Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Rosa-11 : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Les Étoiles de Noss Head, Tome 1 : Vertige Les Étoiles de Noss Head, Tome 1 : Vertige
Sophie Jomain   
je viens de le finir et je l'ai trouvé tout bonnement fantastique ! un merveilleux roman qui nous transporte dans une histoire d'amour comme on voudrait en lire plus souvent. je vous le recommande vraiment, il vaut le coup
Too Late Too Late
Colleen Hoover   
Avant de commencer, il faut absolument que je vous prévienne. Too Late n'est pas à mettre dans toutes les mains. D'ailleurs, même l'auteure a prévenu tout au début du livre.

Vous le savez certainement, je suis fan de Colleen Hoover. c'est d'ailleurs en refermant son roman Maybe Someday que j'ai décidé d'ouvrir mon blog, pour dire à la Terre entière qu'il fallait lire ce roman.. Et tant qu'à faire, je vous conseille aussi Hopeless, Indécent et Ugly Love.. Confess aussi d'ailleurs.. ah et Jamais Plus aussi (même s'il change de ton)

Bref, c'est donc parce que je suis fan de CoHo, que j'étais hyper curieuse de découvrir l'histoire de Sloan. Il faut savoir qu'à la base, l'auteure a écrit cette histoire pour le délirer, et c'est à force que ses lectrices lui demandent de leur montrer, qu'elle en est venue à publier chapitre par chapitre Too Late, sur WattPad.
J'avais donc eu écho très vite de certains détails de ce roman, et j'avoue, j'ai attendu sagement la traduction pour le lire car j'étais assez septique, voire réticente sachant certains points.. mais en même temps c'est Colleen Hoover, donc je me devais de la lire. (Il faut savoir que j'ai actuellement 31 livres de cette auteure dans ma bibliothèque.. En VO, en VF, de différentes Maisons d'édition, bref je suis accro)
C'est donc sans grande attente, et en connaissance de cause de que je me suis lancée hier dans cette lecture. Direct quand il est arrivé dans ma PAL.

La première chose que j'ai envie de dire, c'est que pour une fois je suis HEUREUSE d'avoir été spoliée. Heureusement que j'étais au courant des grandes lignes du bouquin, et heureusement que Colleen Hoover explique comment et pourquoi Too Late a été écrit, puis publié.. Parce que là, autant vous le dire tout de suite.. J'ai la moitié du temps de ma lecture à me dire "non mais WTF !!, t'es sérieuse là, Colleen ??"
L'écriture de CoHo est toujours addictive. Ça, c'est un fait, je ne peux pas lui retirer ça. J'ai dévoré les 350 premières pages (sur 470) .. Je suis passée par plusieurs stades durant ma lecture. Dès les premiers chapitres j'ai senti que je n'allais pas pouvoir m’arrêter de lire, et j'étais donc soulagée.. Puis, plus je tournais les pages, plus je déchantais.. pour ensuite retrouver espoir. Il faut dire que Carter avait tout pour lui au début. Malheureusement, Asa était là, et avait droit, lui aussi à ses chapitres (avec son point de vue). Du coup je suis passée par plein d'émotions. J'étais à fond, puis surprise, blasée, agacée, énervée, pi je reprenais espoir.. Jusqu'à la fin du livre.. enfin, quand je dis fin, c'est plutôt, la fin de l'histoire avant les prologues et épilogues.
Car Il faut le savoir, ce livre a été publié comme il a été écrit, et mis en ligne sur Wattpad.. Du coup, quand on arrive à la fin du livre, et qu'on se dit : ah, c'est bon, j'ai compris l'idée.. Ba Colleen Hoover nous en rajoute une couche.. puis une autre.. et encore une autre.. Franchement, les derniers chapitres là, je les ai lus presqu'en diagonales.

Je suis donc là à rédiger cet avis, et je ne sais toujours pas quelle note donner à ce roman.
Tout à l'heure, j'étais avec ma voisine-amie, et je lui parlais de mes impressions, à chaud (je venais juste de le terminer) et je lui ai sorti un truc du genre "non, mais je pense qu'en fait, l'auteure l'a écrit alors qu'elle faisait une overdose de Coca-Cola.."

En fait je pense qu'on a deux possibilité pour lire ce roman et l'apprécier un tantinet soit peu :
- Soit en ne connaissant pas la plume de l'auteure, et là, on n'en a donc aucune attente, et soit ça passe, soit ça casse.. (faut surtout ne pas trop réfléchir sur les réactions des personnages, car bien souvent je m'disais que ce n'était pas du tout crédible, voire pire, que ce n'était pas du tout plausible ..les histoires de dépôts de plainte, etc.. je veux bien que la justice américaine soit bancale, mais là, hein)
- Soit le prendre comme une grosse blague. Le prendre au 39è degré, et le lire avec humour.

En plus, je n'ai pas du tout réussi à avoir de l'empathie pour les personnages (j'y ai cru au début, mais c'était tellement surdosé, et pas réaliste par moment, ou du moins trop "catastrophisé", sans émotion).. Pire, même, j'étais agacée de voir que l'auteure avait envie de nous faire ressentir de la sympathie pour Asa.. Non franchement, j'avais envie de hurler durant certains passages.. Je n'ai pas du tout retrouvé la plume de l'auteure niveau romance, moments choupinou.. J'veux dire.. Ok, CoHo change totalement de registre, de genre.. mais mince quoi, où est passé ce qui a fait son style à proprement parler? Cette faculté qu'elle avait de nous faire passer des larmes aux rires en 3 paragraphes ?

En résumé, je ne sais pas quoi penser de cette lecture. Franchement, si ce livre avait un autre nom d'auteure sur la couverture (que je trouve bizarre mais qui représente finalement bien l'histoire), je ne m'y serais pas du tout intéressée.. C'est parce qu'il était écrit par Colleen Hoover que je l'ai lu, car comme on le dit souvent (Nos étoiles contraires, le film, ou encore l'introduction de Jay Crownover dans Wild Men 1) , quand on aime une personne, on serait "capable de lire sa liste de courses" tellement on est impatient de replonger dans ses œuvres, d'en découvrir de nouvelles..
Malheureusement, depuis November 9 que j'ai lu en VO, et Jamais plus que j'ai lu en VF, je commence à perdre mon amour pour ses romans. Je veux bien que les auteures ont le droit, et souvent ont besoin de changer de registre.. Mais .. je reste bloquée sur un truc en fait :
Comment peut-on passer de l'écriture de Jamais Plus, avec un message fort, beau, poignant.. à Too Late.. Comment, après avoir écrit Jamais plus, peut-on faire sortir de son imaginations des personnages, et surtout leur faire faire des trucs de ce genre ?
Colleen Hoover explique bien au début de son roman, qu'au départ, elle écrivait pour elle-même et n'avais pas l'intention de publier cette histoire... Bah j'ai envie de dire .. J'aurais peut-être préféré qu'elle le garde secret. Mon cerveau et mon petit cœur n'avait peut-être pas besoin de ça en fait..

En conclusion je dirai que si vous avez le cœur bien accroché, si vous arrivez à vous détacher des histoires précédentes de Colleen Hoover, si vous n'en attendez pas grand chose, et si vous gardez en tête qu'il n'est pas fait pour tout public, alors laissez-vous tenter, il vous plaira peut-être.
En ce qui me concerne, j'espère vite l'oublier. Et je ne le conseillerai pas du tout à ma fille qui est fan de Colleen. Je veux qu'elle garde son amour pour l'auteure intact. Par contre, je le conseillerai à mon amie Christelle, pour avoir son avis ;)
D'ailleurs si vous l'avez lu, je serai heureuse d'avoir votre avis.. pour voir si on a ressenti les même interrogations au fil de notre lecture..
Miss Peregrine et les enfants particuliers Miss Peregrine et les enfants particuliers
Ransom Riggs   
Fait rare, j'ai acheté ce livre tout juste deux semaines après sa sortie. C'est un magnifique objet, parsemé d'images, décoré... Bref, de très bonne qualité et qui m'a attiré tout de suite de par sa couverture mystérieuse. N'ayant pas vu le résumé à l'intérieur du rabat, je me suis contentée de lire les quelques lignes derrières, disant que nous allions évoquer le nazisme, la persécution des juifs, l'enfermement et l'immortalité. Publié aux Editions Bayard, ce premier roman de Ransom Riggs est à vendre à 14,50€ et je n'ai qu'une chose à dire : de par la qualité et la beauté de l'objet et aussi pour son histoire particulière, foncez vous le procurer !

