Livres
510 788
Membres
521 136

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par rollitup 2013-07-27T20:10:48+02:00

"Aujourd’hui je suis reine. Autrefois j’étais libre."

Afficher en entier
Extrait ajouté par rollitup 2013-07-27T20:14:07+02:00

"Hum ! Visage de traître ! Quand la bouche dit oui, le regard dit peut-être."

Afficher en entier
Extrait ajouté par rollitup 2013-07-27T20:13:31+02:00

"J'aimerais mieux encore, et je le dis à vous, être pauvre qu'avare et cocu que jaloux."

Afficher en entier
Extrait ajouté par Kaktus 2013-02-21T15:58:31+01:00

LA REINE, lisant une lettre

"Madame, sous vos pieds, dans l'ombre, un homme est là.

Qui vous aime, perdu dans la nuit qui le voile;

Qui souffre, ver de terre amoureux d'une étoile;

Qui pour vous donnera son âme s'il le faut,

Et qui se meurt en bas quand vous brillez en haut."

(Acte II – Scène 2)

Afficher en entier
Extrait ajouté par rollitup 2013-07-27T20:11:47+02:00

"Monseigneur, nous faisons un assemblage infâme, j'ai l'habit du laquais, et vous en avez l'âme !"

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ipiuthylem 2016-11-09T19:48:43+01:00

Don Guritan: Comte

De Garofa, demain, à l'heure où le jour monte,

A l'endroit indiqué, sans témoin ni valet,

Nous nous égorgerons galamment, s'il vous plaît,

Avec épée et dague, en dignes gentilshommes,

Comme il sied quand on est des maisons dont nous sommes.

Afficher en entier
Extrait ajouté par rollitup 2013-07-27T20:12:54+02:00

"Dieu s'est fait homme ; soit ! Le diable s'est fait femme !"

Afficher en entier
Extrait ajouté par rollitup 2013-07-27T20:10:02+02:00

"Je crois que la vieillesse arrive par les yeux, et qu'on vieillit plus vite à voir toujours des vieux!"

Afficher en entier
Extrait ajouté par Zamy 2013-01-31T18:01:33+01:00

RUY BLAS

Bon appétit messieurs ! - ministres intègres !

Conseillers vertueux ! voilà votre façon

De servir, serviteurs qui pillez la maison !

Donc vous n'avez pas honte et vous choisissez l'heure,

L'heure sombre où l'Espagne agonisante pleure !

Donc vous n'avez ici pas d'autres intérêts

Que d'emplir votre poche et vous enfuir après !

Soyez flétris, devant votre pays qui tombe

Fossoyeurs qui venez le voler dans sa tombe !

- Mais voyez, regardez, ayez quelque pudeur.

L'Espagne et sa vertu, l'Espagne et sa grandeur,

Tout s'en va. - Nous avons, depuis Philippe Quatre,

Perdu le Portugal, le Brésil, sans combattre ;

En Alsace Brisach, Steinfort en Luxembourg ;

Et toute la Comté jusqu'au dernier faubourg ;

Le Roussillon, Ormuz, Goa, cinq mille lieues

De côte, et Fernambouc, et les Montagnes Bleues !

Mais voyez. - Du ponant jusques à l'orient, l’Europe, qui vous hait, vous regarde en riant.

(Acte III, scène II)

Afficher en entier
Extrait ajouté par Melenda 2019-06-27T11:08:55+02:00

Pour en finir avec les observations minutieuses, notons encore en passant que Ruy Blas au théâtre, dit (IIIe acte) : Monsieur de Priego, comme sujet du roi, etc., et que dans le livre il dit : comme noble du roi. Le livre donne l’expression juste. En Espagne, il y avait deux espèces de nobles, les nobles du royaume, c’est-à-dire tous les gentilshommes , et les nobles du roi, c’est-à-dire les grands d’Espagne. Or, M. de Priego est grand d’Espagne, et par conséquent, noble du roi. Mais l’expression aurait pu paraître obscure à quelques spectateurs peu lettrés ; et, comme au théâtre deux ou trois personnes qui ne comprennent pas se croient parfois le droit de troubler deux mille personnes qui comprennent, l’auteur a fait dire à Ruy Blas sujet du roi pour noble du roi, comme il avait déjà fait dire à Angelo Malipieri la croix rouge au lieu de la croix de gueules. Il en offre ici toutes ses excuses aux spectateurs intelligents.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode