Livres
384 921
Comms
1 350 128
Membres
271 774

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait de Sa Majesté des mouches ajouté par x-Key 2010-12-04T16:00:47+01:00

Quand on a peur de quelqu'un on le déteste, mais on ne peut pas s'empêcher de penser tout le temps à lui. On essaie de se persuader qu'il n'est pas si méchant après tout et puis, quand on le revoit....

Afficher en entier
Extrait de Sa Majesté des mouches ajouté par x-Key 2010-12-04T16:00:47+01:00

Devant Simon, pendue à son bâton, Sa-Majesté-des-Mouches ricanait. Simon céda enfin et lui rendit son regard. Il vit les dents blanches, les yeux ternes, le sang... DU fond des âges, une certitude de déjà vu, inexorable, enchaînait le regard de Simon. Dans sa tempe droite, une pulsation enflait, frappait le cerveau

Afficher en entier
Extrait de Sa Majesté des mouches ajouté par x-Key 2010-12-04T16:00:47+01:00

Un fou rire général unit Ralph aux autres garçons et détendit l'atmosphère. Une fois de plus, Porcinet servit de bouc émissaire et son ridicule permit à la communauté de retrouver son équilibre et sa gaieté.

Afficher en entier
Extrait de Sa Majesté des mouches ajouté par misssbrown 2017-03-25T13:05:40+01:00

Ralph les regardait d'un oeil critique; il se souvenait de ce qu'était la propreté.Il les trouvait sales, mais pas de cette saleté particulière aux garçons maculés de boue ou trempés de pluie.Aucun d'eux ne semblait avoir un besoin urgent d'une douche et pourtant...chevelures trop longues, emmêlées, formant des noeuds autour d'une brindille ou d'une branche morte; visages vaguement nettoyés par les repas et la sueur, mais marqués d'une sorte d'ombre dans les coins moins accessibles; vêtements usés, raides de transpiration, enfilés non par souci du décorum, mais par routine; corps couverts de sel séché...

Afficher en entier
Extrait de Sa Majesté des mouches ajouté par misssbrown 2017-03-25T13:00:14+01:00

Devenu brun doré, le corps grassouillet de Porcinet se dissimulait à peine sous les lambeaux de culotte,mais ces lunettes lançaient toujours des éclairs quand il tournait la tête.Il était le seul de tous les garçons dont les cheveux ne semblaient pas pousser.Les autres portaient de véritables tignasses, mais Porcinet n'avait que des mèches rares comme si la calvitie était son état naturel et que ce maigre pelage dût bientôt disparaitre tel le velours sur les bois d'un jeune cerf.

Afficher en entier
Extrait de Sa Majesté des mouches ajouté par kaminari 2013-10-29T19:16:55+01:00

Les chasseurs examinaient le ciel à la dérobée et faisaient la grimace sous la morsure des gouttes de pluie. Un flottement se produisit dans les rangs. Les éclairs étaient plus rapprochés et les coups de tonnerre devenaient assourdissants. Les petits s'égaillèrent en hurlant.

Jack bondit sur le sable.

- On va faire notre danse ! Allez ! Venez tous !

Il courut en trébuchant dans le sable épais et s'arrêta sur la dalle rocheuse derrière l'emplacement du feu. Entre les éclairs, il faisait une obscurité terrifiante. Tous les garçons le suivirent avec des clameurs. Roger prit le rôle du cochon et se précipita en grognant sur Jack qui l'évita d'un bond. Les chasseurs saisirent leurs armes, les cuisiniers leur broche et les autres s'emparèrent de gourdins. La masse s'ébranla en un mouvement circulaire et une mélopée s'éleva. Tandis que Roger mimait la terreur du cochon, les petits s'ébattaient en-dehors du cercle. Sous la menace du ciel, Ralph et Porcinet trouvaient du réconfort dans la compagnie de leurs semblables, si déchaînés fussent-ils, et ils entrèrent dans la danse. Ils étaient contents de toucher cette barrière de dos bruns qui endiguait la terreur et la rendait contrôlable.

- À mort la bête ! Qu'on l'égorge ! Qu'on la saigne !