Je ne vous résumerais pas l'histoire. Un des attraits du roman est justement ce côté mystérieux. Si certains l'ont jugé légèrement inquiétant par sa couverture, il n'en fut rien pour moi et c'est plutôt intriguée que j'ai commencé ce livre. Je ne savais absolument pas à quoi m'attendre ! Et j'ai avalé tout bonnement ces 450 pages.

450 pages qui se lisent relativement vite car nous n'avons pas affaire à de grandes narrations. Les pages sont aérées, la police n'étant pas spécialement grande mais les interlignes sont plutôt espacés. De plus, certaines pages ne comportent qu'une photo, ou le numéro du chapitre.
Puisque j'évoque ces photos, si étranges et si bizarres mais qui attirent immédiatement l'attention, je tiens à préciser, pour augmenter l'étrangeté du bouquin, qu'une note en fin de roman nous apprend que très peu d'entre elles sont truquées. Je serais curieuse de savoir lesquelles !
Ces photos apportent un plus à l'histoire. Elles nous permettent de mieux entrapercevoir les choses, les personnages, les lieux. Elles m'ont permis de mieux me figurer ce "monde".

Les personnages sont attachants mais je ne sais pas trop sur quels pieds danser avec eux. Comme tout dans le livre, ils possèdent leur part de mystères, ce qui les rends difficiles à les cerner, autre que Jacob, notre protagoniste.
Les idées de l’histoire sont très intéressantes, mais encore survolées dans ce premier tome. Ne sachant pas qu'il s'agissait d'une série, j'ai lu ce roman comme un one-shot et j'ai été un peu déstabilisée vers la fin, ne comprenant pas où l'auteur voulait en venir (mais quand j'ai appris que c'était un premier tome, j'ai mieux saisi ^^). On peut reprocher à ce roman, pourtant addictif, les défauts d'un premier tome : une histoire un peu longue à s'installer. C'est vrai et nous ne savons pas grand-chose en refermant le livre : il reste un part entière de mystères à découvrir !
Sans trop vous évoquer l'histoire en elle-même, je tiens à préciser que les horreurs de la seconde guerre, la persécution des juifs ainsi que le nazisme, sont très en arrière-plan dans ce premier tome, mais seront mis certainement davantage en avant dans le second. Contrairement à la classification du futur film (il va peut-être être adapté pour Tim Burton), je ne qualifierais pas ce roman d'épouvante ou d'horreur. Certes étrange, je ne l'ai pas trouvé effrayant, et il demeure dans le genre fantastique pour moi. Mais le film peut être adapté d'une autre manière...

L'écriture n'est pas un atout du livre, elle se fond avec le reste. Fluide, simple et sans attrait particulier, c'est tout de même elle qui nous entraîne, à l'aide des photos. On arrive rapidement au milieu de l'histoire sans s'en rendre compte !

Conclusion :

Pour décrire ce livre, un seul mot me vient : particulier. L'histoire en elle-même n'est peut-être pas innovante, bien que je n’aie jamais lu de roman lui ressemblant. Mais ce livre prend sa force de part un magnifique travail d'édition qui lui a donné une couverture intrigante qui attire l'œil. C'est vraiment un magnifique objet, parsemé de photos authentiques pour la plupart, qui augmentent le mystère. Si on peut lui reprocher quelques défauts d'un premier tome, à savoir un début un peu lent le temps d'installer l'histoire, il n'en fut pas moins une lecture addictive et très mystérieuse ! Le nazisme et la seconde guerre sont plutôt en second plan, mais ils vont prendre de l'avant dans le second tome (la fin le suggère...)
Vous l'aurez compris, ce roman est à découvrir pour tous les amateurs de fantastiques, à ceux qui aiment Tim Burton (ce qui n'est pas mon cas) et à tous ceux qui hésitent encore : laissez-vous tenter !

par Freelfe
Outlander, Tome 8.2 : À l'encre de mon cœur (II) Outlander, Tome 8.2 : À l'encre de mon cœur (II)
Diana Gabaldon   
Un tome extrêmement dense où les intrigues se multiplient. D'une part Claire (qui a épousé Lord John) découvre que Jamie n'est pas mort... Les voilà engagés dans la guerre d'Indépendance . les descriptions sont précises et les grands noms de l'histoire se mêlent à nos héros favoris. La relation de Jamie et Claire explose dans ce tome où l'on sent vraiment la force du lien qui les noue. Sur les personnages secondaires, j'ai pris tout autant de plaisir à suivre les aventures amoureuses de Ian et Dottie (les différentes nuits de noce du double mariage étaient particulièrement savoureuses, simples mais efficaces). J'apprécie également le personnage de William et ses relations familiales compliquées (je sais que certains lecteurs ont estimé qu'on se moquait bien du ressenti de William mais moi j'ai beaucoup apprécié de suivre ce personnage au cours des différents tomes).

