Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Root : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Nous, les Déviants Nous, les Déviants
C.J. Skuse   
Waouh ! En terminant le livre je me suis pris une claque monumentale.
Que dire ? Dès les premières pages j'ai été accro à l'écriture et à l'histoire qui se lit facilement même si elle est à quelques moments rude. Et puis peu à peu on sent que l'histoire prend une autre ampleur, d'enfantine elle passe à adulte et sérieuse. Dès le départ, et grâce au prologue, on se doute que quelque chose de terrible s'est passé et on pense le deviner en avançant dans l'histoire mais au final c'est tout autre chose. La fin est totalement surprenante et brutale. Je ne m'y attendais tellement pas. Ce fût un choc total (pour preuve, je n'ai pas pu m'empêcher d'en pleurer dans le métro quitte à passer pour une folle).
Les personnages sont attachants et tellement bien construits, l'écriture est magnifique et le dénouement bouleversant. Ce livre est une perle rare, bravo à l'auteure que je ne connaissais pas.

par Tiboude
Central Park Central Park
Guillaume Musso   
Du grand Guillaume Musso!!!
Mes préférés de lui sont " L'appel de l'ange", "Parce que je t'aime", & " La fille de papier"...
Central Park est un triller sur un fond de romantisme! L'histoire est très bien ficelé, comme chacun de ses romans d'ailleurs, afin de nous faire tourner les pages, sans que l'on s'en rende compte!
Je croyais avoir deviné la fin, et me suis dit pr une fois j'ai trouvé, et bien non, le dénouement final nous laisse sans voix, et encore une fois, on ne le voit pas venir!!!
Si vous avez aimez L'appel de l'ange, vous allez adorer celui-ci!
Je le recommande vivement!

par mamour04
La vie enfuie de Martha K. La vie enfuie de Martha K.
Angélique Barbérat   
Quel plaisir de tenir entre les mains le dernier roman d'Angélique Barbérat ! Ce genre de sortie littéraire est un événement (en tout cas pour moi), quelque chose que j'attend avec une grande impatience et beaucoup d'engouement, alors imaginez mon bonheur lorsque j'ai enfin senti l'odeur des pages de ce livre...
Cortex Cortex
Ana Scott   
Cortex est une belle surprise, je ne m'attendais pas à trouver ce roman "accrocheur", le 4 ème de couverture m'attirait sans que je sache si cela n'allait pas être ennuyeux, et bien non, C'est même un roman addictif.

Véritablement original, le sujet principal (une bombe explose à la cérémonie des Oscars et une grande partie des personnes présentent périssent) sert de tremplin pour poser 3 narrateurs différents à dévoiler leur ressentiment sur divers sujets actuels ou plus généraux tels que le terrorisme bien-sûr et les tueries de masse de l'actualité présente, mais aussi sur cette grande question : "Comment gérer un énorme traumatisme qui vous poussera à la reflexion sur votre propre existence", que ce soit passée, actuelle, sur l'instant présent et surtout comment appréhender le futur, si c'est encore possible, continueront ils comme avant ou tout sera remis en question ? C'est ce que vous découvrirez en lisant ce roman.

C'est également un hommage au cinéma passé, aux grands films, aux grands acteurs avec un talent naturel, la belle époque où un film pouvait rester gravé dans notre mémoire pour toujours, le récit est rempli de références cinématographiques comme il n'en existe plus ou peu.

Lors de la lecture on se prend au jeu et tout comme la narratrice principale nous attendons une chose en particulier, la liste des personnalités décédées, blessées ou non présentes à la cérémonie donc indemnes.
Flagrant délit de voyeurisme... Mais inévitable, surtout à notre époque où l'Internet et plus particulièrement les réseaux sociaux comme Twitter et autres sont ancrés dans nos habitudes et où la fausse info à vite fait de surgir, sans conter les trolls et autres provocateurs au milieu des messages de soutien.
C'est d'ailleurs un sujet abordé de front par un des narrateurs en plus d'une reflexion sur l'utilité de la technologie poussée à l'extrême, la dématérialisation de tout, l'impersonnalité de masse etc...

