Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Ryusuka : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
Mémoires d'une geisha Mémoires d'une geisha
Yuki Inoue   
Deuxiéme livre sur les geisha que j'ai lu aprés Geisha. Et là j'ai appris tellement plus qu'avec Geisha.
Ici c'est une histoire vraie, avec vérité.
Le japon avec les bons et mauvais côtés mais superbement bien écrit.
J'ai adoré et relu ce livre tellement il est parfait
A découvrir.
Le Meilleur des mondes Le Meilleur des mondes
Aldous Huxley   
un livre troublant, à la fois futuriste, mais ô combien réaliste. J'ai adoré le livre, et l'avertissement que l'auteur nous lance, un peu à la Big Brother. L'auteur dépeint un monde vide d'émotion réelle, un peu automatique, un endroit ou le malheur n'existe pas... ni même le bonheur, au fond. Le roman peut semblait très futuristes et fort extrémistes aux yeux de plusieurs, mais au fond... qui sais si ce n'est pas tranquillement le chemin que la société est déjà en train d'emprunter, malgré tout.

par myastas
Le coeur cousu Le coeur cousu
Carole Martinez   
Un roman magnifique, plein de poésie et de féminité. A offrir à toutes les femmes que vous aimez.
Fahrenheit 451 Fahrenheit 451
Ray Bradbury   
Une oeuvre vraiment incroyable . On se retrouve face à des problèmes d'actualité . Bradbury a réussi à mettre le doigt sur le souci de notre société: les écrans, la télé et par extension internet ? On parvient à noyer les gens sous une tonne d'images, à les lobotomiser pour mettre de côté l'essence même du savoir: le livre. Quand les gens pensent, la population est moins facilement contrôlable alors que face à un écran, léthargique, on parvient à leur faire croire tout ce que l'on veut .
Un thème est quelque peu marquant pour l'époque et laisse planer une ombre assez mortifiante :
" La scolarité est écourtée, la discipline se relâche, la philosophie, l'histoire, les langues sont abandonnées, l'anglais et l'orthographe de plus en plus négligés, et finalement presque ignorés. On vit dans l'immédiat,[...] Pourquoi apprendre quoi que ce soit quand il suffit d'appuyer sur des boutons"
On est en droit de se demander si Bradbury n'avait pas déjà tout compris d'avance .

par Sadess
Câblé Câblé
Walter Jon Williams   
melange des genres bien realisé.mieux ecrit que le neuromancien(ou mieux traduit,n'etant pas en mesure de lire les livres en original).les bases du cyberpunk sont la comme william gibson.mais je prefere malgres tout le genie de richard morgan dans ca definition du futur sombre.mais est tres agreable.pas mal du tout

par biocyber
Des fleurs pour Algernon Des fleurs pour Algernon
Daniel Keyes   
Wahou, voilà le mot qui est sorti une fois que j'ai refermé ce roman.
Voilà que j'adhère de plus en plus à la science fiction et je m'étonne moi-même.
Des fleurs pour Algernon c'est l'histoire invraisemblable de Charlie un simple d'esprit qui a été rejeté par sa famille et qui travaille dans une boulangerie, comme homme de ménage. Un jour on lui propose de faire partie d'une expérience qui le rendra très intelligent. Charlie est quelqu'un de très gentil et au vue de sa capacité très restreinte à comprendre les choses, il ignore ce que les gens pensent réellement de lui. Charlie ne demande qu'une chose : que les gens l'aiment.
Au début du roman sa façon d'écrire est un exactement le reflet de sa personnalité. Il fait beaucoup de fautes d'orthographe et de syntaxe mais il est fier de lui car il a réussi à apprendre à lire et à écrire malgré son peu d'intelligence. On ne peut qu'adorer le personnage, nous ressentons bien vite énormément de compassion à son égard. Au fur et à mesure, l'expérience va réellement faire de lui un génie. Il découvrira les sciences, la musique, de nouvelles langues et surtout, il commencera à comprendre la nature humaine. Et j'avoue avoir eu bien souvent les larmes aux yeux quand il découvrait à quel point les gens se moquaient de lui et de son problème psychologique. Si au début Charlie est un être sans défense et doux, il deviendra très vite arrogant et mesquin, peut-être pour se venger de tout ce qu'on lui a fait endurer alors qu'il était bête.
J'aime beaucoup l'évolution de sa relation avec Alice qui devient davantage qu'une relation prof-élève car une fois qu'il est intelligent, il découvre à quel point il apprécie la jeune femme. Leur relation sera pourtant tortueuse et pleine de larmes et j'aurais voulu la voir finir d'une autre manière, mais cela n'aurait pas été cohérent avec la fin.
Parce que la fin du roman m'a complètement bouleversée. C'est triste et beau, c'est un juste retour aux choses normales, une sorte de correction de la véritable nature du personnage.
J'ai également aimé les flash back du personnage sur son enfance, même si chaque fois ils sont vraiment triste.
En bref ce roman est pour moi un véritable coup de coeur!

par louve
2001 - 3001 : Les Odyssées de l'Espace 2001 - 3001 : Les Odyssées de l'Espace
Arthur Charles Clarke   
Un très bon livre.
Une longue préface (pour ceux qui aime les préfaces) qui nous explique bien les ambitions de Clarke et Kubrick pour le roman et le film.
Des histoires intéressantes et originales qui nous éduque sur la physique et l'astronomie. De nouvelles façon d'imaginer les extra-terrestres (au revoir E.T.) et le futur [spoiler](Si Clarke pensait se tromper, il se trouve que sur certains points, il a eu raison)[/spoiler].
Un classique de la Science-Fiction à réserver aux fans de la première heure et à ceux qui voudrait découvrir le style.
Et l'Egypte s'éveilla, Tome 2 : Le feu du scorpion Et l'Egypte s'éveilla, Tome 2 : Le feu du scorpion
Christian Jacq   
La guerre est au premier plan de ce second tome : alliances, trahisons, rebondissements... Narmer continue la quête confiée par L'Ancêtre, avec son frère de sang Scorpion, et la femme qu'il aime, la prêtresse Neit. Peu à peu, un nouvel avenir voir le jour. Passionnant!

par Sechat
La Petite Fille qui aimait Tom Gordon La Petite Fille qui aimait Tom Gordon
Stephen King   
C'est un récit fascinant que celui des tentatives opiniâtres de Trisha pour éviter les multiples dangers qui la menacent. Sur un sujet bien mince, King a su écrire une œuvre éclatante de fraîcheur et de vaillance enfantine qui ne l'empêche pas de traiter ses thèmes familiers : l'enfance et son imaginaire, la quête vernienne initiatique, la nécessité d'un modèle de vie, la place de la seconde voix, le combat contre le monstre, l'intervention divine dans les actions des hommes. Le genre de roman qu'en plus on termine la gorge serrée...
Ce roman de tension psychologique intense, mais obtenue avec des moyens retenus, plaira sans doute moins aux fans épris de gore. Pourtant King a su exprimer toutes les nuances de la peur sans se sentir obligé d'utiliser la grosse machinerie de l'horreur. Et avec quelle sensibilité ! Quelle habileté dans la description des réactions enfantines ! Quelle variété dans les effets !
Chroniques des Vampires, Tome 2 : Lestat le Vampire Chroniques des Vampires, Tome 2 : Lestat le Vampire
Anne Rice   
Anne Rice a créé une nouvelle vision du Vampire, en nous le presentant comme un être torturé, déchiré entre le souvenir de son humanité perdue et l'impossibilite d'échapper à son destin de damné. Louis et par dessus tout Lestat sont les archetypes de ces vampires modernes, immortels et humains à la fois. Si on compare les créatures de Anne Rice aux anciennes icones du vampirisme(Dracula, Nosferatu,etc), cet aspect est totalement inédit. Avant Rice, tous les vampires etaient des monstres, aussi bien sur le plan physique(voyez par exemple le Nosferatu du cinema dans les annees 20) que sur celui du comportement. Ce sont des etres sanguinaires, violents, souvent sadiques(les tortures que Dracula fait subir a Harker dans le roman de Bram Stoker en sont un exemple), reclus dans des lieux coupes du monde. Avant Rice, le vampire faisait peur, fascinait mais il etait un mal-aime de par sa condition de "monstre"
Et voila que dans "Entretien avec un Vampire", Anne Rice nous presente deux etres qui, en dehors des possibilites et des contraintes de leur condition de vampires, mènent une vie tout ce qu'il y a de plus "normal". Les anciens vampires sucaient le sang des humains. Lestat et Louis eux, sucent celui de la civilisation toute entiere, se melant aux humains, assistant à leurs spectacles, flanant dans leurs boutiques,... Quiconque a marché dans les rues de la Nouvelle-Orleans pendant la première partie du 19e siecle a pu croiser un dandy aux cheveux blonds boucles acompagne par un beau jeune homme au regard triste et par une petite fille à l'air angelique sans se douter une seule seconde que ces 3 personnes n'avaient d'humains que l'apparence.

Car malgré tout, Louis, Lestat, Claudia et tout les autres restent des monstres, des abominations... Immortels, ne pouvant vivre que par le sang. Et c'est la toute la problématique des Chroniques. Les vampires de Rice cherchent désesperement à retrouver leur humanité perdue, si désesperement qu'ils ne se rendent même pas compte qu'il leur est aussi impossible de redevenir des etres humains qu'à un oiseau aux ailes coupées de voler à nouveau. Le refus de Louis de boire du sang humain, le Don tenebreux que Lestat fait à sa mere, ne sont que deux exemples parmi toutes les pitoyables(car inutiles)tentatives qu'ils feront pour tenter de rejeter leur malediction
Et c'est a cause de ce dilemne interne, de cette dechirure de l'âme(car incontestablement, si les vampires de Rice sont damnés, ils ont malgre tout toujours une âme), que tout ceux qui ont lu les Chroniques gardent un souvenir profond et légèrement ému de Lestat et de Louis mais aussi de tout ceux qui ont partage leur "vie": Marius, Armand,... Ces etres qui sont a la fois si proches de nous et si differents de par leur nature, comment ne peut-on pas les aimer? On les comprend, on s'identifie a eux, on se demande quelle serait notre réaction si nous aussi on nous accordait ce don. On aimerait etre des leurs alors que sans doute personne n'a souhaite etre,par exemple, le Comte Dracula, ce monstre fou reclus dans son château coupe du monde. La reaction du jeune journaliste à la fin de "Entretien" est d'ailleurs une preuve. "Faites de moi l'un des votres!". Qui, en lisant les Chroniques n'a jamais secretement desire le mirage de rencontrer Lestat et de devenir son compagnon de damnation...pour l'éternité

Voila pourquoi Les Chroniques des Vampires restent une oeuvre magistrale, incontournable dans la litterature fantastique. Nous aimons ces livres parceque nous aimons les vampires que nous y retrouvons

par ninanina
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4