Le mouvement s'organisait ; la mélopée, moins échevelée qu'au début, devenait scandée comme le battement d'un pouls régulier. Roger abandonna son rôle de proie pour se joindre aux chasseurs, de sorte que le centre du cercle resta vide. Quelques petits organisèrent aussi une ronde. Les deux ronds tournaient sans relâche, comme si la continuité de leur mouvement leur assurait une sécurité particulière. On eût dit la pulsation rythmique d'une cellule vivante.

Le ciel noir fut labouré par une déchirure d'un blanc bleuâtre. Une seconde plus tard, le bruit se fracassait juste au-dessus d'eux comme un coup de fouet gigantesque. La mélopée devint frénétique et plus aiguë.

- À mort la bête ! Qu'on l'égorge ! Qu'on la saigne !

La terreur se doublait maintenant d'un autre désir, lourd, pressant, aveugle.

- À mort la bête ! Qu'on l'égorge ! Qu'on la saigne !

Ce fut de nouveau la déchirure d'un blanc bleuâtre et l'explosion aux relents de soufre. Les petits couraient en tous sens et hurlaient. L'un d'eux, épouvanté, se précipita dans le cercle des grands.

- Le voilà ! Le voilà !

Le cercle s'ouvrit en fer à cheval. Quelque chose sortait en rampant de la forêt. Une masse sombre avançait, incertaine. Devant le monstre s'éleva une clameur aiguë comme un cri de douleur. Le monstre entra dans la ronde en chancelant.

- À mort la bête ! Qu'on l'égorge ! Qu'on la saigne !

Le ciel restait constamment déchiré de blanc, le bruit devenait insupportable. Simon criait des explications au sujet d'un mort sur une montagne.

- À mort la bête ! Qu'on l'égorge ! Qu'on la saigne ! Qu'on l'achève !

Les bâtons s'abaissèrent et le cercle se referma comme une gueule grinçante et hurlante. Le monstre était au centre, agenouillé, les bras croisés sur le visage, et il criait toujours ses explications au sujet d'un mort sur une montagne. Enfin, le monstre fit un effort vacillant, brisa l'étreinte du cercle et tomba du rocher dans le sable au bord de l'eau. Aussitôt, une lave vivante coula à sa suite sur la murette rocheuse, recouvrit le monstre et, avec des cris inarticulés, se mit à frapper, à mordre, à déchirer. On n'entendait pas un mot, mais des bruits de mâchoires et de griffes.

Alors les nuages crevèrent, libérant une véritable cataracte. L'eau cascadait sur le flanc de la montagne, arrachait sur son passage les feuilles et les branches, et se déversait comme une douche froide sur la grappe humaine accrochée à sa proie. La grappe se désintégra enfin et quelques silhouettes s'écartèrent en trébuchant. Mais le monstre, à quelques mètres de la mer, restait immobile. La pluie ne masquait pas sa petite taille ; et déjà son sang rougissait le sable.

Afficher en entier
Extrait de Sa Majesté des mouches ajouté par x-Key 2010-12-04T16:00:47+01:00

Il craignait surtout ce volet qui obturait son cerveau et pouvait lui masquer le danger en le réduisant à la stupidité.

Afficher en entier
Extrait de Sa Majesté des mouches ajouté par x-Key 2010-12-04T16:00:47+01:00

Au milieu d'eux, couvert de crasse, la chevelure emmêlée et le nez sale, Ralph pleurait sur la fin de l'innocence, la noirceur du cœur humain et la chute dans l'espace de cet ami fidèle et avisé qu'on appelait Porcinet.

Afficher en entier
Extrait de Sa Majesté des mouches ajouté par x-Key 2010-12-04T16:00:47+01:00

- Moi, je trouve qu'il nous faudrait un chef pour prendre les décisions.

- Un chef ! Un chef !

Afficher en entier
Extrait de Sa Majesté des mouches ajouté par x-Key 2010-12-04T16:00:47+01:00

- Il faut que je réfléchisse.

Il n'avait plus honte de réfléchir en public et d'affronter les décisions quotidiennes comme un coup dans une partie d'échecs. Mais il ne serait jamais un bon joueur d'échecs.

Afficher en entier