Au delà de l'aspect historique, l'auteure veille également à maintenir le lecteur en haleine quand au fonctionnement précis des pierres levées (et donc des voyages dans le temps) à travers le manuel explicatif de Roger (que Brianna reprend dans ce tome). J'ai également trouvé le duo Buck/Roger très divertissant et j'ai passé la majorité du tome dans les affres de l'angoisse pour le couple Brianna/Roger (attendu que ce dernier s'est retrouvé dans une époque précédent la naissance de Jamie !) Leur histoire est bien développée, si ce n'est le twist final qui est... inattendu d'une certaine manière même si on a compris depuis longtemps que les pierres menaient à ceux qu'on aime ... Mais j'aurais aimé un peu plus de préparation

Du coup, tout du long, on se demande si leurs actes (enfin surtout Roger et Buck)ne vont pas modifier quelque chose dans l'histoire (avec un grand ou un petit h) . J'ai apprécié aussi de voir (même brièvement ) l'ancêtre de Frank Randall et de retrouver la terrible Geillis. Le scénario est parfaitement ficelé


Ce que j'aime : le scénario parfaitement ficelé, les personnages aux caractères variés, le côté historique hyper documenté


Ce que j'aime moins : encore une fois, certaines descriptions sont parfois trop longues. La fin est jolie mais, à mes yeux, elle reste superficielle par rapport au reste des romans : oui, je voulais qu'on me dise clairement comment Brianna et Roger et les enfants avaient rejoint Jamie et Claire (même si tout est sous entendu au cours du tome )et surtout... que devient William ???


En bref : Un excellent tome qui conclut à merveille la saga même si j'aurais aimé en savoir plus sur le destin de William


Ma note


9/10

par JessSwann
La Cité des ténèbres, Tome 2 : La Cité des cendres La Cité des ténèbres, Tome 2 : La Cité des cendres
Cassandra Clare   
TROP TROP BIEN
Ce tome 2 est encore mieux que le premier, des révélations vous vont sauter au plafond. Vous vous dites; Mais non ce n'est pas possible, que va t-il leur arriver?" La relation Clary/Jace est surprenante. Vous lisez, vous lisez, et tout d'un coup vous avez fini le livre. Et là, vous vous dites; "heureusement que j'ai le tome 3 sous la main"


par Adèle
Les Chroniques lunaires, Tome 1 : Cinder Les Chroniques lunaires, Tome 1 : Cinder
Marissa Meyer   
J'en entendais vaguement parler depuis quelques semaines (et merci la couv' du catalogue PKJ !), sans vraiment m'y intéresser de plus près. Et puis finalement, je me suis laissée tenter. Avec vampires, loup-garous, sorciers, démons ou je ne sais quoi d'autre à la pelle, pourquoi pas un cyborg ? Histoire d'avoir un brin d'originalité...

Eh beh franchement, pour quelqu'un qui n'avait pas d'attente particulière, j'ai été comblée. Sérieux mais... WOUAH ! Je n'ai pas pu me coucher avant de l'avoir fini, malgré mes paupières qui n'avaient qu'une envie : se fermer.

Et pourtant, quand j'ai eu le livre entre les mains et que j'ai aperçu la mention "entre Cendrillon et Star Wars" au dos, j'étais très sceptique. C'est quand même vachement large comme fossé, quoi XD imaginez, une Cendrillon avec un sabre laser. Ou même un Jedi qui fait les poussières. Flippant, non ? Enfin bon, rien de tout ça, mais une fois fini, je peux dire que ce livre peut mériter ces deux "thèmes".
* Star Wars à cause de tous ces androïdes-cyborgs, et par les jeux de complots et alliances, voire menace de guerre inter-planétaire.
* Et Cendrillon parce que... l'ambiance, quoi ! Il y a pas mal d'éléments qui rapellent ce fameux conte de Perrault (en trèèèès remasterisé, certes, mais c'est qui est bon). Belle-mère, soeurs, bal, prince... et comme quand on voit (ou lit) le Cendrillon original, cette irrésistible envie de lui hurler "mais bouge-toi, bon sang, cogne-les !!!" (... bon, ok, il n'y a peut-être que moi qui ait ce besoin de la voir se rebeller ^^)
Donc, s'il y a des gens qui apprécient Cendrillon ET Star Wars, franchement, ne pas hésiter (même s'il n'y a pas de sabre laser ou de souris qui parlent !)

