Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Rowan : Je suis en train de lire

retour à l'index de la bibliothèque
22/11/63 22/11/63
Stephen King   
Ne jamais dire "jamais" ! la preuve...
Je viens de finir mon premier Stephen King et j'ai ADORE !!!
En effet, l'auteur de "Simetierre", "Carrie", "Salem" et autres joyeusetés horrifiques me paraissaient too much par rapport à mes petits nerfs fragiles et délicats ! Mais c'était sans compter sur un commentaire dithyrambique d'un internaute (grand merci à "il" ou "elle" d'ailleurs !) et la certitude absolue que ce roman était largement moins "tensionneux" que ces autres œuvres...et j'ai sauté le pas ! et bien m'en a pris !
Cette description fouillée et passionnante de l'Amérique des années 60 autant sur la façon de vivre que sur la politique de l'époque ; ce soucis du détail, cette description des personnages et de leur sentiment , et ce questionnement lancinant qui trotte dans la tête durant toute la lecture (que ferais-je en pareil situation ? Oserais-je changer le cours de l'histoire ? modifier le cours du destin ?...), le tout saupoudré d'un peu de fantastique ...
C'était comme si j'y étais ! J'ai vécu avec Jake Epping/Georges Amberson pendant presque 1000 pages et j'en redemande...oui enfin bon, ne nous emballons pas, je ne lirai pas pour autant "Simetierre", "Carie", "Salem" !!!

par lou460
Au nom de tous les miens Au nom de tous les miens
Martin Gray   
Un sublime témoignage de la Seconde Guerre Mondiale, par un auteur qui a traversé tant d'épreuves qu'on ne peut qu'admirer sa volonté de vivre.
Un livre bouleversant, qui nous plonge aux côtés de Martin GRAY, et qui nous permet de tout ressentir de cette époque: peur, tristesse, anéantissement, horreur, épouvante, mais également espoir. Oui, de l'espoir, comme une lumière au bout de la nuit, une lueur vacillante, incertaine, à laquelle Martin s'est accroché, qui lui a permi de survivre au camp, de trouver la force nécessaire pour ne pas succomber au désespoir.
A lire absolument. Et préparez-vous à pleurer...

par Ophie