Cortex c'est une lecture riche en réflexion, une écriture tranchante et mélancolique mais sans prise de tête, un roman agréable à lire, un peu fou, mais surtout intéressant !

Voir la chronique sur mon blog :
https://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/07/cortex-ann-scott.html

par Maks
Un élément perturbateur Un élément perturbateur
Olivier Chantraine   
Bonjour les lecteurs ....

Voici un roman de la rentrée littéraire 2017 qui m’a fait passer un bon moment.

Nous suivons les mésaventures quasi quotidiennes de Serge Horowitz, un quadragénaire hypochondriaque qui vit toujours chez sa sœur, se laisse porter par la vie et les événements, travaille juste le minimum et se laisse aller.
Il travaille dans une entreprise de consulting, grâce à son frère, qui est ministre des finances.
Mais deux événements vont l’amener à devoir changer sa vision de la vie : il est irrésistiblement attiré par Laura, qui travaille dans la même équipe que lui et il va être pris d’épisodes d’aphasie. C’est d’ailleurs ce qui va lui arriver au Japon au moment de boucler une affaire, il ne peut plus rien dire, et quand il retrouve l’usage de la parole, c’est pour dire la vérité et empêcher la transaction de se faire. Son patron exige alors qu’il se rattrape et fasse réussir la transaction.
A partir de là tout s’enchaîne et Serge va comprendre que dans la vie, il faut avancer et faire des choix….

Récit d'une belle métamorphose que nous propose l’auteur , celle d’un personnage, passif, peureux, angoissé, impuissant, en "élément perturbateur" malgré lui, puis revendiqué, pour devenir un électron libre, un être humain.

Joli coup d’essai pour un premier roman

par Granny-1
Passé simple Passé simple
Olivier Descosse   
http://liliandtheworldofbooks.blogspot.be/2017/07/passe-simple.html

En lisant le résumé, on se dit que c'est une histoire banale et que l'on va vite se lasser. À ma grande surprise, cette histoire m'a complètement conquise. Elle raconte l'histoire de Vincent qui malheureusement se fait larguer par sa compagne et il va très mal le vivre. Cela va le remettre en question et il va revivre des blessures de son passé.

Vincent est un personnage que l'on a du mal à cerner au tout début. On se dit, on doit l'aimer ou pas et c'est en le suivant progressivement que l'on va apprendre à le connaître lui et son passé et que l'on peut juger si on l'aime ou non. Moi, c'est un personnage qui m'a touché et je ne vous cache pas que j'ai eu un peu de mal avec lui au début.
Nous faisons également connaissance avec sa fille de 6 ans qui elle aussi vit cette douloureuse histoire. C'est une jeune fille qui comprend très vite et on ne peut que l'admirer pour son âge.

Je dis un grand bravo à l'auteur d'avoir bien mené son histoire telle que la réalité. J'ai également apprécié le fait qu'il n'oublie pas que les enfants eux aussi sont concernés et touchés par ce genre d'histoire.

En tout cas, l'auteur nous fait réfléchir sur la vie amoureuse et la vie en général. J'ai beaucoup aimé ce livre très touchant. Il se lit facilement et rapidement que l'on ne voit pas la fin arriver. Un petit livre qui m'a bien marqué et que je ne peux que vous recommander.

par Lili1989
Mindhunter Mindhunter
John E. Douglas    Mark Olshaker   
Je suis une grande accro à la série Netflix Mindhunter donc il était évident que j’allais me mettre à lire ce livre. C’est vraiment très loin de mes lectures habituelles, c’est-à-dire mes romances MM mais j’avais envie de me diversifier donc je me suis tournée vers cette valeur sûr.

Tout ce qui est profilage, m’intéresse énormément notamment en série télé (esprit criminels). Alors avoir un livre qui nous parle de la réalité du terrain j’ai trouvé ça intéressant. Bon ce n’est pas le livre le plus joyeux qui soit et quand on sait que tout ce qui est écrit est réel ça peu refroidir, mais j’ai trouvé ça instructif. J’ai fait fureur à Noël avec l’information sur les coccinelles qui sont les voitures des tueurs en série (ok ça pas eu un grand succès).