Et puis même Cinder vaut le coup. Sarcastique, attachante, on la prend facilement en pitié... [avec une [spoiler]mère adoptive et tante[/spoiler] pareilles, ce n'est pas dur. Sans oublier ses problèmes de pied (a)].

Bref, on entre très vite dans le contexte, dans l'histoire, on s'attache vite aux personnages, il n'y a pas vraiment d'action pure et dure, mais c'est tellement addictif qu'on n'y prête même pas attention, tout s'enchaîne à la perfection pour maintenir l'intérêt. Surtout que, eh ! pour une série Young Adult, tout n'est pas rose et mignon, tout ne se passe pas à merveille (bien au contraire, j'ai envie de dire), et c'est justement ça, qui fait qu'on a toujours envie d'en savoir plus, savoir comment va finir Cinder et son entourage.

Conclusion : Un très bon début de série Young Adult, et mon premier gros coup de coeur pour cette année 2013 !
(Faites que le tome 2 ne tarde pas. Please.)

par Zinthia
Multiversum, Tome 3 : Utopia Multiversum, Tome 3 : Utopia
Leonardo Patrignani   
J'ai vraiment aimé le concept troublant de Memoria.
«Comme vous le savez, là-bas, les yeux des autres sont comme des portes qui permettent d'accéder à leurs souvenirs.»
Ce troisième tome m'a un peu moins emportée que les deux précédents. Le milieu du livre m'a paru plus policier et ce n'est pas trop mon truc. Mais il y a tout de même plein de passages que j'ai vraiment aimé. Notamment le dénouement, qui est de nouveau magnifiquement écrit avec le récit de Marco.
[spoiler]C'est moi qui ai lancé le dé aux faces infinies.
Ceci est ma réalité. Le cauchemar. Le défi. La création.
Mon Multivers.
Tout ce qui a été, tout ce qui sera - l'horreur, le salut, la fin, la renaissance - est né dans mon esprit, dans l'enchaînement de tous les choix possibles. [/spoiler]
Je vais continuer à suivre Leonardo Patrignani, un auteur à l'imagination débordante et à l'écriture magique.


par Kiriu
Outlander, Tome 6 : La Neige et la Cendre Outlander, Tome 6 : La Neige et la Cendre
Diana Gabaldon   
http://truebloodaddict.net/2015/11/27/la-chronique-du-roman-outlander-t6la-neige-et-la-cendre-de-diana-gabaldon/

Quel plaisir de retrouver Jamie et Claire dans ce nouveau volet de la saga Outlander ! Impossible de ne pas passer à côté de cette nouvelle sortie. Car Diana Gabaldon a réussi à faire de sa série littéraire le nec plus ultra en matière de romance historique. C'est donc sans surprise que j'ai pris un immense plaisir à me replonger dans la suite des aventures de la famille Fraser aussi touchante qu'émouvante.

Encore une fois, l'auteur nous régale d'un contexte historique à nous couper le souffle. Très précise, elle arrive pourtant à intégrer, sans incohérence aucune, ses personnages pourtant fictifs. Et elle réussi ainsi à faire parler une période historique qui m'était quelque peu inconnue : les prémices de la guerre d'indépendance des Etats-Unis.

A vrai dire, en dehors du film Gangs of New-York, je n'en connaissais strictement rien. Mais Diana Gabaldon a su me prouver grâce aux précédents tomes qu'elle maitrisait, à chaque fois, parfaitement son sujet. Je me suis donc laissée emporter par les mille cinq cent et quelques pages qui composent ce gros pavé.

