histoire avancer et cela tarde.

Heureusement, le merveilleux que nous promet la maison d'édition arrive, lui, très rapidement. Il y a tout d'abord leur père et sa magie. Puis ces ronces blanches qui entourent la maison et semblent dotées d'une vie propre. Enfin tout s'accélère lorsque Blanche s'enfuit pour échapper au mariage arrangé par Mme Whitecomb. Le livre revêt soudain une toute autre ambiance, sombre, mystérieuse, à mesure qu'elle s'enfonce dans la forêt et rejoint finalement un étrange château. Les situations invraisemblables et inexplicables caractéristiques des contes continuent d'affluer, le mystère autour des deux jeunes filles s'épaissit et j'ai adoré en imaginer la conclusion. Le lecteur est totalement transporté par ce récit parfois cauchemardesque, les illusions, les mensonges...

Cette ambiance étrange propre aux contes est aussi portée par les différents personnages que vont croiser Blanche et sa sœur. Mme Whitecomb tout d'abord, qui s'isole tous les jours dans son étrange laboratoire et semble cacher beaucoup de choses. L'ours, une menace omniprésente, avec ses grognements qui déchirent la nuit, et qui s'avère au final être le véritable personnage principal de l'histoire selon moi. Le pianiste qui va sans aucun doute ravir votre cœur et vous le chambouler plus d'une fois. Il y a aussi, bien sur, un nain, mais qui est loin d'être sympathique. Et enfin Blanche elle même va très souvent nous angoisser en nous faisant part de ses pensées et ses inquiétudes.

Ce livre est cependant parfois un peu maladroit. J'ai justement trouvé que les pensées de Blanche étaient trop présentes. Certaines scènes passent beaucoup trop rapidement (j'aurais aimé rester plus longtemps dans le château et que l'auteur développe plus ces moments hors du temps et angoissants que Blanche y passe) alors que l'auteur s'attarde ensuite beaucoup sur les réflexions de Blanche. Celles ci cassent d'ailleurs parfois cette ambiance mystérieuse que j'ai tant aimé, tout comme les dialogues qui ne collent parfois pas avec le reste du récit. J'ai trouvé que Rose, la sœur de Blanche, était un peu trop mise à l'écart. L'épilogue ne m'a pas plus, trop mielleux, trop Happy Ending. Pour une fois j'aurais aimé une fin plus ouverte qui aurait mieux collé avec l'ambiance.

Malgré quelques maladresses, Ronces Blanches et Roses Rouges reste un livre totalement addictif. Le lecteur est complètement happé par cette ambiance mystérieuse, il veut connaître le fin mot de l'histoire, pourquoi on semble s'acharner sur ces deux jeunes filles. La conclusion, si on exclu l'épilogue, est vraiment à la hauteur, épique et palpitante. J'ai adoré mon voyage merveilleux et je remercie les éditions Magic Mirror pour leur confiance. Bon courage pour la suite (que je vais continuer à soutenir avec plaisir !) et bravo pour cette première production !

http://bookshowl.blogspot.fr/2017/03/ronces-blanches-et-roses-rouges.html

Ajouter un commentaire

Ajoutez votre commentaire

Envoyer
Spoiler
Max 0/10000 caractères utilisés
  • aller en page :
  • 1
  • 2
Inscrivez vous !
▶ Crééz votre propre bibliothèque virtuelle.
▶ Découvrez des conseils de lecture.
▶ Echangez avec des milliers de passionnés de lecture.