Je ne sais pas quoi vous dire, c’est un livre qui parle d’enquête de tueur en série donc si c’est des thèmes qui vous intéresse, je vous le recommande, mais je comprends que ce n’est pas un livre pour tout le monde.

Mon Blog : https://jenesuispasunelitteraire.wordpress.com
Town, Tome 1 : Tueurs d'anges Town, Tome 1 : Tueurs d'anges
Rozenn Illiano   
J’ai découvert Rozenn Illiano à travers ses superbes illustrations il y a déjà plusieurs années. Je savais qu’elle publiait ses romans en auto-édition, mais je n’avais pas encore eu l’occasion de la lire jusqu’à aujourd’hui. Verdict ? Il faut croire qu’elle écrit aussi bien qu’elle dessine, car j’ai passé un excellent moment avec Tueurs d’anges.

Ce premier tome raconte l’histoire de l’apocalypse comme celle que l’on trouve dans les films ou dans beaucoup de livres. D’abord, il y a le cataclysme qui décime la Terre et tue la quasi-totalité de l’humanité. La seule différence, c’est qu’ici, on ne doit pas s’attendre à tomber sur des extraterrestres ou des zombies. Ce sont les anges qui se chargent d’éliminer les derniers survivants avant que le douzième coup de l’horloge sonne la fin du monde. Dans ce chaos indescriptible, Ana a réchappé au cataclysme et fait son possible pour ne pas attirer l’attention des anges, espérant survivre le plus longtemps possible. Le monde tel qu’elle l’a connu n’existe plus. Les rares humains qui croisent sa route ne sont pas tous animés de bonnes intentions. Certains se sont reconvertis en pilleurs, d’autres, au contraire, ont choisi de traquer leurs traqueurs. On les appelle les tueurs d’anges.

Dès la première page, le ton est donné et j’ai su que j’allais accrocher. C’est assez fou de savoir d’un seul coup d’œil que l’histoire est faite pour nous, mais c’est vraiment ce que j’ai ressenti. L’ambiance générale du récit n’est pas pour nous mettre à l’aise – bien au contraire ! –, mais la plume de Rozenn Illiano est là pour nous alpaguer dès les premiers mots posés. J’ai rarement vu une telle singularité dans une écriture. Elle a du cachet, elle peut se faire tour à tour sarcastique et oppressante. Il y a une assurance que l’on ne retrouve pas partout et qui fait qu’on croit sans problème à l’histoire. L’espace de quelques heures, j’ai eu le sentiment que l’Apocalypse avait réellement eu lieu et que je tentais de survivre aux côtés d’Ana, Elias, Chester et des autres…

La première partie de l’histoire est racontée par Ana et c’est ce personnage qui a fait toute la différence, à mon sens. Il y a en elle un mélange de fragilité et de force qui fait qu’on s’attache sans tarder. J’ai aimé qu’elle soit aussi méfiante et brute de décoffrage. Et même si elle est délicieusement caustique, on sent bien qu’elle reste une jeune fille apeurée dans ce monde trop vaste aux multiples dangers.

Sa rencontre avec Elias et les révélations qui en découlent apportent un second souffle à l’intrigue. Outre le fait que celle-ci engendre bon nombre de questionnements, Rozenn Illiano ne nous laisse pas reprendre notre souffle bien longtemps puisque de nouveaux mystères viennent épaissir la trame. Je n’en dirai pas plus, mais la seule chose à retenir, c’est que cette petite touche d’onirisme est comme la cerise sur le gâteau. Ce mélange des genres rend l’histoire encore plus prenante (si tant est que ce soit possible !).

Tout au long du roman s’installe une tension de plus en plus palpable. J’avais clairement l’impression d’entrer dans un univers où il n’y avait aucune issue, quoi qu’il se passe durant cette « période de grâce » entre le cataclysme et le douzième coup de l’horloge. Car on sait bien que le monde va disparaître. D’ici peu de temps, tout sera terminé. Mais certains ont pris la décision de mettre à profit ce temps pour agir. Ça peut sembler vain et inutile, mais c’est ce qui rend le récit si empreint de désespoir. Et je n’ai eu aucun mal à me laisser entraîner par ce désespoir.