L'histoire nous maintient toujours autant en haleine. Entre retournements de situation, imprévus, épreuves et romance, on en prend plein les yeux. Et c'est tout aussi bien fait que lors des tomes précédents. Mais même si l'auteur construit ses livres sur les mêmes principes, elle arrive à faire en sorte que le lecteur ne s'ennuie à aucun moment. Bref, les pages, les chapitres et les parties défilent, et on ne s'en lasse toujours pas.

Quant à Jamie et Claire... Ils font toujours autant vibrer mon petit coeur qu'au premier tome. Ils sont toujours aussi parfaits et ont su me mettre plein de petites étoiles dans les yeux. A côté de cela, on retrouve également Brianna, leur fille, ainsi que Roger, son mari, qui sont tout aussi mignons et touchants. Deux couples qui, malgré les épreuves extrêmement difficiles qu'ils vont traverser, savent nous faire vibrer et nous émouvoir comme jamais ; c'est donc encore une fois un sans faute..

Pour conclure, La neige et la cendre s'inscrit dans la pure lignée des cinq tomes précédents, et c'est toujours autant un régal de retrouver ces personnages devenus si emblématiques. Quant à l'intrigue, Diana Gabaldon nous sert ce qu'elle sait faire de mieux : une histoire époustouflante qui nous entraine dans un siècle passé mais qui devient si réel.. J'adore toujours autant la facilité avec laquelle elle nous embarque de chapitre en chapitre, et c'est donc sans surprise que c'est une nouvelle fois un très beau coup de coeur pour la suite des aventures de Claire et Jamie...

par Kesciana
Étoile de brume Étoile de brume
Lily R. Davis   
http://www.lmedml.fr/2017/11/08/etoile-de-brume-lily-r-davis/

Lire ce roman fut intense, très intense. Cette histoire aborde un thème qui me touche de très près. J’ai été confronté à la bipolarité, j’ai ressenti des émotions parfois indéchiffrables pour comprendre mon père qui était bipolaire. Ce roman, il fallait que je le lise, j’ai été de suite attirée par l’originalité du thème traité par l’auteure. C’était un pari très osé de mettre en scène une héroïne bipolaire, et je peux vous dire que ce roman offre au lecteur une palette incroyable d’émotions. Je pense que vous devez vraiment mettre de côté vos a priori sur la bipolarité, souvent très mal perçue par ceux qui ne connaissent en rien les tenants et les aboutissants de cette maladie.

Le résumé m’a tout de suite convaincue que cette histoire allait être abordée avec beaucoup de tact, de sensibilité et d’intensité. Mais j’étais très loin de m’imaginer être totalement emportée dans le tourbillon de la vie de Brume… J’avais envie de la suivre au quotidien, aux prises avec ses démons intérieurs, en proie à un espoir qui pourrait naître de sa rencontre avec Jensen.

Brume, notre héroïne, est une jeune femme exceptionnelle, elle est intelligente, passionnée, un peu fantasque et tout simplement particulière aux yeux des autres, aux yeux de ceux qui ne savent pas qu’elle est malade. Elle pourrait passer pour une originale tant que les médicaments musellent ses phases maniaques et ses phases de profondes dépressions. Brume a besoin de normalité dans sa vie, mais que peut-on qualifier de normal ? Elle va à l’université, elle étudie la philosophie, elle a l’âme d’une artiste qui se perd dans ses peintures, abreuvant ses toiles de tout ce qui la stimule. Et depuis sa rentrée à l’université et sa rencontre avec Jensen, c’est lui qui occupe toutes ses pensées, c’est, malgré tout ce qu’il lui apporte, lui aussi qui fait renaître ses vieux démons, tapis dans l’ombre, n’attendant qu’une incertitude, qu’une crainte ou un choc trop intense pour la faire retomber dans l’excès. Jensen va lui apporter de l’espoir mais aussi faire resurgir certaines peurs, alimenter son instabilité… Mais c’est sans compter sur la force tranquille de Jensen qui sera là au moindre faux pas, à la moindre part d’ombre de Brume.

Ce roman n’est pas une simple romance, ce livre transmet un message de tolérance et d’acceptation. La bipolarité est une maladie méconnue, je sais ce que les gens en pensent, comment ils jugent les personnes atteintes de cette maladie, sans savoir réellement de quoi il est question. Je me suis tout de suite attachée à Brume, et ce, grâce au style singulier de l’auteure. On est comme transporté dans le subconscient de cette héroïne, je vous en convient qu’à certains moments c’est très perturbant car on se retrouve dans sa tête, on vit avec elle son quotidien, ses angoisses, ses peurs et ses espoirs. J’ai été très touchée par son histoire, et sa relation avec Jensen. Cette romance qui flirte avec une réalité saisissante est un véritable coup de cœur pour moi. J’ai été percutée de plein fouet pour ce récit, évident comme un écho à ma propre relation avec cette maladie, j’ai été infiniment compréhensive envers Brume, adoptant un peu l’attitude de Jensen envers elle, j’ai adoré le cheminement de l’histoire, malgré l’aspect déchirant et dramatique de certains rebondissements qui éclairent le lecteur sur ce que cette maladie implique dans la vie du malade.

On début le roman avec une explication très claire de la part de l’auteure, elle nous averti sur le sujet qu’elle traite dans son roman. Elle sensibilise le lecteur dès les premières lignes, et pour tout vous dire, j’ai été suspendue à ses mots du début à la fin, j’ai souffert avec nos personnages, mais j’ai aussi aimé et ressenti énormément d’émotions diverses et variées. J’ai eu de nombreuses pensées pour mon père durant ma lecture, comprenant la vie de Brume, j’avais envie d’être là pour elle, de l’encourager dans ses rêves, en gardant toujours à l’esprit que cette maladie est sournois et qu’elle est difficile à vivre. Les personnages de ce roman nous emmènent dans un récit très complexe. Nos héros centraux sont très importants et apportent leur lot de peines et de joies. Je me suis beaucoup attachée à Finn, le cousin de Brume. Je l’ai trouvé tellement vrai, généreux et aimant. Sa relation avec Brume est très particulière, presque fusionnelle, il est son équilibre, celui à qui elle peut tout dire sans avoir peur d’être jugée. Bien sûr, je me suis aussi attachée à la grand-mère de Brume, j’aurais donné n’importe quoi pour avoir une grand-mère comme elle, tel un phare dans l’obscurité, car c’est ce qu’elle est pour Brume. C’est aussi chez elle que notre héroïne se réfugie quand c’est trop dur d’exister auprès de personnes qui ne sont pas au courant de sa maladie. J’ai aimé chacun des personnages, différemment, car ils apportent tous leur pierre à l’ouvrage. J’ai compris leur réaction, leur personnalité mais j’ai parfois ressenti de l’amertume et de la colère envers certains d’entre eux, tout en comprenant leur façon d’agir et de réagir, car le contexte est particulier, délicat et qu’il faut avoir les épaules solides pour apporter son aide à son prochain, surtout quand la dite personne ne souhaite pas être aider.

L’auteure met en lumière une maladie méconnue dans un scénario exceptionnel. A mes yeux, tout y est ! Elle a fait le tour de beaucoup de situation qui vont survenir dans la vie de Brume, nous mettant face à nos émotions. L’aspect psychologique est très intense, vous vous en doutez vu le thème, l’approche de l’auteure est hypnotique, on se fond dans les méandres de l’esprit de Brume, se déconnectant parfois totalement de la réalité, cherchant du réconfort dans un monde rempli de vide, dans un monde où elle ne serait Brume, la fille bizarre qui vit un peu trop vite, un peu trop intensément. La dynamique de la romance est unique, elle prend en compte énormément de paramètres, elle se développe avec douceur, sensibilité et compréhension. J’ai de suite adoré le personnage de Jensen, même si je vous avoue que j’ai douté de ses intentions vis à vis de Brume. Mais l’auteure nous propose un récit très complet, au fil des pages, au cœur de la tourmente, on apprend beaucoup sur nos protagonistes, sur leur histoire, leur passé et leur façon d’appréhender l’avenir. Elle nous transmet d’autres messages à travers le quotidien des personnages secondaires, toujours en corrélation avec la vie de Brume, car tout les gens qui gravitent autour d’elle se retrouvent inévitablement au cœur de ses démons.

Ce roman, j’appréhendais tout de même de le lire, de mon point de vue, il a forcément eu un goût différent par rapport à un lecteur lambda qui n’a jamais été confronté à la bipolarité dans son entourage. J’ai mon point de vue « extérieur », car j’ai été celle qui vit au quotidien avec une personne ayant cette maladie, je me suis sentie vraiment concernée par la vie de Brume, étant parfois très mal émotionnellement, ce roman m’a rappelé certaines choses de mon passé, et vous savez quoi, je n’ai jamais gardé de mauvais souvenir de mon père, j’ai toujours fait en sorte de me remémorer les bons moments, car après tout, ils étaient nombreux aussi.