En résumé, Tueurs d’anges est un premier tome remarquable qui jette les bases d’une intrigue apocalyptique ou chaos, dangers et mystères s’entrelacent étroitement. En dehors de la tension et de la fébrilité omniprésentes, le récit s’avère finalement très psychologique et finement joué. Rozenn Illiano est parvenue avec brio à transformer ce qui nous semble pur et bienveillant en quelque chose de sombre et maléfique. Un surprenant cocktail qui vous fera vivre mille émotions.

Ma chronique : https://april-the-seven.weebly.com/science-fiction/town-rozenn-illiano
Dark Matter Dark Matter
Blake Crouch   
4/5

Lire ma review : https://www.milkywaygraph.fr/article/books/310/chronique-dark-matter-de-blake-crouch

“If there are infinite worlds, how do I find the one that is uniquely, specifically mine?”

Ce livre m'a rappelé à quel point j'aimais la science-fiction. J'ai adoré le sujet abordé, c'était juste mind-blowing. Rien que de repenser à l'histoire… je ne peux pas m'empêcher de me sentir toute petite devant l'immensité de toutes ces possibilités. Dark Matter est un livre qui vous fait réfléchir, qui vous retourne sans cesse le cerveau et, au-delà de son intrigue brillamment menée par l'auteur, on y découvre une histoire palpitante, pleine d'action et de rebondissement. Un livre hyper addictif : je l'ai lu en deux jours !

Après s'être fait kidnappé et assommé par un mystérieux homme masqué, Jason Dessen se réveille dans un endroit inconnu. Il est entouré de personnes qui semblent le connaître, mais, lui, ne les a jamais vu auparavant. Jason tente de comprendre ce qu'il lui arrive : un jour, il était avec sa femme, Daniela, et son fils, Charlie ; et puis, le lendemain, il se fait agressé et se réveille dans cet étrange endroit. Alors qu'il tente de percer les mystères de sa nouvelle vie, Jason va devoir faire face à l'impensable pour espérer retrouver sa famille et reprendre le cours de sa vie… mais après de telles épreuves, sera-t-il capable de retrouver sa vie normale ?

C'est difficile de parler de Dark Matter parce qu'il vaut mieux se lancer les yeux fermés. Je trouve, d'ailleurs, que le résumé du livre est parfait (pour une fois !) car il ne dévoile que ce qu'il faut pour que l'on soit intrigué mais qu'on n'en sache pas trop non plus ! Donc, je vous conseille de bien lire le résumé, ahah. Prenez ce conseil de quelqu'un qui lit rarement les résumés…

J'ai nettement préféré la première partie du bouquin qui est la plus remplie de mystères et d'action. La seconde partie est tout aussi géniale, mais il y a eu quelques moments un peu plus "plats", je trouve, c'est pourquoi je ne met pas la note maximale.

J'étais à fond dans l'histoire. Waou. Le récit est tellement prenant, impossible de décoller mes yeux des pages. Je voulais toujours en savoir plus, et surtout savoir comment tout ça allait se terminer ! MUST. KEEP. READING.

Ce livre est, certes, principalement de la science-fiction, mais ce n'est pas non plus de la science-fiction pure et dure ! Et heureusement, sinon ça aurait été trop lourd. Au contraire, tout est parfaitement dosé dans Dark Matter. On n'est pas perdu dans le récit, on arrive facilement à comprendre les choses même si c'est vrai qu'il faut être un minimum investi et concentré pour pouvoir tout saisir.

“As long as I'm with you, I know exactly who I am.”

Ce livre présente également un aspect romantique (sans être trop niais bien sûr), ce qui m'a agréablement surprise. Cela nous permet de nous attacher aux personnages et d'alléger le contenu bien rempli du récit. J'étais vraiment émotionnellement investie dans l'histoire car je n'avais aucun mal à me mettre à la place de Jason. J'avais très envie qu'il retrouve sa femme et son fils car on voyait vraiment qu'ils étaient tout pour lui. En tout cas, je peux vous dire que tout ce que Jason a enduré n'était pas une partie de plaisir. Certaines perspectives de l'histoire étaient à la fois hallucinantes et absolument terrifiantes. VOUS N'AVEZ PAS ENVIE D'ÊTRE À SA PLACE.