La plume de l’auteure est singulière, unique en son genre avec un côté poétique et un peu lyrique. Vivre cette aventure avec Brume c’est poser un regard bienveillant sur quelque chose que l’on est pas à même de comprendre. J’ai aimé le style de l’auteure, sa façon d’emporter le lecteur, sa façon de fondre la réalité avec la fiction. Sa façon d’aborder ce thème si mal perçu. Les détails sont saisissants car ils se fondent dans l’histoire, on ne ressent pas de lourdeur dans l’histoire, on ne tourne jamais en rond, on progresse dans un récit dont il est impossible de deviner l’issue finale. Le roman est scindé en plusieurs parties, comme des étapes dans la vie de Brume. On la suit dans ses phases de manie et de dépression, c’est vraiment percutant. J’ai pleuré à plusieurs reprises, j’ai été assaillie par beaucoup d’émotions jusqu’à parfois ressentir une sensation d’étouffement, comme-ci j’arrivais à ressentir la détresse de Brume. Lily R. Davis ne surjoue pas, jamais, elle nous plonge dans un univers fantasque, très bien exploité pour que le lecteur se sente en osmose avec l’histoire. Comme je l’ai dit, le style est particulier, mais je n’ai eu aucun mal à m’y faire, au contraire, j’ai aimé cette différence, cette écriture à fleur de peau, intense et ô combien représentative de la particularité de Brume. Cette héroïne passionnante, attachante et pleine de fêlures.

L’auteure ne nous vend pas du vent. Elle nous plonge dans une histoire sensationnelle, vous allez très certainement être perdus au milieu des émotions qui se dégagent de cette histoire, car il n’est pas aisé de se positionner face à ce que nos personnages vont vivre. Pour moi, ce roman est un vrai chef-d’oeuvre. Vous allez être secoués, sachez-le, ce récit n’est pas enjolivé, j’ai été frappé par le côté « vrai » et « poignant » de cette romance, les sentiments amoureux viennent sublimer l’ensemble avec beaucoup de douceur qui contrebalance très bien avec le tempérament incontrôlable de notre héroïne et l’aspect dramatique du récit.

J’espère sincèrement que vous aurez envie de découvrir ce roman, pour son unicité et son originalité, pour le message qu’il transmet, pour le thème peut usité que l’auteure a abordé ! J’espère que vous aurez envie de découvrir la vie de Brume, cette jeune femme unique et particulière qui se débat avec ses émotions, sa vie et ses rêves. J’espère aussi que vous aborderez ce roman avec toute la considération qu’il mérite, car je vous assure que vous en ressortirez grandit, ce roman nous « montre » certaines facettes de la bipolarité, j’ai trouvé que l’auteure est restée juste du début à la fin, en restant crédible et cohérente, tout en nous faisant rêver avec son héroïne et son héros hors du commun.

En bref, vous l’aurez compris, ce roman a eu un impact particulier sur moi. Le coup de cœur s’est fait sentir très rapidement, à mesure que j’ai fais connaissance avec Brume, Jensen et tous les autres personnages. La plume de l’auteure est poétique, unique et libre de droit, ce roman sera perçu différemment d’un lecteur à l’autre, Lily R. Davis nous propose une romance percutante, menée tambour battant, mise en scène avec beaucoup de tact, le récit est parfois violant et perturbant, mais toujours avec cette pointe d’espoir et de petits bonheurs à venir. Ce roman restera pour moi particulier, un petit chef-d’oeuvre à découvrir sans aucune idées préconçue sur un thème encore très controversé. La littérature nous prouve que les mots sont de véritables armes mais qu’ils peuvent aussi être source d’un grand bonheur et d’émotions d’une rare intensité. Pour moi, un roman inoubliable et incontournable.
La Roue du Temps, Tome 1/22 : La Roue du Temps La Roue du Temps, Tome 1/22 : La Roue du Temps
Robert Jordan   
Amis des longues séries, bonsoir! Avec le nombre de tomes que se traine "La Roue du Temps", Robert Jordan nous développe avec profusion une fresque épique menée par une bande d'amis à laquelle on s'attache très vite. Un premier tome qui démarre plutôt bien.