Je ne veux vraiment pas vous en dévoiler davantage mais sachez qu'il faut que vous lisiez ce livre. C'était une expérience unique et hyper captivante. Pour les curieux, les amoureux de science-fiction, ceux qui recherchent une lecture qui leur fera tourner de la tête, je vous recommande Dark Matter sans hésité !

par wilkymay
La Brigade de l'ombre, Tome 1 : La prochaine fois ce sera toi La Brigade de l'ombre, Tome 1 : La prochaine fois ce sera toi
Vincent Villeminot   
http://lesmotspourrever.com/

Le commissaire Léon Markowicz est responsable d’une équipe de flics appelée « La brigade de l’ombre », un groupuscule qui n’existerait même pas si les pontes n’avaient pas un respect certain pour Markowicz et pour tout ce qu’il a accompli au fil de sa carrière. Quand la résolution d’une enquête l’a laissé usé et boiteux à jamais, ils ont préféré lui assigner une brigade spéciale plutôt que de l’envoyer à la retraite, chose qui l’aurait probablement conduit tout droit à la dépression. Cette brigade est un peu particulière et les flics qui la composent ne sont pas vraiment flics. C’est ce que découvre le capitaine Jobert lorsque, après une faute grave, elle se voit muter dans la brigade Markowicz où elle va devoir faire ses preuves et démontrer qu’elle a toujours ce qu’il faut pour faire partie de la police. Pour sa première enquête avec ses nouveaux collègues, elle va devoir découvrir qui ou quoi a tué Valentine Manant avant de l’amputer des deux bras post mortem. L’affaire se complique lorsque le meurtre ne semble pas avoir été commis par un être humain mais par une Goule, une de ces dangereuses créatures qui hantent les rues de la France et dont personne ne peut expliquer l’existence.

Tout d’abord, je remercie Babelio et Masse critique pour ce partenariat. La prochaine fois ce sera toi n’est pas vraiment mon type de lecture habituelle. J’aime les romans policiers mais seulement lorsqu’ils se déroulent fin XIXème –début XXème. Et pas quand ils se passent en France (oui je sais, ce sont des critères plutôt restrictif mais je n’y peux rien). Mais étrangement Vincent Villeminot (que je ne connaissais pas parce que j’ai fait un énorme rejet concernant U4) est parvenu à m’accrocher avec ce récit et pourtant ce n’était pas gagné !

J’ai eu un peu de mal à vraiment rentrer dans l’histoire. Beaucoup de personnages d’un coup, beaucoup de descriptions sans pour autant être réellement clair. Sans oublier ces noms et ces surnoms qui se mêlent, m’embrouillant encore d’avantage dans ce balai de personnages relativement nombreux. Il m’a fallu un moment avant de vraiment assimiler quel surnom correspondait à quel personnage (encore plus compliqué quand une même personne à plusieurs surnoms …) et quel était le grade/la fonction de chacun. Sans compter cette histoire de goule à laquelle je n’avais tout bonnement rien compris au premier abord. S’agissait-il d’un nom de code ? D’une mauvaise blague ? Non, tout simplement d’une vraie goule, griffes et dents pointues comprises. Appelez-moi stupid mais je n’avais tout simplement pas réalisé que La prochaine fois ce sera toi n’était pas seulement un polar. Le côté fantastique s’arrêtera là (et peut-être ne peut-on même pas réellement parler de fantastique puisque ça ne m’étonnerait même pas que les scientifiques (dans cette histoire) finissent par trouver une raison logique et crédible à l’apparition de ces créatures) et finalement c’est peut-être le plus perturbant. Qu’il existe des créatures dans notre monde dont nous ignorons l’existence, je veux bien. Mais qu’il n’y ait qu’une seule « race » ? Étrange. Mais après tout pourquoi pas ? Et puis qui sait, les tomes suivant nous apporteront peut-être leur lot de nouvelles créatures. Dommage cependant que cette fameuse goule ne soit pas suffisamment décrite parce qu’au final ce flou la rend peut inquiétante et pas aussi diabolique qu’elle aurait pu l’être.

Pas mal de personnages donc, comme je le disais. Les membres de la brigade semblent être tous des inadaptés sociaux mais d’une matière plutôt étrange et inattendue, ça les rend attachant. Certains sont malheureusement vite relégués dans un coin (je pense notamment à Anna et à Gilberte) sous prétexte d’avoir d’autres tâches ailleurs. Je peux comprendre, surtout que chacun a son rôle spécifique dans l’équipe, mais je trouve dommage qu’on les aperçoive si peu. Même Markowicz, que j’avais d’abord identifié comme le personnage principal, cède rapidement sa place à Jobert. C’est un choix plutôt étrange étant donné que le meurtre commis en début d’histoire est plus ou moins relié à lui, et en même temps il fallait bien cette enquête pour que Jobert trouve parfaitement sa place dans l’équipe. J’espère vraiment que les autres personnages apparaitront plus dans les tomes suivants et qu’on aura droit à un peu plus d’introspection de la part de Markowicz. J’aime l’idée de ce père qui ne sait pas comment protéger sa famille des horreurs qu’il a croisé au cours de sa carrière et qui n’a trouvé de meilleure solution que des les faire déménager à des kilomètres de son boulot. Un peu cassé, pas mal alcoolique, vaguement mélancolique, un poil cynique. Markowicz est incontestablement un personnage qui me plaît. Un peu comme sa fille cadette, Adélaïde, qui à dix ans seulement parle comme une académicienne, observe le monde d’un regard froid et clinique, et qui est bien plus intelligente que sa grande sœur Fleur, une ado de seize ans qui ne semble vivre que pour trouver l’amour. Autant j’aime Adélaïde, autant Fleur n’a cessé de me faire lever les yeux au ciel devant tant de bêtise et de simplicité d’esprit (ça doit être ce qu’on appelle l’âge bête).

Côté scénario, je regrette qu’il n’y ait pas vraiment d’action. Le plan de Markowicz consiste à faire surveiller l’hypothétique future victime de la goule, donc nos protagonistes passent bien plus de temps en planque qu’à réellement chercher qui se cache derrière cette créature. Dommage également qu’il n’y ait pas de pistes ni de liste de potentiels suspects afin que le lecteur puisse mener parallèlement sa propre enquête (si l’on peut dire). J’ai été déçue de ne pas pouvoir faire mes propres hypothèses, faute d’éléments de preuve récoltés au fil de ma lecture. Pas de réelle surprise lorsqu’on apprend l’identité du meurtrier puisqu’on avait jamais entendu parler de ce personnage jusque là. Ce manque d’action fait qu’il n’y a pas de réel suspense, pas de sueur froide, pas de grande inquiétude quant au final de cette enquête. Là où l’auteur m’a surprise néanmoins, c’est dans cet ultime rebondissement, lorsqu’on (la brigade comme moi-même) croyait le meurtrier en fuite et l’affaire close. Je ne m’attendais pas à ce dernier meurtre et certainement pas concernant ce personnage là.

Je ne sais pas vraiment où classer ce livre. L’intrigue sera parfaitement compréhensible pour des adolescents (et sans doute un peu simple pour des adultes) mais le vocabulaire employé risque de les faire tiquer ici et là. Le scénario est finalement assez simple et les goules ne sont, à mon sens, pas assez exploitées. Et pourtant je ne peux pas m’empêcher de penser que La prochaine fois ce sera toi a été une bonne lecture. Une fois vraiment rentrée dans l’histoire j’ai suivi cette brigade atypique avec plaisir, sans me poser de question, et surtout sans éprouver l’envie de sauter quelques pages pour en finir au plus vite. Cette série, à mon sens, a un certain potentiel. J’aime à voir ce premier tome presque comme un prologue conçu pour nous faire comprendre le rôle de cette brigade un peu spéciale. J’espère que l’auteur exploitera encore plus le potentiel des goules et surtout que les prémisses de cette nouvelle relation entre Markowicz et ses filles ne seront pas discrètement balayés sous le tapis au profit de la prochaine intrigue.